Europe : joyeux anniversaire grand-mère

On se rappelle les mots du Pape François au Parlement Européen à Strasbourg, puis lors de la remise du Prix Charlemagne : l’Europe est une vieille grand-mère qui doit aujourd’hui retrouver une part de sa jeunesse.

L’anniversaire du Traité de Rome du 25 mars 1957 est l’occasion de se repencher sur les liens entre projet européen et christianisme, comme nous y invite une émission de France Inter à laquelle a participé Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef adjointe du quotidien La Croix. L’occasion aussi de relire sur le blog des Cahiers Libres une synthèse sur la pensée de Schuman : « l’Europe selon Robert Schuman ».

Surtout, il faut lire le discours du détenteur du Prix Charlemagne, le Pape François, prononcé lorsqu’il a reçu, ce vendredi 24 mars, des dirigeants européens inquiets de la montée des populismes pour leur donner une nouvelle leçon d’Europe. Lire la suite

Le pape chez Abdel Karim

Aujourd’hui, le pape a changé notre vie, nous sommes très heureux. C’est incroyable que le pape soit entré dans ma maison. Il me semble que je rêve, mais au contraire tout est vrai : j’ai eu le pape dans ma maison !

Le pape est entré dans Milan en passant par les « périphéries ». Il est allé à la rencontre de plusieurs familles dont celle d’Abdel Karim Mihoual, musulman, originaire du Maroc – manifestement source d’une grande joie pour lui, comme le rapporte Zenit. Le pape s’est vu offrir du lait et des dattes, dans la pure tradition marocaine, indique le site marocain, le360.ma.

Pour qui en doute : oui, la rencontre est possible.

Cela a été une chose très belle, a confié la maman, Hanane, souriante, que le pape soit venu ici trouver une famille musulmane.

24h pour le Seigneur

« Le pape François a invité toutes les communautés catholiques du monde à vivre ‘avec foi’ les ’24h pour le Seigneur’ organisées les 23 et 24 mars 2017.

Lors de l’audience générale du 22 mars, place Saint-Pierre, le pape a en effet évoqué cette initiative promue par le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation sur le thème ‘Je veux la miséricorde’ (Mt 9,13).

L’événement prévu dans de nombreux diocèses entend faire ‘redécouvrir le sacrement de la réconciliation’, a rappelé le pape : ‘Je souhaite que cette année aussi ce moment privilégié de grâce sur le chemin du carême soit vécu dans beaucoup d’églises pour expérimenter la rencontre joyeuse avec la miséricorde du Père, qui accueille tout le monde et qui pardonne' ».

Lire plus sur zenit.org

« Confessions uniquement le lundi et le mercredi »

Confesser est une véritable une priorité pastorale. S’il vous plaît, qu’on ne voit pas ces panneaux « Confessions uniquement le lundi et le mercredi, de telle heure à telle heure ». Les gens doivent pouvoir se confesser quand ils le veulent.

Quand vous êtes dans votre confessionnal à prier, quand vous êtes tenez ouvert votre confessionnal, c’est le Cœur de Dieu qui est ouvert.

Pape François

 

Tout faire pour que chacun puisse travailler

Marxiste, le pape ? Ou empreint du sens de la dignité humaine, qui se traduit aussi dans les relations économiques ? Improvisant, lors de l’audience générale de ce jour, il a expliqué que : « celui qui pour des manœuvres économiques, pour réaliser des affaires pas complètement claires, ferme des usines, ferme des entreprises et supprime le travail d’hommes, cette personne fait un péché gravissime ». Si nul ne contestera que l’on ne saurait supprimer des emplois pour des affaires troubles, l’introduction de son propos était de portée plus générale : Lire la suite

François : déjà 4 ans de pontificat

A l’occasion de ce quatrième anniversaire du pontificat de François (élu le 13 mars 2013), Radio Vatican a interviewé le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État du Saint-Siège. Souvenir :

«Le nom « François », qui n’était pas dans la série des Papes, a tout de suite caractérisé ce que seraient les caractéristiques du nouveau Souverain pontife», ainsi que «son discours, fait avec tellement de simplicité, tellement de paix, tellement de sérénité». «Ce qui m’a frappé surtout, c’est cette confiance réciproque, le fait que lui, il se soit confié au peuple, et qu’il ait demandé la prière du peuple afin que Dieu le bénisse, le « saint peuple de Dieu », comme aime le dire le Pape François.»

[…] Revenant sur le Jubilé de la miséricorde, le cardinal Parolin rappelle que «l’histoire du Salut n’est pas autre chose que l’histoire de la révélation de l’amour, de la miséricorde et de la tendresse de Dieu à l’égard de l’humanité. Le Pape nous a justement ramené à ce centre, à cette source», se réjouit le Secrétaire d’État, qui remarque un réveil du sacrement de la confession, dans les paroisses, ainsi qu’une attention plus forte pour les pauvres.

[…] «Ce qui m’impressionne, chez le Pape François, c’est justement sa lecture de foi des choses, des situations, dont naît une grande sérénité de fond. Je le lui ai dit de nombreuses fois, mais je l’expérimente justement dans le contact avec lui : cette sérénité de fond pour laquelle face aux situations, aussi les plus difficiles, les plus compliquées – il y en a tellement aussi un motif de préoccupation et d’inquiétude -, cette capacité de regarder avec sérénité les choses, de savoir que les choses sont dans la main de Dieu, et donc d’aller de l’avant avec force, d’aller de l’avant avec courage. Et je dirais que cela m’aide aussi beaucoup dans l’exercice de mes responsabilités et de mon rôle».

Lire l’article en intégralité sur Radio Vatican…

Viri probati

De l’interview du Pape François donnée à Die Zeit, la plupart des médias n’a bien voulu retenir que la phrase : « Nous devons réfléchir pour savoir si les viri probati [l’ordination d’hommes mariés d’âge mûr ayant fait leurs preuves, ndlr] sont une possibilité. ». Saluons l’effort de ces journalistes qui, pour une fois, ne parlent pas du « mariage des prêtres » !

Cette question de viri probati n’est pas du tout nouvelle, elle se pose depuis le Concile Vatican II. Dans son interview à Die Zeit, le pape François dit que le célibat optionnel n’est pas la solution. Je le comprends. Ce n’est pas la solution car ce n’est pas le problème. On se focalise sur les vocations et sur le célibat des prêtres, alors que le problème est une Église qui se soucie de la survie de ses structures au lieu de chercher à être missionnaire. Si notre inquiétude est de maintenir des structures qui existent depuis des siècles, c’est dramatique.

Mon problème, en tant qu’évêque d’un diocèse rural, ce n’est pas d’avoir moins de prêtres, mais de ne pas avoir de jeunes prêtres. […] Et même si j’ordonnais des viri probati, cela ne résoudrait pas le problème, qui est que nos communautés sont devenues des assemblées de personnes âgées. Ce n’est pas surprenant qu’il n’y ait pas de jeunes dans les séminaires, quand on voit la composition des assemblées !

« Derrière les populismes (…) l’identité des peuples »

Le Pape à 'Die Zeit' je ne suis pas un homme exceptionnel - Radio Vatican 09-03-2017 à 16-26-26Le pape a accordé une interview à Die Welt, dont Radio Vatican nous donne la substance. Il confesse demander à Dieu l’humour pour affronter les critiques, explique se sentir agressé lorsqu’on l’idéalise. Et, sur les crises politiques en Europe, il redit que les populismes se sont toujours appuyés sur l’identité des peuples pour se justifier.

Le Pape est également interrogé sur les crises politiques qui secouent l’Europe. « Derrière les populismes, affirme-t-il, il y a toujours un messianisme. Il y a aussi une justification : l’identité du peuple ». Or, « le populisme est mauvais et à la fin, cela finit mal comme nous le montre le siècle passé », faisant explicitement référence au nazisme.

Le Pape et la musique sacrée

 

Musique sacréeL’Église a une double mission en matière de musique sacrée : en « sauvegarder et en valoriser le riche et multiforme patrimoine hérité du passé » et l’acculturer dans « les langages artistiques et musicaux ». […]

Cette musique sacrée doit « incarner et traduire la Parole de Dieu en chants, en sons, en harmonies qui fassent vibrer le cœur de nos contemporains, créant même un climat émotif qui dispose à la foi et suscite l’accueil et la pleine participation au mystère qui se célèbre ». Parce que la musique est le plus court chemin vers la pleine participation à l’eucharistie, la réflexion et l’engagement pastoral concernant la musique sacrée doivent tendre vers une meilleure connaissance afin d’entrer profondément dans le Mystère de Dieu, de le contempler, de l’adorer et d’accueillir.

Le Pape reconnait qu’à la suite du Concile Vatican II, « la rencontre avec la modernité et l’introduction des langues parlées dans la Liturgie a créé pas mal de problèmes de langage, de forme et de genres musicaux. Parfois, une certaine médiocrité, superficialité et banalité a prévalu, au détriment de la beauté et de l’intensité des célébrations liturgiques ». Pour renouveler l’offre musicale et l’améliorer, il faut donc bien former musicalement les futurs prêtres, recommande François, dans le dialogue avec les courants musicaux de notre temps et avec les instances des diverses aires culturelles, et ce, de manière œcuménique.

Radio Vatican

24 mars : rencontre entre le pape et les dirigeants européens

Le Pape François recevra le 24 mars prochain les chefs d’état et de gouvernement de l’Union Européenne. Le bureau de presse du Saint-Siège précise que cette audience au Vatican aura lieu alors que les responsables de l’Union Européenne seront à Rome à l’occasion des célébrations du 60 ème anniversaire de la signature du traité de Rome.

« Prendre soin de la Bible comme de notre portable »

Le Pape François lors de l'angélus, dimanche 5 mars 2017 - AP
Le Pape François lors de l’angélus, dimanche 5 mars 2017 – AP

Le Pape François appelle les fidèles, en ce temps de montée vers Pâques, «à suivre les traces de Jésus en affrontant le combat spirituel contre le malin avec la force de la Parole de Dieu». Pour cela, il est important de «se familiariser avec la Bible, la lire souvent, la méditer, l’assimiler. La Bible contient la Parole de Dieu, qui est toujours actuelle et efficace».

Le Pape établit alors une «comparaison paradoxale mais qui fait réfléchir» […] : que se passerait-il, interroge le Saint-Père, «si nous traitions la Bible comme nous traitions notre téléphone portable; si nous l’emportions toujours avec nous; si nous retournions la chercher quand nous l’oublions; si nous l’ouvrions plusieurs fois par jour; si nous lisions les messages de Dieu contenus dans la Bible comme nous lisons les messages du téléphone portable».

Et le Pape insiste «Si nous avions toujours à cœur la Parole de Dieu (…) aucun obstacle ne pourrait nous faire dévier de la route du bien». Nous serions ainsi capables de vaincre les tentations quotidiennes, «d’accueillir et d’aimer nos frères, en particulier les plus vulnérables et les plus faibles, et même nos ennemis». 

Radio Vatican

Un jeûne véritable, attentif au prochain, fondé sur la justice

Capture« Le Seigneur attend un jeûne véritable, attentif au prochain, fondé sur la justice a précisé le Saint-Père. Le Pape a raconté une anecdote, celle du père Pedro Arrupe, l’ancien supérieur des Jésuites, quand il était missionnaire au Japon. Un riche homme d’affaires lui fit un don pour son activité missionnaire, mais avec lui se tenaient un photographe et un journaliste. L’enveloppe contenait simplement 10 dollars.

‘Ne vous éloignez pas de l’œuvre bonne, car c’est pour le Père que vous la faites’ a averti le Pape, rappelant les paroles de Jésus invitant à prier dans le secret, et à faire l’aumône sans tambour ni trompette ».

Lire plus sur Radio Vaticana

« Le Carême est le temps pour dire non. »

Le pape François lors de la messe du Mercredi des Cendres, mercredi 1er mars 2017. / VINCENZO PINTO/AFP
Le pape François lors de la messe du Mercredi des Cendres, mercredi 1er mars 2017. / VINCENZO PINTO/AFP

La Carême est un chemin : il nous conduit à la victoire de la miséricorde sur tout ce qui cherche à nous écraser ou à nous réduire à quelque chose qui ne convient pas à la dignité des fils de Dieu. Le Carême est la route de l’esclavage à la liberté, de la souffrance à la joie, de la mort à la vie. Le geste des cendres par lequel nous nous mettons en chemin nous rappelle notre condition d’origine : nous avons été tirés de la terre, nous sommes faits de poussière. Oui, mais poussière dans les mains amoureuses de Dieu qui souffle son Esprit de vie sur chacun de nous et veut continuer à le faire ; il veut continuer à nous donner ce souffle de vie qui nous sauve des autres types de souffle : l’asphyxie étouffante provoquée par nos égoïsmes, asphyxie étouffante générée par des ambitions mesquines et des indifférences silencieuses ; asphyxie qui étouffe l’esprit, réduit l’horizon et anesthésie les battements du cœur. Le souffle de la vie de Dieu nous sauve de cette asphyxie qui éteint notre foi, refroidit notre charité et détruit notre espérance. Vivre le Carême c’est désirer ardemment ce souffle de vie que notre Père ne cesse de nous offrir dans la fange de notre histoire. […]

Le Carême est le temps pour dire non. Non à l’asphyxie de l’esprit par la pollution causée par l’indifférence, par la négligence à penser que la vie de l’autre ne me regarde pas, par toute tentative de banaliser la vie, spécialement celle de ceux qui portent dans leur chair le poids de tant de superficialité. Le Carême veut dire non à la pollution intoxicante des paroles vides et qui n’ont pas de sens, de la critique grossière et rapide, des analyses simplistes qui ne réussissent pas à embrasser la complexité des problèmes humains, spécialement les problèmes de tous ceux qui souffrent le plus. Le Carême est le temps pour dire non ; non à l’asphyxie d’une prière qui nous tranquillise la conscience, d’une aumône qui nous rend satisfaits, d’un jeûne qui nous fait nous sentir bien. Le Carême est le temps pour dire non à l’asphyxie qui nait des intimismes qui excluent, qui veulent arriver à Dieu en esquivant les plaies du Christ présentes dans les plaies des frères : ces spiritualités qui réduisent la foi à une culture de ghetto et d’exclusion.

Le carême est un chemin d’espérance

Pour bien comprendre ce que signifie le Carême, le Pape est revenu sur le sens de ces 40 jours précédant Pâques qui font référence à l’Exode des Hébreux « dans l’espérance de rejoindre la Terre promise ». Comme le résume bien Xavier Sartre pour Radio Vatican, François explique que malgré la tentation permanente de retourner en arrière, vers l’Egypte, les hébreux ont accompli un « exode », au sens propre du terme, une « sortie de l’esclavage vers la liberté ». Et pour nous aussi, a précisé le Saint-Père, il s’agit d’une « sortie de l’esclavage, du péché, vers la liberté, vers la rencontre avec le Christ Ressuscité ». « Chaque pas, chaque effort, chaque épreuve, chaque chute et chaque reprise, tout a un sens à l’intérieur du dessein de salut de Dieu qui veut pour son peuple la vie et non la mort, la joie et non la douleur ».

Le Pape et l’archevêque de Cantorbery en voyage au Sud-Soudan ?

Le pape François bénit l’assemblée lors de sa visite à l’église anglicane de Rome, le 26 février 2016. / Alessandro Bianchi / Reuters
Le pape François bénit l’assemblée lors de sa visite à l’église anglicane de Rome, le 26 février 2016. / Alessandro Bianchi / Reuters

Dans La Croix :

À l’occasion de sa visite à la paroisse anglicane de Rome, le pape François annoncé dimanche 26 février son souhait de se rendre au Soudan du Sud pour une visite œcuménique aux côtés du Dr Justin Welby, archevêque de Cantorbéry et primat de la Communion anglicane.

« Je suis en train d’étudier avec mes collaborateurs la possibilité d’un voyage au Soudan du Sud. Je ne veux pas y aller seul, mais avec l’archevêque de Cantorbéry Justin Welby », a déclaré le pape en répondant aux questions des fidèles anglicans qui l’interrogeaient pendant sa visite à la paroisse All Saints Church de Rome.

Lire la suite de l’article

« La Torah manifeste l’amour de Dieu »

Pape François Abraham Skorka JuifLe Pape François a reçu ce matin une délégation internationale d’intellectuels juifs, menée par son «frère et ami» argentin le rabbin Abraham Skorka, pour la présentation d’une nouvelle édition de la Torah. Se rencontrer autour de la Torah, «l’enseignement vivant du Dieu vivant», selon les termes de saint Jean-Paul II, revient à se rencontrer «autour du don du Seigneur, de Sa révélation, de Sa parole», a déclaré le Pape François.

La Torah «manifeste l’amour paternel et viscéral de Dieu, un amour fait de paroles et de gestes concrets, un amour qui devient alliance. Et justement cette parole alliance est riche de résonances qui nous rapprochent», a estimé le Pape. «Dieu, le plus grand et fidèle Allié», a appelé Abraham «pour former à partir de lui un peuple qui devienne une bénédiction pour tous les peuples de la terre, et rêve d’un monde dans lequel les hommes et les femmes soient alliés avec Lui et donc vivent en harmonie entre eux et avec la Création».

Lire la suite sur Radio Vatican

Le Pape préface le livre d’une victime d’abus sexuels

Le Pape réaffirme le principe de la "tolérance zéro" pour les prêtres coupables d'abus sexuels« C’est une épreuve pour la victime d’un pédophile de prendre la parole et de raconter ce qu’elle a enduré, de décrire les traumatismes qui persistent encore des années après. C’est pourquoi le témoignage de Daniel Pittet est nécessaire, précieux et courageux. […]

Comment un prêtre, ordonné au service du Christ et de son Église, peut-il en arriver à causer autant de malheur ? Comment, alors qu’il est consacré pour amener un enfant à Dieu, peut-il le dévorer dans ce que j’ai appelé un «sacrifice diabolique » qui détruit tout à la fois sa proie et la vie de l’Église ? Certaines victimes sont allées jusqu’au suicide. Ces morts pèsent sur mon cœur et sur ma conscience, et sur celle de toute l’Église. À leurs familles j’offre mes sentiments d’amour et de douleur, et, humblement, je demande pardon.

Lire la suite

Des nouvelles de Benoît XVI

ANSA1033918_ArticoloBenoît XVI a renoncé à sa charge il y a 4 ans, le 11 février 2013.

Benoît XVI vit « son service d’accompagnement dans la prière de la vie de l’Église et de solidarité avec son successeur » « dans la prière, en retrait, d’un point de vue spirituel et avec une discrétion extrême », explique le père Lombardi.

[Le P. Lombardi a trouvé Benoît XVI] « parfait du point de vue de la lucidité, de la présence spirituelle, mentale ». « C’est un vrai plaisir d’être avec lui », ajoute-t-il, reconnaissant que ses « forces physiques s’affaiblissent un peu ». Mais, rassure-t-il, « il est sur pied, il peut marcher chez lui ». « C’est une personne âgée devenue un peu plus fragile avec le temps mais qui est parfaitement présente et qu’il est très agréable de rencontrer ».

Depuis quatre ans, Benoît XVI vit « dans la prière », avec « Dieu au centre, la foi comme sens de notre vie », « ce sens de la proximité de la rencontre avec Dieu, sa façon de vivre le vieil âge comme un temps de préparation et de familiarisation avec le Seigneur que l’on se prépare à rencontrer ».

Lire la suite

Le Pape François et les migrants : clarification

Le pape François appelle à accueillir mais aussi à intégrer les migrantsA lire sur La Croix, cette interview du jésuite canadien Michael Czerny, co-sous-secrétaire de la section pour les migrants et les réfugiés du nouveau dicastère pour le développement humain intégral, chargé, en décembre par le pape, de suivre sous son autorité directe cette question dont il semble avoir fait le coeur de son pontificat. Michael Czerny y explicite l’approche de François.

Extrait :

En France, certains craignent que cette immigration menace l’identité européenne…

 

P. M. C. : L’intégration est forcément aussi culturelle. Les migrants qui arrivent en France doivent s’intégrer dans la société française. Le pape souligne bien qu’ils doivent respecter la culture et les lois des pays d’accueil même si, comme cela se fait au Canada d’où je viens, il faut aussi être capable d’adapter nos normes pour faciliter cette intégration.

Ceci dit, comment peut-on, face à quelqu’un dans le besoin, se poser la question de la menace de sa propre identité ? Les chrétiens ne doivent pas être effrayés. En anglais, on parle des « gated communities », ces communautés refermées sur elles à l’abri de hauts murs. Une telle mentalité n’est plus possible aujourd’hui : nous vivons dans un seul monde, on ne peut pas bâtir un monde d’exclusion.

 

Le pape n’a-t-il pas plaidé pour une certaine « prudence », les États devant vérifier leur capacité d’accueil ? La France, par exemple, en a-t-elle les moyens ?

 

P. M. C. : La France a d’énormes capacités ! Combien de logements vides y a-t-il ? Au Liban, il y a 3 millions d’habitants et 1 million de réfugiés. Je ne crois pas que la France soit dans un tel cas. Quand on se pose la question de savoir si on est prêt à accueillir davantage de personnes, il faut dépasser la simple question statistique. C’est donc plus une question de qualité d’accueil, d’esprit d’accueil, en prenant en compte les besoins spécifiques de certains, comme les réfugiés qui n’ont nulle part où aller.

Lire l’intégralité de l’interview réalisée par Nicolas Senèze…

Jean-Luc Mélenchon et le Pape François

Famille Chrétienne a interrogé Jean-Luc Mélenchon sur le Pape François. Est notamment abordé le rôle du Pape en matière d’écologie, de politique internationale, autour de la crise des migrants, … Un témoignage de la portée des paroles du Pape dans la sphère politique française.

Fraternité Saint-Pie-X : vers une prélature personnelle ?

Capture« Dans un entretien du 29 janvier avec la chaîne TV Libertés, Mgr Bernard Fellay, supérieur de la Fraternité fondée par Mgr Marcel Lefebvre, affirme qu’un accord est possible’. Selon le prélat, il n’est pas ‘nécessaire’ d’attendre que la situation interne dans l’Eglise soit devenue ‘totalement satisfaisante’ aux yeux de la Fraternité Saint-Pie X.

Dans cet entretien, Mgr Fellay explique également la sollicitude du pape François pour la FSSPX par son attention aux “périphéries“, et affiche son souhait de mettre fin à la séparation d’avec Rome. ‘Il ne manque plus qu’un ‘tampon’ pour conclure un accord’, a-t-il même exprimé ».

Lire plus dans Famille Chrétienne

Mes trois papes…

Capture« S’exprimant, mercredi 25 janvier, en ouverture des Journées Saint-François de Sales, rassemblement annuel de la presse chrétienne à Annecy (Haute-Savoie), le P. Federico Lombardi est revenu sur son expérience de communicant auprès des papes Jean-Paul II, Benoît XVI et François ».

Lire dans La Croix

Pourquoi le Pape a-t-il démissionné le grand maître de l’ordre de Malte ?

Capture« La destitution d’Albrecht von Boeselager intervient dans cette logique, visant à remplacer peu à peu les membres du Souverain Conseil par des collaborateurs plus coopératifs. Le refus brutal que le Vatican diligente la moindre enquête, opposé par le grand maître et exprimé au cours de plusieurs échanges en des termes acrimonieux relayés par la presse, apparaît dès lors sous un jour nouveau. Las de cette situation et inquiets pour l’avenir de l’Ordre, plusieurs chevaliers ont répondu à l’enquête diligentée par le Pape et l’ont alerté sur les risques de transformation de l’Ordre en République bananière. C’est cette dynamique délétère, enclenchée depuis plus de deux années, qui explique la décision du Pape à l’encontre de Fra’ Matthew Festing ».

Lire plus sur Aleteia…

La réconciliation dans le Christ ne peut se réaliser sans sacrifice

Capture« Nous pouvons nous demander aujourd’hui : comment proclamer cet évangile de réconciliation après des siècles de divisions ? C’est Paul lui-même qui nous aide à trouver la voie. Il souligne que la réconciliation dans le Christ ne peut se réaliser sans sacrifice. Jésus a donné sa vie, en mourant pour tous. De même, les ambassadeurs de la réconciliation sont appelés, en son nom, à donner leur vie, à ne plus vivre pour eux-mêmes, mais pour Celui qui est mort et ressuscité pour eux. Comme Jésus l’enseigne, ce n’est que lorsque nous perdons la vie par amour pour lui que nous la gagnons vraiment. C’est la révolution que Paul a vécue, mais c’est la révolution chrétienne de toujours : ne plus vivre pour nous-mêmes, pour nos intérêts et retours d’image, mais à l’image du Christ, pour lui et selon lui, avec son amour et dans son amour ».

Voir plus sur Radio Vatican

Communiquer l’espérance et la confiance en notre temps

Pape FrançoisEn ce 24 janvier, fête de St François de Sales, patron des journalistes et écrivains (entre autres…), le Pape François a publié son message pour la prochaine journée mondiale des communications sociales.

L’accès aux médias, grâce au développement technologique, est tel que beaucoup de gens ont la possibilité de partager instantanément l’information et de la diffuser de manière capillaire. Ces informations peuvent être bonnes ou mauvaises, vraies ou fausses. Par le passé, nos pères dans la foi parlaient de l’esprit humain comme de la meule d’un moulin qui, actionnée par l’eau, ne peut pas être arrêtée. Celui qui est responsable du moulin a cependant la possibilité de décider de moudre du grain ou de l’ivraie. L’esprit de l’homme est toujours en action et ne peut cesser de « moudre » ce qu’il reçoit, mais c’est à nous de décider de quel matériel l’approvisionner.

Je voudrais que ce message puisse atteindre et encourager tous ceux qui, dans leur milieu professionnel ou dans leurs relations personnelles, « moulent » chaque jour beaucoup d’informations pour offrir un pain frais et bon à ceux qui se nourrissent des fruits de leur communication. Je voudrais exhorter chacun à une communication constructive qui, en rejetant les préjugés envers l’autre, favorise une culture de la rencontre grâce à laquelle il est possible d’apprendre à regarder la réalité en toute confiance.

Un message particulièrement adapté aux internautes, et à lire en entier ici !

Un pape qui dérange

Capture FC« On explique que François, à l’encontre de ses prédécesseurs, accepterait le monde moderne dans sa trajectoire actuelle, accompagnant ses évolutions sans vouloir les contrecarrer. Aussi accepterait-il l’état des mœurs, et notamment la réalité massive du divorce. Et – pourquoi pas  ? – les unions homosexuelles. C’est donc à une révolution déterminante que se serait attelé cet homme, dont certains déplorent la solitude et le possible échec… »

Lire Gérard Leclerc dans France Catholique

Une lettre du Pape aux jeunes

cq5dam-1Chers jeunes,

J’ai la joie de vous annoncer qu’en octobre 2018 se célébrera le Synode des Évêques sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Je vous ai voulu au centre de l’attention parce que je vous porte dans mon coeur. […]

Me viennent à l’esprit les paroles que Dieu adressa à Abram: « quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t’indiquerai » (Gn 12, 1). Ces paroles s’adressent aujourd’hui aussi à vous: ce sont les paroles d’un Père qui vous invite à “sortir” pour vous lancer vers un futur non connu mais porteur de réalisations certaines, vers lequel Lui-même vous accompagne. Je vous invite à écouter la voix de Dieu qui résonne dans vos coeurs à travers le souffle de l’Esprit Saint. […]

Je souhaite aussi vous rappeler les paroles que Jésus dit un jour aux disciples qui lui demandaient: « Maître, où habites-tu? ». Il répondit: « Venez et voyez » (Jn 1, 38-39). Vers vous aussi Jésus tourne son regard et vous invite à aller chez lui. Chers jeunes, avez-vous rencontré ce regard? Avez-vous entendu cette voix? Avez-vous ressenti cette ardeur à vous mettre en route? Je suis sûr que, même si le vacarme et la confusion, semble régner dans le monde, cet appel continue à résonner dans votre âme pour l’ouvrir à la joie complète. […]

Un monde meilleur se construit aussi grâce à vous, à votre désir de changement et à votre générosité. N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux, ne temporisez pas quand la conscience vous demande d’oser pour suivre le Maître. L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi; voire de vos doutes et de vos critiques. Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. Saint Benoît recommandait aux abbés de consulter aussi les jeunes avant toute décision importante, parce que “souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur” (Règle de Saint Benoît III, 3).

Es-tu témoin ou perroquet ? Petite leçon d’évangélisation par le pape François

Témoigner du Christ seulement en paroles, c’est être «un chrétien-perroquet»Le Pape François s’est rendu dimanche dernier à la paroisse Sainte-Marie de Setteville, dans l’agglomération romaine, où il a passé « plusieurs heures sur places, prenant le temps de rencontrer les différents acteurs de la vie de la paroisse, notamment des groupes d’enfants et de scouts avec lesquels il s’est livré au jeu des questions-réponses pendant environ 30 minutes »nous dit Radio Vatican. « Il leur a rappelé que le témoignage chrétien consiste à parler du Seigneur avec joie, malgré toutes les épreuves de la vie. »

Zenit fournit la retranscription de son échange avec les enfants. Extraits :Lire la suite

Le rôle des parents, selon le Pape François

Le rôle des parents des baptisés: conserver la foi, la faire grandir et rendre témoignageDimanche dernier, à l’occasion de la fête du baptême du Christ, le Pape François a baptisé 28 enfants. Lors de son homélie il a rappelé aux parents : « N’oubliez pas: vous avez demandé la foi, à vous la tâche de garder la foi, de la faire grandir, que ce soit un témoignage pour nous tous, pour nous tous : y compris pour nous les prêtres, les évêques, tous. Merci. »

Lire l’intégralité de l’homélie sur Zenit…

Dans l’agenda du Pape en 2017

Pope Francis disembarks from a plane after arriving at Tbilisi International Airport on September 30, 2016. Pope Francis set off on September 30 for Georgia and Azerbaijan on what Vatican officials billed as a mission to promote peace in a troubled part of the world, three months after he visited neighbouring Armenia. / AFP PHOTO / VINCENZO PINTO
AFP PHOTO / VINCENZO PINTO

Voyages, visites, rencontres, réforme de la curie, … le programme du Pape François est déjà bien chargé pour 2017 ! Et il nous réserve bien des surprises…

Un premier coup d’oeil sur l’agenda du Pape proposé par La Croix ici.

Les vœux du Pape au corps diplomatique

Vœux du Pape au corps diplomatique : le texte intégralLe Pape François a reçu ce lundi matin, 9 janvier 2017, l’ensemble des ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège, pour le traditionnel discours des vœux au Corps diplomatique, qui permet de faire le point sur les grands dossiers internationaux. Il a choisi cette année de consacrer cette rencontre « au thème de la sécurité et de la paix, puisque dans le climat d’appréhension générale pour le présent et d’incertitude et d’angoisse pour l’avenir, dans lequel nous nous trouvons immergés, je pense important d’adresser une parole d’espérance, qui indique aussi une perspective de chemin. » Radio Vatican propose à la lecture la traduction intégrale de ce discours. En voici quelques extraits choisis :Lire la suite

Le Pape François, les catholiques et l’identité

dandrieu-koz Suite à la parution ce mois de janvier du livre d’Erwan le Morhedec Identitaire, le mauvais génie du christianisme, le débat paraît lancé dans le monde catholique sur le rapport de l’Eglise et des baptisés à l’identité, à la nation et à l’immigration (voir articles du Monde et de la Vie). Il faut dire que paraît, dans le même temps un ouvrage de Laurent Dandrieu intitulé Eglise et immigration, le grand malaise. Le pape et le suicide de la civilisation européenne, qui prend lui aussi position – à l’opposé – sur les déclarations du Pape concernant les migrants.

Une figure semble bel et bien surplomber le débat : celle du Pape François. Symbole pour les uns d’un discours pro-immigration dans lequel il embarque l’Eglise catholique, il est pour les autres un acteur direct de la doctrine sociale, accomplissant une mission d’actualisation et de mise en acte de l’évangile et de la parole des papes précédents.

Ce n’est donc pas un hasard s’il sera placé au centre d’un débat organisé par la Procure, à Paris, avec les deux auteurs concernés, le 1er février prochain : soirée « autour du Pape François » et, à n’en pas douter, autour de la notion d’identité. L’occasion de rappeler que la doctrine sociale de l’Eglise n’est pas un corpus lisse fournis une fois pour toute par l’Institution mais bien une pensée vivante qui se nourrit des débats entre croyants.