Rien de mieux que la proximité !

Une belle campagne de l’application et du réseau Entourage dans les transports, afin de sensibiliser chacun aux bienfaits de la rencontre !

À tu et à vous

Claude Duneton (1935-2012) chroniqua délicieusement sur cette particularité française…

Remarquons que les couples voussoyants disposent d’un avantage dont les autres sont dépourvus: au moment des effusions intimes le soudain passage au tu amplifie délicieusement l’érotisme (cela étant, on ne dispose pas de données précises, car peu de linguistes se glissent en tiers dans un lit conjugal).

Il y a 13 ans… In memoriam Frère Roger

« Beaucoup de jeunes chrétiens, notamment ceux qui étaient rassemblés à Cologne pour les premières Journées Mondiales de la Jeunesse du pontificat de Benoît XVI, se souviennent du frisson d’émotion et d’effroi ressenti ce 16 août 2005 à l’annonce de cette terrible nouvelle: «Frère Roger est mort… Il a été assassiné.» (…)

Jean-Paul II et Frère Roger se sont tous les deux éteints en 2005, mais ils restent des figures spirituelles dont la pensée est toujours vivante pour des millions de chrétiens, et dont les intuitions demeurent d’actualité. De son vivant, malgré certaines polémiques sur une certaine « catholicisation » de Taizé dénoncée par des personnalités protestantes, et malgré les réserves manifestées au sein de l’Église catholique face à l’expression d’un œcuménisme trop audacieux qui risquerait de remettre en cause la légitimité de certains sacrements ou de certaines institutions, la dimension prophétique de Frère Roger était largement reconnue et appréciée. »

Lire ce bel article d’hommage et d’actualité de l’intuition de Taizé sur Vatican News >>

O clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria

Billet chartrain de Zabou :

Ce soir, alors que je rentrais de vacances, c’est entre chien et loup que j’ai aperçu au loin les majestueux clochers dominant la Beauce. Et, en cette veille de l’Assomption, est monté naturellement de mon cœur, cette fois avec assurance, comme un passage de témoin réussi, un Salve Regina, cette lente et belle mélodie qui semble courir le long des siècles, au fil des générations qui la disent bienheureuse et des oui à son exemple.

Bientôt la fin de la croissance

Même Les Échos s’y mettent ! Et sans point d’interrogation, s’il vous plaît.

L’analyse devrait être élargie à l’ensemble des ressources naturelles qui sont le moteur de la croissance. L’énergie un jour sera probablement inépuisable à l’échelle humaine, alors que ce ne sera pas le cas des autres ressources.

Jeunes, hospitaliers et à fond dans l’incarnation pour l’Assomption

Le blog Jeunes cathos propose à l’occasion du 15 août de découvrir quelques témoignages de jeunes hospitaliers, touchés par l’ambiance propre à Lourdes (la grâce ?)

Clémence, Diocèse d’Arras

38975624_383135405551193_6061852485784436736_nMon expérience à Lourdes auprès de mes frères et sœurs malades est une expérience incroyable. Se donner soi-même aux autres sans mesure est un plaisir quotidien me concernant. Nous recevons tellement plus que nous donnons; à travers un sourire, une parole parfois pour les personnes valides. Mais ne serait-ce à travers un regard, nous arrivons à nous comprendre… Voilà la magie de Lourdes ! L’aventure ne fait que commencer, une fois que vous y avez goûté, vous ne pouvez qu’y regoûter encore et encore ! « Donnez et vous recevrez »

 

N’hésitez pas à aller découvrir les autres témoignages sur ce billet empli de joie >>

Entrée au ciel de Mgr Garnier

Ce matin du 15 août, Mgr François Garnier, archevêque de Cambrai, est entré au ciel. Son dernier message à ses diocésains laisse percevoir une belle figure de pasteur, pleine d’humilité :

Chers diocésains de Cambrai,

Vous avez la grâce de participer au pèlerinage de Lourdes. Vous le vivrez avec Mgr Vincent Dollmann, notre archevêque coadjuteur. J’en suis très heureux.

Je souhaitais pouvoir être avec vous. Je sais aujourd’hui que cela ne sera pas possible, étant convoqué le 21 Août prochain à l’hôpital Gustave ROUSSY de Villejuif pour un nouveau protocole de soins, l’actuel ne faisant plus reculer la leucémie qui est la mienne. J’aurais aimé vivre à Lourdes le sacrement des malades autrement, non pour le donner mais pour le recevoir parmi mes frères et sœurs du diocèse. Je le recevrai à Cambrai, au retour de l’hôpital. Et nous prierons les uns pour les autres, pour que le Seigneur nous donne la grâce de traverser nos épreuves dans la Foi. De tout cœur

Prions pour lui, pour sa famille, pour son successeur et pour son diocèse !

« Faire entendre sa foi » ?

C’est le journal Le Monde qui le dit à propos de l’Eglise ! « C’est un malaise qui se répand dans les milieux catholiques : la société française aurait égaré les clés de compréhension de la foi chrétienne. Celle-ci serait devenue si étrangère à de nombreux Français qu’ils en auraient aujourd’hui une conception distordue, très éloignée de celle des croyants eux-mêmes. Le recul de la pratique, du recours aux sacrements, de la fréquentation du catéchisme ou d’une institution religieuse aurait creusé un fossé d’un nouveau genre entre les fidèles et les autres. « Nous sommes devenus plus méconnus que combattus. C’est un défi nouveau », résume Vincent Neymon, responsable de la communication de la Conférence des évêques de France (CEF). Pour contrer cette méconnaissance grandissante, le nouvel archevêque de Paris, Michel Aupetit, veut créer un service pastoral spécifique, « pour l’éducation et l’information ». » 

Pour lire la suite de ce diagnostic intéressant >>

Une bibliothèque qui poursuit sa vie

Ou « les tribulations de la bibliothèque Doré » comme le titre Témoignage chrétien qui raconte bellement la vie de la bibliothèque de l’archevêque émérite de Strasbourg et son avenir :

« Dans les couloirs du grand séminaire d’Issy-les-Moulineaux, des cartons vides bâillent sur les étagères. Une partie non négligeable de la « bibliothèque Doré » a disparu… envolée ! Ou plutôt, embarquée. Plus de cinq tonnes de livres ont pris la mer, il y a peu, au Havre. Destination : le grand séminaire d’Hué, au Vietnam.

Dans les trois petites pièces vides, Mgr Joseph Doré, bientôt 82 ans, l’oeil pétillant derrière de petites lunettes, semble beaucoup s‘amuser. C’est qu’il n’en a pas fini avec « sa » bibliothèque. Il lui en reste une bonne moitié, qui rejoindra aussi Hué dans un peu moins d’un an. Il a un peu de répit. L’ancien archevêque de Strasbourg, théologien, longtemps enseignant, en a bien besoin : il veut compléter ce grand oeuvre qui l’a accompagné pendant soixante ans et dont il se sépare aujourd’hui. Au tout début, il s’agissait seulement de la bibliothèque d’un étudiant qui entassait les ouvrages au fil de sa formation et autour de ses centres d’intérêt. Littérature, histoire, philosophie, puis théologie. »

Une belle histoire à lire par ici >>

 

Hier soir et aujourd’hui, le pape avec des jeunes

Le Pape François a participé hier soir 11 août à une veillée au Circo Massimo, avec des milliers de jeunes Italiens rassemblés à Rome dans le cadre d’un pèlerinage organisé pour préparer le Synode des jeunes. Le Saint-Père les a invités à oser faire des choix qui les engagent pour la vie, et à témoigner, jusque dans les espaces les plus marqués par la souffrance, de la victoire finale de la vie et de l’amour sur la mort, comme les disciples après la Résurrection du Christ. Voir l’article et son message par ici >>

Ce dimanche matin, il a continué à prier avec les jeunes en priant l’Angelus en présence de plus de 70000 jeunes Italiens !

 

Sainte Claire(vision), patronne de la télévision !

Aujourd’hui 11 août, nous fêtons sainte Claire d’Assise ! Sans doute connaissez-vous au moins une partie de son histoire mais saviez-vous qu’elle a été nommée sainte patronne de la télévision par le pape Pie XII ? Incroyable, non ? Voici la lettre apostolique expliquant cela :

« Par un bienfait de la divine Sagesse le génie de l’homme brille d’un plus vif éclat et fait, surtout de nos jours, des découverts qui suscitent l’admiration générale. Et l’Eglise, qui ne se montra jamais contraire au progés de la civilisation et de la technique, encourage cette assistance nouvelle apportée à la culture et à la vie journalière, et s’en sert même volontiers pour l’enseignement de la verité et l’extension de la religion. Parmi ces inventions si utiles, la Télévision a sa place, elle qui « permet en effet de voir et d’entendre à distance des événements à l’instant même où ils se produisent, et cela de façon si suggestive que l’on croit y assister. » Ce merveilleux instrument – comme chacun le sait et Nous l’avons dit clairement Nous-même – peut être la source des très grands biens, mais aussi de profonds malheurs en raison de l’attraction singulière qu’il exerce sur les esprits à l’intérieurs même de la maison familiale. Aussi Nous a-t-il semblé bon de donner à cette invention une sauvegarde céleste qui interdise ses méfaits et en favorise un usage honnête, voir salutaire. On a souhaité pour ce patronage sainte Claire. On rapporte en effet qu’à Assise, une nuit de Noël, Claire, alitée dans son couvent par la maladie, entendit les chants fervents qui accompagnaient les cérémonies sacrée et vit la crèche du Divin Enfant, comme si elle était présente en personne dans l’eglise franciscaine. Dans la splendeur de la gloire de son innocence et la clarté qu’elle jette sur nos si profondes ténèbres, que Claire protège donc cette technique et donne à l’appareil translucide de faire briller la vérité et la vertu, soutiens nécessaires de la société.

Lire la suite

Un préfet théologien !

Il s’agit du Cardinal Ladaria, préfet de la congrégation pour la doctrine de la Foi. Dans un entretien accordé à L’Osservatore Romano, on en apprend plus sur ce personnage si important au bon fonctionnement de l’Eglise, sur son travail avec Benoît XVI et sur les enjeux théologiques du moment.

Extrait : « Par rapport à l’époque du Concile, diriez-vous qu’aujourd’hui la théologie est un peu en déclin ?

Je ne dirais pas cela. Toutefois il y a toujours eu des grands moments et il faut considérer que le concile a été un de ceux-là. À Vatican II, il y avait d’illustres théologiens et j’ai ensuite connu personnellement certains d’entre eux. Aujourd’hui, ces grands noms manquent. Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas un haut niveau théologique dans les universités et, en tous cas, je ne crois pas que la théologie soit en déclin. Nous sommes plutôt à une période d’assimilation et de critique après le concile. »

Lire l’intégralité >>

Bronzez catho ou bronzez disputatio ?

Le p. Bernard Laflavanderie raconte une charmante anecdote de plage sur son blog :

« Evidemment, on pourrait me dire avec parfois quelque justesse : partout où un prêtre se pose, on parle de Dieu. Bien que l’expérience ait – hélas – démenti plusieurs fois cette digne maxime, je me suis trouvé cette après midi en présence d’un surprenant débat théologique entre deux pâtés de sable. Alors que ma serviette se trouvait à proximité d’un trio de petites filles débitant plus de 2000 mots / quart d’heure et que j’étais plongé (tant bien que mal) dans un thriller grouillant d’affreux et authentiques nazis, arriva à mes oreilles étonnées des bribes d’une disputatio digne des universités médiévales.  Essai de reconstitution.

– Charlotte est à Lourdes ! (s’en suivit des précisions sur la couleur de ses cheveux, de ses habits… sans intérêt pour la suite !)

– La Vierge apparaît à Lourdes (le niveau monte !)

– Elle apparaît aussi ailleurs !

– Ah oui où ?
Lire la suite

En Orient, la joie du baptême !

L’Oeuvre d’Orient fait paraître aujourd’hui un article de sa série sur les femmes héroïques au Moyen-Orient, cette fois-ci celui-ci est consacré aux soeurs du Bon Pasteur au Liban.

« À Shaïlé au Liban, les sœurs du Bon Pasteur accueillent des filles orphelines ou en grandes difficultés. Transformées par l’ambiance de paix, de respect et d’amour dont elles ont tant besoin, certaines découvrent la foi, comme nous l’explique une sœur dans une lettre.

p3 Liban joie baptême

Ainsi, après 6 mois de préparation avec une ardente soif et l’espérance d’arriver à la grande fête attendue, 4 jeunes ont reçu le baptême. Rouda, 21 ans, dans la maison depuis 3 ans, a été touchée par le témoignage et les valeurs chrétiennes des religieuses : « J’ai senti que Jésus est la raison derrière tout ce que j’ai vécu, et Il était présent avec moi, surtout chez les sœurs, je le voyais en elles dans leurs actions. Il est magnifique ce Jésus qui nous aime sans condition ». » Lire la fin de l’article ici >>

En août, la faim ne prend pas de vacances

Depuis 1994, Août Secours alimentaire prend le relai, durant un mois, des associations fermées l’été afin de distribuer des repas à ceux qui en ont besoin. Rien de neuf – malheureusement – mais ce sont tout de même 9 centres de distribution qui travaillent ainsi bénévolement en région parisienne dans un esprit de véritable rencontre, fort précieux pour des personnes parfois très isolées. Et, si Le Parisien leur consacre un article, il est aussi bon de penser à les aider : qui par la prière, qui par les bras et le coup de main vaillant, qui par le financement et l’approvisionnement. Vous pouvez aussi lire l’article du Parisien dont est issu le témoignage suivant : 

« A 44 ans, influencée par son père qui s’est beaucoup investi auprès de la Banque alimentaire, Marie décidé, pour la deuxième année consécutive, d’utiliser son temps libre pour aider les plus démunis. Ce jeudi, premier jour d’ouverture du centre du XXe arrondissement, elle a l’impression qu’il y a « moins de monde que l’an dernier. C’est plus soft. » Pourtant, elle s’active pour distribuer une quantité impressionnante de sacs plastiques, remplis de denrées.

Lire la suite

C’est aussi la saint Dominique !

Alors, en ce 8 août, nous fêtons une belle fête à tous les fils et filles de saint Dominique. Pour cette occasion, les Dominicains de Bordeaux proposent une belle visite de leur église à 360° sur Facebook… Pas mal, non ? A donner envie de louer, de bénir et de prêcher !

Pour aller plus loin, un extrait des actes de sa canonisation : « En toute circonstance, par des paroles et sa conduite, (Dominique) se montrait un homme évangélique. Pendant la journée, avec ses frères ou ses compagnons, personne n’était plus simple et plus joyeux. Pendant la nuit, personne n’était plus adonné à toutes sortes de veilles et de prières. Il ne parlait guère qu’avec Dieu, dans l’oraison, ou de Dieu, et il exhortait ses frères à en faire autant. »

Prière pour le temps des vacances

Vu sur le site du diocèse de Nîmes

Merci, Seigneur de me donner la joie d’être en vacances.
donne au moins quelques miettes de cette joie
À ceux qui ne peuvent en prendre
Parce qu’ils sont malades, handicapés,
ou trop pauvres ou trop occupés…

 

Donne-moi la grâce de porter, partout où je passe,
Le souffle léger de ta paix
Comme la brise du soir qui vient de la mer
Et qui nous repose de la chaleur des jours.
donne-moi la grâce d’apporter, partout où je passe,
Un brin d’amitié, comme un brin de muguet,
Un sourire au passant inconnu
Un regard à celui qui est tout seul et qui attend…

Donne-moi la grâce de savoir redécouvrir
Ceux qui vivent à mes côtés et que je ne sais plus voir
Parce qu’ils font « partie des meubles » !
Que je sache les regarder avec émerveillement
Parce que toi tu les aimes et qu’ils sont tes enfants.

Donne-moi la grâce d’être serviable et chaleureux
Pour mes voisins de quartier ou de camping,
Et que mon « bonjour » ne soit pas une parole distraite,
Mais le souhait véritable d’une bonne journée
Si possible remplie de toi, mon ami, mon Seigneur,
Qui es toujours auprès de moi-même lorsque je l’oublie
Parce que toi tu ne peux pas cesser un moment
de m’aimer au cœur même de la liberté,
Au cœur de ce temps de vacances qui devrait être rempli de toi.

N.

Un jour d’anniversaire

Il y a 25 ans, le pape Jean-Paul II publiait l’encyclique Veritatis Splendor « sur quelques questions fondamentales de l’enseignement moral de l’Eglise », notamment sur les défis de la sécularisation.

Il y a 40 ans disparaissait le bienheureux Paul VI qui sera prochainement canonisé par le pape François.

La transfiguration, une clé pour comprendre la vie monastique ?

Aujourd’hui, l’Eglise fête la Transfiguration. Voici un extrait d’une méditation proposée par les moines de Solesmes :

« La fête de la Transfiguration est une fête très importante pour les moines. D’après les Évangiles (Mt 17, 1-8 ; Mc 9, 2-8 ; Lc 9, 28-36), Jésus prend avec lui ses disciples les plus proches, Pierre, Jacques et Jean, les emmène sur une montagne à l’écart, et là, il est transfiguré devant eux. Sa divinité se manifeste à travers une lumière éblouissante. Moïse et Élie apparaissent également, qui s’entretiennent avec Jésus. Pierre s’écrie alors : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ». Une voix venue du Ciel déclare : « Celui-ci est mon Fils bien aimé, écoutez-le ». Après être redescendu de la montagne avec ses disciples, Jésus annonce pour la deuxième fois sa Passion qui approche.

L’événement de la Transfiguration a toujours été compris par les moines comme un symbole de leur vocation. Comme Pierre, Jacques et Jean, ils sont invités par Jésus à quitter le monde pour le suivre à l’écart, et à contempler sa gloire. La présence d’Élie et de Moïse, ainsi que la voix venue du Ciel qui appelle à écouter Jésus, évoquent la lectio divina, la patiente et amoureuse étude de la Parole de Dieu. L’exclamation de Pierre exprime tout simplement le bonheur qu’il y a de vivre ainsi auprès de Jésus. La vie monastique est une anticipation de la joie du Ciel. En même temps, le lien étroit de la Transfiguration et la Passion de Jésus rappelle aux moines qu’ici-bas leur vie est une vie de pénitence, et que la joie ne sera entière qu’au-delà de la mort. »

Changement d’un article du catéchisme

« Peine de mort

2267. Pendant longtemps, le recours à la peine de mort de la part de l’autorité légitime, après un procès régulier, fut considéré comme une réponse adaptée a la gravité de certains délits, et un moyen acceptable, bien qu’extrême, pour la sauvegarde du bien commun.

Aujourd’hui on est de plus en plus conscient que la personne ne perd pas sa dignité, même après avoir commis des crimes très graves. En outre, s’est répandue une nouvelle compréhension du sens de sanctions pénales de la part de l’État. On a également mis au point des systèmes de détention plus efficaces pour garantir la sécurité à laquelle les citoyens ont droit, et qui n’enlèvent pas définitivement au coupable la possibilité de se repentir.

C’est pourquoi l’Église enseigne, à la lumière de l’Évangile, que « la peine de mort est une mesure inhumaine qui blesse la dignité personnelle » et elle s’engage de façon déterminée, en vue de son abolition partout dans le monde. »

Voir la lettre aux évêques expliquant ce changement

10 astuces pour visiter un sanctuaire

Tu es toujours un peu perdu en visitant une église ? Ça tombe bien, Bayard a pensé à toi avec ce tout nouveau 10 clés pour cheminer en ce lieu, petit guide permettant de distinguer l’essentiel et te permettant d’être mieux tourné vers l’Essentiel par des propositions de cheminement, toutes résolument incarnées. Alors, heureux ?

Lire l’article de Narthex à ce sujet !

A Lourdes, Mgr Brouwet maillot jaune

Insolite : le tour de France 2018 partait ce matin de Lourdes. Après une procession spéciale hier soir, l’évêque du lieu, Mgr Brouwet, s’est fait offrir un maillot jaune !

Une religieuse bien dans son basket !

Copyright Zenit

Copyright de l’image : Zenit

Des religieuses en train de jouer au basket ? Surprenant, souriant mais passe encore… En revanche, une religieuse aumônier et un peu coach d’une équipe de basket aux USA ? Voilà ce qui est plus surprenant, a fortiori quand celle-ci est en fauteuil roulant !

« En 2018, la vedette du spectacle, c’était soeur Jean Dolores Schmidt, BVM, aumônier des Loyola Ramblers, une équipe qui s’est qualifiée pour les « Final Four ». Non, personne ne s’attendait à ce que cela se produise (sauf les gars de l’équipe) !

Au fur et à mesure que les Ramblers progressaient dans le tournoi, l’attention de leur aumônier augmentait également. Ce n’est pas l’aumônier de basket-ball masculin typique : une sœur, une religieuse, qui fait des dossiers de repérage avec l’entraîneur, conseille les joueurs sur ce qu’ils devraient faire sur le terrain et en dehors, anime beaucoup de prières. Bien sûr, elle a aussi… 98 ans! Et après avoir fait une chute l’année dernière, elle parcourt le monde en fauteuil roulant. »

Et, malgré tout ceci, a-t-elle pris la grosse tête ? « « La partie la plus gratifiante de ma vie religieuse est ma vie de prière. Au noviciat, nous avons appris à prier et à méditer. Ma vie de prière est très importante pour moi. » » 🙂

Lire la totalité de l’article sur Zenit

Recordman de service !

L’homme qui détient le record du plus grand nombre d’années à servir la messe est décédé à l’âge de 103 ans. Sur ses 103 années d’existence, il en aura passé 91 à être un fidèle servant d’autel ! Qui peut en dire autant ? L’article sur cette incroyable fidélité est à lire en anglais ici >> 

Espérons en tout cas que chacun pourra garder la même fidélité dans la catégorie « service du Seigneur » pour qu’Il nous dise, comme Il l’a certainement dit à son serviteur Peter : « Très bien, serviteur bon et fidèle, entre dans la joie de ton maître » (Mt 25, 23) 🙂

Vivre l’écologie intégrale, c’est quoi ?

La vie oubliéeLa Croix, dans sa série « Ils réhabilitent la radicalité », a interrogé Mahaut et Johannes Hermann au sujet de l’écologie intégrale. Ils sont auteurs de La vie oubliée (Première Partie, 160 p., 10 €) et vivent au quotidien cette radicalité. Ils tentent d’alerter sur « l’incompatibilité de notre mode de vie avec les exigences des écosystèmes. Cela nous force à revenir aux fondamentaux : comment vivre sur terre en respectant la nature dans laquelle on vit ? ». Cela se vit dans le concret : alimentation, produits d’entretien, transports, équipement de la maison, outils électroniques. Ce choix est indissociable de leur foi chrétienne. « Revenir à la racine du projet de Dieu pour la Création implique de revenir à ce qui a fondé l’acte créateur de Dieu, c’est-à-dire l’amour. Il aurait très bien pu ne pas créer le monde, mais il l’a fait pour avoir des créatures à aimer. »

Lire l’article, et, si vous voulez lire le livre, petite page de pub.

Des Dominicains, bêtes de (s)cène ?

Deux religieux en robe blanche dans les rues d’Avignon, un costume de scène ? Absolument pas pour les frères Charles et Thierry, missionnés pour être critiques dramatiques lors du festival ! Cela peut sembler tellement surprenant que Libération leur consacre tout un fort bel article, rappelant les liens unissant spiritualité et théâtre, les rencontres ainsi permises mais aussi les liens historiques entre la religion catholique et le festival d’Avignon.

« On se rappelle avec lui que l’histoire de ce lien entre le Festival d’Avignon et les religieux remonte à la naissance de la manifestation elle-même. On le doit à la relation qu’entretenaient Père Chave, aujourd’hui 98 ans, et Jean Vilar. Le premier incita le second à investir l’ensemble de la ville, en particulier les nombreux couvents. Et l’encouragea à dégager au cœur du Festival un espace pour questionner la spiritualité, «sans doute au vu des textes dramatiques anciens, travaillés par l’histoire biblique, et aussi parce que les arts contemporains posent sans cesse la question du tabou religieux». Les rencontres «Foi et culture» naissent ainsi en 1961. Elles n’ont aucun mal à être alimentées aujourd’hui, si l’on considère que les créations actuelles «répondent à la montée en puissance de la question spirituelle depuis quinze ans, après une période d’évacuation. On a cru qu’on pouvait maîtriser cette question sans la connaître. Or on voit bien aujourd’hui à quel point il faut y faire face». » 

Un article à lire par ici >>

Des vacances à la découverte du patrimoine religieux ? Possible même en restant à Paris !

En province, plusieurs diocèses ou des initiatives locales proposent des découvertes du patrimoine religieux local, en cherchant à le valoriser particulièrement. Mais point n’est besoin d’aller aussi loin si vous restez citadin ! Par exemple, le site sortiraparis.com propose une découverte de l’église Saint-Paul-saint-Louis sise dans le Marais. « Si cette église vous dit quelque chose, c’est certainement que vous avez lu Les Misérables de Victor Hugo, et que vous vous souvenez que c’est dans cette église que se marient Cosette et Marius. C’est d’ailleurs dans cette même église que se marie, en 1843, Leopoldine, la fille tristement célèbre de Victor Hugo. Pour l’occasion, Hugo offre deux bénitiers à l’église, qui s’y trouvent encore aujourd’hui. »

L’été, une invitation à ouvrir l’oeil pour redécouvrir ce qui se trouve autour de nous ? 🙂

Moi, je bâtis une cathédrale !

Avez-vous vu en quels termes et surtout avec quel exemple les Monuments nationaux et le dictionnaire Robert junior proposent leur concours d’été aux artistes en herbe ? 😉

Silence, on croit ou on croît ?

Le blog cinéma de Narthex s’interroge sur la présence importante de films à dimension religieuse ces derniers mois dans les salles obscures. C’est en ces termes que Pierre Vaccaro s’interroge : « Les chemins de la foi semblent aujourd’hui passer par ceux des salles de cinéma. Mais depuis le succès « des Hommes et des Dieux », le curseur a bougé : fini le « catho bashing », moins de moqueries, plus d’ouverture et d’écoute. Une nouvelle manière de parler de la foi s’impose au cinéma. Il y a de quoi s’interroger sur toutes ces fictions plus que bienveillantes avec le sujet. Attestent-elles d’une réelle démarche spirituelle ? D’une volonté de relater l’expérience de la foi chrétienne ? Ou prennent-elles le chemin des croisades pour nous faire le catéchisme ? » L’occasion d’un très beau billet, tant sur le plan historique que sur le plan de la représentation de la foi, à découvrir par ici >>