La police gaze-t-elle la nourriture et l’eau des migrants ?

 Alors qu’Edouard Philippe vient de déclarer : « nous ne sommes pas à la hauteur de ce que doit être la France », Libération rapporte des pratiques – dénoncées par les associations dont le Secours Catholique – qui seraient une véritable honte pour la France si elles étaient avérées :  la police gazerait les bidons d’eau et la nourriture pour empêcher les migrants de les consommer. Lire la suite

« Ce que la politique sépare, notre foi les unit »

« Si votre priorité, c’est l’engagement social, assurez-vous de défendre aussi l’enfant à naître. Et si votre priorité, c’est la famille, votre crédibilité dépendra de votre capacité à prendre en compte les pauvres et les migrants » (John Carr, ancien directeur du bureau Justice et Paix de la conférence épiscopale américaine).Lire la suite

« Migrants, faites preuve de respect pour recevoir le bon accueil »

Crux publie une interview du cardinal John Ribat, de Papouasie-Nouvelle Guinée. Il est présent à Rome pour une conférence organisée par le Dicastère pour le Développement Humain Intégral – instauré par le pape François – et il délivre un message qui va à rebours complet des thèses que colportent ceux qui veulent discréditer l’enseignement de l’Église sur les migrants.

Loin de faire preuve d’angélisme ou de dispenser un propos déséquilibré, il témoigne au contraire des conseils ou exigences réciproques de l’Église à l’égard des pays d’accueil comme des migrants.Lire la suite

Le Pape François et les migrants : clarification

Le pape François appelle à accueillir mais aussi à intégrer les migrantsA lire sur La Croix, cette interview du jésuite canadien Michael Czerny, co-sous-secrétaire de la section pour les migrants et les réfugiés du nouveau dicastère pour le développement humain intégral, chargé, en décembre par le pape, de suivre sous son autorité directe cette question dont il semble avoir fait le coeur de son pontificat. Michael Czerny y explicite l’approche de François.

Extrait :

En France, certains craignent que cette immigration menace l’identité européenne…

 

P. M. C. : L’intégration est forcément aussi culturelle. Les migrants qui arrivent en France doivent s’intégrer dans la société française. Le pape souligne bien qu’ils doivent respecter la culture et les lois des pays d’accueil même si, comme cela se fait au Canada d’où je viens, il faut aussi être capable d’adapter nos normes pour faciliter cette intégration.

Ceci dit, comment peut-on, face à quelqu’un dans le besoin, se poser la question de la menace de sa propre identité ? Les chrétiens ne doivent pas être effrayés. En anglais, on parle des « gated communities », ces communautés refermées sur elles à l’abri de hauts murs. Une telle mentalité n’est plus possible aujourd’hui : nous vivons dans un seul monde, on ne peut pas bâtir un monde d’exclusion.

 

Le pape n’a-t-il pas plaidé pour une certaine « prudence », les États devant vérifier leur capacité d’accueil ? La France, par exemple, en a-t-elle les moyens ?

 

P. M. C. : La France a d’énormes capacités ! Combien de logements vides y a-t-il ? Au Liban, il y a 3 millions d’habitants et 1 million de réfugiés. Je ne crois pas que la France soit dans un tel cas. Quand on se pose la question de savoir si on est prêt à accueillir davantage de personnes, il faut dépasser la simple question statistique. C’est donc plus une question de qualité d’accueil, d’esprit d’accueil, en prenant en compte les besoins spécifiques de certains, comme les réfugiés qui n’ont nulle part où aller.

Lire l’intégralité de l’interview réalisée par Nicolas Senèze…

L’Eglise Mexicaine fera tomber les murs de l’exclusion et de l’exploitation

L'Eglise Mexicaine dénonce le mur de l'exclusion et de l'exploitationLu sur Radio Vatican : Les évêques du Mexique ont accueilli avec douleur la décision du président américain Donald Trump de construire un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Dans un communiqué, la Conférence épiscopale mexicaine souligne les efforts accomplis depuis vingt ans par les évêques du Nord du Mexique et ceux du sud des États-Unis en direction des fidèles qui peuplent les deux pays frères.

Les prélats du Mexique se joignent à l’appel lancé par Mgr Joe Vasquez, président du comité des migrations de la Conférence des évêques des États-Unis : «Je me sens découragé, a déclaré Mgr Vasquez dans son appel, par le fait que le président a placé comme priorité la construction d’un mur sur la frontière avec le Mexique ; un mur qui mettra inutilement la vie des migrants en péril. La construction d’un tel mur déstabilisera de nombreuses communautés, pleines de vie et merveilleusement interconnectées, et qui cohabitent pacifiquement de part et d’autre de la frontière. Au lieu de construire des murs, en ce moment, mes frères évêques et moi-même continuerons à agir selon l’exemple donné par le Pape François. Nous désirons construire des ponts entre les peuples, des ponts qui permettent de faire tomber les murs de l’exclusion et de l’exploitation».

Les évêques mexicains affirment par ailleurs qu’ils continueront d’apporter leur soutien à leurs frères d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale qui traverseront le Mexique pour rejoindre les États-Unis. «Nous exprimons notre douleur et notre rejet du mur », déclarent-ils en invitant le président Donald Trump à « réfléchir plus profondément sur les façons d’assurer la sécurité, le développement, et l’emploi sans provoquer plus de dommages que ceux que subissent déjà les plus pauvres et les plus vulnérables».

Lire la suite…

 

Communiqué commun des évêques allemand et français en responsabilité auprès des migrants

cef_journee_migrants_2017Mgr Stefan Heße (Hamburg) et Mgr Georges Colomb (La Rochelle), évêques en responsabilité auprès des migrants publient aujourd’hui un communiqué commun à l’occasion de la Journée mondiale du migrant et du réfugié (le 15 janvier 2017). A découvrir en français sur le site de la Conférence des Évêques de France. Extrait :

Le nombre particulièrement élevé de réfugiés mineurs non-accompagnés en Europe nous confronte à d’immenses défis. Comme beaucoup d’enfants et de jeunes ne demandent pas l’asile, leur nombre réel est bien plus élevé que les données officielles ne le laissent entrevoir. Mais un regard sur les statistiques nous laisse au moins deviner l’ampleur de l’augmentation : en 2014 ils étaient  23.000 dans l’Union Européenne, en 2015 presque 100.000; nul doute que l’année passée, leur nombre ait été encore plus élevé. Derrière ces chiffres se cache une immense souffrance : des familles ont été séparées, des enfants et des jeunes ont été victimes de violence et d’exploitation, ont dû subir de graves blessures dans leur corps comme dans leur âme.

Comme chrétiens cette réalité ne peut pas nous laisser indifférents ! Au contraire nous sommes appelés à adopter la perspective des sans-droits, à leur prêter notre voix et à défendre leur dignité avec une charité active. Chacun d’entre nous doit se demander comment il peut contribuer à ce que guérissent les blessures des mineurs migrants et à ce qu’ils trouvent dans nos pays une nouvelle patrie.

Le Pape François, les catholiques et l’identité

dandrieu-koz Suite à la parution ce mois de janvier du livre d’Erwan le Morhedec Identitaire, le mauvais génie du christianisme, le débat paraît lancé dans le monde catholique sur le rapport de l’Eglise et des baptisés à l’identité, à la nation et à l’immigration (voir articles du Monde et de la Vie). Il faut dire que paraît, dans le même temps un ouvrage de Laurent Dandrieu intitulé Eglise et immigration, le grand malaise. Le pape et le suicide de la civilisation européenne, qui prend lui aussi position – à l’opposé – sur les déclarations du Pape concernant les migrants.

Une figure semble bel et bien surplomber le débat : celle du Pape François. Symbole pour les uns d’un discours pro-immigration dans lequel il embarque l’Eglise catholique, il est pour les autres un acteur direct de la doctrine sociale, accomplissant une mission d’actualisation et de mise en acte de l’évangile et de la parole des papes précédents.

Ce n’est donc pas un hasard s’il sera placé au centre d’un débat organisé par la Procure, à Paris, avec les deux auteurs concernés, le 1er février prochain : soirée « autour du Pape François » et, à n’en pas douter, autour de la notion d’identité. L’occasion de rappeler que la doctrine sociale de l’Eglise n’est pas un corpus lisse fournis une fois pour toute par l’Institution mais bien une pensée vivante qui se nourrit des débats entre croyants.

Solidarité, conscience, respect des lois : un intrus ?

5058592_6_15de_manifestation-le-23-novembre-en-soutien-a_a4ebbd33c0feeccdae2717c268739fdf« L’aide au séjour d’un étranger pour lui assurer des conditions dignes et décentes ou visant à préserver son intégrité physique n’est pas pénalement punissable. » Voilà la conclusion de la Présidente du Tribunal correctionnel de Nice dans le procès d’un enseignant-chercheur qui avait convoyé avec sa voiture des Érythréennes venues d’Italie, comme nous le rapporte Le Monde. Le Procureur avait requis six mois de prison avec sursis, pour – comme l’appelle le journal La Vie – « délit de solidarité ».

L’Église depuis ses origines a insisté sur la nécessité pour ses croyants de respecter les lois du pays où ils habitent (on se souvient de la lettre de Diognète au IIe siècle sur les chrétiens : « Ils obéissent aux lois établies et leur manière de vivre est plus parfaite que les lois. »). Et pourtant, comme un simple citoyen aidant des migrants le confiait dans La Croix : « Quand vous voyez des familles avec des bébés, des mineurs dans les rues, en situation d’hypervulnérabilité face aux réseaux en tous genres, vous faites quoi ? Vous passez votre chemin ? ». Un questionnement qui ne peut laisser indifférent des chrétiens …

La Cimade, fondée et encore largement animée par des chrétiens, a ainsi produit une déclaration intitulée « La répression de la solidarité doit cesser » :Lire la suite

La Vie aux Captifs …

60105_sdf-sans-abri-mal-logementLe journal La Vie a décidé pour son opération de Noël 2016 de soutenir Aux Captifs la Libération dans le cadre de la réhabilitation d’un de leurs locaux à Paris.

Association chrétienne, cette association vient en aide aux personnes exclues vivant de la rue ou dans la rue : sans domicile fixe, en situation de prostitution ou de souffrance psychique, migrants, jeunes en errance, victimes de la drogue ou de l’alcool.

Un bel article à lire donc dans les colonnes de La Vie et pour aider c’est par ici !

(Crédits photo : Antoine Cau / SIPA)

Guide pour la journée mondiale du migrant et du réfugié 2017

Journée mondiale du migrant et du réfugiéLe 15 janvier 2017, l’Eglise universelle célèbre la 103ème Journée mondiale du migrant et du réfugié pour laquelle le Pape François a choisi comme thème de réflexion et de prière : « Mineurs migrants, vulnérables et sans voix » (son message a été publié le 8 septembre 2016).

A cette occasion, le service de pastorale des migrants de la Conférence des Évêques de France publie un guide et dossier d’animation très complet, que l’on pourra télécharger et consulter à loisir, tant pour revenir sur l’histoire des journées mondiales du migrant et du réfugié, que pour organiser célébrations et temps de prière dans les paroisses en vue de cette journée du 15 janvier 2017.

Courage prophétique

Le Pape appelle les membres de Caritas à un «courage prophétique»Via Radio Vatican : Le Pape François a reçu hier les membres du Conseil représentatif de Caritas Internationalis, réunis à Rome à l’occasion de leur assemblée institutionnelle.

Il les a notamment exhorté à «avoir toujours un courage prophétique, à refuser tout ce qui humilie l’homme, et toute forme d’exploitation qui le dégrade. Continuez à porter ces petits et grands signes d’hospitalité et de solidarité qui ont la capacité d’illuminer la vie des enfants et des personnes âgées, des migrants et des réfugiés en quête de paix. Je suis très content d’apprendre que Caritas Internationalis mènera une campagne justement sur le thème des migrations. J’espère que cette belle initiative ouvrira les coeurs de nombreuses personnes à l’accueil des réfugiés et des migrants, afin qu’ils puissent se sentir vraiment à la maison dans nos communautés.»

Lire la suite…

Migrants en Méditerranée : Ces ONG qui sauvent des milliers de vies

Migrants en Méditerranée : Ces ONG qui sauvent des milliers de viesUn article essentiel à découvrir sur le site d’information maritime Mer et Marine à propos du développement aussi récent que fulgurant des activités des ONG pour sauver la vie des migrants perdus en Méditerranée : « Pour la seule journée du samedi 12 novembre, un millier d’hommes, femmes et enfants ont été secourus par les navires affrétés par des associations humanitaires pour sauver les migrants et réfugiés tentant de traverser la Méditerranée depuis la Libye. »

L’article revient sur le fructueux et inique marché des passeurs, et décrit comment, devant l’insuffisance des moyens mis en oeuvres par les états et par l’Europe, les ONG se sont petit à petit emparé du problème : « C’est en 2014 que des organisations non gouvernementales ont commencé à se mobiliser après une série de drames ayant secoué l’opinion publique. […] En l’absence d’Etat, les réseaux criminels y organisent un vaste trafic d’êtres humains, qui rapporte selon les chiffres d’Europol et Interpol entre 4 et 5 milliards de dollars par an. » Mais ces interventions de sauvetage ont un coût non négligeable, et la difficulté de mise en oeuvre n’en met que plus en valeur l’engagement courageux des auteurs de ces initiatives non gouvernementales :Lire la suite

Des cathos contre Donald Trump ?

cardinal-daniel-dinardo-nouveau-president-conference-episcopale-etats-unis-centre-mgr-jose-gomez-droite-president_0_730_499Contre, pas par hypothèse, mais vigilants à ce qu’il ne fasse pas n’importe quoi. C’est ainsi comme le rapporte La Croix que les évêques américains ont élu à leur tête, mardi 15 novembre, le cardinal Daniel DiNardo, ainsi que Mgr José Horacio Gomez, l’archevêque de Los Angeles, fervent défenseur des migrants aux États-Unis, à la faveur de leur Assemblée plénière. C’est un signal fort par rapport aux provocations migratoires qui ont pu flaire florès pendant la campagne du 45e Président des Etats-Unis d’Amérique. L’occasion aussi de constater la grande attention épiscopale outre-atlantique sur les questions du respect de la vie, et peut-être moins sur les questions de développement durable … En tous cas leur souhait dit en creux d’être une force de réaction aux initiatives que l’administration Trump pourra prendre.

Cette décision fait écho au point de vue de Patrice de Plunkett sur son blog, où notamment il dénonce tour à tour, certes certaines positions d’H Clinton, mais aussi « la machine à expulser les Latinos-Américains », le torpillage programmé de l’ « Obamacare » ou encore le climato-scepticisme de Donald Trump en campagne. A son invite, affaire à suivre …

Crédits photos :  Patrick Semansky/AP

Passer de l’indifférence et de la peur à l’acceptation de l’autre.

Dans sa vidéo du mois, le pape développe cette intention de prière, signe que la conscience de la prudence nécessaire (qui n’est pas précaution, rappelle Dominique Greiner) n’exclut en rien l’exhortation à l’accueil.

« Un pays peut-il affronter tout seul les difficultés provoquées par l’émigration forcée ? Nous devons passer de l’indifférence et de la peur à l’acceptation de l’autre. Car cet autre pourrait être toi. Ou moi… Rejoins-moi dans cet appel : Pour que les pays, qui accueillent des réfugiés et déplacés en très grand nombre, soient soutenus dans leur effort de solidarité. »

Prudence et… cohérence

papemigrantsSuite aux propos du Pape François sur l’accueil des réfugiés, dans l’avion le ramenant de Suède, Koz publie un billet : « Le Pape François a-t-il fermé la porte aux migrants ? ». Oui, parce qu’il suffit de lire, par exemple, le chapô de l’article du Figaro, pour deviner par avance les récupérations par ceux qui n’ont pas attendu une parole du Pape pour justifier leur refus d’accueillir des réfugiés – voire le plus souvent, se sont trouvés plus que gênés par les paroles du Pape sur le sujet.

La Pape François a donc rappelé que le devoir d’accueil des réfugiés n’allait pas sans la vertu de prudence. Et certains ont voulu y voir une « auto-correction » de ses propos passés. Koz rappelle très justement que traduire ce rappel à la prudence comme un rétropédalage serait ni plus ni moins que trahir la cohérence de ses propos. Et de poser la question : « Le pape François a-t-il jamais manqué de « prudence » en appelant chaque paroisse à accueillir une, rien qu’une, famille de réfugiés ? ». Un bref historique des prises de parole du Pape sur le sujet ne laisse en effet aucun doute quant à l’interprétation. Si bien que Koz « lance un défi à ceux qui se réjouissent du propos d’hier : celui de la cohérence de l’Eglise. Qu’ils reprennent aussi publiquement à leur compte l’exhortation à accueillir les étrangers ! »

De la prudence

Au retour de son voyage en Suède, le Saint-Père a pris la parole sur l’accueil des migrants et des réfugiés (qu’il distingue). Si certains font une lecture dialectique de ce « revirement », une attention minimale aux propos du Pape montre qu’il s’agit d’un développement d’une pensée, au contraire, très cohérente :

« On ne peut pas fermer le cœur à un réfugié, a-t-il expliqué. Mais, tout en étant ouvert à les recevoir, les gouvernements doivent être prudents et calculer comment les installer. Il ne s’agit pas seulement de recevoir des réfugiés mais de considérer comment les intégrer. »

« Il n’est pas humain de fermer les portes, a continué le pape. Il n’est pas humain de fermer les cœurs. À la longue cela se paye. Mais un calcul imprudent en en recevant plus qu’on ne peut en intégrer, cela se paye aussi politiquement.»

Pour mémoire, un salutaire rappel de ce qu’est la prudence, à distinguer de la pusillanimité ou du postmoderne « principe de précaution » :

« Puisque le choix porte sur des moyens en vue d’une fin, sa rectitude exige deux choses : une juste fin et des moyens adaptés à cette juste fin. (…) C’est pourquoi il est nécessaire qu’il y ait dans la raison une vertu intellectuelle qui lui donne assez de perfection pour bien se comporter à l’égard des moyens à prendre. Cette vertu est la prudence. Voilà pourquoi la prudence est une vertu nécessaire pour bien vivre.» (Thomas d’Aquin, Somme théologique)

 

« Les migrations appartiennent à l’histoire de l’humanité »

papeaudience« J’étais étranger et vous m’avez accueilli, j’étais nu et vous m’avez habillé . » Le pape François a organisé sa réflexion autour de ce verset de l’évangile de Matthieu lors de l’audience générale de ce mercredi. Le Saint Père est revenu sur le thème des personnes en migration. « Les migrations ne sont pas un phénomène nouveau, mais elles appartiennent à l’histoire de l’humanité. C’est le manque de mémoire historique qui fait penser qu’elles sont seulement de notre époque », a-t-il déclaré.

Plus de détails sur le site de Radio Vatican.

« Ne les jugez pas avant de les connaître »

calais1montageIl n’est pas fréquent d’entendre des paroles bienveillantes concernant les migrants, « les exilés ». Les mots de Mariam Guerey, salariée du Secours Catholique n’en sont que plus intéressants et poignants. Comment espérer que l’intégration ait une chance quand ils arrivent dans des centres que les habitants ont tenté d’incendier ? Comment ignorer que le rejet provoque la défiance en retour ?

Aujourd’hui, j’envie tous ces CAO où nos frères vont partir, je dis à ceux qui les recevront : « Accueillez-les, soyez à leurs côtés, ce sont des jeunes en quête de paix, leur regard est poignant, ils nous disent quelque chose de l’humanité.  Ils sont en manque de tendresse et d’amour, de reconnaissance, ils ne savent pas ce que c’est de détester ou de ne pas aimer.  Tout ce qu’ils souhaitent vraiment c’est qu’on les rencontre avec un regard qui ne fait pas de différence, un regard d’amitié et d’accueil…Ne les jugez pas avant de les connaître, essayez juste de comprendre pourquoi ils sont là, ce qu’ils ont dû endurer pour arriver jusqu’ici, on ne quitte jamais son pays par plaisir. Demain l’OFPRA, nous pouvons l’espérer, leur accordera le statut de réfugié ».

Sans se leurrer sur le fait que tous ne correspondent pas à ce tableau, au moins, les connaître. Tout devrait commencer par là.

Démanteler ou construire

Mgr Jaeger ArrasL’évêque d’Arras, Mgr Jaeger, intervient au sujet du démantèlement de la « Jungle » de Calais, dans son diocèse :

Une vaste opération de déplacement des personnes concentrées dans la lande ou jungle de Calais est menée. Même si ce lieu a représenté une lueur d’espoir pour beaucoup d’entre elles, l’insalubrité des lieux et les conditions précaires de subsistance le condamnaient à disparaître. Sans oublier les moyens pris par les pouvoirs publics et l’énorme investissement des bénévoles et des associations, l’heure est venue de construire plus que de démanteler.

Il faut d’abord construire ou reconstruire les modalités du respect de la  dignité humaine d’hommes et de femmes blessés qui ont quitté leurs pays et leurs familles dans des circonstances souvent atroces et douloureuses. Ces mêmes personnes ont souvent été bafouées par les réseaux qui devaient les acheminer vers une hypothétique terre promise et les ont conduits à Calais dans les conditions que l’on sait. Leur départ de notre littoral peut et doit être vécu comme un surcroît de dignité et de respect, notamment à l’égard des mineurs, des femmes seules et des personnes en santé fragile.

Lire la suite

Quitter Calais … et après ?

b9710030079z_1_20161022113520_000gv17ren6a_2-0
(JP Brunet)

Les appels nombreux du Pape François pour accueillir les migrants, de manière inconditionnelle mais à la mesure de nos moyens, ne peuvent nous laisser insensibles à l’actualité sur l’évacuation de la « jungle » de Calais, ce lundi. Et en même temps, au carrefour de retours parcellaires ou contradictoires, il est dur de se forger une opinion. Le démantèlement commence aujourd’hui ; voici une tentative de résumé de la situation (s’il était lui-aussi parcellaire ou insatisfaisant, au moins aura-t-il eu le mérite de vous inviter à vérifier ou compléter  par vous-même !).

Le gouvernement a décidé d’une dissolution du camp de migrants à Calais (plusieurs milliers de personnes – une ville !) en orientant ses occupants en divers coins de France, notamment par le biais de « CAO » (Centre d’Accueil et d’Orientation) appelés à prendre en considération la situation de chacun. On comprend à la lecture du papier assez complet de la Voix du Nord que le dispositif mis en oeuvre est imposant et que peut-être cette sortie de Calais est mieux construite que celle de Sangatte quelques années auparavant … Et aussi qu’un « traitement » de la situation complexe et douloureuse du Calaisis est mis en oeuvre, même si on peut commenter ses modalités.

Lire la suite

Des ponts et pas des murs !

Members of the Palestinian national security forces loyal to Hamas deploy along the border fence with Egypt in Rafah in the southern Gaza
(Reuters)
« Nous avons besoin de ponts et pas de murs » nous lançait le Pape François en 2014, à l’occasion du 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin.

Appel d’autant plus utile que, le Washington Post cité par Courrier International le montre avec infographie a l’appui, les cloisons se multiplient depuis 2000, leur édification étant le produit de « politiques populistes » de plus en plus répandues, selon le journal.

Un immigré hondurien au Mexique témoigne : « Peu importe le nombre de barrières qu’ils construisent, ils ne nous arrêteront pas ». Ce témoignage comme tant d’autres rappellent, à l’instar de ce que disait Paul Montgolfier, alors Directeur du Service jésuite des réfugiés en France, que « Les murs n’arrêteront pas les migrants. Ils leur feront juste risquer un peu plus leur vie pour venir. »

A minima, des éléments à avoir en tête dans son discernement citoyen voire des raisons pour s’engager si on le souhaite …

 

« J’étais un étranger et vous m’avez accueilli ».

mgr-batailleMgr Sylvain Bataille, évêque de St-Etienne, invite à la réflexion sur les migrants :

« J’étais un étranger et vous m’avez accueilli ».

Ces paroles du Christ résonnent tout particulièrement en nos cœurs alors que de nombreux migrants frappent à notre porte. L’actualité de ces derniers jours nous bouscule et nous interroge sur la manière dont nous réagissons face aux défis que cela représente. Les difficultés, les peurs et même les tensions peuvent être importantes mais il y a aussi tant de gestes d’accueil, tant de rencontres et de générosité ! Comment notre attitude peut-elle être toujours plus accordée à l’Evangile et à notre foi ? Permettez-moi de vous proposer quelques réflexions :

Lire la suite

L’Eglise répond à Robert Ménard

Interrogés par La Vie, l’archevêque de Montpellier et le recteur de la cathédrale de Béziers réagissent à l’utilisation par le maire de l’image de la cathédrale pour sa campagne xénophobe.

Bien évidemment nous n’avons pas eu notre mot à dire sur l’utilisation de l’image de la cathédrale sur les affiches de Robert Ménard et les gens qui me connaissent savent que je ne soutiens pas ce dénigrement des étrangers. (le père Bernard Boissezon, recteur de la cathédrale)

C’est une affiche que je trouve regrettable et déplorable. Contrairement au message qu’elle véhicule, je ne me sens pas encerclé. Mais le but d’une telle campagne d’affichage est de susciter la polémique et nous ne voulons pas tomber dans un tel piège. En même temps, il faut être clair, cette affiche ne correspond ni à l’Évangile, ni aux paroles du pape François  en termes d’accueil de l’autre. (Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier)

Lire l’intégralité de l’article sur La Vie.

Les églises ne sont pas des forteresses mais des refuges

robert-menard-nos-eglises-ne-sont-pas-des-forteressesJean-Pierre Denis (directeur de la rédaction de La Vie) et Erwan Le Morhedec (avocat, blogueur et contributeur du Samaritain) publient aujourd’hui une tribune dans Le Monde suite à l’odieuse campagne d’affichage du maire de Béziers, pour rappeler aux chrétiens comme aux non-chrétiens cet essentiel de l’espérance qui nous est donnée par notre Seigneur : que « les lieux de culte catholique ne sont pas des forteresses mais des refuges ».

Nous ne voulons pas rester inertes devant la manipulation du religieux à laquelle s’emploie, entre autres, Robert Ménard – depuis l’affaire de la crèche jusqu’à celle de la cathédrale. Le néo-maurrassisme du maire de Béziers est un paganisme. L’identitarisme trahit le christianisme.

Il faut donc le rappeler : les lieux de culte catholique ne sont pas des forteresses mais des refuges. Depuis le Moyen-Âge au moins, les églises ont toujours été des maisons de paix, et souvent d’asile. Plus que jamais, elles demeurent ouvertes à tous, chrétiens et non chrétiens, croyants et incroyants. L’accueil y demeure inconditionnel. N’importe qui peut y rentrer pour y trouver, au moins, la sérénité. Ou, nous l’espérons, pour y rencontrer le Christ.

Lire la suite

Si je dis que je suis un chrétien…

be7f8320b1fae6fa726b36f25cb9106d-690x450

C’est une hypocrisie que de se dire chrétien et de chasser un réfugié ou quelqu’un qui a besoin d’aide, quelqu’un qui a faim ou soif, de rejeter quelqu’un qui a besoin de mon aide. Si je dis que je suis chrétien, et que je fais ce genre de choses, je suis un hypocrite.

Source : Crux

Les migrants peuvent défendre leur terre d’accueil

« Je suis tellement reconnaissant à l’Allemagne de nous avoir accueillis, a raconté l’un d’eux au quotidien Bild. Il était clair pour nous que nous devions aller à la police ». La leçon est humaine : plus une société héberge décemment ses migrants, plus elle leur donne de vraies chances de commencer une seconde vie, plus ceux-ci auront envie de la défendre. Pour la France aussi, l’histoire est à méditer.

Ces salauds de libéraux de L’Opinion tirent les leçons de l’attentat déjoué de Chemnitz.

Un autre type de challenge Facebook

870x489_img_1914Emu par la situation des migrants dans Paris, un jeune habitant de Sarcelles a imaginé ce nouveau type de challenge Facebook. Une charité spontanée. De quartiers en quartiers, qui sait où cela pourrait arriver…

Voici un nouveau concept ou chaque quartier nominé aura pour défi de s’organiser, préparé des plats et partir nourir les sans abris!!! Chaque quartier sera nominé par le quartier nominé avant!!

Pour les migrants

Deux infos se télescopent ce matin dans un même flux d’information. Le Défenseur des droits fait part de ses « vives inquiétudes » car le démantèlement de la jungle de Calais va commencer et « le dispositif d’accueil et de mise à l’abri sur place des mineurs non accompagnés n’est toujours pas opérationnel ». A Saint Brevin l’Océan, des coups de feu ont été tirés contre un futur centre d’accueil de migrants. Pourtant, ailleurs, des chrétiens prennent part à des manifestations contre l’accueil de migrants…

Wauquiez, coqueluche des cathos

C’est à voir. Et la Revue Limite n’est manifestement pas convaincue, qui se demande : « les catholiques peuvent-ils soutenir Laurent Wauquiez ? ». Elle s’interroge sur les rapports entre Laudato Si et sa perception des associations écologistes, « toutes ces structures doryphores qui vivent sur la bête et ne se préoccupent que de la beauté du paysage, mais se moquent de l’agriculture », comme sur sa volonté de mener une fronde contre l’accueil des migrants ou sa dénonciation régulière des pauvres comme de purs « assistés ».

Mgr Barbarin : « il n’est pas possible de laisser une seule personne mourir à nos portes »

saintfrancoisdassise  Le cardinal Barbarin a publié ce mardi un communiqué dans lequel il estime impossible « de laisser mourir une seule personne à nos portes », dans un communiqué sonnant comme une réponse à certaines déclarations politiques sur les migrants. « Il ne s’agit pas d’un débat politique, mais d’une urgence humanitaire vitale: nécessité fait loi. Aux responsables politiques, il revient de faire un juste usage des frontières et de veiller au respect de la dignité humaine », a-t-il ajouté.

 

Saint-François d’Assise, 4 octobre 2016

Voyant autour de lui les dérives de l’argent, François d’Assise a décidé d’épouser « Dame pauvreté ». II a trouvé dans cette radicalité une joie nouvelle, une lumière qui rayonne encore huit siècles plus tard, comme l’a montré le récent rassemblement d’Assise, le 20 septembre, autour du pape François et de la communauté Sant’Egidio.

Beaucoup de nos contemporains n’ont pas choisi cette pauvreté, je pense aux millions de chômeurs qui vivent une des grandes souffrances de notre pays, à tous ceux qui connaissent une très grande précarité, un logement indigne… Ils sont véritablement devenus prisonniers de la misère. Comment ne pas penser, en particulier, aux migrants du Moyen-Orient, du Sud et de l’Est, qui arrivent dans nos pays occidentaux ?

Lire la suite

Deo Gratias : plus de 6000 migrants secourus en mer ce lundi

C’est l’une des opérations de sauvetage les plus considérables depuis le début de l’année. Plus de 5 600 migrants ont été secourus au large de la Libye lundi, trois ans jour pour jour après le dramatique naufrage de Lampedusa qui avait réveillé les consciences en Europe. Onze d’entre eux, neuf femmes et deux enfants, ont été retrouvés morts alors qu’ils tentaient la traversée de la Méditerranée à bord d’un canot pneumatique. […] Des navires de la marine et des gardes-côtes italiens, d’autres bâtiments militaires engagés dans la zone et des bateaux humanitaires comme ceux de Médecins sans Frontières (MSF), SOS Méditerranée, Save the Children, Sea-Eye ou encore l’Astral des Espagnols de ProActiva Open Arms ont participé aux sauvetages. Plusieurs de ces navires sont venus, dans la matinée, au secours de 720 migrants, dont 198 mineurs voyageant quasiment tous seuls, entassés sur le pont et dans la cale d’un bateau de pêche de 15 à 20 mètres de long, a constaté un photographe de l’AFP à bord de l’Astral.

La mort de ces 9 femmes et ces 2 enfants reste une tragédie. Mais nous pouvons remercier le Seigneur, ainsi que tous ceux qui ont œuvré d’arrache-pied pour sauver la vie de ces 5600 personnes aujourd’hui.

Lire l’ensemble de la dépêche sur Le Point.

EDIT 04/10/2016 : le bilan du sauvetage a dépassé les 6050 personnes secourues.