Le vrai pain venu du ciel (Questions pour l’Evangile du 18° dimanche du Temps ordinaire B)

En ce 18° dimanche du temps ordinaire B, Jésus, après avoir rejoint ses disciples qui étaient en bateau, en marchant sur la mer (6, 16-23) commence son grand discours sur le pain de Vie (Jean 6, 24-35).

Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
– Quand ai-je découvert que Jésus me précédait?
– Pourquoi est-ce que je cherche Jésus?
– Quelles questions vitales m’arrive-t-il de poser à Jésus?

Lire la suite

Apprendre à coexister sans être obligatoirement d’accord

Virginie Maury, dont l’éventuelle venue a soulevé un vent de fronde au Collège Sainte-Marie de Meaux, revient sur cet épisode :

Je distingue deux catégories de personnes. Celles qui ne partagent pas mes opinions. C’est leur droit et je le respecte. Je regrette seulement qu’elles n’aient pas voulu donner une chance au dialogue.  Et celles qui sont à l’origine d’une campagne de mensonges et de calomnies, celles qui prétendent qu’il faut du courage pour rester caché derrière l’anonymat d’un ordinateur. Les concernant, je ne respecte pas les moyens qu’elles ont employés.
Nous devons tous apprendre à coexister sans être obligatoirement d’accord. Ceux qui prônent le dialogue comme s’il s’agissait d’un dogme de foi ont finalement beaucoup de mal à dialoguer. Ils transforment ce qui, pour moi, est un message d’amour en un message de haine. Ils transforment la parole de l’Église en un message d’exclusion, d’intolérance, du goût du secret.

L’Opus Dei, une institution controversée de l’Église ?

Béatrice de La Coste, porte-parole de l’Opus Dei en France, revient sur « une petite polémique » :

Certains journalistes de la presse écrite ont pris l’habitude de présenter l’Opus Dei comme une “institution controversée de l’Eglise”. Une expression qui, en plus d’être ambiguë, contribue à discréditer des personnes dites proches de l’Opus Dei. Face à cette mauvaise compréhension, le service information de l’Opus Dei en France tient à s’exprimer pour rappeler le cœur de son message.

Mettre Jésus au centre de notre vie

« Mettre Jésus au centre de notre vie signifie s’engager davantage dans la prière contemplative au milieu du monde et aider les autres à emprunter des chemins de contemplation ; redécouvrir avec de nouvelles lumières la valeur anthropologique et chrétienne des différents moyens ascétiques ; atteindre tous les aspects de la personne : intelligence, volonté, cœur, relation avec autrui ; stimuler la liberté intérieure, qui conduit à agir par amour ; aider chacun à réfléchir afin qu’il découvre ce que Dieu lui demande et assume ses décisions avec une pleine responsabilité personnelle ; fortifier la confiance dans la grâce de Dieu afin d’éviter tout volontarisme ou sentimentalisme ; exposer l’idéal de la vie chrétienne sans le confondre avec le perfectionnisme, et apprendre à vivre en acceptant ses faiblesses et celles d’autrui ; faire preuve chaque jour, avec toutes ses conséquences, d’une attitude d’abandon et d’espérance fondée sur la filiation divine ».

Mgr Fernando Ocáriz, Lettre Pastorale

Mgr Fernando Ocáriz nommé nouveau Prélat de l’Opus Dei

Capture« Le pape François a ratifié le 23 janvier 2017 le choix de Mgr Fernando Ocáriz comme nouveau Prélat de l’Opus Dei. Mgr Ocáriz devient ainsi le troisième successeur de saint Josemaría Escriva de Balaguer (1902-1975), fondateur de l’œuvre.
Mgr Ocáriz est né à Paris en 1944, d’une famille espagnole qui avait fui la guerre civile en Espagne. Ordonné en 1971 et docteur de l’université de Navarre, ses premières années comme prêtre ont été dédiées à la pastorale des jeunes universitaires… »

Lire plus dans cath.ch

 

Où est passé le moine albinos ?

5730449lpw-5730480-article-antoine-de-rochebrune-opus-dei-jpg_3830552_660x281Faute de moine albinos, c’est Mgr de Rochebrune, prélat de l’Opus Dei en France, qui présente l’Oeuvre, hors de sa légende noire (pour des albinos, ça se pose là), dans un livre d’entretiens. Pour Jérôme Anciberro, rédacteur en chef de La Vie, « c’est une organisation un peu particulière au sein de l’Église, mais elle est officielle, on connaît sa spiritualité, elle n’est pas fermée ». (source AFP)