12 juillet : Saints Louis et Zélie Martin

Beau billet de Jacques Gauthier :

On retrouve chez les Martin ces deux pôles: solitude et solidarité. Solitude, par leur vocation propre à suivre le Christ et leur réponse singulière à cet appel; solidarité, qui se traduit par l’entraide et le soutien mutuel sans qu’il y ait la moindre trace de jalousie. Solitude, à cause de la mort de Zélie; solidarité, puisque Louis ne fera pas obstacle au désir de ses filles d’être religieuses. Lui-même s’offrira totalement à Dieu, accueillant l’épreuve comme une grâce.

Prier à genoux

« Adorer, proskynein en grec, évoque l’agenouillement et le prosternement. Ployer les genoux devant Dieu, c’est reconnaître humblement que nous attendons tout de lui. C’était la prière du prophète Daniel : ‘Trois fois par jour, il se mettait à genoux, s’adonnant à l’intercession et à la louange en présence de son Dieu, comme il l’avait toujours fait’ (Dn 6, 11).

L’agenouillement est une attitude de prière si humaine qu’elle s’impose instinctivement lorsqu’on est en présence du mystère. Bernadette Soubirous se mit spontanément à genoux lorsqu’elle vit la Dame à Lourdes. La jeune juive Etty Hillesum a vécu aussi une sorte de visitation divine qui la mit à genoux dans sa maison alors qu’elle n’avait reçu aucune éducation religieuse. ‘Histoire de la fille qui ne savait pas s’agenouiller’ écrit-elle dans son Journal, où elle parle de l’agenouillement comme d’un geste intime de l’amour ».

Lire plus sur le blogue de Jacques Gauthier

 

L’Avent, temps d’éveil au Christ

capture« Veilleur de Dieu, Jean voit au loin l’Agneau qui vient. Il prépare son chemin en disposant notre cœur à la conversion. Chemin du Seigneur, chemin de notre cœur, pour que ne s’éteigne pas la lampe de la prière. Et voici qu’il baptise le Messie qui prend sa main pour l’amener à l’ultime naissance, le martyre. Et sa lampe s’éteint dans la prison d’Hérode pour que brille le Christ, la lumière du monde. Et sa voix s’amplifie dans la mort pour que crie la Parole faite chair, comme on le voit encore de nos jours pour de nombreux chrétiens et chrétiennes d’Orient ».

Par Jacques Gauthier