Johnny et Jean-Philippe

Il a toujours parlé de sa mort. Dans un Ave Maria à la voix sanglotée, il la défie:
Allongé dans l’herbe je m’éveille
J’ai vu la mort dans son plus simple appareil
Elle m’a promis des vacances.
Johnny Hallyday a fini par réussir son coup. Il a bâti un être surdimensionné, la fusion bricolée de héros découverts en Cinémascope; un être qui ne marche que les jambes arquées, qui ne sort que recouvert de peaux d’animaux. Un Américain dessiné par un enfant français, né pendant la guerre. Johnny a tant tanné la peau de Jean-Philippe qu’il a fini par prendre toute la place.
Arnaud Robert, dans Le Temps

Une religion libérale ?

« L’évangélisme, en Suisse aussi, s’en sort mieux que le protestantisme traditionnel. Pourquoi?

Ils ont plus d’enfants que la moyenne et ils se défendent davantage contre les alternatives séculières. Les évangéliques mettent l’accent sur la socialisation religieuse de leurs enfants, ils font en sorte qu’ils aient des contacts avec d’autres familles évangéliques. Ils régulent l’accès à Internet, à la télévision, aux médias, pour les éloigner des alternatives qui pourraient entrer en concurrence. Les protestants traditionnels, eux, sont plus libéraux et ouverts sur le monde extérieur. Leurs enfants sont plus exposés à la concurrence d’autres influences, ils vont donc se séculariser plus facilement ».

Lire plus sur letemps.ch