Réquisitoire contre un symbole de la libération sexuelle

« Les prescriptions sont en forte baisse. Selon la dernière enquête de l’Ined sur la contraception (2014), 41% des femmes prenaient la pilule en 2013, contre 50% sept ans plus tôt.

Dans ce contexte de désamour, un essai sorti en librairie jeudi 6 septembre enfonce le clou. Dépression, libido à zéro, cancers, mais aussi pollution chimique qui pourrait nuire aux futurs bébés… N’en jetez plus ! J’arrête la pilule, de la journaliste indépendante Sabrina Debusquat, est un réquisitoire dérangeant étayé par une année d’enquête, à éplucher des centaines d’études et interviewer de nombreux experts ».

L’entretien sur nouvelobs.com

 

Entre la rigolade et l’épouvante

« Pour les millions d’Européens qui, ces dernières années, guettaient à la radio ou à la télévision les nouvelles des tragédies irakienne et syrienne, un trouble finissait par s’imposer. Il tient à cette prévalence, malgré tout, du rigolo, de la galéjade, du youp-la-boum qui continue comme avant et au tragique du monde avec lequel il cohabite. Ce mélange produit en permanence dans les médias de curieuses dissonances, des amalgames choquants et même ridicules. Quand vous aurez bien ri, on vous donnera des nouvelles des victimes décapitées par les djihadistes ! »

Jean-Claude Guillebaud sur nouvelobs.com