Le Dorothy ouvre ses portes !

Le café-atelier « le Dorothy » installé depuis peu à Ménilmontant, et dont il a été question récemment dans La Croix, ouvre ses portes ce dimanche après-midi !

L’occasion de découvrir un beau projet de mise en œuvre concrète de la pensée sociale, à la fois espace culturel, lieu dédié à l’artisanat et à la transmission des savoir faire manuels, dans l’esprit de l’encyclique Laudato Si. La grande figure inspiratrice du lieu est l’américaine Dorothy Day, journaliste engagée à l’origine du mouvement des Catholic Workers dans les années 30, dont l’œuvre sociale et politique a été saluée par le Pape lors de son dernier voyage aux États-Unis. Une enquête a été ouverte en vue de sa béatification en 2016.

Un lieu à visiter et un site internet à découvrir !

 

En 2018, je bosse ma foi !

738_000_sapa990202188600Allez, hop hop hop, se remettre au sport, manger mieux, être de meilleure humeur, … : de belles et bonnes résolutions pour cette nouvelle année ! Et si on travaillait aussi à notre foi ?

La Doctrine sociale de l’Eglise : on commence par son pan économique, avec cette émission de France Culture avec Jérôme Vignon, ancien Président des Semaines Sociales de France, et le jésuite Gaël Giraud sur « Et Dieu créa l’économie / La doctrine économique de l’Eglise catholique ».

C’est en podcast aussi, donc aucune excuse, dans les transports ça marche bien, et c’est à retrouver par LA.

Voter c’est discerner

Un article publié dans La Croix hier rappelle l’apport de la doctrine sociale de l’Eglise pour les chrétiens en période électorale.

La DSE n’est évidemment pas un critère de vote unique invitant à se tourner vers un candidat et un programme. L’article resitue bien la notion de « points non négociables » dans les textes dont elle est issue : la liste de ces points recoupe différents aspects de la dignité humaine, en matière d’éthique comme en matière d’économie. Plus largement, le Pape Benoît XVI avait invité, dans les textes concernés, au « respect du bien commun ». Comme a pu le dire Mgr Jean-Luc Brunin, « voter, c’est discerner ».

En resituant la doctrine sociale sous cet angle, l’article nous invite à trois actes concrets : le discernement n’est évidement pas sans lien avec la prière, véritable nourriture du discernement. Mais ce dernier nous tourne aussi vers le dialogue, notamment entre catholiques, afin de confronter nos réflexions et d’enrichir ce temps de discernement. Enfin, on peut se demander jusqu’où doit aller le discernement autour de candidats que l’on considèrerait comme « les moins pires » et si le discernement ne doit pas se porter aujourd’hui sur l’acte du vote en tant que tel, en tous cas sur la crise politique et l’urgence d’un engagement renouvelé des chrétiens. Ces élections nous invitent à nous demander, pour reprendre les mots du Pape François, que faire pour ne pas se contenter de regarder « du balcon » ? Comment répondre autrement que par le vote à notre insatisfaction politique ?

Tout faire pour que chacun puisse travailler

Marxiste, le pape ? Ou empreint du sens de la dignité humaine, qui se traduit aussi dans les relations économiques ? Improvisant, lors de l’audience générale de ce jour, il a expliqué que : « celui qui pour des manœuvres économiques, pour réaliser des affaires pas complètement claires, ferme des usines, ferme des entreprises et supprime le travail d’hommes, cette personne fait un péché gravissime ». Si nul ne contestera que l’on ne saurait supprimer des emplois pour des affaires troubles, l’introduction de son propos était de portée plus générale : Lire la suite