Hérauts de l’espérance

téléchargerBeau témoignage vidéo de Luke et Katie, volontaires envoyés aux Philippines ! Comme tant d’autres propulsés, par la Fidesco ou la DCC ou d’autres encore, au service du frère, acceptant de transformer et de se laisser transformer ! Des héros et hérauts de l’espérance … Merci à eux et à ceux qui les accompagnent !

Les migrants, signes d’espérance ?

imageEn cette Journée mondiale du migrant et du réfugié (JMMR), ce titre pourrait sembler provocateur, tant les migrants portent, encore un peu plus, leur lot de détresses et de souffrances, et tant une partie de nos sociétés semble les considérer avant tout comme une menace. Pourtant, Michel Roy, alors interviewé par La Vie comme Secrétaire général de Caritas Internationalis, témoigne de la part prépondérante de l’espérance dans l’expérience des migrants qu’il accompagne :

Et puis il y a l’espérance ! Voilà ce qui caractérise le plus le migrant. Une valeur que beaucoup n’ont plus dans nos sociétés aseptisées, matérialistes, consuméristes, où tout coule de source… Le migrant peut nous aider à nous regarder autrement, à nous (re)découvrir humains, à vouloir vivre la solidarité, l’agir ensemble, à cheminer sur la route du développement personnel et social.

D’ailleurs, lors de la JMMR 2016, le Pape François accueillait ainsi les migrants sur la place Saint-Pierre :Lire la suite

Pour reconstruire la société : engageons-nous !

FB-Event-500x262Notre société était déjà pétrie de fragilités avant l’arrivée du Covid, elle va s’en relever encore plus difficilement ! Comment ne pas imaginer la sollicitude du Christ encore plus aiguisée pour la situation de notre monde ? Mais que faire ? Au nom de quoi ? Comment ? C’est pour tenter de répondre à ces questions que les Semaines Sociales de France vous invitent à leur rencontre fin novembre (en ligne et localement) sur le thème « Reconstruire la société : engageons-nous ! ».

La sortie de la pandémie est un défi immense. Comment ne pas créer de nouveaux fossés, entre générations par exemple : retraités épargnés économiquement par la crise, jeunes confrontés au chômage et au poids de la dette contractée ? Comment ne pas sacrifier l’environnement à la volonté de faire repartir vite l’économie ?
Les catastrophes peuvent être des moments de transformations profondes, de nouveaux commencements.
Nous, Semaines sociales de France, voulons nous engager pour cette transformation. Malgré la complexité des sujets, malgré la faiblesse de nos moyens, nous croyons que chacun peut peser sur les événements : des intervenants, acteurs, experts et témoins
nous en convaincront. Nous élaborerons et proposerons ensemble des pistes de solution ; nous les travaillerons en ateliers ; nous les présenterons à ceux qui détiennent le pouvoir, les pouvoirs ; nous les interpellerons au cours de tables-rondes. Ces engagements doivent aussi être personnels : qu’allons-nous inscrire comme changement dans le quotidien de nos vies ?

Une quinzaine d’intervenants en plénière (parmi lesquels Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Cynthia Fleury, Véronique Fayet, Eric Salobir, Grégoire Catta, Dominique Quinio, Bertrand Badré), huit ateliers thématiques, la possibilité de rejoindre des groupes locaux qui travailleront – dans le respect des gestes sanitaires – à partager et débattre, … Une rencontre pour retrouver de l’énergie et des perspectives à nos engagements, quelques résolutions concrètes, à partager de manière démocratique, et l’occasion de se retrouver à beaucoup – même en ligne – pour partager nos engagements au service d’un monde qui en a besoin !

Le programme est ICI, pour s’inscrire c’est par LA !

Belle soeur Angélique !

photo_2._angelique_2_560x320Soeur Angélique Namaika, religieuse de l’ordre des soeurs augustines, est à pied d’oeuvre depuis des années pour soulager les souffrances de son pays, la République démocratique du Congo. Primée par les Nations-Unies, repérée par les prix Aurora, soutenus par la Fondation Caritas, cette religieuse, après avoir consacré des années à guider les jeunes, y compris les futures religieuses, et à leur enseigner l’histoire, la géographie et la religion, a créé un Centre pour la réintégration et le développement, dans lequel plus de 22.000 femmes seront accueillies, puis un orphelinat, devenu clinique pédiatrique.

Angélique Namaika vit dans un grand et beau pays qu’est la République démocratique du Congo. Malheureusement, au cours des dernières décennies, cette terre a été cruelle envers ses propres enfants. Plongée dans les affres de la violence et du désespoir provoqués par les conflits armés, Angélique est venue à la rescousse de milliers de femmes congolaises, la plupart victimes des milices sanguinaires de l’Ouganda voisin appelé Armée de résistance du Seigneur (LRA), dont les combattants redoutés de tous ont fait des ravages. Malgré la terrible réalité à laquelle elle a dû faire face, Angélique Namaika ne s’est jamais autorisée à renoncer. Humble et sereine, elle et animée par une force qui la dépasse.

Un beau témoignage à lire ICI

Qu’il s’agisse ainsi d’une fête pour tous !

« A l’occasion de la fête nationale du 14 juillet, l’ambassadrice Élisabeth Beton-Delègue a offert le repas de midi aux nombreuses personnes fréquentant la mensa de la Communauté de Sant’Egidio dans le Transtevere. » Allez en lire plus sur le site de la communauté >> https://www.santegidio.org/pageID/30284/langID/fr/itemID/37004/L-ambassadrice-de-France-près-le-SaintSiège-célèbre-la-fête-nationale-en-déjeunant-avec-les-pauvres-de-la-mensa-de-Sant-Egidio.html

L’Eglise doit sortir !

distribution-de-repas-dans-une-paroisse-parisienne-durant-le-confinement_articleBeaucoup ont souffert pendant le confinement et d’autres vont les rejoindre dans les prochaines semaines. Quelle réponse des catholiques ? Sortir ! Une quinzaine de personnalités et de responsables d’associations catholiques, parmi lesquelles la Société Saint-Vincent-Paul, le Secours catholique, Sant’Egidio, les AFC ou encore les EDC, appellent les catholiques à aller au-devant de leurs concitoyens fragilisés par la crise sanitaire, via une tribune dans Famille chrétienne :

« Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti ! », nous dit Jésus (Mc 1, 39). Seule une Église en sortie, servante et pauvre, pourra échapper aux tentations mortifères du repli sur soi. Oui, « allons ailleurs » et tournons-nous résolument vers les affamés, les assoiffés, les malades, les personnes âgées, vers ceux qui resteront confinés dans les prisons de leurs addictions, ceux qui subissent la cruelle nudité de l’absence de relations sociales et ceux qui se sentent rejetés ou incompris.

Un appel tonique et prophétique, à découvrir, partager … et mettre en œuvre ! A lire ICI

Un « réfectoire » de prestige pour les plus démunis !

NOCL4IBRKMETASAUGHOTE57XWENous vous avions parlé dans ces colonnes du Reffettorio, ce restaurant modèle, abrité depuis deux ans sous l’église de la Madeleine à Paris, qui, dirigé par un chef de renom, permet aux plus démunis d’avoir accès à un repas de qualité à partir d’invendus. En cette période de pandémie, son équipe a remis le couvert ! Comme nous le raconte le journal Le Parisien, elle permet aux plus démunis de profiter là où ils sont de repas mitonnés par des chefs étoilés, grâce aux invendus du marché de Rungis et aux associations partenaires :

Des sans-abri, des familles hébergées dans des hôtels sociaux qui, à la faveur du confinement, se voient livrer des dîners d’une finesse incomparable, préparés par de grandes toques : c’est la prouesse que réalisent chaque jour du lundi au vendredi depuis le 30 mars, la centaine de bénévoles et six salariés du Refettorio.

Une réactivité, un sens de l’organisation et du service remarquables ! Une belle histoire à retrouver ICI !

Vendée Globe : une voile pour les exclus !

sans-titreEn ces temps confinés, nous rêvons sûrement de grands espaces … Il semble que la course du Vendée Globe puisse avoir lieu. Et parmi les compétiteurs à venir, le skipper Thomas Ruyant de l’équipe Advens portera les couleurs de LinkedOut, ce réseau social porté par Entourage pour permettre aux exclus de profiter des relations d’autrui pour retrouver un travail.

Personne ne peut s’en sortir seul. Aujourd’hui quand on est exclu, sans réseau et avec un parcours difficile, les chances de trouver du travail sont proches de zéro. La précarité n’empêche pas le talent ! Ce qui manque aux personnes exclues c’est un réseau professionnel qui les rend visibles et leur donne accès à des opportunités.
Avec LinkedOut, partagez votre réseau en un clic avec ceux qui en ont le plus besoin et agissez pour donner une place aux exclus dans la société.

On pourra suivre la course en ayant une pensée particulière à la vue de cette voile LinkedOut ! Et aussi soutenir le projet en en parlant autour de nous ou, si l’on en a, en donnant quelques sous ! L’ensemble du projet, « Tous ensemble pour le vent tourne ! », à retrouver ICI !

Leadership du pape ou leadership du Christ ?

Selon le journal Marianne, le pape est ressuscité ! Et en plus avec le coronavirus ???!!! Bon, ce n’est pas tout à fait ce que continuent de célébrer les chrétiens dans la joie de Pâques mais il y a de l’idée… Bref, ce journal voit dans le pape le seul dirigeant qui serait apte à sortir « gagnant » (le mot est sans doute mal choisi) de la crise. Un article à lire ! >>

« Dans cette situation jamais vécue auparavant dans toute l’histoire de l’humanité, il s’est fait le messager d’une présence très vivante et concrète de l’Eglise à la souffrance du monde. Et par ses mots simples et sincères, il a su toucher les gens », commente pour Marianne le père jésuite Federico Lombardi, longtemps le porte-parole du Vatican. Que le pape et l’Eglise catholique sortent spirituellement renforcés de cette épreuve lui parait évident. Et d’autant plus face à l’hécatombe que subit le clergé, en Italie surtout. Plus de 100 prêtres, dont le quart dans le seul diocèse de Bergame, sont déjà décédés des suites du coronavirus.

Donner l’envie de donner

operations-marketing-associations-dons-home-2Le marketing peut agacer quand il ne confine qu’à nous faire acheter des choses inutiles. Mais quand il s’emploie à renouveler l’envie de donner à des oeuvres, en expliquant et éduquant, on ne peut être que reconnaissant de la créativité de certains spécialistes de la discipline ! Creapills nous offre ainsi 6 idées créatives en la matière, dont une de Misereor en Allemagne (un équivalent local du CCFD). Toutes sont heureusement surprenantes, votre serviteur a un faible pour la 4 ! A retrouver ICI ou ci-dessous : Lire la suite

Un reportage au Refettorio

Si vous n’avez pas (encore) entendu parler du Refettorio, ce restaurant gastronomique parisien pour les plus démunis, sachez que « La Ruche qui dit oui » présente dans son dernier magazine un reportage complet sur cette belle œuvre ! « Massimo Bottura, à l’origine du projet et de l’association Food For Soul, ne prétend pas répondre à l’urgence alimentaire, mais a pour ambition de redonner de la dignité à ceux qui croyaient l’avoir perdue, par le beau et le bien-manger. » À découvrir par ici >>

Le taux de pauvreté en France plus faible que dans les autres grands pays riches

Grayscale Photography of Man Praying on Sidewalk With Food in Front

C’est l’Observatoire des inégalités qui rappelle dans cet article la place particulière de la France dans ce classement établi avec les données de l’OCDE. Le taux de pauvreté est en France de 8.3 % en 2016, en légère baisse depuis 2012 où il était à 8.5 %.

Le classement complet trouvable sur le site de l’Observatoire des Inégalités

Ce chiffre est calculé avec les revenus des ménages, ceux à moins de 50 % du revenu médian étant considéré pauvres. L’Observatoire rappelle tout de même que cela laisse toujours cinq millions de personnes en France sous le seuil de pauvreté.

Le palais du Pape … pour les sans-abris !

sdfNous ne souffrons plus d’un hiver très froid depuis quelques temps mais les sans-abris restent à la rue, à Rome aussi … Le Pape a ouvert l’un des palais du Vatican pour les SDF des environs, comme nous le rapporte la RTBF :

Une chambre avec vue sur la place St-Pierre, c’est le cadeau du Pape Francois aux sans-abris de Rome. Désormais quand le soleil se couche derrière la coupole de la basilique, les touristes se réfugient dans les restaurants, mais les sans-abris restent au froid, sous les arches de la colonnade du Bernin.

L’ouverture du Palazzo Migliori aux plus pauvres a fait grincer des dents, tant ce palais aurait pu rapporter beaucoup plus d’argent autrement, mais le media laïc de conclure : « le Pape Francois reste fidèle à sa parole : il veut transformer l’Eglise en une institution pauvre, pour les pauvres ! »

Une histoire à retrouver ICI et ci-dessous :

Lire la suite

Des locaux rénovés pour l’Olivier !

Parce qu’un petit peu de neuf et de confort pour les plus démunis de notre société est une bonne nouvelle ! Lire l’article du Parisien : « « Vous voulez que je vous montre ma chambre ? » Yahya, 54 ans, fait visiter le foyer de l’Olivier, rue Nationale à Boulogne-Billancourt. Comme les autres sans-abri hébergés là, il a connu les anciens locaux et les dortoirs collectifs avant d’emménager, mi-décembre, dans cet équipement flambant neuf. Dans lequel, dorénavant, chaque résident a sa propre chambre.« 

Un arbre à bien couvrir

« L’hiver approche et les initiatives de solidarité se succèdent. A Châteaudun, les membres d’un groupe Facebook local ont pris une initiative originale pour faciliter un tant soit peu la vie des personnes sans-abri. Sur un arbre de la place du 18 octobre, en face de la poste, ils ont déposé gants, bonnets et écharpes dans des petits sacs accrochés au tronc. » Des initiatives locales à multiplier ! >>

Un gâteau pour faire du bien !

Avec ce gâteau, il ne s’agit pas seulement en effet de se faire du bien ! « Pour la deuxième année consécutive et ainsi soutenir sa campagne de fin d’année autour du symbole de la révolution fraternelle, le Secours Catholique-Caritas France (re)lance… le FRATERNEL, une création gourmande et solidaire imaginée en collaboration avec Chef Damien. «Je ne peux concevoir les fêtes de fin d’année sans le plaisir de retrouver ma famille autour d’un bon repas. Savoir que nombreuses personnes sont en situation précaire et ne connaissent pas ce bonheur est pour moi une grande tristesse. Il était donc évident à mon sens d’offrir cette recette au Secours Catholique et ainsi venir en aide aux plus démunis». » Pour en savoir plus et participer à cette belle aventure, ça se passe par là >>

Les plumes, des appels de Dieu ?

« Le synode sur l’Amazonie se termine ces jours-ci. L’Eglise s’interroge à partir d’une région particulière, mais c’est dans l’idée que ce qui se vit là-bas nous concerne tous, quel que soit le lieu où nous habitons. De fait, ce synode n’est pas mené selon une logique purement locale, sa visée est aussi de mettre à jour des questions qui, en réalité, concernent toute l’Eglise… » un billet court mais efficace du p. Étienne Grieu à lire ! >>

Entre les tours, des hommes

Cela se passe à La Défense, entre ceux qui s’occupent des affaires dans les tours et ceux qui dorment au pied de celles-ci et c’est un beau pari.

Solidarité : quand la roue tourne …

8037075_730330a4-4575-11e9-84d5-b527a85471f7-1_1200x778Belle histoire que celle-là qui parle de roues ! Un homme répare des vélos abandonnés pour pouvoir en offrir à ses petits-enfants. Une paroisse le loge en échange de ses services mécaniciens. L’affaire fonctionne et les gens qui repartent avec leur vélo réparé font un don à la Société de Saint-Vincent de Paul en échange. Et depuis, l’atelier accueille aussi des réfugiés pour aider et s’insérer. Oui, quand la roue de la solidarité est enclenchée, elle tourne ! Une belle histoire que nous raconte Le Parisien à retrouver ICI

Lire la suite

La coupe en bure !

Le meilleur enseignant au monde est un Kenyan… frère franciscain ! L’amoureux de Dame Pauvreté est particulièrement généreux puisqu’il « dépense 80 % de son salaire pour aider des élèves défavorisés de son école secondaire mixte Keriko du village de Pwani, à Nakuru dans l’ouest du Kenya.« . Gageons qu’il fera encore davantage de merveilles avec ce prix !

La joie de servir, malgré tout !

joie-orange-281x140Dire que les temps de l’Eglise sont sombres, que nous pouvons douter de notre capacité à dire quelque chose au monde tant l’ombre portée des scandales nous incarcère, et qu’il nous arrive d’être guettés par le désespoir ne sont pas que des hypothèses de travail !… Et pourtant, si l’on regarde ce qu’il se passe dans nos paroisses au quotidien, on retrouve du courage.Lire la suite

Quand la moutarde ne leur monte pas au nez

À Dijon, « À partir du 4 avril, un nouvel accueil de jour sera ouvert à tous, sans distinction de nationalité, de condition sociale, de religion… dans les locaux de l’antenne régionale du Secours catholique (…) « Pouvoir se doucher », « laver ses affaires », « se reposer », un endroit pour que les enfants puissent faire les devoirs, un coin enfant pour jouer, un autre pour qu’ils dorment. » Une belle nouvelle !

Des entreprises au service des plus démunis

FRANCE-RESEARCH-FOUNDATION-CHARITY-HEALTHLe projet a germé bien avant les «gilets jaunes», mais la contestation des derniers mois lui donne une résonance particulière. À Lyon, un collectif d’entreprises (Institut Mérieux, Seb, Sanofi, Plastic Omnium, Crédit agricole…) a décidé d’agir pour loger les démunis.

« Laisser des gens abandonnés au bord de la route, ce n’est pas admissible dans une sciété développée », s’inquiète Alain Mérieux, à l’origine de cette initiative. Face aux limites de l’État, le président de l’Institut Mérieux a décidé d’appeler les entreprises à prendre leurs responsabilités. «Ce qui tourne bien en France, ce sont nos entreprises. Alors, elles n’ont pas le choix, elles doivent s’impliquer encore plus. C’est d’ailleurs ce que souhaitent les jeunes générations de collaborateurs, qui cherchent d’autres valeurs que les seuls profits», estime le dirigeant du groupe familial.

C’est le Figaro qui nous en parle et c’est à retrouver ICI.

Quand pouvoir poser ses bagages est signe d’espérance

Quand pouvoir poser ses bagages est signe d’espérance : une bagagerie solidaire ouvre à Colombes ce lundi 7 janvier. Un rayon de soleil pour ceux qui en ont besoin puisque le but est de permettre aux SDF de mettre leurs affaires en sûreté et de les épauler dans une ambiance conviviale.

C’est aussi un beau service à rendre car chaque bagagerie nécessite la présence de nombreux bénévoles…  y avez-vous pensé ? Vous pouvez en savoir plus sur celles des Hauts-de-Seine en allant sur le site des « bagageries solidaires 92″ >>

A Noël, que se passe-t-il finalement ?

« A Noël, que nous soyons prêts ou pas, Dieu viendra. Il viendra même si on n’y pense plus, si on ne le guette pas, si on ne l’espère plus. Même si on ne connaît plus les raisons de la fête, et si on ne sait plus qui il est. Il viendra et passera au milieu de nos vies. » Les très beaux voeux de Noël du p. François Boëdec, provincial jésuite à lire par ici >> 

Et la première place est attribuée… aux plus pauvres !

A l’occasion de la 2ème journée mondiale des pauvres, le diocèse de Paris a organisé une série d’événements dont une messe et un repas à Saint-Eustache et l’hebdomadaire du diocèse revient sur ce grand moment.

« Konstantinos, la soixantaine, chapeau noir et rose à la boutonnière, entame son chili con carne. « Je suis philosophiquement athée, affirme-t-il, mais notez que pendant toutes ces années de rue, l’Église de Paris s’est occupée de moi. Je suis vraiment reconnaissant ! » (…) Et Armelle de conclure : « Bien sûr, la vie est difficile, mais qu’il y ait de la joie, ça compte. » »

D’autres beaux témoignages à découvrir dans Paris Notre-Dame >>

Le christianisme social est une question plus qu’une réponse !

 

_0_487_348Le week-end prochain se tient à Nogent-sur-Marne la nouvelle rencontre des Semaines Sociales de France (SSF). Cette année, une perspective toute particulière, « Chrétiens et engagés – Rencontres du christianisme social », et au cœur de celle-là une réflexion sur les prochaines années / décennies d’utilité sociale et pastorale des SSF et au-delà la question de l’engagement des chrétiens dans la société. Elena Lasida, une des actrices de la rénovation des SSF, partage quelques repères dans La Croix :

Le christianisme social peut être défini comme un processus toujours ouvert, comme un chemin toujours en train de se faire, en direction d’une « terre promise » dont on ne connaît ni la forme ni l’emplacement. […] Le chemin du christianisme social vient de très loin. Des hommes et des femmes, des groupes et des mouvements sont depuis longtemps dans ce chemin. Avec les balises données par la pensée sociale de l’Église, ils ont ouvert des chemins et des espaces qui ont permis, au cours de l’histoire, de mettre en cohérence l’être-au-monde et l’être-chrétien. Ces espaces ont répondu aux besoins d’une époque. Mais le monde est aujourd’hui en pleine mutation, et de nouveaux espaces sont à inventer pour vivre cette cohérence. C’est le moment d’entendre et de mettre en application l’invitation du Pape à « initier des processus plutôt que posséder des espaces ».

Un espace ouvert à la réflexion et à l’engagement de chacun … Le programme de cette belle rencontre à venir (dépêchez-vous, les places deviennent très chères !), c’est par ICI. A découvrir (vite !…) et partager largement (vite aussi!)

20 ans d’Anak ! Un beau Match… contre la misère !

L’association Anak qui s’occupe des enfants dans les rues de Manille a 20 ans et Paris Match consacre un bel article à l’association et au combat du p. Matthieu Dauchez. Ce dernier sera le 20 octobre prochain à l’église Saint-Sulpice et présentera son nouveau livre.

Voici la conclusion de l’article : « Lorsque nous nous étions quittés il y a 12 ans, il nous disait : «Ce que nous accomplissons est une goutte d’eau. Nous en ferions dix fois plus, ce serait encore une goutte d’eau. Pourtant tout reste possible, y compris lorsque la situation semble presque perdue.» L’océan n’a malheureusement pas rétréci mais certains, jusqu’au bout de leur vie, ne renonceront jamais à écoper les voies d’eau du malheur. Le père Matthieu Dauchez est de ces hommes-là. » Nous vous invitons à la découvrir en intégralité par ici >>

Dons aux associations : encore un effort … vraiment !

les-dons_articleIl y a un an déjà en ces colonnes, nous nous inquiétions de la chute des dons aux associations. Famille chrétienne indique que, suite dans un contexte fiscal en pleine évolution, la situation semble avoir empiré :

« La collecte est nettement moindre. On sent un essoufflement des dons », prévient Olivier Loock, directeur de la recherche de fonds des Petits Frères des Pauvres, qui œuvrent auprès des personnes âgées isolées. « Sont menacés les gens qu’on accompagne et ceux qui pourraient réduire leurs impôts. Tout le monde est perdant ! » Même son de cloche à la fondation Habitat et Humanisme, au Secours catholique, aux Apprentis d’Auteuil ou au Collège des Bernardins. Selon France Générosité, le syndicat qui regroupe les associations et les fondations, la baisse serait de 50 % entre 2017 et 2018.

L’article est à retrouver ICI. Vous avez des moyens ? Donnez, même un peu, en espérant que cette alerte sera prise en compte par nos gouvernants …

Près de Naples, la Gare de l’âme

Dans La Scampia, un quartier populaire de la banlieue de Naples, une communauté de moines franciscains vit depuis 1976 avec tout ce que l’homme jette : des fruits et des légumes qui ne se vendent pas, des aliments qui vont bientôt être périmés… et même un train de la Ferrovia dello Stato, l’équivalent de la SNCF en Italie. En effet, cinq beaux wagons des années 1940 ont été transformés en couvent. Il est aujourd’hui connu sous le nom de la Gare de l’âme.

Quel christianisme social aujourd’hui ?

LogodesSemainessocialesdeFranceC’est le thème du dossier de septembre des Semaines Sociales de France :

Au mois de septembre,  nous mettons à l’honneur le christianisme social.
Vivant dans une époque de grandes transformations sociétales, il nous appartient aujourd’hui d’en redessiner les contours, les enjeux et la vision pour demain. Ce dossier sera régulièrement enrichi tout au long du mois.

L’occasion de (re)découvrir la Pensée sociale de l’Eglise, indispensable colonne vertébrale pour vivre en chrétien dans le monde d’aujourd’hui ! C’est à retrouver ICI.

Lire la suite