Un million et demi pour sauver une basilique en Lorraine !

1 500 000€ c’est la somme nécessaire pour rénover la coupole de la Basilique Notre-Dame de Saint-Avold, en Moselle, qui menace de s’effondrer. Charpente, maçonnerie, infiltrations d’eau… les chantiers sont nombreux !

Le Père Riboulot, recteur de la Basilique, déclare : « Ce qui est assez frappant, c’est de voir que toutes sortes de personnes, connues ou pas connues du curé de la paroisse, apportent leur aide. Et ça, c’est assez extraordinaire. »

Vous pouvez aider à restaurer la Basilique : Conseil de Fabrique Saint Nabor, 5, rue du Général de Gaulle, 57500 Saint-Avold.

Un conseil consultatif féminin entre en fonction au Vatican

Un conseil consultatif féminin entre en fonction au VaticanLu sur Radio Vatican : Ce mardi 7 mars 2017, le Conseil pontifical pour la culture a présenté son conseil consultatif 100% féminin, destiné à renforcer le rôle des femmes au sein du dicastère dirigé par le cardinal Gianfranco Ravasi. Ce dernier a d’ailleurs fait remarquer que jusqu’à hier, les femmes n’étaient pas représentées au sein des organes de direction de son Conseil pontifical.

Lire la suite…

Une journée de la femme au Vatican

Un colloque avec des intervenantes du monde entierLu sur ZenitA l’occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars 2017, le Service jésuite des Réfugiés et l’association « Voices of Faith » organisent un congrès au Vatican, pour mettre en lumière les contributions des femmes de foi en faveur de la paix.

Ce IVème congrès de récits « Voices of Faith » aura cette année pour thème « Agiter les eaux – Rendre possible l’impossible ». « Les voix des femmes doivent être entendues si l’on veut que la paix soit restaurée et soutenue », explique une note présentant l’événement. Les intervenantes proposeront des idées pour donner davantage de responsabilités aux femmes dans l’Église.

Le communiqué présente quelques portraits de femmes qui prendront la parole au Vatican : à lire sur Zenit.org.

Les Fraternités monastiques de Jérusalem quittent Bruxelles

Fraternités monastiques Jérusalem BruxellesCommuniqué des Fraternités monastiques de Jérusalem

Depuis septembre 2001, en réponse à l’appel du Cardinal Danneels et après avoir préparé durant vingt ans notre arrivée avec le soutien de nombreux laïcs, nos Fraternités sont présentes à Bruxelles, à l’église paroissiale Saint-Gilles qui leur a été partiellement affectée. Le charisme de nos Fraternités s’est adapté à ce quartier populaire et multiculturel et tout un réseau de fidèles vient régulièrement prier à Saint-Gilles. […]

En 2015, le projet de remaniement des unités pastorales de la ville mené par le Vicariat de Bruxelles comportait l’option que l’église Saint-Gilles soit choisie comme « clocher émergent », concentrant l’ensemble des activités paroissiales. Ayant retenu cette option, le Vicariat nous a informés le 2 février 2016 de la décision prise et qu’en conséquence, notre présence monastique à Saint-Gilles n’était plus envisageable. Une proposition de déménagement dans une autre église de la ville nous était faite avec un délai de deux ans […]

Lire la suite

Désormais, c’est aux chrétiens de choisir librement ce qu’ils souhaitent faire.

Monseigneur Pascal Gollnisch
Monseigneur Pascal Gollnisch – Photo PND

Mgr Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient, est interviewé dans Paris Notre-Dame :

Vous revenez tout juste d’Irak, après avoir passé dix jours, fin janvier, dans la plaine de Ninive, au nord du pays. Pourquoi ce voyage ?

Voilà deux ans que les chrétiens ont été chassés de ces villages par les troupes de Daesh. Grâce à la coalition et à son appui aérien, et grâce aux troupes irakiennes et kurdes au sol, ces villages ont pu être progressivement repris depuis octobre. Mais ces zones restent des zones de guerre et sont sous contrôle militaire. […]

Beaucoup d’habitants sont revenus rapidement pour revoir leur maison. Or, devant l’ampleur des destructions, certains se posent la question : que faut-il faire ? Quitter l’Irak ? Reconstruire ? Il y a quelques années, c’étaient les anciens qui s’accrochaient à leur maison et à leur terre. Les jeunes, eux, voulaient partir. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Quand les anciens ont vu leur maison détruite, ils se sont dit : « Assez ! » Mais pour les jeunes, plus question de partir dans ces conditions. On sent donc une réelle hésitation au sein de la population. […]

Désormais, c’est aux chrétiens de choisir librement ce qu’ils souhaitent faire, et pour cela, il faut qu’ils aient tous les éléments pour décider. Mais qu’ils restent ou qu’ils partent, nous sommes à leurs côtés.

L’Ordre de Malte élira son nouveau grand maître le 29 avril

MalteDans La Croix :

Le Conseil complet d’État de l’Ordre souverain de Malte se réunira le samedi 29 avril prochain pour désigner un successeur au grand maître, Fra’Matthew Festing, qui avait démissionné le 28 janvier dernier. […]

Ce Conseil complet d’État est l’organe constitutionnel chargé d’élire le grand maître « ou, comme le prévoit la constitution, un lieutenant du grand maître, en charge pour une année », précise un communiqué de l’Ordre publié mardi 14 février après la réunion du conseil souverain (gouvernement) qui l’a officiellement convoqué.

Le Pape préface le livre d’une victime d’abus sexuels

Le Pape réaffirme le principe de la "tolérance zéro" pour les prêtres coupables d'abus sexuels« C’est une épreuve pour la victime d’un pédophile de prendre la parole et de raconter ce qu’elle a enduré, de décrire les traumatismes qui persistent encore des années après. C’est pourquoi le témoignage de Daniel Pittet est nécessaire, précieux et courageux. […]

Comment un prêtre, ordonné au service du Christ et de son Église, peut-il en arriver à causer autant de malheur ? Comment, alors qu’il est consacré pour amener un enfant à Dieu, peut-il le dévorer dans ce que j’ai appelé un «sacrifice diabolique » qui détruit tout à la fois sa proie et la vie de l’Église ? Certaines victimes sont allées jusqu’au suicide. Ces morts pèsent sur mon cœur et sur ma conscience, et sur celle de toute l’Église. À leurs familles j’offre mes sentiments d’amour et de douleur, et, humblement, je demande pardon.

Lire la suite

Aide du Patriarcat de Jérusalem aux réfugiés en Jordanie

ANSA608355_Articolo

Le Patriarcat latin de Jérusalem lance son nouveau programme d’aide aux réfugiés irakiens en Jordanie avec un slogan: « Dieu est miséricordieux ».

Ce sont 136 familles de réfugiés qui sont aidées à travers ce programme. Elles reçoivent ainsi des coupons de 50 dinars jordaniens pour acheter les produits de première nécessité. L’assistance concerne aussi l’éducation, avec la couverture des taxes universitaires, l’acquisition de livres et d’uniformes, la prise en charge des coûts de transports pour rejoindre les écoles et les formations.

Depuis août 2014, le Patriarcat latin de Jérusalem en Jordanie offre une aide financière pour le logement et divers services à tous les chrétiens irakiens qui ont vécu dans des caravanes, des cabanes ou des abris improvisés dans les églises. En tout, 11 325 familles de déplacés ont été assistées grâce à cette aide humanitaire qui leur donne accès à la nourriture, à des vêtements, aux centres d’accueil, à l’eau, aux médicament, aux hôpitaux, et aux transports.

Radio Vatican

Le cardinal Parolin à Lourdes

parolin-320« Je salue cordialement les pèlerins de langue française en particulier les jeunes venus de France, a dit le pape François, en italien immédiatement traduit en français, lors de l’audience générale du mercredi 8 février 2017, dans la salle Paul VI du Vatican. Je serai de tout cœur en communion avec les pèlerins qui, samedi, fêteront Notre Dame de Lourdes, en particulier les malades. Que la Vierge Immaculée leur donne le courage de l’espérance et les garde dans la paix. Que Dieu vous bénisse. »

Samedi, 11 février, en la fête universelle de Notre Dame de Lourdes, le Sanctuaire de Lourdes  accueille la 25e Journée mondiale du malade. Le cardinal Secrétaire d’Etat du Vatican, Pietro Parolin, est à Lourdes les 10 et 11 février, envoyé comme légat par le pape François. La délégation vaticane inclura aussi à Lourdes le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère pour le service du développement humain intégral.

À voir sur le site du sanctuaire de Lourdes

Communiquer l’espérance et la confiance en notre temps

Pape FrançoisEn ce 24 janvier, fête de St François de Sales, patron des journalistes et écrivains (entre autres…), le Pape François a publié son message pour la prochaine journée mondiale des communications sociales.

L’accès aux médias, grâce au développement technologique, est tel que beaucoup de gens ont la possibilité de partager instantanément l’information et de la diffuser de manière capillaire. Ces informations peuvent être bonnes ou mauvaises, vraies ou fausses. Par le passé, nos pères dans la foi parlaient de l’esprit humain comme de la meule d’un moulin qui, actionnée par l’eau, ne peut pas être arrêtée. Celui qui est responsable du moulin a cependant la possibilité de décider de moudre du grain ou de l’ivraie. L’esprit de l’homme est toujours en action et ne peut cesser de « moudre » ce qu’il reçoit, mais c’est à nous de décider de quel matériel l’approvisionner.

Je voudrais que ce message puisse atteindre et encourager tous ceux qui, dans leur milieu professionnel ou dans leurs relations personnelles, « moulent » chaque jour beaucoup d’informations pour offrir un pain frais et bon à ceux qui se nourrissent des fruits de leur communication. Je voudrais exhorter chacun à une communication constructive qui, en rejetant les préjugés envers l’autre, favorise une culture de la rencontre grâce à laquelle il est possible d’apprendre à regarder la réalité en toute confiance.

Un message particulièrement adapté aux internautes, et à lire en entier ici !

Lutter contre la pédophilie

Lutter contre la pédophilieLutter contre la pédophilie, c’est le titre d’un guide de la Conférence des Evêques de France, dont la 3e édition sort en librairie le 27 janvier.

La promotion et la diffusion de cet ouvrage s’inscrivent dans les mesures prises pour faire de l’Église, un lieu sûr pour les enfants et les jeunes. Cet ouvrage permettra, dans les différents lieux d’Église, de former les acteurs de terrain à la vigilance et à la juste posture éducative. Il trouve sa traduction numérique sur le site luttercontrelapedophilie.catholique.fr.

La CEF a également publié les résultats d’une enquête sur les faits de pédohpilie qui ont touché l’Eglise :

  • Il y a aujourd’hui 9 clercs (prêtres et diacres diocésains ou religieux) emprisonnés en France pour des faits de violences sexuelles commises sur des mineurs sur un total d’environ 15 000 clercs présents.
  • 37 clercs ont exécuté leur peine et sont sortis de prison.
  • Par ailleurs 26 clercs font l’objet d’une mise en examen, soit moitié moins qu’en 2010.
  • Depuis 6 ans, 137 signalements de faits pédo-criminels ont été signalés aux Procureurs de la République par l’Église.
  • Enfin, 222 victimes se sont manifestées, parmi elles, certaines dévoilaient des faits anciens, ou très anciens, pour lesquels les auteurs pouvaient être morts, avaient fait l’objet de poursuites pour ces faits ou n’avaient fait l’objet d’aucune plainte. Plus de 60% des témoignages que nous avons recueillis concernent des faits survenus avant 1970 ; 35% des faits sont survenus entre 1970 et 2000 et 4% des agressions révélées se sont déroulées depuis les années 2000.

Prions pour ces victimes : que l’amour de Dieu les guérisse et les apaise.

Pour les acteurs de l’Eglise, évêques, prêtres, diacres, religieux et laïcs : qu’ils soient vigilants, attentifs et compatissants.

Pour les auteurs de ces actes : qu’ils reconnaissent le mal qu’ils ont fait, demandent pardon et se convertissent.

Unité des chrétiens : « l’amour du Christ nous presse »

Visuel_UC_2017_définitif_WEBDu 18 au 25 janvier a lieu la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, sur le thème « l’amour du Christ nous presse ».

Le 31 octobre 1517, Martin Luther affichait sur la porte de l’église du château de Wittemberg ses 95 thèses sur les indulgences qui déclenchèrent le mouvement de la Réforme protestante. En vue d’une commémoration commune des origines de la Réforme en 2017, les Églises d’Allemagne proposent comme fil conducteur de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne l’œuvre de réconciliation du Christ, à partir d’un passage de la deuxième lettre de Paul aux Corinthiens (5, 14-20). Elles mettent en valeur deux axes principaux :

  • célébrer l’amour et la grâce de Dieu.
  • reconnaître la douleur causée par les profondes divisions que la Réforme a générées et qui ont affecté l’Église, à nommer ouvertement les fautes commises et en demander pardon, nous offrant ainsi une opportunité de progresser vers la réconciliation. Le passage biblique choisi souligne que la réconciliation est un don de Dieu pour l’ensemble de la Création.

Marche pour la Vie : « Tout est lié » !

Mgr LebrunMgr Lebrun est interrogé dans Famille chrétienne, à l’occasion de la Marche pour la Vie du 22 janvier.

Il est important que les évêques soient présents pour toutes les personnes en difficulté, en particulier les plus précaires ou les plus loin de Dieu. Cette année, le jour de la Marche pour la vie, je célébrerai les 10 ans de la mort de l’abbé Pierre à Esteville où il s’était retiré. L’abbé Pierre est emblématique du cri lancé pour les plus démunis. Or, y a-t-il plus démuni que l’embryon menacé, l’enfant à naître dont on peut décider qu’il ne naîtra pas ? « Tout est lié » dit le Pape François : « Un chemin éducatif pour accueillir les personnes faibles de notre entourage, qui parfois dérangent et sont inopportunes, ne semble pas praticable si l’on ne protège pas l’embryon humain, même si sa venue cause de la gêne et des difficultés » (Laudato si’ n° 120).

[…] Évêques et fidèles catholiques, nous pourrions faire notre autocritique sur notre retard à les prendre en considération concrètement comme le font magnifiquement des associations comme l’Arche, À bras ouverts et tant d’autres. Je pense aux églises construites avec des volées de marches, et donc inaccessibles à bien des personnes. Comment cela se fait-il que nous ne prenions pas plus soin des petits d’homme ?

Des pasteurs selon mon Coeur

PartJean Marie Vianneyout, le besoin est criant de pasteurs capables de peindre une vision du futur, de gouverner pour la faire advenir et de faire émerger de nouveaux responsables au service d’une Église de disciples-missionnaires. Faute de formation adéquate, nombre de prêtres vivent leur responsabilité de gouvernement comme une souffrance, une tâche épuisante ou avec une ambition si limitée qu’elle bride la croissance de l’Église.

Comment laisser se déployer la formidable dynamique de croissance de l’Église ? Comment faire rayonner nos paroisses pour une plus grande fécondité ? Comment passer d’une pastorale de conservation à une pastorale de la mission ? Comment faire émerger la prochaine génération de disciples missionnaires ? … En fait, comment éviter de laisser perdre le don que Dieu veut nous donner ?

La finalité du parcours « Des pasteurs selon mon cœur » est de préparer les prêtres et des pasteurs au gouvernement de leur communauté pour y susciter des disciples-missionnaires dans une dynamique de croissance de l’Eglise. Il s’inscrit dans le cadre ecclésiologique et ministériel du « Munus regendi » inséparable des fonctions prophétique et sacerdotale.

Après une formation qui dure toute une année, les prêtres qui ont participé à ce parcours sont invités à un week-end avec des chrétiens engagés dans leur paroisse, les 14 et 15 janvier à Ars, village du saint Curé. Ce sont 120 prêtres et un millier de laïcs qui s’y retrouveront, pour découvrir l’esprit des « Pasteurs selon mon Coeur » et insuffler une dynamique missionnaire dans leur communauté.

 

Saints innocents, priez pour nous !

Saints InnocentsEn ce jour, l’Eglise fête les saints innocents.

C’étaient de tout petits enfants, ils avaient à peine 2 ans pour les plus âgés : l’âge de la crèche, pas même de la maternelle. Pour leurs pères et leurs mères, ils étaient des merveilles, des enfançons qu’on élève encore contre sa joue et que l’on fait bénir par le premier prophète qui passe. Voulant atteindre le roi d’Israël, ce sont les petits qu’Hérode fait tuer, les premiers accueillis par le Dieu d’Amour qui vient sauver les hommes.

Extrait de l’homélie du Pape François à Noël :

Laissons-nous interpeller par l’Enfant dans la mangeoire, mais laissons-nous interpeller aussi par des enfants qui, aujourd’hui, ne sont pas couchés dans un berceau et caressés par la tendresse d’une mère et d’un père, mais qui gisent dans les sordides “mangeoires de la dignité” : dans le refuge souterrain pour échapper aux bombardements, sur les trottoirs d’une grande ville, au fond d’une embarcation surchargée de migrants. Laissons-nous interpeller par les enfants qu’on ne laisse pas naître, par ceux qui pleurent parce que personne ne rassasie leur faim, par ceux qui ne tiennent pas dans leurs mains des jouets, mais des armes.

Un nouvel archevêque à Alger

A la veille de Noël, le Pape a nommé Mgr Paul Desfarges archevêque d’Alger. n-monseigneurpauldesfargesarcheveque-large570Né en 1944 à Saint-Étienne, ce jésuite présent en Algérie depuis 1976 était évêque de Constantine depuis 2008, et administrateur apostolique du diocèse d’Alger depuis 2015.
Chers frères et soeurs,

Le Saint-Père vient de me demander d’être votre Pasteur, à plein temps cette fois-ci. J’ai dit oui avec tremblement car je connais mon âge et vous aussi le connaissez.

Cependant, comme pour les appels précédents, j’ai dit oui avec confiance, en le glissant dans le oui de Marie, pour servir son Eglise qui est en Algérie et tout spécialement son Eglise dans le diocèse d’Alger. J’ai aussi dit oui avec confiance car j’ai confiance en chacune et chacun d’entre vous et c’est ensemble que nous continuerons d’être témoins de la Charité du Christ et serviteurs de l’espérance.

J’ai été informé de l’appel du Saint-Père ce mercredi 21 décembre à 14 heures. La crainte a cédé la place à la joie quand j’ai appris que la nouvelle nous serait donnée en cette veille de Noël au moment où nous allons accueillir ensemble l’Enfant de la Crèche. Cet enfant a été donné comme signe aux bergers pour reconnaître leur Sauveur. Je reçois l’annonce de la nouvelle en ce jour comme un signe, le signe que le Tout-petit de Bethléem m’est donné et nous est donné comme Lumière pour la route de notre Eglise.

Merci pour votre prière. Vous habitez la mienne.

+ Le Père Paul

« Noël est un message de paix et nous vivons la violence »

LP / Olivier Lejeune
LP / Olivier Lejeune

Extraits de l’intervew de Mgr Barbarin dans Le Parisien

Comment être heureux en ce jour de Noël alors que nous vivons tous avec l’angoisse de l’attentat ?

Mgr Barbarin. Noël est un message de paix et nous vivons la violence. Il y a plus de 2000 ans, une jeune femme s’avance vers Bethléem avec son bébé dans le ventre : elle a plus de 100 kilomètres à parcourir à dos d’âne, tout cela parce que l’occupant romain a décrété qu’il fallait faire un recensement de la population. Partir ainsi à l’autre bout du pays, c’était déjà aussi une situation de violence ! Marie va alors mettre au monde «le prince de la paix», comme l’appelle le prophète Isaïe, qui a donné le plus beau titre de Jésus. Cela tombe bien, la paix, c’est vraiment ça dont on a tous le plus besoin aujourd’hui.

Quel message adressez-vous aux fidèles mais aussi aux non-croyants ?

Même si vous ne croyez pas en Dieu, fortifiez votre espérance car elle risque encore d’être mise à mal. Quand une personne ne sait plus où elle va, elle erre comme une âme en peine. L’espérance chrétienne, c’est ce qui nous tient. Ce n’est pas l’idée selon laquelle ça ira mieux demain mais c’est la certitude que, quoi qu’il arrive, Dieu ne vous abandonnera pas, et que vous restez dans sa main. Je souhaite bien sûr la joie de Noël à toutes les familles, c’est une fête qui s’est étendue au-delà des chrétiens et j’en suis très heureux.

[…]

Une crèche de Noël a-t-elle sa place dans une mairie ?

Le conseil d’Etat s’est prononcé, il a répondu que oui si elle s’inscrit dans un environnement culturel et festif. Se bagarrer pour une crèche dans un lieu public est une petitesse française. Moi, mon problème est ailleurs : je préfèrerais qu’on s’insurge un peu plus pour toutes ces «crèches vivantes» d’aujourd’hui, que je vois dans mes paroisses de banlieue, à Bron ou à Villeurbanne, avec des gens qui dorment sous une bâche à côté de l’autoroute !

Les parlementaires ont adopté début décembre un texte visant à pénaliser les sites internet diffusant des informations «biaisées» sur l’avortement. Qu’en pensez-vous ?

C’est le début de la police de la pensée. On a quand même le droit de ne pas être d’accord. Il ne faut pas restreindre les libertés. S’il y a vraiment des erreurs et des mensonges véhiculés par ces sites, qu’on les montre ! Mais que ces plateformes disent : faites attention, car il y a souvent de graves conséquences psychologiques à un avortement, où est le problème ? Ces grandes souffrances, je les ai entendues cinquante fois ! On a le droit d’exprimer une vérité fréquemment constatée.

 

Le pouvoir de Dieu

Bénédiction Urbi et Orbi le 25 décembre 2016. - AP
Bénédiction Urbi et Orbi le 25 décembre 2016. – AP

« Un enfant nous est né,
un fils nous a été donné !
Sur son épaule est le signe du pouvoir ;
son nom est proclamé :
« Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort,
Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix » (Is 9, 5).

Le pouvoir de cet Enfant, Fils de Dieu et de Marie, n’est pas le pouvoir de ce monde, basé sur la force et sur la richesse ; c’est le pouvoir de l’amour. C’est le pouvoir qui a créé le ciel et la terre, qui donne vie à toute créature : aux minéraux, aux plantes, aux animaux ; c’est la force qui attire l’homme et la femme et fait d’eux une seule chair, une seule existence ; c’est le pouvoir qui régénère la vie, qui pardonne les fautes, réconcilie les ennemis, transforme le mal en bien. C’est le pouvoir de Dieu. Ce pouvoir de l’amour a porté Jésus Christ à se dépouiller de sa gloire et à se faire homme ; et il le conduira à donner sa vie sur la croix et à ressusciter des morts. C’est le pouvoir du service, qui instaure dans le monde le règne de Dieu, règne de justice et de paix.

 

Message de Noël du Pape François

Comment l’Eglise peut-elle servir la Paix ?

L’association AED – « Aide à l’Église en Détresse » organise un important colloque sur l’Eglise au service de la Paix dans le monde. Il aura lieu à Paris le 3 décembre prochain.

e

D’où vient l’ascension ful­gurante du terrorisme isla­miste ? Pourquoi l’Europe est l’une de ses cibles privilégiées ? Comment l’Église peut-elle agir de manière concrète auprès des gouvernements et des populations pour ap­porter la paix ?

Intervenants :

Lire la suite

Lobbies et infiltrations au sein de l’Eglise US

Clinton, Dolan and Trump sit together at the Alfred E. Smith Memorial Foundation dinner in New YorkLa pratique a choqué, à raison : les démocrates essaient d’influencer l’Eglise catholique aux Etats-Unis en finançant des groupes partisans en son sein. Pierre Jova, pour Famille Chrétienne, rappelle la difficile histoire des catholiques aux Etats-Unis… et les tentatives d’infiltration réciproques actuelles. De quoi faire dire à l’archevêque de Philadelphie que ces partis trahissent tout bonnement l’esprit fondateur des Etats-Unis.

Les objets consacrés de l’église de la « jungle » de Calais sont sauvés

L’église orthodoxe du campement de migrants et réfugiés de Calais aurait dû être détruite hier vendredi avec ses objets consacrés. Le Secours Catholique est intervenu pour que les objets du culte échappent à la destruction. Ils seront transportés dans une église parisienne, rapporte Marilyne Baumard, journaliste au Monde.

 

Aidons le père Riffard !

capture

La charité. Rien n’illustre mieux ce mot que le sacerdoce du père Riffard, humble curé de Saint-Etienne. Aidons cet homme de Dieu et cet homme de bien à continuer d’accueillir, en sa modeste église, toute la misère du monde. C’est là où réside le génie du christianisme et le destin de la France.

Par François Miclo

Voir plus…

« Les évêques, hors de la mêlée ? »

C’est la réaction de Gérard Leclerc au texte de la Conférence des Evêques de France, Retrouver le sens du politique :

J’avoue, pour ma part, que j’attendais le texte annoncé du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France avec une certaine perplexité, sinon une certaine crainte. Mais lecture faite, ce petit essai sur le sens du politique m’a plutôt intéressé par son habileté supérieure, c’est-à-dire son art d’éviter les chausses-trappes. Ce qui nous est proposé, c’est une réflexion pour nous tirer vers le haut, en évitant les polémiques inutiles et en mettant l’accent sur un essentiel où tous peuvent se retrouver, non pas pour réaliser des consensus improbables mais pour établir un champ de questionnement commun.

Rencontre entre le gouvernement et l’Eglise catholique

Compte-rendu de la 12e rencontre de l’instance de dialogue entre l’Église catholique et le Gouvernement, le 11 octobre.

Côté Eglise : le Nonce apostolique, le Cardinal VINGT-TROIS, Mgr PONTIER et la direction de la CEF.

Côté gouvernement : CAZENEUVE, VALLAUD-BELKACEM, KANNER, FEKL et ZELLER (Ambassadeur de France auprès du Saint-Siège).

 

Un échange a eu lieu sur les questions de société, notamment sur la sécurité et la protection des lieux de culte chrétiens. Les représentants de l’Eglise catholique ont salué l’effort consenti par l’Etat pour assurer la sécurisation de lieux catholiques spécifiques.

Un long échange a porté sur la place et le rôle des religions dans la société. Les représentants de l’Eglise catholique ont pu redire l’importance d’avoir une vision d’une société qui intègre les religions comme facteurs de paix sociale. Ils ont redit leur conviction qu’une société qui éliminerait les religions de la sphère publique se priverait d’indispensables régulateurs sociaux et sociétaux.

Concernant les migrants de Calais, les représentants de l’Eglise catholique se sont dits prêts à partager l’objectif humanitaire qui conduirait au démantèlement de la jungle. Ils ont réaffirmé la capacité et l’opérationnalité des paroisses de France pour s’associer avec les pouvoirs publics en vue de l’accueil de ces personnes.

Une proposition pour les catholiques séparés et divorcés

 

mgr-lebrun-1

 

Mgr Lebrun demande pardon aux catholiques divorcés, séparés ou remariés, et les invite à revenir vers l’Eglise. Il leur propose un temps de prière à la Toussaint à Rouen, et met à leur disposition 7 missionnaires de la Miséricorde pour les aider à avancer sur leur chemin.

 

Évêque du diocèse de Rouen, je m’adresse à vous, mariés devant Dieu dans le sacrement de mariage, aujourd’hui séparés, divorcés, peut-être remariés ou vivant une nouvelle union. Votre chemin n’est plus celui de la vie commune promise et espérée à votre mariage. Je sais que beaucoup ont l’impression d’être rejetés de la communauté, d’être condamnés.

Lire la suite

Lucetta Scaraffia : le féminisme et l’Église

« Ainsi, et c’est tout le sel de l’affaire, on se retrouve dans cette situation paradoxale où la société donne des leçons de féminisme à l’Église alors que le féminisme s’est développé dans le terreau du christianisme. »

« L’Église, affirme-t-elle, n’a pas suffisamment creusé la question de savoir en quoi consistait « la différence féminine ». Et de dénoncer l’« engourdissement de la réflexion de l’Église sur des problèmes de stricte actualité : conséquences de la séparation entre reproduction et sexualité, ou discussion sur l’identité sexuelle ». Pourquoi ? À cause d’une sorte de « blocage » vis-à-vis des femmes, dont l’institution exalte le « génie » mais qu’elle tient éloignées des grands débats ecclésiaux. »

À lire dans La Vie

Visages de catéchistes à Rome

Visages de catéchistes à RomeLe site de la Catéchèse et du Catéchuménat de la conférence des évêques de France propose des « témoignages recueillis auprès des acteurs de la catéchèse de France, à l’issue du Jubilé des catéchistes qui a eu lieu du 23 au 26 septembre 2016 à Rome. » Neufs portraits émouvants de personnes qui sont, pour l’Eglise, en première ligne de la transmission de la foi dans nos paroisses et nos familles.