Antonio Spadaro sj. dénonce l’« œcuménisme de la haine »

Antonio Spadaro sj., directeur depuis 2011 de la revue jésuite La Civiltà cattolica, et Marcel Figuerosa viennent de publier un article  (repris par L’Osservatore Romano) qui traduit une forte préoccupation devant une évolution des chrétiens aux États-Unis. Lorsque l’on sait que chaque numéro de La Civiltà cattolica est validé par la Secrétairerie d’État, on comprend que cette préoccupation ne leur est pas propre.

Or, si le phénomène est de moindre ampleur en France, qui ne connaît guère les tentations créationnistes en vogue aux États-Unis, il est difficile de ne pas lire des points communs entre les approches dénoncées dans ce texte et les enjeux actuels, notamment au travers de l’influence identitaire.Lire la suite

« Ni repli identitaire, ni effacement. Être chrétien aujourd’hui »

Comment les chrétiens peuvent-ils s’engager au nom de leur foi sans subir de récupérations idéologiques ? Les chrétiens ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde moderne qui depuis longtemps ne les attend plus ?

Les Bernardins ont organisé un « Mardi » à cette question, avec la Communauté chrétienne de l’Essec. La table-ronde réunissait Noëlle Benoist, présidente de ladite communauté, Philippe d’Iribarne (ethnologue, socilogue, directeur de recherce au CNRS et notamment auteur de Chrétiens et modernes, Gallimard, 2016), Thierry Bizot (Producteur de télévision, et auteur entre autres livres de Catholique anonyme, Points, 2009), ainsi que Erwan Le Morhedec (Avocat, blogueur et auteur notamment de Identitaire, le mauvais génie du christianisme, Editions du Cerf, 2017).

Le débat disponible en vidéo ci-dessus, sur le site du Collège des Bernardins,ainsi que sur le site de France Culture.

« Les catholiques ne doivent pas céder à la fermeture communautaire » (Pierre Manent)

Pierre Manent est intervenu devant les évêques de France et a exposé sa vision du rôle de l’Eglise et des catholiques. Parallèlement à son interview pour KtO dans laquelle il souligne que, face aux deux tendances contraires qui tiraillent les catholiques entre l’abandon à la mondialisation et le repli sur soi, il leur appartient de trouver une juste réponse – qui n’est ni l’une ni l’autre – Famille Chrétienne rapporte également un aperçu de son propos. Tout en soulignant que, si la France s’est déchristianisée, cela ne signifie en aucun cas que les chrétiens n’aient plus rien à dire au pays, bien au contraire, il pointe ceci :

« Les catholiques, en raison de leur histoire, ont une responsabilité particulière à l’égard de la France et de tous les citoyens. Il ne faudrait pas que les catholiques cèdent à la fermeture communautaire : défendre leur pré carré et laisser le monde aller à sa perte. C’est la tentation de transformer l’Église en cité monastique. Certes nous sommes moins nombreux… Mais nous devons garder le sens de notre responsabilité envers tous. Je ne crois pas à l’argument du petit nombre qui serait un argument contre l’action. Nous devons agir au nom de notre conscience aujourd’hui sans nous préoccuper du résultat futur. Péguy disait qu’il ne fallait pas forcément vaincre mais éviter d’être vaincu… »

Lire la suite