Le pouvoir de Dieu

Bénédiction Urbi et Orbi le 25 décembre 2016. - AP
Bénédiction Urbi et Orbi le 25 décembre 2016. – AP

« Un enfant nous est né,
un fils nous a été donné !
Sur son épaule est le signe du pouvoir ;
son nom est proclamé :
« Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort,
Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix » (Is 9, 5).

Le pouvoir de cet Enfant, Fils de Dieu et de Marie, n’est pas le pouvoir de ce monde, basé sur la force et sur la richesse ; c’est le pouvoir de l’amour. C’est le pouvoir qui a créé le ciel et la terre, qui donne vie à toute créature : aux minéraux, aux plantes, aux animaux ; c’est la force qui attire l’homme et la femme et fait d’eux une seule chair, une seule existence ; c’est le pouvoir qui régénère la vie, qui pardonne les fautes, réconcilie les ennemis, transforme le mal en bien. C’est le pouvoir de Dieu. Ce pouvoir de l’amour a porté Jésus Christ à se dépouiller de sa gloire et à se faire homme ; et il le conduira à donner sa vie sur la croix et à ressusciter des morts. C’est le pouvoir du service, qui instaure dans le monde le règne de Dieu, règne de justice et de paix.

 

Message de Noël du Pape François

Le « non » de la non-violence est un « non » de résistance

Le « non » de la non-violence est un « non » de résistanceIl est tentant de vouloir justifier la violence dès lors que ce serait pour « la bonne cause ». C’est ce à quoi répond le philosophe et écrivain, Jean-Marie Muller membre-fondateur du Mouvement pour une alternative non-violente (MAN), pour le site Reporterre.

A travers ses quatre-vingt dix livres en langue anglaise, le leader indien Gandhi nous présente la non-violence dans toute sa richesse et dans toute sa complexité. A le lire, il devient clair que si le mot « non-violence » est formellement négatif, il ne signifie pas que la non-violence est la négation de la violence, mais qu’elle se trouve dans un rapport d’opposition réelle à la violence, c’est-à-dire que sa visée est d’en détruire les causes et les conséquences. Le non que la non-violence oppose à la violence est un non de résistance. En définitive, la non-violence n’est pas tant le refus de la violence que la lutte contre la violence.

Un texte très intéressant qui resitue par ailleurs l’engagement non-violent de Gandhi dans une logique d’efficacité politique plus que de doctrine morale. En cela, il n’est pas sans faire penser au message du pape François pour la prochaine journée mondiale de la paix, exhortant à une politique de la non-violence. C’est ici l’occasion de le rappeler : cette non-violence n’a pas qu’une « simple » valeur morale, qui plus est à promouvoir uniquement en situation de conflit. Elle est en effet toute relative, et ne saurait être réduite au fait de discréditer ou faire taire ses opposants, sur un registre de supériorité morale, de trier entre les bons et les méchants. La non-violence est d’abord garante d’une véritable efficacité de l’engagement politique.

A lire ici.

Message du Pape François pour la 50ème journée mondiale de la paix

« La non-violence: style d’une politique pour la paix »

1. Au début de cette nouvelle année, je présente mes vœux sincères de paix aux peuples et aux nations du monde, aux Chefs d’État et de Gouvernement, ainsi qu’aux responsables des communautés religieuses et des diverses expressions de la société civile. Je souhaite la paix à chaque homme, à chaque femme ainsi qu’à chaque enfant et je prie pour que l’image et la ressemblance de Dieu dans chaque personne nous permettent de nous reconnaître mutuellement comme des dons sacrés dotés d’une immense dignité. Surtout dans les situations de conflit, respectons cette « dignité la plus profonde » 1 et faisons de la non-violence active notre style de vie.

Voilà le Message pour la 50ème Journée Mondiale de la Paix. Dans le premier, le bienheureux Pape Paul VI s’est adressé à tous les peuples, non seulement aux catholiques, par des paroles sans équivoque : « Finalement [a] émergé d’une manière très claire le fait que la paix était l’unique et vraie ligne du progrès humain (et non les tensions des nationalismes ambitieux, non les conquêtes violentes, non les répressions créatrices d’un faux ordre civil) ». Il mettait en garde contre le « péril de croire que les controverses internationales ne peuvent se résoudre par les voies de la raison, à savoir par des pourparlers fondés sur le droit, la justice et l’équité, mais seulement au moyen des forces qui sèment la terreur et le meurtre ». Au contraire, en citant Pacem in terris de son prédécesseur saint Jean XXIII, il exaltait « le sens et l’amour de la paix, fondée sur la vérité, sur la justice, sur la liberté, sur l’amour » 2. L’actualité de ces paroles, qui aujourd’hui ne sont pas moins importantes et pressantes qu’il y a cinquante ans, est frappante.

Lire la suite

Voilà l’Évangile que nous devons annoncer !

capture« Nous avons besoin d’air ; et ces jours-ci nos villes en manquent. Nous avons besoin d’eau ; elle est souillée pour la moitié de la planète. Nous avons besoin de nourriture : on meurt de faim, de malnutrition, ou de malbouffe, au bout du monde et aussi au coin de la rue.

Mais avant tout nous avons besoin de paix. Nous, chrétiens, n’avons aucune excuse pour l’ignorer : la vraie force, la seule victoire qui vaille parce qu’elle engendre la paix, ce n’est pas celle du général machin, ni des combien-de-divisions-blindées. C’est la crèche, la croix et le tombeau vide ».

Voir plus chez Phylloscopus…

 

Semaine de la Paix

Semaine de la PaixLe diocèse d’Evreux invite ses paroisses à vivre un itinéraire d’Avent, spécialement en cette semaine du 5 au 11 décembre. Pax Christi propose un « journal de la paix » dans lequel puiser des commentaires des lectures bibliques, prières, suggestions pour « agir » en faveur de la paix, et propositions pour la liturgie dominicale – sans oublier des coloriages pour enfant. Voir sur le site diocésain.

« Vous êtes la lumière du monde »

Lumière de Bethléem
« La Lumière de la Paix de Bethléem est un événement scout chrétien qui se déroule chaque année pendant la période de l’Avent. Allumée dans la grotte de la nativité à Bethléem, la lumière est rapportée à Vienne, puis transmise de main en main partout en Europe. Elle constitue un symbole de paix, que l’on peut diffuser, recevoir ou encore envoyer à un proche. »

La lumière est ainsi transmise lors de célébrations oecuméniques locales. Voir tous les lieux où sera reçue cette lumière.

 

Jérusalem, la mère de toutes les Églises

Jérusalem, la mère de toutes les ÉglisesMgr Fouad Twal, un Jordanien d’origine bédouine a été archevêque coadjuteur de Jérusalem de 2005 à 2008, puis patriarche latin de Jérusalem jusqu’en juin 2016. Il était de passage à Paris pour présenter son nouveau livre, Pour l’amour de Jérusalem (éd. Bayard) et parle de Jérusalem, mère et même grand-mère des églises du monde, dans la revue du diocèse de Paris.

Les chrétiens ont la responsabilité de favoriser le dialogue interreligieux. Je crois que les rencontres de courtoisie ne mènent pas à grand-chose. En revanche, un vrai dialogue peut s’instaurer au travers des activités pastorales et des institutions chrétiennes. En Terre Sainte, l’Église catholique gère 118 écoles, qui accueillent environ 75 000 élèves, et 11 hôpitaux. Dans ces lieux se croisent des chrétiens, des juifs et des musulmans. Les chrétiens peuvent y donner un beau témoignage de leur foi et promouvoir le respect de l’autre.

Comment l’Eglise peut-elle servir la Paix ?

L’association AED – « Aide à l’Église en Détresse » organise un important colloque sur l’Eglise au service de la Paix dans le monde. Il aura lieu à Paris le 3 décembre prochain.

e

D’où vient l’ascension ful­gurante du terrorisme isla­miste ? Pourquoi l’Europe est l’une de ses cibles privilégiées ? Comment l’Église peut-elle agir de manière concrète auprès des gouvernements et des populations pour ap­porter la paix ?

Intervenants :

Lire la suite

Prier avec les victimes des attentats

imagesLe cardinal André Vingt-Trois a adressé une lettre aux curés et responsables de chapelle à Paris. Il célébrera une messe le dimanche 13 novembre à 18h30 à Notre-Dame de Paris.

A lire ici dans son intégralité ici.

Je vous remercie de prier aussi pour que les chrétiens soient dans notre pays des artisans de paix et des porteurs d’espérance, qu’ils ne se laissent jamais entraîner par la tentation de la peur ou de la colère, qu’ils puisent dans l’espérance de la vie éternelle et la foi en la victoire du Christ sur la mort et sur le péché, l’énergie pour aller vers les autres, pour chercher inlassablement comment vivre dans l’unité, si différents que soient les hommes.

Bon week-end prolongé !

Jamais plus Auschwitz

Israël: « Jamais plus Auschwitz », message commun des chefs religieuxLa visite au camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau des membres du Conseil des chefs des communautés religieuses d’Israël, composé de juifs, musulmans et chrétiens, a été le point culminant de leur voyage en Pologne, du 30 octobre au 2 novembre 2016, rapporte l’agence Zenit.

Via un communiqué de l’ambassade d’Israël près le Saint-Siège, ils déclarent que « cette visite avait pour but d’honorer la mémoire des millions de Juifs et d’autres victimes de l’Holocauste et d’exprimer la détermination des dirigeants des communautés religieuses d’Israël à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher que de telles atrocités  se reproduisent. » À Auschwitz, « le lieu des crimes les plus horribles contre l’humanité dans l’histoire et le symbole ultime du mal », ces chefs religieux se sont engagés à travailler ensemble pour le caractère sacré de la vie humaine.

Pour qu’il y ait une paix durable et un respect mutuel entre les adeptes des différentes religions dans le monde, dit la déclaration, nous devons éduquer correctement nos communautés et nos enfants afin de prévenir les pratiques qui affrontent les sentiments et les croyances des autres.

Le message du Pape François aux français

Aux francophones: la recette pour une vie fécondeLu sur Zenit.org : à l’audience générale de ce jour, le Pape François s’est adressé comme habituellement aux pèlerins francophones venus l’écouter. Toutefois, aujourd’hui les pèlerins français étaient accompagnés par le cardinal André Vingt-Trois, que le Pape a salué. Le Pape leur a donné sa recette de la vie féconde :

Je vous invite à ne pas tomber dans le piège de nous refermer sur nous-mêmes. C’est dans la mesure où nous nous ouvrons aux autres que notre vie devient féconde, que les sociétés retrouvent la paix et les personnes leur pleine dignité. Que Dieu vous bénisse !

En quelques mots très brefs, le Pape reprend les termes habituels de quelques grands enjeux de l’engagement des catholiques dans la vie sociale et politique (la dignité humaine, la fécondité, la paix) pour une fois de plus les remettre dans l’axe de ce qui lui tient visiblement à cœur quant au contexte politique français : l’accueil et l’ouverture à l’autre. Tout est lié, comme il le dit si bien par ailleurs !

L’UNESCO et la vérité historique sur Jérusalem

Old City from the Mount of the OlivesAprès l’amitié judéo-chrétienne, après le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, c’est au tour de la très pacifique communauté de Sant’Egidio de manifester vigoureusement sa désapprobation contre la résolution de la “Commission du Programme et des Relations extérieures” de l’UNESCO à propos de « la protection du patrimoine culturel de la Palestine et le caractère particulier de Jérusalem Est ».

Petit rappel des faits : une résolution présentée à l’UNESCO par des pays arabes en vue de la protection du patrimoine culturel palestinien reconnaît le caractère sacré de Jérusalem pour les trois monothéismes, mais sans faire état des liens historiques avec le judaïsme (et du même coup, avec le christianisme) : les lieux saints sont présentés sous leur nom arabe, en référence unique à l’Islam. Le texte a ainsi été approuvé le 18 octobre par 25 États, contre 6, et 26 abstentions dont la France.

Le communiqué de Sant’Egidio dénonce ainsi le fait que « Le texte, adopté par la Commission  de l’UNESCO, en dépit de la perplexité de la Directrice elle-même, Irina Bokova, nie le lien millénaire du peuple d’Israël avec le lieu où surgissait le Temple » Lire la suite

Sur le chemin de Jérusalem à Jéricho…

Retour en image sur la marche des femmes pour la paix qui a commencé à Jérusalem ce mercredi, devant la résidence du premier ministre israélien, et qui s’est poursuivi jusqu’en territoire palestinien, à Jéricho. Les images sont celles du passage de la manifestation pacifique à Kasser al Yahoud, près du Jourdain à l’est de Jéricho, au lieu où, selon la tradition chrétienne, Jean baptisait.

La paix viendra des femmes !

Moyen-Orient: le pape souhaite que les femmes aient plus de placeDu 19 au 23 octobre, a lieu la deuxième Conférence internationale des femmes du Moyen-Orient et de la Méditerranée, à Bari (Italie) sur le thème « Femmes artisans de paix pour une culture de la rencontre et du dialogue ». Cet événement est organisé par l’Union mondiale des organisations féminines catholiques (Umofc) et par le Forum international de l’Action catholique (Fiac). A cette occasion, le Pape François a envoyé un message aux participants, saluant « toutes les femmes présentes, particulièrement celles venant du Moyen-Orient et des pays marqués par des conflits sociaux, par la pauvreté et par les discriminations » et souhaitant que s’intensifie « la présence des femmes et leur action » au Moyen-Orient particulièrement dans les régions marquées par des conflits.

Comme une réponse anticipée au souhait du Pape, on apprend avec joie par le magazine de Terre Sainte que des milliers de femmes ont manifesté hier à Jérusalem pour demander la paix :
Lire la suite

Guerre civile vs. Paix ethnique

Nouveaux affrontements meurtriers au Soudan du SudAlors que la guerre civile et son lot de violences continuent de faire rage au Soudan du Sud, comme l’indiquait lundi le journal La Croix, l’agence FIDES rapporte quant à elle que « Les principales confessions chrétiennes du Soudan du Sud, réunies au sein du South Sudan Council of Churches (SSCC), ont lancé un projet de réconciliation et de pacification au sein de l’Etat de Jonglei afin de réduire les tensions entre les tribus locales, dont les divisions se sont accentuées avec la guerre civile ayant éclaté en décembre 2013. Le projet a été lancé suite à la rencontre que les églises sud-soudanaises avaient eu à Kigali en juin 2015 (voir Fides 11/08/2015), lorsque 25 responsables chrétiens du Soudan du Sud avaient visité le Rwanda pour apprendre de la dramatique expérience locale la manière dont ramener la paix en surmontant les traumatismes dus au génocide.« 

Suite de la dépêche de l’agence FIDES…

Le Pape François pour un cessez-le-feu immédiat en Syrie

Au terme de l’audience générale, le pape François a lancé un nouvel appel de paix pour la Syrie. Réaffirmant sa solidarité envers toutes les victimes, le pontife a exhorté les “responsables“ à trouver des accords pour “un cessez-le-feu immédiat“. Ce dernier permettrait “l’évacuation des civils, en particulier, des enfants, qui sont encore piégés sous les bombardements“, a insisté le pape.

Famille Chrétienne

 

Espérons que le Pape sera entendu…

Lire la suite

Colombie : la lutte pour la paix n’est pas perdue

Le président colombien Juan Manuel Santos a annoncé lundi une nouvelle phase de dialogue avec la guérilla des Farc […] « Cela ne signifie pas que la bataille pour la paix a été perdue« , avait affirmé plus tôt Timoleón Jiménez, leader de la rébellion marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), depuis La Havane, où se sont tenus les pourparlers de paix pendant près de quatre ans. […]

Admettant sa disposition à « rectifier » l’accord de paix rejeté, il a assuré que la guérilla resterait « fidèle à ce qui a été accordé » et maintiendrait « le cessez-le-feu bilatéral et définitif afin de soulager les victimes du conflit et respecter l’accord avec le gouvernement« . De son côté, le président Santos a convoqué tous les partis politiques au palais Casa de Nariño « pour les écouter, ouvrir des espaces de dialogue et décider du chemin à suivre ».

« Je ne me rendrai pas et continuerai à rechercher la paix jusqu’au dernier jour de mon mandat car c’est le chemin pour laisser un pays meilleur à nos enfants« , avait-il sobrement déclaré dimanche, dès l’annonce des résultats montrant un échec cuisant pour ce dirigeant dont la paix est le fer de lance depuis son arrivée au pouvoir en 2010.

Le Point.

Colombie : « Je continuerai à rechercher la paix »

Alors que les sondages donnaient le camp du « oui » en tête, ce sont leurs adversaires qui l’ont emporté dimanche 2 octobre, d’une courte tête. 50,22 % des Colombiens ont refusé l’accord conclu entre le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Faute de solution de rechange, le pays se trouve plongé dans l’incertitude la plus totale. […]

Pour rassurer l’opinion publique, Juan-Manuel Santos, le chef de l’État, est intervenu rapidement à la télévision colombienne dimanche soir. Prenant acte de sa défaite, il a toutefois annoncé que le cessez-le-feu resterait en vigueur. « Je ne me rendrai pas et continuerai à rechercher la paix », a-t-il déclaré dans une déclaration solennelle, annonçant un dialogue avec le camp du « non », emmené par l’ancien président Alvaro Uribe, son ancien mentor.

La Croix

Pour mesurer l’importance de cet accord de paix entre le gouvernement colombien et les Farc, on peut rappeler les propos du Pape François au président colombien Juan Manuel Santos Calderón, en 2015 :

« Vous êtes la personne pour laquelle j’ai le plus prié. »

Continuons nous aussi à prier !