Décès du cardinal Panafieu

Le cardinal Bernard Panafieu est décédé dimenche 12 novembre au soir à l’hôpital de Carpentras (Vaucluse).
Né en 1931 à Châtellerault, ordonné prêtre en 1956 pour le diocèse d’Albi, il fut évêque auxiliaire d’Annecy en 1974, archevêque d’Aix-en-Provence et Arles de 1978 à 1994, évêque co-adjuteur de Marseille en 1994, il fut archevêque de Marseille de 1995 à 2006.
En octobre 2003, le pape Jean-Paul II le nomme cardinal, et il participa au conclave de 2005. Il s’était retiré en 2006 à l’institut Notre-Dame-de-Vie de Venasque.
Ses obsèques seront célébrés jeudi à Notre-Dame-de-Vie et il sera inhumé vendredi à 15h, dans le caveau des évêques en la cathédrale de la Major à Marseille.
Après son décès, on compte 5 cardinaux électeurs et 3 non-électeurs français.

Mgr Castet, évêque de Luçon, démissionne.

Le Pape François, a accepté la démission, de la charge d’évêque de Luçon que lui a présenté Mgr Alain Castet, fonction qu’il occupait depuis 2008.

 

Après avoir été éprouvé par des ennuis de santé récurrents, j’ai pris la décision devant Dieu, en accord avec mes conseils médicaux, de présenter au Saint-Père ma renonciation à la charge d’évêque de Luçon. Le pape a bien voulu l’accepter. Cette décision prend effet le jeudi 12 octobre à 12h.

Je confie chacun et chacune d’entre vous à la bienveillance de Dieu. Je garde la ferme certitude qu’Il accompagnera notre Eglise, lui donnant de rester fidèle à sa grande tradition de générosité apostolique.

Je ne doute pas que vous demeurerez en communion avec celui que le Saint-Père me donnera comme successeur.

Priez pour moi comme je prie pour vous.

+ Alain Castet

Evêque émérite de Luçon

Prions pour lui et pour le diocèse de Luçon.

Congrès Mission : le temps des saints à l’air !

Suffit-il vraiment d’un « Congrès Mission » pour enrayer la déchristianisation? Avouons-le, ce phénomène grignote la France depuis l’après-guerre et il avance avec le caractère (apparemment) inéluctable d’une désertification.

Faut-il pour autant céder à la nostalgie ?

Quand on admet que la France est redevenue un pays de mission tout redevient simple. Ou presque. On ne s’encombre plus de théories fumeuses pour justifier l’attentisme. Le temps des Tartuffe est terminé car s’ouvre celui des saints à l’air.

Mgr Gaschignard : enquête classée sans suite

Le 6 avril dernier, Mgr Gaschignard, évêque d’Aire et Dax, avait démissionné de sa fonction. Une enquête pour des faits et gestes déplacés avait été ouverte. Elle vient d’être classée sans suite.

Réaction de la CEF :

La Conférence des évêques de France a pris connaissance de la décision de classement sans suite de l’enquête ouverte à l’encontre de Monseigneur Hervé Gaschignard. Elle est sensible à la rapidité et à la clarté de la justice.  Elle note que rien ne relève d’une qualification pénale. Elle souhaite que cela permette d’envisager sereinement l’avenir pour Mgr Hervé Gaschignard à qui elle témoigne de sa proximité fraternelle et de son soutien dans ces moments difficiles.

 

Mgr André Fort, évêque émérite d’Orléans, mis en examen


La Conférence des évêques de France a appris la mise en examen de Mgr André FORT, évêque émérite (c’est-à-dire à la retraite) d’Orléans pour non-dénonciation d’actes pédophiles. Tout en redisant l’importance de la présomption d’innocence dans le droit français, la CEF rappelle ce qu’elle a dit à plusieurs reprises : sa confiance dans la justice de notre pays, sa volonté de coopérer avec elle et son désir profond d’accueillir, d’écouter et d’accompagner les victimes.

D’après La République du Centre

Celui qui fut évêque d’Orléans de 2002 à 2010 […] est mis en examen pour non dénonciation de crime. Un acte de procédure décidé par le juge d’instruction qui implique qu’il « existe des indices graves et concordants » laissant penser qu’il a délibérément tenu à l’écart la justice des agissements de l’abbé Pierre de Castelet. Depuis 2012, cet ancien prêtre de Lorris est mis en examen pour des agressions sexuelles présumées commises lors d’un camp d’été qui s’était déroulé en juillet 1993 dans les Pyrénées-Atlantiques. Trois jeunes hommes, âgées d’une douzaine d’années au moment des faits, se sont à ce jour constitués parties civiles.

Décès de Mgr Olivier de Berranger, évêque émérite de St-Denis

Monseigneur Olivier de BERRANGER est décédé le 23 mai 2017 à l’âge de 78 ans en sa 53ème année de sacerdoce.

Né le 10 novembre 1938 à Courbevoie (Hauts-de-Seine). Ordonné prêtre le 4 juillet 1964 au Chesnay, il oeuvre à la formation des prêtres au Prado et en Corée. Il devient ensuite Directeur national des Œuvres Pontificales Missionnaires et il devient Évêque de Saint-Denis-en-France en 1996, jusqu’en 2009. Les obsèques et inhumation auront lieu lundi 29 mai à 14h30 à la basilique cathédrale Saint-Denis.

Un nouvel évêque à Limoges

Le Pape François a nommé ce jeudi 11 mai, Mgr Pierre-Antoine Bozo évêque du diocèse de Limoges, il était jusqu’à présent vicaire général du diocèse de Séez.

Né en 1966 à Argentan, ordonné en 1994 pour le diocèse de Séez, Mgr Pierre-Antoine Bozo a notamment été recteur du Séminaire interdiocésain Saint-Jean-Eudes de Caen et vicaire général du diocèse de Séez. Il remplace à Limoges Mgr François Kalist, devenu archevêque de Clermont en septembre dernier.

Mgr Xavier Malle, curé de L’Ile-Bouchard, nommé évêque de Gap et d’Embrun

Le pape François a nommé ce samedi 8 avril 2017 Mgr Xavier Malle, curé de L’Ile-Bouchard, évêque du diocèse de Gap et d’Embrun.

Il succède à Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, atteint par la limite d’âge.

Mgr Xavier Malle, engagé en 1995 dans la Communauté de l’Emmanuel, ordonné en 2000 pour l’archidiocèse de Tours, fut vicaire des paroisses de L’Île-Bouchard et de Richelieu (2001-2009) tout en étant conseiller spirituel diocésain des Scouts et Guides d’Europe (2002-2007). Entre 2008 et 2011, il fut coordinateur du service des vocations de la Communauté de l’Emmanuel ; de 2009 à 2011 vicaire des paroisses Saint-Jean-de-Beaumont et Saint-Côme-en-Loire (Tours). En 2010, il devint membre du Conseil presbytéral ; délégué au Conseil de tutelle de l’Enseignement catholique (2010-2013).

Depuis 2011, il était curé des paroisses Notre-Dame-en-Bouchardais et Saint-Vincent- de-Paul-de-Richelieu, et recteur du Sanctuaire Notre-Dame-de-la-prière de L’Île- Bouchard. Depuis 2013, il était également doyen du doyenné de Chinon et membre du Conseil épiscopal.

L’ordination épiscopale de Mgr Xavier Malle aura lieu le dimanche 11 juin à 15h à Gap en la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Arnoux.

Affaire Mgr Gaschignard : les réponses de Mgr Pontier

Entretien de Mgr Pontier à La Croix, sur l’affaire Mgr Gaschiganrd

On entend parler de comportements inappropriés : peut-on parler d’abus sur mineurs ?

À ma connaissance, non, et il n’y a aucune plainte déposée à ce jour. Ceux qui sont au courant, c’est le cardinal Ricard et le nonce apostolique. C’est le Saint-Siège qui traite du dossier des évêques, pas nous. J’essaie d’accepter dans la foi et la confiance la décision du Saint-Père. Quand on n’a pas les éléments, on ne peut pas juger. Comme on est dans une société qui veut tout savoir, c’est inconfortable. Comment accepter de ne pas mettre sur la place publique toute la vie de tout le monde et faire confiance à ceux qui sont en responsabilité ? Cela va à l’encontre de la culture d’aujourd’hui. […]

Est-ce que tout cela ne pose pas, plus largement, le problème de la gouvernance de l’Église ?

Je ne sais pas répondre à votre question. Nous sommes coincés, dans l’Église, par cette double exigence de recherche de la vérité et de respect des personnes. Nous sommes sur une corde raide et nous devons le rester. Notre société a du mal à comprendre que, dans l’Église, il y ait une certaine discrétion. Nous n’achevons pas celui qui est tombé mais nous essayons de le relever, de l’entourer.

Tout en étant justes avec d’éventuelles victimes ?

Absolument. Et ça, c’est vraiment premier.

Que s’est-il passé dans le diocèse d’Aire et Dax ?

Il est de notre devoir de fournir au diocèse quelques éléments pour comprendre cette décision.

Le 31 mars dernier, par un communiqué, Mgr Gaschignard a informé le diocèse qu’il partait en repos suite à « une fatigue liée à diverses causes ». Les termes laconiques de ce communiqué ont provoqué bien des interrogations.

Depuis quelques temps, des rumeurs persistantes circulaient dans le diocèse sur des paroles déplacées et des attitudes inappropriées de l’évêque dans sa relation pastorale aux jeunes. Elles sont remontées jusqu’au Saint-Siège.

Informé de la chose, Mgr Gaschignard, conscient que cette situation altérait la confiance et rendait difficile le gouvernement du diocèse, a pris trois initiatives :

  • Il a rencontré M. le Procureur de la République à Mont-de-Marsan. À notre connaissance, aucune plainte à ce jour n’a été déposée auprès du Procureur.
  • Il a fait savoir au pape François sa disponibilité à être déchargé de sa mission épiscopale dans les Landes, si cela permettait de faciliter la recherche de la vérité. Le pape a apporté sa réponse ce midi.
  • Il a décidé de prendre une période de recul et de repos, hors du diocèse, et il l’a annoncé au retour de l’assemblée des évêques à Lourdes le vendredi 31 mars.

L’information de ce jeudi 6 avril, totalement inattendue, est un choc et pour beaucoup une stupéfaction. Nous pensons d’abord à Mgr Gaschignard et à tous ceux qui sont les plus touchés par cet événement douloureux et nous invitons les catholiques du diocèse à prier pour eux avec ferveur.

Jusqu’à la nomination d’un successeur à Mgr Gaschignard, le pape François a nommé comme Administrateur Apostolique du diocèse Mgr Bernard Charrier, évêque émérite de Tulle. C’est un homme reconnu pour sa sagesse. Il rejoindra la communauté diocésaine dès le lundi 10 avril pour la messe chrismale à Tartas. Dans les mois à venir, il nous aidera à poursuivre les perspectives ouvertes par la Lettre pastorale Disciples-missionnaires de Jésus Christ.

Qu’en cette veille de Semaine Sainte où nous ferons mémoire du mystère pascal du Christ, notre foi nous aide à traverser cette épreuve. Qu’elle nous garde dans l’unité pour laquelle le Seigneur a prié.

Message aux diocésains d’Aire et Dax

Mgr Gaschignard, évêque de Dax, a besoin de repos. Prions pour lui !

Monseigneur Hervé Gaschignard adresse un message aux chrétiens de son diocèse :

Dax, le 31 mars 2017

Chers fidèles du diocèse,

Au retour de l’Assemblée plénière des évêques à Lourdes, en raison d’une fatigue liée à diverses causes, j’ai besoin de repos pour quelque temps hors du diocèse.

Je me confie à la prière de tous les fidèles et les garde dans la mienne pour ces jours de montée vers Pâques.

† Mgr Hervé Gaschignard

Nouveau Notre Père, nouvelles causes de béatification, nouvelle basilique : quelques décisions des évêques

A Lourdes, les évêques prient ensemble, réfléchissent, parlent… et prennent aussi des décisions qui vont changer la vie de l’Eglise en France !

En voici quelques unes :

  • Le 3 décembre 2017, 1er dimanche de l’avent, la nouvelle traduction du Notre Père entrera en vigueur dans la liturgie.
  • L’ouverture de la cause de béatification de la poétesse Marie Noël, de son vrai nom Marie-Mélanie ROUGET (découvrir quelques uns de ses textes), et de François MOURIER, prêtre réfractaire, et de ses compagnons, guillotinés au Puy-en-Velay pendant la Terreur.
  • La Basilique Sainte Marie-Madeleine, à Saint-Maximin la Sainte-Baume, recevra le titre de Basilique mineure.

Lire les autres décisions

Elections… chez les évêques de France

Les évêques viennent de finir leur assemblée plénière de printemps à Lourdes. Ils ont élu ou réélu les présidents de plusieurs conseils et commissions :
  • Mgr Guy DE KERIMEL (Grenoble-Vienne), Président de la Commission épiscopale pour la liturgie et la pastorale sacramentelle
  • Mgr Olivier LEBORGNE (Amiens), Président de la Commission épiscopale pour la catéchèse et le catéchuménat
  • Mgr Jérôme BEAU (auxiliaire de Paris), Président de la Commission épiscopale pour les ministres ordonnés et les laïcs en mission ecclésiale
  • Mgr Pascal ROLAND (Belley-Ars), Président pour la Commission épiscopale pour la vie consacrée
  • Mgr Laurent DOGNIN (Quimper et Léon), Président pour la Commission épiscopale pour la mission universelle de l’Église
  • Mgr Joseph de METZ-NOBLAT (Langres), Président du Conseil pour les questions canoniques
  • Mgr Michel AUPETIT (Nanterre), Président du Conseil famille et société
  • Mgr Dominique BLANCHET (Belfort-Montbéliard), Président du Conseil pour les mouvements et associations de fidèles
  • Mgr Laurent PERCEROU (Moulins), Président du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes
  • Mgr Didier BERTHET (Saint-Dié), Président du Conseil pour l’Unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme
  • Mgr Jean-Marc AVELINE (auxiliaire de Marseille), Président du Conseil pour les relations interreligieuses et les nouveaux courants religieux
  • Mgr Emmanuel GOBILLARD (auxiliaire de Lyon), Mgr Jean-Luc BRUNIN (Le Havre), Mgr Pierre d’Ornellas (Rennes), Mgr Jean-Philippe NAULT (Digne, Riez et Sisteron), membres du Comité études et projets
  • Mgr Jean-Luc BOUILLERET (Besançon) et Mgr Vincent JORDY (Saint-Claude), membres de la Commission doctrinale

Ils prendront leur fonction le 1er juillet 2017.

Eglise et politique…

Si vous voulez aider l’Eglise dans sa mission, c’est par ici !

Face à la crise agricole : oser regarder autrement et s’interroger ensemble

Champ agricultureDéclaration du Conseil permanent de la CEF

Nous voulons exprimer notre attention, notre proximité et notre soutien aux agriculteurs en difficulté.

La crise agricole est toujours là, profonde, complexe et multiforme. Dans la grande diversité des réalités du monde agricole, la crise n’atteint pas chacun de la même manière mais personne ne peut se résigner à un avenir incertain pour l’agriculture et ce qu’elle représente. […]

Qui peut rester sourd au désespoir de nombreux agriculteurs qui ne nourrissent plus l’espoir de vivre de leur travail ? On ne peut rester indifférent devant les dérives d’une économie qui ne met pas l’homme au centre de ses choix. […]

Les questions et les défis qui pèsent sur les agriculteurs sont aussi les nôtres et nous interrogent tous plus profondément : quelle société voulons-nous ? Si les problèmes des agriculteurs ont leurs particularités, ils ne concernent pas seulement leur seule catégorie sociale : nous sommes tous concernés et il est urgent de nous interroger sur nos manières de consommer et de vivre. […]

Nous n’avons pas de réponse toute faite pour résoudre une telle crise. Mais nous voulons oser regarder autrement et réfléchir ensemble : comment encourager et soutenir les idées, les voies nouvelles, les initiatives qui existent dans nos territoires et qui vont dans le sens de l’innovation, de la qualité du produit et de sa production avec des circuits plus ou moins courts de transformation et de commercialisation ?

 

Mgr Ravel, nouvel archevêque de Strasbourg

05 novembre 2010 : Mgr Luc RAVEL, évêque du Diocèse aux Armées. Lourdes (65), France

Décrets des 17 novembre 2016 et 16 février 2017 relatifs à la démission d’un archevêque et à la nomination de son successeur

 

Par décret du Président de la République en date du 17 novembre 2016 :
Est agréée la démission présentée par Monseigneur Jean-Pierre GRALLET, archevêque de Strasbourg.
Monseigneur Luc RAVEL est nommé archevêque de Strasbourg.
Par décret du Président de la République en date du 16 février 2017, le Conseil d’Etat (section de l’intérieur) entendu, est reçue la bulle donnée à Rome le 9 décembre 2016 portant institution canonique de Monseigneur Luc RAVEL comme archevêque de Strasbourg.

 

Pour plus d’informations : le site de la Conférence des Evêques de France.

 

Pédophilie : une lettre de l’évêque d’Angers

AngersAngers, le 1er février 2017

« Comme vous le savez peut-être, j’ai reçu des témoignages de jeunes adultes qui m’ont confié avoir subis dans leur enfance des comportements inappropriés de la part d’un ancien aumônier, l’abbé Houard, aujourd’hui décédé. Ce sont des agissements graves et profondément destructeurs. Ils demandent un long chemin de guérison. Le fait que ces jeunes aient pu en parler et se confier participe à ce travail essentiel de reconstruction. Il est courageux de leur part qu’ils aient pu s’en ouvrir à moi.

Ce prêtre est aujourd’hui décédé. Il ne s’agit donc pas d’ouvrir une action en justice.

Il s’agit pour moi, d’exprimer simplement ma disponibilité auprès de toute personne qui aurait eu à subir de tels agissements de la part de ce prêtre, espérant ainsi contribuer à les aider dans l’avenir qui s’ouvre devant elles.

Je vous demande, vous aussi de faire preuve de disponibilité, en accueillant le cas échéant, toute personne qui souhaiterait se confier sur ce sujet, et de m’en informer. Je vous demande de témoigner une attention toute particulière aux proches et aux familles de ces personnes victimes de ces actes.

Je vous rappelle l’existence de notre cellule d’accueil et d’écoute des victimes, elle est joignable à l’adresse suivante : paroledevictimespaysdeloire@gmail.com

Je vous demande enfin de porter dans votre prière la souffrance de ces personnes ».

évêque d’Angers

Décès de Mgr Malbois

Mgr MalboisMgr Albert Malbois, dernier évêque français à avoir participé à l’ensemble du Concile Vatican II, est décédé dimanche 12 février. 

Mgr Malbois est né en 1915 ; ordonné prêtre en juin 1938 pour le diocèse de Versailles, il a été longtemps aumônier de lycée, puis « directeur des Oeuvres » à Versailles. Évêque auxiliaire de Versailles entre 1961 et 1966, il a donc participé au Concile Vatican II à Rome, entre 1962 et 1965. Il fut le premier évêque du diocèse Corbeil Essonnes entre 1966 et 1977.

Il quitte sa charge à la tête du diocèse de Corbeil-Essonnes en 1977.

Le cardinal Parolin à Lourdes

parolin-320« Je salue cordialement les pèlerins de langue française en particulier les jeunes venus de France, a dit le pape François, en italien immédiatement traduit en français, lors de l’audience générale du mercredi 8 février 2017, dans la salle Paul VI du Vatican. Je serai de tout cœur en communion avec les pèlerins qui, samedi, fêteront Notre Dame de Lourdes, en particulier les malades. Que la Vierge Immaculée leur donne le courage de l’espérance et les garde dans la paix. Que Dieu vous bénisse. »

Samedi, 11 février, en la fête universelle de Notre Dame de Lourdes, le Sanctuaire de Lourdes  accueille la 25e Journée mondiale du malade. Le cardinal Secrétaire d’Etat du Vatican, Pietro Parolin, est à Lourdes les 10 et 11 février, envoyé comme légat par le pape François. La délégation vaticane inclura aussi à Lourdes le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère pour le service du développement humain intégral.

À voir sur le site du sanctuaire de Lourdes

Lutter contre la pédophilie

Lutter contre la pédophilieLutter contre la pédophilie, c’est le titre d’un guide de la Conférence des Evêques de France, dont la 3e édition sort en librairie le 27 janvier.

La promotion et la diffusion de cet ouvrage s’inscrivent dans les mesures prises pour faire de l’Église, un lieu sûr pour les enfants et les jeunes. Cet ouvrage permettra, dans les différents lieux d’Église, de former les acteurs de terrain à la vigilance et à la juste posture éducative. Il trouve sa traduction numérique sur le site luttercontrelapedophilie.catholique.fr.

La CEF a également publié les résultats d’une enquête sur les faits de pédohpilie qui ont touché l’Eglise :

  • Il y a aujourd’hui 9 clercs (prêtres et diacres diocésains ou religieux) emprisonnés en France pour des faits de violences sexuelles commises sur des mineurs sur un total d’environ 15 000 clercs présents.
  • 37 clercs ont exécuté leur peine et sont sortis de prison.
  • Par ailleurs 26 clercs font l’objet d’une mise en examen, soit moitié moins qu’en 2010.
  • Depuis 6 ans, 137 signalements de faits pédo-criminels ont été signalés aux Procureurs de la République par l’Église.
  • Enfin, 222 victimes se sont manifestées, parmi elles, certaines dévoilaient des faits anciens, ou très anciens, pour lesquels les auteurs pouvaient être morts, avaient fait l’objet de poursuites pour ces faits ou n’avaient fait l’objet d’aucune plainte. Plus de 60% des témoignages que nous avons recueillis concernent des faits survenus avant 1970 ; 35% des faits sont survenus entre 1970 et 2000 et 4% des agressions révélées se sont déroulées depuis les années 2000.

Prions pour ces victimes : que l’amour de Dieu les guérisse et les apaise.

Pour les acteurs de l’Eglise, évêques, prêtres, diacres, religieux et laïcs : qu’ils soient vigilants, attentifs et compatissants.

Pour les auteurs de ces actes : qu’ils reconnaissent le mal qu’ils ont fait, demandent pardon et se convertissent.

Une année mariale à Aix-en-Provence

annee-mariale-aix-sliderMgr Christophe Dufour présente la démarche missionnaire dans le diocèse d’Aix et Arles:

Voilà deux ans que nous cherchons à vivre, dans notre diocèse, à la lumière de la lettre apostolique La Joie de l’Evangile, une transformation missionnaire.

Nous vivons en effet des temps difficiles, une sorte de traversée du désert, éprouvante, pouvant conduire au découragement. En même temps, c’est une époque magnifique, passionnante, je dirais même exaltante, avec de belles conversions, des initiatives fructueuses, des cœurs qui s’ouvrent. Je dis souvent que nous sommes une jeune Eglise au sens où il y a un appel permanent à la fonder et la refonder, à renouveler notre acte de foi comme aux premiers temps de l’Eglise. Mais le Seigneur ne nous dit pas très bien où il nous conduit, nous avons donc besoin de cet acteur essentiel qu’est l’Esprit Saint.

Pour vivre cette nouvelle naissance, cette éclosion missionnaire à laquelle nous appelle le pape François, une lumière doit nous être donnée, comme elle fut donnée à Marie le jour de l’Annonciation et aux Apôtres à la Pentecôte. C’est portés par Marie mère de Dieu, mère de l’Eglise, mère de notre famille diocésaine, que nous sommes invités à devenir disciples-missionnaires, au sein de communautés aimantes et fraternelles.

Plusieurs propositions sont faites pour vivre une année mariale : partir en pèlerinage, consacrer le diocèse à Marie Immaculée le 8 décembre, aménager dans chaque maison un lieu de prière…

Mgr Pontier hospitalisé

Photo Diocèse de Marseille
Photo Diocèse de Marseille

Communiqué de la CEF :

Dimanche soir, alors qu’il rentrait vers Paris après avoir célébré l’Épiphanie en Bretagne, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France, ressentant une forte douleur à la poitrine, a dû être hospitalisé à Saint-Brieuc. Les médecins ont diagnostiqué une infection pulmonaire et le soignent en conséquence.

Avec Mgr Jean-Marc Aveline, évêque auxiliaire de Marseille, nous invitons les catholiques à prier pour que Notre-Dame de la Garde veille sur lui et sur le diocèse de Marseille.

Un synode diocésain à Poitiers

Synode PoitiersDevenant votre archevêque en 2012, et grâce à la connaissance que j’avais déjà du diocèse depuis 2007, j’ai voulu très vite adapter certaines réalités au présent de la société et de l’Église. Pour cela j’ai mis en œuvre une nouvelle carte paroissiale, constitué quatre pôles coordonnant les services diocésains et redéfini les règles des finances diocésaines, m’inspirant des appels émis dans le synode de 2003.

Toutes importantes que soient ces choses, elles ne sont que secondes ; l’essentiel pour nous est ailleurs : nous sommes appelés par le Seigneur à être des disciples et des missionnaires, ainsi qu’aime à le redire le pape François.

Il ne suffit donc pas d’avoir des instances qui fonctionnent bien et des finances plus saines – nous sommes sur le chemin mais ce n’est pas encore gagné – il faut aussi adapter nos manières d’être des disciples et des missionnaires au temps où nous vivons.

Ceci concernant chacun dans le diocèse, le chemin permettant de se donner des repères et des priorités doit être parcouru par tous. Pour cette raison, et m’appuyant sur les heureuses expériences de 1993 et de 2003, après avoir entendu le conseil presbytéral et le conseil pastoral diocésain qui m’ont encouragé dans ce sens à l’unanimité de leurs membres, moins une voix au conseil pastoral diocésain, je décide de convoquer un synode diocésain. Il sera ouvert en janvier 2017 et clos au terme de l’année 2018.

Le synode sera ouvert le 7 janvier à Niort, puis dans chaque paroisse les 14 et 15 janvier.

Réacs, socialos ou juste cathos ?

indexL’engouement subi par une partie de la presse de gauche pour les catholiques ne plaît pas à tout le monde, notamment quand il confine à mettre ceux qui suivent les pas du Christ dans des petites boites ou faire croire qu’il n’existe qu’un vote catholique.

Dominique Quinio dans les colonnes de la Tribune des Semaines Sociales de France s’étonne ainsi que l’on veuille expliquer le succès de François Fillon aux primaires par un « retour du vieux vote réac’ catholique en France ». Non, les catholiques ne sont pas nécessairement réactionnaires parce qu’ils se posent des questions sur le mariage pour tous et oui, le vote catholique est multiple. Et l’Eglise s’emploie à faire vivre le débat en son sein.

Des évêques et des communautés ont décidé de relever le défi [que l’Eglise catholique devienne le lieu privilégié de la confrontation des positions] dans de nombreux diocèses tout au long de la campagne.  […] Manière de prendre la politique au sérieux et de ne pas la réduire aux analyses à l’emporte-pièce. Manière de respecter la diversité des électeurs catholiques, sans renoncer à rechercher, dans notre société divisée,  le bien de tous.

Dans son sillage, René Poujol, de sensibilité plutôt à gauche, s’insurge contre l’enfermement des catholiques par les médias dans le débat sur le mariage pour tous.

Euréka ! Etre de gauche pour un catho, c’est ça : adhérer sans réserve au mariage pour tous. Et par conséquence nourrir son blues du sentiment que l’épiscopat, ouvertement ou par son silence, a pris fait et cause pour les anti mariages gay. Là encore : bonjour la subtilité !

Au-delà, il regrette amèrement qu’une sensibilité catholique soit progressivement exclue des partis de gauche, le PS notamment. On ne peut que le regretter avec lui mais voilà au moins deux illustrations du fait que les catholiques savent rester libres !

 

« Il nous faut sortir du trop long silence coupable de l’Eglise et de la société »

Aujourd’hui, les évêques de France réunis à Lourdes ont vécu une journée de prière pour les victimes d’actes pédophiles dans l’Eglise. La messe a été célébrée pour ces victimes, et pour demander pardon pour les fautes commises par les membres de l’Eglise. Voici l’homélie de Mgr Crépy :

 

Les paroles du Christ nous touchent tout particulièrement ce matin par leur actualité et par leur vérité : « il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute mais malheureux celui par qui cela arrive ! » (Lc 17, 1) Oui, il nous faut oser regarder en face les scandales du péché qui atteignent l’Eglise toute entière. Oui, il nous faut sortir du trop long silence coupable de l’Eglise et de la société et entendre les souffrances des victimes : les actes pédophiles, ces crimes si graves, brisent l’innocence et l’intégrité d’enfants et de jeunes. Oui, il nous faut oser prendre tous les moyens pour que la Maison Eglise devienne un lieu sûr. Oui, il nous faut comme le demande le Pape François, « demander pardon pour les péchés commis par les autorités ecclésiastiques qui ont couvert les auteurs d’abus et ignoré la souffrance des victimes ».
Quand il s’agit des plus fragiles, des plus faibles, des « petits », Jésus parle haut et fort. Ainsi les enfants sont la figure même des vrais disciples : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. » (Mc 10,14) D’où, dans l’évangile que nous venons d’entendre, cette condamnation si claire et si vigoureuse de ceux qui scandalisent et méprisent les petits : « Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite dans la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà. » (Lc 17, 2). Il n’y pas d’excuses ou de demi-mesures pour les actes commis sur un seul de ces petits ! Il y a cette condamnation sans appel du Christ face au scandale vis-à-vis d’un seul de ces petits. L’Evangile ne transige pas avec ce qui porte atteinte et méprise la dignité de tout homme, et plus encore quand il s’agit des plus faibles.

 

Seigneur, fais de ton Église
un lieu de vérité et de liberté,
de justice et de paix,
pour que l´humanité tout entière
renaisse à l´espérance

Message du Pape François aux évêques de France

Evêques FranceLes évêques se réunissent du 4 au 9 novembre à Lourdes pour leur assemblée plénière. Le Pape François leur a adressé un message :

Dans un contexte encore marqué par les attentats qui ont meurtri votre pays et dans la perspective d’échéances électorales importantes, le Saint-Père vous encourage à aider les habitants de la France à affermir leur espérance et à contribuer à la recherche du Bien commun. Puissent aussi vos échanges sur les vocations sacerdotales manifester votre sollicitude pastorale envers les jeunes pour les aider à découvrir leur projet de vie et à le réaliser avec joie.

 

Au programme de cette session :

  • La vocation de prêtre diocésain (vendredi 4 et samedi 5 novembre)
  • la pastorale en monde ouvrier et populaire et en monde rural (samedi 5 novembre)
  • les implications pastorales de l’exhortation post-synodale Amoris laetitia (dimanche 6 novembre).
  • les abus sexuels dans l’église (lundi 7 novembre), avec une journée de pénitence et de prière pour les victimes à laquelle chacun peut s’associer : la messe sera dite « pour le pardon des péchés » commis par les membres de l’Église.
  • la situation politique et religieuse de notre pays (lundi 7 novembre)
  • le dialogue avec les musulmans (mardi 8 novembre)

 

 

Eglise et Internet : une responsabilité !

71398_bible-smartphone-mobile-souris-ordinateur-internetLe frère et ami Eric Salobir nous interpelle dans les colonnes de La Vie :

Dans une culture numérique qui reconnaît surtout l’autorité des pairs et des leaders d’opinion sur les réseaux sociaux, le lien n’est pas évident à tisser entre les porteurs de projets et l’autorité ecclésiale dont ils devraient ou pourraient dépendre. D’autant plus que ces projets se développent à un rythme effréné, bien différent de la temporalité habituelle d’une Église connue pour sa prudence. Qui, dès lors, assure la catholicité de ces initiatives ?

Une vraie question pour nous, les contributeurs de ce nouveau projet qu’est Le Samaritain, parmi d’autres … Nous ne pouvons que vous remercier, vous, lecteur qui lisez ces lignes, comme les centaines d’autres qui vous accompagnent tous les jours depuis le lancement tout récent de ce site !

Et pourtant, oui, notre engagement est sincère mais notre projet reste à revisiter en permanence …

 

A Lyon, objectif 2030

eglise-2030

Des membres de différentes organisations (« Amis de la vie », CCFD Terre solidaire, Chrétiens en Monde Rural, Mission Ouvrière, de CVX, …) organisent à Lyon un colloque sur l’Eglise à l’horizon 2030 les 26 et 27 novembre 2016.

Les organisateurs souhaitent penser, le temps d’un we, le visage futur de leur diocèse et ses évolutions profondes, à partir de trois thèmes : l’Eglise contemporaine du monde, l’Eglise miséricordieuse et solidaire, l’Eglise diverse et fraternelle. Pour les organisateurs, ce travail de prospective est essentiel pour ouvrir le débat entre croyants :

« A l’horizon 2030, notre Eglise diocésaine aura […] double pari à tenir : s’adapter aux réalités et aux besoins nouveaux de notre société dans une organisation ecclésiale renouvelée. Cette mutation inévitable ne pourra se réaliser sans l’adhésion de tous – clercs comme laïcs – ; or ces questions, trop souvent méconnues, sont rarement débattues en Eglise. »

Programme sur le site du colloque.

Quitter Calais … et après ?

b9710030079z_1_20161022113520_000gv17ren6a_2-0
(JP Brunet)

Les appels nombreux du Pape François pour accueillir les migrants, de manière inconditionnelle mais à la mesure de nos moyens, ne peuvent nous laisser insensibles à l’actualité sur l’évacuation de la « jungle » de Calais, ce lundi. Et en même temps, au carrefour de retours parcellaires ou contradictoires, il est dur de se forger une opinion. Le démantèlement commence aujourd’hui ; voici une tentative de résumé de la situation (s’il était lui-aussi parcellaire ou insatisfaisant, au moins aura-t-il eu le mérite de vous inviter à vérifier ou compléter  par vous-même !).

Le gouvernement a décidé d’une dissolution du camp de migrants à Calais (plusieurs milliers de personnes – une ville !) en orientant ses occupants en divers coins de France, notamment par le biais de « CAO » (Centre d’Accueil et d’Orientation) appelés à prendre en considération la situation de chacun. On comprend à la lecture du papier assez complet de la Voix du Nord que le dispositif mis en oeuvre est imposant et que peut-être cette sortie de Calais est mieux construite que celle de Sangatte quelques années auparavant … Et aussi qu’un « traitement » de la situation complexe et douloureuse du Calaisis est mis en oeuvre, même si on peut commenter ses modalités.

Lire la suite

« Retrouver le sens du politique » par Mgr Hervé Giraud

Mgr Hervé GiraudLe site de la Mission de France a mis en ligne hier un texte de Mgr Hervé GIRAUD, archevêque de Sens-Auxerre et prélat de ladite Mission de France. Nous en reproduisons ici le contenu avec l’aimable autorisation de l’auteur.

***

 

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France vient de publier un texte de fond pour « retrouver le sens du politique ». Il s’agit de revenir à la vraie nature du politique pour mieux considérer combien il est essentiel au fonctionnement de la société. Partant du constat de la crise profonde du politique, les évêques invitent à sortir de la sinistrose pour entrer dans une logique d’avenir valorisant la parole et la réflexion comme seules capables de créer les conditions d’un vrai débat. « Les catholiques, citoyens à part entière, ne peuvent se désintéresser de ce qui touche à la vie en société, la dignité et l’avenir de l’homme » et nous sommes donc invités à élever ce débat… sans le perdre de vue, et sans nous ériger en contre-culture « en dehors du monde, en position de surplomb ».

Lire la suite

Où va-t-on ?

Où va-t-on ?A lire : sur son blog, Koz partage sa lecture du texte de la Conférence des Évêques de France, « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». Extrait :

A nous de prendre la mesure de l’inquiétude qui a suffisamment étreint les évêques face à la crise politique pour qu’ils décident d’adresser un nouveau texte au pays. Une crise qui s’installe au moment précis où nous avons besoin de l’autorité que confère une vision sûre alliée à la sagesse.

A nous alors de nous montrer exigeants et rigoureux. Exigeants sur le sens, rigoureux sur la parole. Responsables, aussi, par notre vote, dans nos échanges publics et jusque dans notre utilisation des réseaux. C’est plus surprenant d’un point de vue physique, mais la solution peut aussi infuser d’en-bas.