De l’ONU à Taizé

Dans un article diffusé par Vaticanews, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, se souvient de sa participation à un rassemblement de Taizé dans sa  jeunesse, alors que commence aujourd’hui la 41e Rencontre œcuménique à Madrid :

«Jusqu’à aujourd’hui, je me souviens du rassemblement de Taizé auquel j’ai participé comme jeune étudiant et je garde de vifs souvenirs de l’esprit œcuménique qui caractérise vos rencontres», révèle l’ancien Premier ministre du Portugal dans un message enthousiaste, invitant les jeunes à prendre des responsabilités.

Veuillez accepter mes meilleurs vœux pour un rassemblement plein de sens, un Joyeux Noël et une Bonne Année», écrit le Secrétaire général de l’Onu.

La dissuasion nucléaire, c’est mal !

On le sait déjà, ça fait un peu redite, mais tout de même. Après tout, la pédagogie, c’est aussi la répétition : «La paix, dit le Pape François, ne peut être fondée sur la menace ». Dans un message adressé aux Nations Unies, le Pape François rappelle donc que la menace d’une destruction réciproque est contraire aux principes constituants des Nations Unies dont la mission primaire est la préservation de la paix. « Nous devons nous engager pour un monde sans armes nucléaires » assène-t-il dans un message aux Nations Unis, alors qu’une centaine de pays ont lancé lundi à l’ONU les discussions en vue d’un futur traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Sans surprise, le Saint Siège soutient donc, et avec ferveur, ce projet d’interdiction.

Radio Vatican précise néanmoins qu’au premier jour des négociations, on pouvait remarquer l’absence des principales puissances nucléaires, pas particulièrement favorables à la perspective d’un nouveau traité. Sans surprise, là aussi (sic). Mais – positivons – cela nous donne une excellente occasion d’invoquer dans la prière les anges gardiens des nations en question.

Ajoutons, à la suite du Pape François, une dernière évidence : le développement de l’armement nucléaire demande d’énormes investissements, alors que ces ressources pourraient largement être utilisées pour d’autres priorités plus significatives comme la promotion de la paix et le développement humain intégral.

Conférence à l’ONU : Un monde sans trisomiques ?

Les intervenants :

– Peter Harteveld, jeune homme atteint de trisomie 21 (Hollande)

– Kathleen Humberstone, jeune femme atteinte de trisomie 21 (Royaume-Uni)

– Clotilde Noël, auteur (Tombée du Nid, 2015 et Petit à petit, 2016), mère d’une enfant atteinte de trisomie 21, et porte-parole de « Stop Discriminating Down » pour la France

– Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, auteur (La trisomie est une tragédie grecque, 2009 et Les premières victimes du transhumanisme, 2016) (France)

– Dr. Teresa Vargas, spécialisée sur la question de l’annonce du handicap par les professionnels de santé, mère d’une jeune fille atteinte de trisomie 21 (Espagne)

La conférence du 20 mars à Genève est ouverte à tous. Pour entrer à l’ONU, l’inscription est gratuite mais obligatoire, avant le 14 mars (aujourd’hui…), 23h !

Voir plus