Laudato Si’ chez les frères

Frère Marie Benoît, du sanctuaire de Notre-Dame du Chêne à Vion (Sarthe), au micro de Radio Notre-Dame :

La communauté de Saint-Jean a reçu l’Encyclique du Pape François, Laudato Si’, comme un appel. ‘On l’a reçu comme un programme à développer sur le sanctuaire’, explique le frère Marie-Benoit. Et de préciser : ‘plusieurs frères l’ont vu comme un signe prophétique’. Il y voit un lien avec le sanctuaire où des phénomènes surnaturels sont apparus dans un chêne. Ils ont donc décidé de se lancer dans la permaculture après un an de réflexion.

Un chantier Limite…

« Le tilleul est pour moi un arbre très généreux. Il couvre un très large spectre d’action. Il est à la fois un remède par ses bourgeons, ses fleurs et son aubier, et un comestible : on peut manger ses feuilles, ses fleurs, ses boutons floraux comme des carpes et ses graines qui ont un goût d’amande. Il vit mille ans et peut atteindre trente mètres. Je suis toujours impressionné de voir qu’une telle surface aérienne gigantesque a des quantités industrielles de salades, de soupes, de pesto et de remèdes pour éliminer les toxines, pour mieux dormir et pour régénérer le système neveux ».

Entretien Limite avec Christophe de Hody, naturopathe

L’éveil de la permaculture

Capture« Plusieurs générations se sont transmises les valeurs et les savoirs de la permaculture. À l’heure programmée de l’effondrement des écosystèmes naturels, une lutte est engagée pour assurer cette transmission, proposer une nouvelle vision du monde et offrir une alternative crédible. Mais cette nouvelle interprétation du monde se fera contre les préjugés, les écrans de fumée et les filtres que le monde contemporain nous impose. L’ère permacole serait-elle en marche ? »

Voir la bande-annonce…

Moines, charançons, brebis et vers de terre….

Frère Cyril avec les animaux de l’élevage de l’abbaye Notre-Dame de Maylis. / Laurent Ferriere pour La Croix
Frère Cyril avec les animaux de l’élevage de l’abbaye Notre-Dame de Maylis. / Laurent Ferriere pour La Croix

Une poignée de terre dans chaque main, Frère Joseph s’extasie de voir des dizaines de vers de terre travailler le sol de ces toutes nouvelles buttes sur lesquelles, bientôt, poussera la tisane que produisent depuis 1956 les moines de l’abbaye Notre-Dame de Maylis. « Regardez toute cette vie, c’est extraordinaire ! »

Dans le sud-est des Landes, cette communauté de vingt moines olivétains vit depuis trois ans une véritable conversion écologique et spirituelle : abandonnant les produits chimiques, ils se sont tournés vers la permaculture, une méthode qui cherche à reproduire le fonctionnement naturel de l’écosystème.

A lire dans La Croix

L’INRA et la permaculture

capture

« La permaculture c’est produire du bio, dans le respect des écosystèmes et en s’appuyant sur la nature plutôt que sur la chimie et la mécanique. Sur le papier, c’est bien joli, mais en vrai, est-ce que ça marche et, surtout, est-ce que ça paye ? Oui, répond désormais l’Inra, en s’appuyant sur quatre longue années d’observation de la ferme du Bec-Hellouin, en Normandie ».

Voir plus…