Elles rayonnent dans le Nord !

Bon, d’accord, il paraît qu’il s’y trouve aussi du soleil… mais elles, elles rayonnent tout spécialement à Denain ! « Dans une société où tout doit toujours aller plus vite, elles, prennent le temps. De parler et d’écouter. Dans un monde de plus en plus individualiste et instable, elles se sont engagées, à vie, à s’occuper des autres. A aider et à soigner les plus pauvres et les plus fragiles. »

Un très beau reportage sur ces soeurs qui font du bien sans bruit à lire dans L’Observateur.

Elles servent et soignent le corps, l’âme et le moral de ceux qui vivent autour d’elles

Yann Arthus-Bertrand illustre Laudato Si

Le célèbre photographe, Yann Arthus-Bertrand, explique comment il en est venu à lire et illustrer l’encyclique Laudato Si’ du Pape François et comment il soutient deux religieuses qui ont un engagement fort. A écouter :

Des soeurs (en) converses / conversion

Quel catholique traînant sur les réseaux sociaux ne s’est pas déjà amusé du nom des fameuses chaussures aux étoiles ? C’est encore plus délicieux quand ce sont des religieuses qui s’y intéressent et font le choix de les porter… résolument :  » Si notre habit religieux rappelle que nous sommes « mises à part », c’est-à-dire : « consacrées », nos converses témoignent de notre ancrage dans le monde. Dans notre vie apostolique, nous cherchons à vivre ces deux dimensions : être ici, envoyées par le Christ dans ce monde pour ce monde, tout en restant reliées à notre source profonde qui se trouve en Dieu et qui nous garde tournées vers notre patrie du ciel. Les pieds, c’est l’adhérence au sol. Nos converses nous raccrochent au monde et participent à nous rendre proches de ceux que nous croisons dans la rue, y compris des marginaux. »  Pour lire la totalité de ce bel article, c’est par ici >>

Des religieuses au chocolat ?

Divine box revient, pour sa prochaine « box », sur une histoire de religieuses « chocolatières » mais non pas tout à fait au chocolat !

« Aujourd’hui, l’abbaye de Castagniers compte quatorze moniales cisterciennes de la “commune observance”. Elles suivent (…) la règle de saint Benoît : “prie et travaille”. Le premier des sept offices quotidiens est ainsi à cinq heures du matin, et, le reste de la journée, les soeurs travaillent de leurs mains, notamment à la chocolaterie ! (…). En effet, en 1950, pour financer divers travaux et subvenir à ses besoins, la communauté lance un atelier de fabrication de chocolat. Dès le début, les soeurs se spécialisent dans le praliné aux noisettes et aux amandes, dont la recette “secrète” est encore améliorée aujourd’hui ! Elles concoctent aussi toutes sortes d’autres chocolats ! Dans la région niçoise, elles sont d’ailleurs surnommées “les soeurs chocolat” ! La chocolaterie est toujours la principale source de financement de la communauté… alors régalez-vous sans compter ! »

… Ah zut, la mi-Carême, c’était hier 😉