Il choisira lui-même sa religion ?

Billet de Mgr de Germay, évêque d’Ajaccio :

La Corse s’enorgueillit volontiers de ne pas avoir renié ses racines chrétiennes. Pourtant, comme l’indique le nombre d’enfants catéchisés, la transmission de la foi a chuté. En échangeant avec de jeunes parents, je m’aperçois qu’ils sont parfois mal à l’aise avec cette notion de transmission. « Il choisira lui-même sa religion, me disent certains, pourquoi lui imposer la foi chrétienne ? » D’autres décident de faire baptiser leur enfant mais lui laissent ensuite le choix d’aller ou non au catéchisme : « S’il ne veut pas y aller, je ne le force pas ». 

La pastorale de l’eucharistie

« La pastorale des personnes divorcées remariées est un peu l’arbre qui cache la forêt ! En réalité, nous avons un problème avec la pastorale de l’eucharistie. La dimension de repas a été beaucoup mise en avant, au détriment de la dimension de sacrifice. Mais si la messe n’est qu’un repas, on ne comprend plus ce que signifie participer à l’eucharistie sans communier ».

Mgr de Germay dans Famille Chrétienne

À la recherche de l’intériorité perdue

Le poids de la seconde de silence…

La liturgie ne s’adresse pas qu’à l’intelligence, elle s’adresse aux sens. Elle est de l’ordre du signe, un signe visible qui renvoie à de l’invisible. Elle suggère le Mystère, la présence de Dieu. Elle nous aide à entrer en relation avec Dieu.

Mgr de Germay, évêque d’Ajaccio, en entretien avec Marie-Ange de Montesquieu sur Radio Notre-Dame.