Pensée du jour

Je vous conjure d’admirer. Tout est fabuleux pour qui sait regarder. La fraîcheur du regard est le commencement de la sainteté.

Xavier Grall

Pensée du jour

Il me semble aujourd’hui que tout chrétien ne peut être que l’enfant prodigue qui s’en revient à sa maison prendre sa place auprès de son père après avoir  bourlingué. La foi est le salaire du risque. L’espérance est le fruit du chemin.

Xavier Grall

Pensée du jour

Vous n’irez pas à Lui par la théologie. Si Dieu était explicable et démontrable, Il ne serait pas. Ce n’est que par la tendresse que vous Le découvrirez.

Xavier Grall

Pensée du jour

Par les nuits tombées, aimez à regarder les étoiles. Ce firmament éclaté de fulgurances appelle le Père qui s’est retiré dans les régions obscures.

Xavier Grall

Pensée du jour

L’imperfection de la nature, c’est la douceur du péché. Dieu ne s’est pas retiré tout à fait de ce qui vit, de ce qui naît, de ce qui remue à la surface de la terre. Il a laissé en chacun et en tout les traces de Sa présence. Et tout est nostalgie de Lui.

Xavier Grall

L’inconnu me dévore

« Depuis quelques jours, une joie m’habite. J’ai peur de ne pas savoir dire assez fort pourquoi ce livre m’a tant enthousiasmé, troublé, soulevé de terre. Cela n’arrive pas si souvent. Le livre en question, L’Inconnu me dévore, est un ensemble de textes de Xavier Grall, poète et journaliste breton, disparu en 1981. Ces pages publiées dans La Vie et Le Monde avaient été rassemblées à titre posthume trois ans après la mort de leur auteur. Un éditeur dont je salue l’intelligence, Olivier Frebourg, créateur des éditions Équateurs, a décidé de ressusciter ce recueil de 143 pages. Je sais déjà qu’il restera longtemps sur ma table de chevet… »

Jean-Claude Guillebaud dans La Vie