Mar Behnam, la reconstruction

Après quatre semaines de travaux, le relèvement du sanctuaire de saint Behnam (IVe siècle), détruit par Daech, touche à sa fin. Il se compose de deux pièces, une première, assez petite, qui débouche sur une plus grande. Dans la partie droite de celle-ci, quelques marches descendantes – encore à construire – permettront d’accéder au mausolée. Et, détail intriguant, se trouve face à la porte une abside faisant penser qu’il a pu autrefois s’agir d’une petite église.

Reconstruire après Daech

« Naseer, artisan chrétien, a ouvert son propre atelier il y a 15 ans quand il a eu assez de moyens après avoir été salarié pendant cinq ans.

À la libération de la plaine de Ninive en octobre 2016, il a retrouvé une maison et un atelier entièrement détruits et saccagés. Naseer n’avait plus de machines, et pas d’argent pour en racheter et relancer sa ferronnerie… »

Sur fraternite-en-irak.org

Mar Benham, un sanctuaire sur la voie de la résurrection

Près de Mossoul, le monastère de Mar Benham est un lieu à part, sanctuaire pour les chrétiens, lieu de prière pour les musulmans. Menacé à plusieurs reprises par les islamistes, d’Al Qaïda ou de Daech, il a été en partie détruit par ces derniers.

La Croix rappelle cette histoire singulière et évoque la reconstruction, menée avec l’aide de jeunes Français, dont Guillaume de Beaurepaire, architecte et membre de Fraternité en Irak.Lire la suite

Le patrimoine culturel de Mossoul après Daesh

« C’est une autre bataille qui est menée après la libération de Mossoul : celle de la reconstruction du patrimoine irakien. En effet, l’État Islamique a mené un véritable nettoyage culturel. La Mosquée Al-Nouri  de Mossoul et son minaret penché, symbole de la ville, a été détruite ainsi que plusieurs églises : celles des dominicains ou l’église Saint-Thomas, ‘toujours debout mais dans un piteux état’. La bibliothèque et le musée de Mossoul ont également été détruits ».

Faraj-Benoît Camurat sur RCF

Qaraqosh : le retour de Rode

« La réinstallation de Rode a fait l’objet d’une belle victoire de la solidarité sur la folie meurtière de Daech : toute sa famille s’est mobilisée pour que l’entreprise soit prête à accueillir les nouvelles machines. La mère de Rode a même fait le ciment pour boucher le trou que les djihadistes avaient laissé, par lequel ils passaient de l’usine à l’entrepôt derrière transformé en garage, où ils piégeaient les voitures, la nuit, à l’abri des bombes…

Il espère ainsi embaucher prochainement quatre personnes compétentes dans le travail des métaux. En attendant le retour complet, les vols étant encore d’actualité dans Qaraqosh, il dort sur place, sous le hangar abritant ses machines, pour veiller sur elles ! L’activité en elle-même redémarre doucement ce qui permet à Rode de s’avancer pour  fournir aux ONG actives dans la reconstruction des maisons les portes et fenêtres dont elles auront besoin ! »

Lire plus sur fraternite-en-irak.org

Des poulets pour Qaraqosh (aussi)

Fidèle à son habitude de soutenir les initiatives locales, au lieu de les remplacer, Fraternité en Irak vous propose de soutenir des projets entrepreneuriaux concrets dans Qaraqosh libérée. Et quand on dit concret, il s’agit :

  • d’aider ces deux frères, Sedi et Salam, en photo à racheter des poussins et de l’équipement pour redémarrer leur élevage de poulets;
  • d’aider Zihad et Deaa à reprendre leur activité de menuiserie en PVC;
  • d’aider Rudi Salam pour sa menuiserie également

… ainsi qu’un boulanger, un coiffeur, un imprimeur. Qaraqosh a besoin d’aide pour retrouver son activité, proposer des emplois, se reconstruire, et Fraternité en Irak nous explique concrètement comment y contribuer.

Mgr Mouché, archevêque de Mossoul, en visite en France.

Mgr Petros Mouché, archevêque syriaque catholique de Mossoul et Qaraqosh, est en visite en France pour témoigner de la vie, des souffrances et de l’espérance des chrétiens en Irak, avec Fraternité en Irak. Il était le week-end dernier à Annecy, pour un concert, une messe et une conférence devant un millier de personnes.

 

Il sera ce soir à Bellegarde-sur-Valserine (Ain), mardi à Bourg-en-Bresse et mercredi 16 novembre à Genève.

Urgence déminage

14681799_1254358407941037_4618284979616948280_n
Faraj-Benoît Camurat, président de Fraternité en Irak, répond aux questions de Cahiers Libres. Un extrait :

CL : Cela signifie qu’il ne sera pas possible pour des populations de revenir avant que le déminage soit terminé ?

Hélas, vivre au milieu de pièges aussi dangereux, même s’ils étaient tous repérés et signalés, serait suicidaire. Déjà douze membres de la minorité kakaïe, revenus prendre des meubles sont morts : ils ne sont pas revenus vivre dans le village, ils n’ont fait qu’y passer pour aller chercher des effets personnels. Le grand problème c’est que les mines classiques tuent elles aussi. C’est sur une mine enfouie dans la terre qu’un jeune chrétien de 14 ans, Eugène Salah Mikha a sauté. L’enjeu, c’est aussi de déminer les terres agricoles. La plaine de Ninive est une des régions les plus fertiles d’Irak, ses habitants vivaient en grande partie grâce à l’agriculture. Il va être nécessaire de mobiliser de grands moyens pour que les villages mais aussi toutes les terres agricoles soient déminés. Nous espérons que le projet que nous lançons actuellement va être le premier pas pour le déminage de la plaine de Ninive.

Déminons Ninive

14681799_1254358407941037_4618284979616948280_n

Fraternité en Irak s’est engagée dans une opération de déminage, indispensable pour permettre aux minorités de revenir dans leurs villages. Si nous voulons que les Chrétiens puissent se réinstaller dans la plaine de l’antique Ninive, là où le christianisme s’est implanté bien avant qu’il ne touche nos rives, nous devons participer à cet évènement.

Déminage de la plaine de Ninive

Fraternité en Irak a toujours besoin de vous pour aider au déminage des villages de la plaine de Ninive. Le directeur de l’école d’Alqosh explique :

Daesh est aidé par des experts. Ils sont très intelligents et installent des mines là où personne ne les imagine. Par exemple, en ouvrant le réfrigérateur, en allumant la lumière, ou simplement en shootant dans une cannette restée par terre. (…) Pour redonner espoir, il faut que les chrétiens sentent à travers des actions concrètes qu’un retour dans les villages en sécurité et en paix est possible. Le déminage va dans ce sens et le fait de commencer dès maintenant accélérera le retour des habitants après le départ de Daech.