Une conversion théâtrale

« « Il est courageux », remarque Philippe, un spectateur. Mehdi Djaadi n’a pas froid aux yeux. Le comédien, nommé comme révélation aux Césars en 2016, pour le film « Je suis à vous tout de suite » de Baya Kasmi, raconte sa trajectoire singulière dans son seul en scène « Coming out » au théâtre Galabru jusqu’au 18 mars. Celle d’un fils d’immigrés algériens qui se convertit au protestantisme puis au catholicisme. Un spectacle déroutant, où les excès de la religion ne sont pas esquivés. Bien au contraire. » Un spectacle à découvrir en vrai mais aussi en article d’abord sur le site du Parisien >>

Des Dominicains à Avignon voient l’amour vainqueur

Comme tous les ans, des Dominicains sont présents durant le festival d’Avignon. Cette année, ils présentent leurs « regards dominicains » dans une chronique d’un blog de La Vie.

Ils nous présentent ainsi la dernière création d’Olivier Py à partir d’un conte de Grimm, lue tout entière sous le prisme de « l’Amour vainqueur ». À suivre ces temps-ci ! >>

Des Dominicains, bêtes de (s)cène ?

Deux religieux en robe blanche dans les rues d’Avignon, un costume de scène ? Absolument pas pour les frères Charles et Thierry, missionnés pour être critiques dramatiques lors du festival ! Cela peut sembler tellement surprenant que Libération leur consacre tout un fort bel article, rappelant les liens unissant spiritualité et théâtre, les rencontres ainsi permises mais aussi les liens historiques entre la religion catholique et le festival d’Avignon.

« On se rappelle avec lui que l’histoire de ce lien entre le Festival d’Avignon et les religieux remonte à la naissance de la manifestation elle-même. On le doit à la relation qu’entretenaient Père Chave, aujourd’hui 98 ans, et Jean Vilar. Le premier incita le second à investir l’ensemble de la ville, en particulier les nombreux couvents. Et l’encouragea à dégager au cœur du Festival un espace pour questionner la spiritualité, «sans doute au vu des textes dramatiques anciens, travaillés par l’histoire biblique, et aussi parce que les arts contemporains posent sans cesse la question du tabou religieux». Les rencontres «Foi et culture» naissent ainsi en 1961. Elles n’ont aucun mal à être alimentées aujourd’hui, si l’on considère que les créations actuelles «répondent à la montée en puissance de la question spirituelle depuis quinze ans, après une période d’évacuation. On a cru qu’on pouvait maîtriser cette question sans la connaître. Or on voit bien aujourd’hui à quel point il faut y faire face». » 

Un article à lire par ici >>

Je danserai pour Toi

capture« La forme, qui associe un humour de café-théâtre avec un jeu en permanence chorégraphié, fait rire en permanence et sans le moindre irrespect. Comment résister à des saillies telles que « je tombe nez à nez avec les yeux d’un Indien assis en tailleur et en slip qui a l’air de s’en foutre de ses bourrelets, et je suis comme transpercée par la douceur de son regard » ou « je traverse Paris à vélo tous les jours pour me rendre à la messe… à trois kilomètres de chez moi et ça grimpe. Du coup, jackpot, j’hérite d’un cul de Brésilienne ».
Par ailleurs, le fond est bien là. En vrac autant qu’en passant, on a droit au fait que le corps et l’âme ne font qu’un, à la puissance de la prière, au fait que dans l’Évangile tout n’est que souffle, rythme et déplacement, à saint Séraphim de Sarov… »

Voir plus sur Holybuzz…

Vous avez une âme d’acteur ?

Spectacle St Vincent

Alors participez au son et lumière Bernadette, comme costumier, décorateur ou figurant ! Ce spectacle sera joué à Nevers, en juillet 2017. Rendez-vous le 6 novembre pour les premières répétitions.

Nous avons besoin de vous : des hommes, des femmes et des enfants, pour faire revivre tous ceux qui ont côtoyé de près ou de loin Bernadette, à Nevers ou à Lourdes. Venez participer en famille à cette aventure merveilleuse !

 

Vous préférez saint Vincent de Paul ? Pas de problème ! On recherche 200 à 300 figurants pour un spectacle sur Monsieur Vincent, toujours en juillet 2017, à Châtillon-sur-Chalaronne. Casting les 22 et 23 octobre.

La flamme de la Charité allumée dans le cœur des Châtillonnais en 1617, par Vincent de Paul, alors curé de Châtillon n’a fait que grandir et se transmettre… Elle rayonne aujourd’hui encore … Le son et lumière exprimera, outre l’événement du 20 août 1617, comment aujourd’hui jusqu’au bout du monde, se poursuit l’action commencée en notre cité…