Les évêques ont du pain sur la planche

Réunis à Lourdes à partir d’aujourd’hui, du 28 au 31 mars, les évêques vont avoir du pain sur la planche. Principaux sujets à l’ordre du jour : la pédophilie, l’approche des éléctions présidentielles et la diversité des catholiques français (avec une intervention du philosophe Pierre Manent). A noter que, d’après La Croix,

À la clôture de leur Assemblée, vendredi 31 mars, ils publieront un texte intitulé Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato’si.

Mgr Ravel, nouvel archevêque de Strasbourg

05 novembre 2010 : Mgr Luc RAVEL, évêque du Diocèse aux Armées. Lourdes (65), France

Décrets des 17 novembre 2016 et 16 février 2017 relatifs à la démission d’un archevêque et à la nomination de son successeur

 

Par décret du Président de la République en date du 17 novembre 2016 :
Est agréée la démission présentée par Monseigneur Jean-Pierre GRALLET, archevêque de Strasbourg.
Monseigneur Luc RAVEL est nommé archevêque de Strasbourg.
Par décret du Président de la République en date du 16 février 2017, le Conseil d’Etat (section de l’intérieur) entendu, est reçue la bulle donnée à Rome le 9 décembre 2016 portant institution canonique de Monseigneur Luc RAVEL comme archevêque de Strasbourg.

 

Pour plus d’informations : le site de la Conférence des Evêques de France.

 

Décès de Mgr Malbois

Mgr MalboisMgr Albert Malbois, dernier évêque français à avoir participé à l’ensemble du Concile Vatican II, est décédé dimanche 12 février. 

Mgr Malbois est né en 1915 ; ordonné prêtre en juin 1938 pour le diocèse de Versailles, il a été longtemps aumônier de lycée, puis « directeur des Oeuvres » à Versailles. Évêque auxiliaire de Versailles entre 1961 et 1966, il a donc participé au Concile Vatican II à Rome, entre 1962 et 1965. Il fut le premier évêque du diocèse Corbeil Essonnes entre 1966 et 1977.

Il quitte sa charge à la tête du diocèse de Corbeil-Essonnes en 1977.

Prendre le temps de (re)lire la Lettre des évêques

politique-eveques-203x300

En cette période de vacances de Noël, Dominique Greiner propose sur son blog hébergé par La Croix une « lecture critique du texte des évêques » sur la politique, Dans un monde qui change retrouver le sens du politique, paru en octobre 2016.

Le théologien nous propose de rouvrir ce texte en le lisant à la lumière des grands textes de la doctrine sociale, à travers une intervention en quatre parties, prononcée le vendredi 16 décembre lors d’un séminaires organisé par le Theologicum de l’Institut catholique, le Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris, et la Faculté Notre-Dame.

Une nouvelle WebTV catho…

…avec pour nom, tout simplement : tv.catholique.fr

Les habitués du net catho auront relevé que l’adresse indique la provenance de la WebTV : la Conférence des évêques de France.

Donc, outre un programme proposé par le player, vous pouvez retrouver de manière thématiques une sélection des vidéos réalisées par la Conférence des évêques de France, par des diocèse, ou d’autres groupes et mouvements.

WebTV Catholique.fr

L’Avent, kesako ?

question_avent-v4-bis« Historiquement, on sait que l’Avent avait surtout pour but de tourner notre prière et nos cœurs vers ce que l’on appelle les «fins dernières», autrement dit le retour du Christ, que tous les chrétiens attendent. Aujourd’hui encore, notre Avent honore donc ces deux aspects : méditer sur le retour du Christ (en gros, les 2 premières semaines) et ensuite la préparation de nos cœurs à célébrer Noël, du 16 au 24 décembre, et qui est une préparation plus centrée sur la fête même de Noël »…

Lire la suite sur le site noel.catholique.fr

Vie pro – vie perso : un enjeu pour les Evêques d’Europe

european_sunday_alliance-15016202_1480117195335797_2521670034177204822_oLes Evêques de la Comece (l’Eglise catholique dans l’Union Européenne) ont participé au lancement d’une résolution pour un meilleur équilibre entre travail et vie privée et un temps libre synchronisé à l’ère numérique. Le texte a été lancé par l’Alliance européenne pour le dimanche à l’occasion de la Conférence Work-Life-Balance 4.0 – Challenges in a time of digitalisation. La résolution vise à mobiliser la société civile et les élus en faveur d’un meilleur équilibre entre travail et vie privée et à limiter les risques engendrés par la numérisation.

Une vigilance qui n’est pas sans rappeler celle de Papes successifs, attentifs à l’évolution du monde économique et à ses effets sur la société. A lire, débattre et partager !

Réformé, puis évêque

capture

« L’année de mon Bac, en 1980, Jean-Paul II est venu en France. J’ai notamment participé à la rencontre avec les jeunes. Cela a été l’occasion d’un double déclic. J’ai vu vraiment le mystère de l’Église autour de lui, comme successeur de Pierre. Sa personne était le garant d’une Église qui vient des origines et d’une Église universelle. Des pasteurs m’avaient déjà donné envie d’être pasteur, mais le deuxième déclic a été la personnalité rayonnante de Jean-Paul II, prêtre, évêque. Il m’a donné envie d’entrer dans l’Église catholique et de devenir prêtre ».

Mgr Didier Berthet, évêque de Saint-Dié

« Surtout pas UN profil de prêtre ! »

Mgr Bataille, évêque de St-Etienne, qui participe à sa première assemblée plénière Lourdes, présente sa vision du sacerdoce :

Comment voyez-vous le ministère des prêtres aujourd’hui et demain ?

Je ne crois pas qu’il y ait un modèle unique. Nous avons plutôt à accueillir la diversité que nous donne le Seigneur. Le danger de nos très grandes paroisses, avec notre difficulté à trouver un curé pour chacune, serait de réduire la mission du prêtre à un unique profil : celui qui est capable d’organiser et de gérer de très grands ensembles de chrétiens, compétent et formé pour ce type de responsabilité, un modèle « cadre supérieur ». On passerait alors à côté du Curé d’Ars et de beaucoup de saints qui ont fait la beauté et la richesse de l’histoire de l’Eglise ! Certains prêtres sont faits pour l’écoute, d’autres pour la prédication ou l’éducation des jeunes, d’autres ont une merveilleuse proximité auprès des plus fragiles. Alors surtout pas UN profil de prêtre ! Nous avons surtout besoin de prêtres disponibles à l’Esprit Saint. […]

C’est par la confiance et la communion que nous pourrons relever ensemble les défis qui se présentent à l’Eglise aujourd’hui.

« Il nous faut sortir du trop long silence coupable de l’Eglise et de la société »

Aujourd’hui, les évêques de France réunis à Lourdes ont vécu une journée de prière pour les victimes d’actes pédophiles dans l’Eglise. La messe a été célébrée pour ces victimes, et pour demander pardon pour les fautes commises par les membres de l’Eglise. Voici l’homélie de Mgr Crépy :

 

Les paroles du Christ nous touchent tout particulièrement ce matin par leur actualité et par leur vérité : « il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute mais malheureux celui par qui cela arrive ! » (Lc 17, 1) Oui, il nous faut oser regarder en face les scandales du péché qui atteignent l’Eglise toute entière. Oui, il nous faut sortir du trop long silence coupable de l’Eglise et de la société et entendre les souffrances des victimes : les actes pédophiles, ces crimes si graves, brisent l’innocence et l’intégrité d’enfants et de jeunes. Oui, il nous faut oser prendre tous les moyens pour que la Maison Eglise devienne un lieu sûr. Oui, il nous faut comme le demande le Pape François, « demander pardon pour les péchés commis par les autorités ecclésiastiques qui ont couvert les auteurs d’abus et ignoré la souffrance des victimes ».
Quand il s’agit des plus fragiles, des plus faibles, des « petits », Jésus parle haut et fort. Ainsi les enfants sont la figure même des vrais disciples : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. » (Mc 10,14) D’où, dans l’évangile que nous venons d’entendre, cette condamnation si claire et si vigoureuse de ceux qui scandalisent et méprisent les petits : « Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite dans la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà. » (Lc 17, 2). Il n’y pas d’excuses ou de demi-mesures pour les actes commis sur un seul de ces petits ! Il y a cette condamnation sans appel du Christ face au scandale vis-à-vis d’un seul de ces petits. L’Evangile ne transige pas avec ce qui porte atteinte et méprise la dignité de tout homme, et plus encore quand il s’agit des plus faibles.

 

Seigneur, fais de ton Église
un lieu de vérité et de liberté,
de justice et de paix,
pour que l´humanité tout entière
renaisse à l´espérance

Message du Pape François aux évêques de France

Evêques FranceLes évêques se réunissent du 4 au 9 novembre à Lourdes pour leur assemblée plénière. Le Pape François leur a adressé un message :

Dans un contexte encore marqué par les attentats qui ont meurtri votre pays et dans la perspective d’échéances électorales importantes, le Saint-Père vous encourage à aider les habitants de la France à affermir leur espérance et à contribuer à la recherche du Bien commun. Puissent aussi vos échanges sur les vocations sacerdotales manifester votre sollicitude pastorale envers les jeunes pour les aider à découvrir leur projet de vie et à le réaliser avec joie.

 

Au programme de cette session :

  • La vocation de prêtre diocésain (vendredi 4 et samedi 5 novembre)
  • la pastorale en monde ouvrier et populaire et en monde rural (samedi 5 novembre)
  • les implications pastorales de l’exhortation post-synodale Amoris laetitia (dimanche 6 novembre).
  • les abus sexuels dans l’église (lundi 7 novembre), avec une journée de pénitence et de prière pour les victimes à laquelle chacun peut s’associer : la messe sera dite « pour le pardon des péchés » commis par les membres de l’Église.
  • la situation politique et religieuse de notre pays (lundi 7 novembre)
  • le dialogue avec les musulmans (mardi 8 novembre)

 

 

Au Quebec, la laïcité s’appelle « neutralité religieuse de l’Etat »

Au Québec, le projet de loi 62, portant sur la neutralité religieuse de l’État, est défendu par le gouvernement libéral. Le terme « laïcité«  n’apparaît nulle part dans le texte du projet de loi 62. Ses rédacteurs ont plutôt utilisé l’expression « neutralité religieuse de l’État. » Les premiers mots du texte législatif qui sera débattu jusqu’au 9 novembre posent comme objet  l’établissement de mesures visant à favoriser la neutralité religieuse de l’Etat le respect. « À cette fin, elle impose notamment aux membres du personnel des organismes publics le devoir de neutralité religieuse dans l’exercice de leurs fonctions. »

Les évêques du Québec ont été reçus en commission pour expliquer leur position, axée sur la signification et la raison d’être de la neutralité religieuse de l’État, la liberté de conscience et de religion, et la valeur du pluralisme québécois actuel.

Plus d’informations sur le site du diocèse de Québec ou de l’assemblé des évêques catholiques du Québec.

Les catholiques : une force politique ?

510_000_par3514886-jpg-pagespeed-ce-wf7gkksdsi

C’est le titre de l’émission diffusée hier dans les Matins de France Culture, avec pour invités le sociologue Philippe d’Iribarne et la philosophe Emilie Tardivel.

Les deux invités ont notamment échangé sur leur perception de la récente Lettre des évêques de France sur la politique. Alors que Philippe d’Iribarne voit dans le texte une position plutôt affaiblie de l’Eglise (incapable d’exprimer l’apport particulier du christianisme dans le monde, avançant des idées plutôt convenue sur les sujets politiques), Emilie Tardivel considère que la Lettre peut avoir une influence sur l’électorat catholique dans la campagne pour 2017. L’émission a été l’occasion de débattre de la position des catholiques sur les sujets de l’actualité récente (attitude vis-à-vis de l’islam, installation des crèches dans les mairies, mariage pour tous, …).

Emission à réécouter ici.

A Lyon, objectif 2030

eglise-2030

Des membres de différentes organisations (« Amis de la vie », CCFD Terre solidaire, Chrétiens en Monde Rural, Mission Ouvrière, de CVX, …) organisent à Lyon un colloque sur l’Eglise à l’horizon 2030 les 26 et 27 novembre 2016.

Les organisateurs souhaitent penser, le temps d’un we, le visage futur de leur diocèse et ses évolutions profondes, à partir de trois thèmes : l’Eglise contemporaine du monde, l’Eglise miséricordieuse et solidaire, l’Eglise diverse et fraternelle. Pour les organisateurs, ce travail de prospective est essentiel pour ouvrir le débat entre croyants :

« A l’horizon 2030, notre Eglise diocésaine aura […] double pari à tenir : s’adapter aux réalités et aux besoins nouveaux de notre société dans une organisation ecclésiale renouvelée. Cette mutation inévitable ne pourra se réaliser sans l’adhésion de tous – clercs comme laïcs – ; or ces questions, trop souvent méconnues, sont rarement débattues en Eglise. »

Programme sur le site du colloque.

Prier pour l’Europe (1/2)

imagesLa Comece (l’Eglise catholique dans l’Union Européenne) a inauguré sa session plénière hier et elle se finit demain. L’occasion pour les Evêques d’Europe de revenir sur le projet européen après le Brexit et de faire eux aussi une expérience d’Europe, dans ses joies, ses espoirs mais aussi ses différences. Les défis s’amoncellent et en même temps le projet européen revêt une importance d’envergure au regard des défis du moment …

Allez hop, une prière pour l’Europe en communion avec nos évêques à Bruxelles en ce moment :

Prière pour l’Europe

Père de l’humanité, Seigneur de l’histoire,

Regarde ce continent auquel tu as envoyé des philosophes, des législateurs et des sages, précurseurs de la foi en ton Fils mort et ressuscité.

Regarde ces peuples évangélisés par Pierre et Paul, par les prophètes, les moines et les saints.

Regarde ces régions baignées par le sang des martyrs et touchées par la voix des réformateurs.

Regarde les peuples unis par de multiples liens et divisés par la haine et la guerre.

Donne-nous de nous engager pour une Europe de l’Esprit, fondée non seulement sur les accords économiques mais aussi sur les valeurs humaines et éternelles : une Europe capable de réconciliations ethniques et œcuméniques, prompte à accueillir l’étranger, respectueuse de toute dignité.

Donne-nous de regarder avec confiance notre devoir de susciter et promouvoir une entente entre les peuples qui assure pour tous les continents la justice et le pain, la liberté et la paix. AMEN

26 Mai 2005

Carlo Maria Cardinal MARTINI (1927-2012)

« Evêques et politique : mêlez-vous de nos oignons ! »

rencontres-nationales-association-coexister-lille-dernier_0_730_485Il est salutaire que nos évêques nous interpellent avec vigueur sur cette obsession identitaire qui habite nombre d’entre nous, et pas d’ailleurs forcément toujours à l’extrême droite.

Très intéressante tribune de Marc Le Boucher ce jour dans La Croix ; à lire et partager ! Elle fait bien entendu suite à la contribution de la Conférence des Evêques de France « Dans un monde qui change retrouver le sens du politique » (pour mémoire, le texte intégral en cliquant ici).

En complément, on peut également lire les récentes contributions de Dominique Quinio, Présidente des Semaines Sociales de France, et du Père Bertrand Auville, Délégué auprès du monde politique pour le Diocèse de Nanterre, sur « Elections 2017 : un vote pour quelle société ? » en cliquant là.

 

Démanteler ou construire

Mgr Jaeger ArrasL’évêque d’Arras, Mgr Jaeger, intervient au sujet du démantèlement de la « Jungle » de Calais, dans son diocèse :

Une vaste opération de déplacement des personnes concentrées dans la lande ou jungle de Calais est menée. Même si ce lieu a représenté une lueur d’espoir pour beaucoup d’entre elles, l’insalubrité des lieux et les conditions précaires de subsistance le condamnaient à disparaître. Sans oublier les moyens pris par les pouvoirs publics et l’énorme investissement des bénévoles et des associations, l’heure est venue de construire plus que de démanteler.

Il faut d’abord construire ou reconstruire les modalités du respect de la  dignité humaine d’hommes et de femmes blessés qui ont quitté leurs pays et leurs familles dans des circonstances souvent atroces et douloureuses. Ces mêmes personnes ont souvent été bafouées par les réseaux qui devaient les acheminer vers une hypothétique terre promise et les ont conduits à Calais dans les conditions que l’on sait. Leur départ de notre littoral peut et doit être vécu comme un surcroît de dignité et de respect, notamment à l’égard des mineurs, des femmes seules et des personnes en santé fragile.

Lire la suite

En Suisse, Justice et Paix dit oui à lʼinitiative « Sortir du nucléaire »

centrale_nucleaire_de_cruas-meysseLa Commission nationale Justice et Paix de la Conférence des évêques suisses recommande dʼapprouver lʼinitiative « Sortir du nucléaire » soumise au peuple le 27 novembre prochain. Elle estime que la mise hors service des centrales nucléaires suisses au maximum 45 ans après leur installation est faisable et souhaitable dʼun point de vue pratique comme éthique.

Voir plus sur Cath.ch

« Les hommes politiques doivent chercher quel est le projet de la société française. »

Mgr LebrunMgr Dominique Lebrun est interviewé dans Paris-Normandie

Fin juillet, après l’assassinat du père Hamel, vous déclariez « Je crois que nous sommes au bout du modèle de la laïcité qui était exaspéré ces dernières années ». Le conseil permanent de la Conférence des évêques de France dresse un constat tout aussi sévère dans le livre « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». Comment l’État doit-il reconsidérer le modèle de la laïcité ?

 

Mgr Dominique Lebrun. « Le modèle actuel, c’est gérer la pluralité, ce qui est bien. Il y a une pluralité de croyants et de non croyants dans notre société. Il faut leur permettre d’exister. Mais ce n’est plus suffisant. Dans une famille, les parents ne se contentent pas de gérer la pluralité de leurs enfants, ils se préoccupent de leur avenir. Les hommes et les femmes politiques doivent chercher quel est le projet de la société française.

Lire la suite

« Les évêques, hors de la mêlée ? »

C’est la réaction de Gérard Leclerc au texte de la Conférence des Evêques de France, Retrouver le sens du politique :

J’avoue, pour ma part, que j’attendais le texte annoncé du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France avec une certaine perplexité, sinon une certaine crainte. Mais lecture faite, ce petit essai sur le sens du politique m’a plutôt intéressé par son habileté supérieure, c’est-à-dire son art d’éviter les chausses-trappes. Ce qui nous est proposé, c’est une réflexion pour nous tirer vers le haut, en évitant les polémiques inutiles et en mettant l’accent sur un essentiel où tous peuvent se retrouver, non pas pour réaliser des consensus improbables mais pour établir un champ de questionnement commun.

La non-pensée du jour

Le problème, c’est qu’à chaque fois que les évêques prennent la plume, c’est pour laisser parler leur hémisphère gauche.

 

(Yves de Kerdrel, directeur de Valeurs Actuelles, magazine connu pour son sens de la pondération et de l’équilibre politique, 12 octobre 2016)