Les Français aiment bien leur maire !

mairie-de-signes-le-5-fevrier-2020_6249034Dans un contexte politique chahuté et social conflictuel, il est heureux de découvrir que les Français se disent plutôt satisfaits de leur maire, même si les prochaines échéances électorales pourraient être l’occasion d’un changement ! C’est ce qu’un sondage partagé par L’Express nous révèle :

Si 71% se disent satisfaits de leur maire et de son conseil, soit 13 points de plus qu’en 2014, contre 29% d’un avis contraire, pour 36% des Français interrogés, les municipales de mars seront l’occasion de changer d’équipe.

Et c’est avant tout les enjeux locaux qui décideront les citoyens, et non la sanction du gouvernement en place. Intéressés d’abord par le programme, deux-tiers des interrogés disent leur intérêt pour les prochaines élections municipales. Une bonne nouvelle citoyenne, à retrouver ICI !

 

François Ruffin veut être un député payé au SMIC

A l’issue de son élection comme député de la 1ère circonscription de la Somme, le journaiste François Ruffin, rédacteur en chef de la revue Fakir, césarisé pour son documentaire Merci Patron !, a d’ores et déjà déclaré que, comme député, il serait payé au SMIC (1.480,27 euros brut) : pour cela, il reversera les quatre autres cinquième de son indemnité parlementaire « à des œuvres, vraisemblablement ».

Revue de Presse : des évêques engagés

Les évêques qui secouent les partis à l’approche des élections ! Oui, vous avez bien lu : il s’agit d’un cri d’alarme et d’une « critique sans concessions envers la classe politique du pays » qui sont lancés par les évêques du Kenya à quelques mois des élections. « Les situations chaotiques que nous voyons démontrent combien le système politique que nous avons en ce moment au Kenya est fragile » rapporte Radio Vatican. Ces évêques critiquent également la « manipulation et les abus » commis par des « personnages sans intégrité et qui ne sont pas assez mûrs pour bien discerner entre le bien et le mal. De telles personnes ne devraient pas être autorisées à se présenter à des fonctions électives en premier lieu ». C’est dit !

D’autres évêques appellent pour leur part à un « patriotisme chrétien “solidaire”, pas “égoïste” ». C’est en Pologne que ça se passe. Selon La Croix, « la Conférence épiscopale polonaise a encouragé, dans un document publié vendredi 28 avril, l’essor d’un patriotisme chrétien “respectueux des autres cultures et des autres convictions religieuses” ». Le journal nous apprend également Lire la suite

Présidentielle, La Croix s’engage

Ce n’est pas si fréquent : La Croix s’engage dans le débat présidentiel. Si La Vie l’a déjà fait, de façon attendue mais pas moins notable, par la plume de Jean-Pierre Denis dans un edito intitulé A question simple, réponse claire, ce n’est que la deuxième fois que La Croix exprime ainsi un choix en plusieurs décennies. Après 2002, elle a donc choisi de le faire de nouveau :

Nous n’acceptons pas l’idée d’un choix déterminé par la crainte. Crainte de l’avenir, de l’Europe, du monde, de l’étranger, de l’autre. Nous ne pouvons nous résigner à ce que l’on élève des clôtures autour de la France et que l’on introduise des séparations entre les habitants de notre pays en fonction de leur nationalité. Face à ce qui risque d’advenir avec Marine Le Pen, l’abstention ne suffit pas. Le programme d’Emmanuel Macron ne peut recueillir notre pleine adhésion, nous l’avons déjà écrit. Mais parce que ce candidat a fait un choix de rassemblement et de confiance dans l’avenir, nous lui apportons notre soutien.

Lire la suite

« Héritiers d’une tradition d’accueil de tout un-chacun »

La Conférence des Religieuses et Religieux de France (CORREF) intervient à son tour, à sa manière, dans le débat électoral :

En ces jours d’élections capitales pour l’avenir de notre pays, nous, Conférence des Religieuses et Religieux de France (CORREF), nous nous sentons héritiers d’une tradition d’accueil de tout un-chacun – quelle que soit sa condition, sa religion ou sa nationalité -, créée à l’image et à la ressemblance de Dieu. Engagés à créer du lien entre les personnes et riches de la dimension internationale de nos Instituts, nous refusons de souscrire à toute logique de discrimination, de repli sur nous-mêmes, d’exclusion et de peur.

Les jours d’après …

index

Combien sont convaincus que tout n’est pas à attendre d’ « en haut », de ces élites conspuées, parfois coupables certes, mais qu’il est parfois facile d’accuser de tous les maux ? Combien auront la volonté de suivre la réalisation des programmes et de s’engager, eux-mêmes, dans l’arène politique ou dans les associations pour faire avancer leurs convictions ?

Une dernière contribution de Dominique Quinio, Présidente des Semaines Sociales de France, avant de participer à une élection majeure pour notre pays, à découvrir ICI

En complément, on peut aussi relire les contributions de la même Dominique Quinio et du Père Bertrand Auville, Délégué aux relations avec le monde politique pour le Diocèse de Nanterre, sur le thème « Elections 2017 : un vote pour quelle société ? » et c’est à retrouver PAR LA.

Le monde autrement, contre les peurs

JOC93_2009À la veille du grand rendez-vous démocratique qu’est l’élection présidentielle, dans un contexte de discrédit grandissant de la parole publique et de sentiment d’impuissance face à l’état du monde, des mouvements d’Église lancent un appel, qui fait écho à celui lancé par le pape François aux jeunes lors des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie en juillet 2016 : « Voulez-vous changer le monde ? »

Une tribune utile à lire et partager, signée par de nombreux mouvements dont le CCFD, la DCC, les Semaines Sociales de Frances, le MCC, les EDC, l’Ordre de Malte, Pax Christi, les Scouts et Guides de France, le Secours catholique.

Et c’est à découvrir en cliquant ICI

Voter en conscience …

Logo_CVX_elections_2017-300x300La Communauté de Vie Chrétienne (CVX) propose une démarche en cinq étapes pour choisir son bulletin « en pleine conscience » aux scrutins de l’élection présidentielle, les 23 avril et 7 mai 2017. Pas de consigne de vote mais des textes, des questions et des événements pour nourrir sa réflexion.

« Comment vais-je voter en 2017 ? Comme d’habitude ? Selon mes préoccupations personnelles ? Selon mes impressions sur les candidats ? Selon l’avis de mon entourage ? »

CVX propose à ses 6.000 compagnons une façon de se préparer aux votes à venir. Il s’agit pour les membres de la communauté de spiritualité ignatienne de mener un véritable travail de discernement, car ce choix engage.

La suite est à découvrir ICI.

Ce qui manque aux responsables politiques, c’est une vraie liberté

Et si les hommes et les femmes politiques étaient enfermés dans un système qui les empêche d’être vraiment libres ? Et si la crise actuelle, cruellement exposée dans la campagne présidentielle, ne pouvait se résoudre qu’en leur permettant de redevenir vraiment libres dans le débat public ? James Woody, pasteur, […] lance le débat.

Le divorce entre les responsables politiques et les Français ne date pas de cette campagne électorale. Cela fait des années que je visite des personnes qui, au gré de nos discussions, me confient non seulement leur désintérêt de la politique, mais aussi leur défiance à l’égard des personnels politiques qu’elles jugent « pourries » et sans soucis de l’intérêt général. […] Comment se fait-il qu’il n’y ait toujours pas eu la moindre prise de conscience de nos élus ? Comment se fait-il qu’ils aient continué à faire comme si de rien n’était, comme s’il n’y avait aucun problème majeur de ce côté-là ?

Lire la suite de cette tribune dans La Vie

Handicap, bien commun et élections

Capture« Nous, chrétiens, nous suivons Jésus, celui-là même qui est l’ami des plus fragiles. Il nous a laissé ce message : ‘Ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait’ (Mt. 25, 40). On ne peut être plus clair. Il nous a même laissé la méthode : ‘Si tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles, et tu seras heureux’ (Lc. 14, 13). Mon espérance, c’est qu’il y ait partout des festins petits et grands. Vous verrez que nous nous porterons individuellement et collectivement beaucoup mieux ».

Philippe de Lachapelle (OCH) dans La Vie

 

Eplucher les programmes de la prochaine Présidentielle

15442200_1497887760225477_7043659777134640687_nA l’approche des élections présidentielles, « La Politique une Bonne Nouvelle » vous propose les 11 et 12 mars prochain un weekend d’échange, de lecture et de réflexion sur les programmes électoraux.

Au programme :

– Tables rondes avec hommes et femmes de lettres, de foi, engagées en politique, dans la cité,
 Ateliers pour approfondir les enjeux et les programmes,
– Messe et temps de relecture,
– Jeux pour retrouver le sens du politique,
– Et bien d’autres surprises …

Les infos : contact@politiquebonnenouvelle.eu  ou https://www.facebook.com/events/156435471503370/

Les candidats doivent s’emparer à nouveau de l’éducation !

thCe week-end, près de 2.000 personnes étaient réunies à la faveur de la 91e session des Semaines Sociales de France, sur le thème « Ensemble, l’éducation ». De nombreuses interventions de grande qualité, comme le relate Ouest France, mais aussi un long travail de réflexion via une plate-forme en ligne a permis de faire émerger des propositions, rassemblées dans un « Livre ouvert pour l’éducation », qui sera adressé à l’ensemble des candidats aux prochaines élections.

Dans son introduction, Dominique Quinio, Présidente des SSF, évoque quelques raisons pour lesquelles ils devraient s’emparer à nouveau de ce sujet majeur qu’est l’éducation :Lire la suite

« Un supérieur général qui tient la place de Dieu »

Jésuites

Nous cherchions un jésuite parfait pour être notre nouveau Père Général, semblable à celui dont Ignace dresse le portait dans les Constitutions de la Compagnie (…), eh bien… nous ne l’avons pas trouvé. (…)
Or, lorsqu’un jésuite prononce ses vœux, il s’adresse à son supérieur présent à ce moment-là (…) en employant l’expression « vous qui tenez la place de Dieu. »

Cet homme, qui donc – nous sommes bien d’accord – n’est pas Dieu, est chargé de faire suffisamment de place en lui, pour laisser Dieu s’y glisser. Cela, nous avons la faiblesse de le croire possible. De croire que, oui, Dieu peut, même à travers des personnes imparfaites, trouver le moyen de se manifester, de rendre sensible sa présence à ses frères.

Billet d’Etienne Grieu à lire ici.