La pathologisation du corps féminin

« J’ai relu mon passé à la lumière de cette pathologisation de mon corps de femme : les premiers cours d’éducation sexuelle sur les moyens techniques de contraception, en 5e ; le vaccin contre le papillomavirus, à 12 ans, qui donne aux jeunes filles l’idée que les hommes peuvent leur transmettre un virus dangereux et que les médecins peuvent les aider. Et ça continue , à 16 ans, quand les mères emmènent leur fille chez le gynécologue… »

Marianne Durano dans Famille Chrétienne (p.20)

Nadia Daam, au fond de vous, vous savez cela !

« Faisant preuve de ‘malhonnêteté intellectuelle, voire de bêtise crasse’, les opposants à la GPA sont, selon la spécialiste du sujet Nadia Daam, des dingues, ‘peu structurés intellectuellement’. En tant que prof de philo, mère et opposante à la GPA, je me sens triplement agressée par ces accusations, que je ne peux laisser sans réponse. Puisque Nadia Daam se pique de rigueur intellectuelle, étudions un peu son raisonnement… »

Marianne Durano dans Limite

Défendre les femmes intégralement

« Le féminisme intégral que nous défendons intègre tous ces combats et veut défendre les femmes intégralement, sans nier leurs spécificités et leurs vulnérabilités particulières. En effet, intègre signifie aussi bien honnête qu’entier. Le féminisme intégral considère la femme dans son entier : il n’évacue pas ses hormones et son utérus du champ politique, sous prétexte qu’ils seraient un facteur d’aliénation, ou en alléguant une égalité abstraite et désincarnée entre les sexes ».

Marianne Durano dans Le Figaro