Chouette, avec Marie, on va encore plus faire la fête !

Par un décret du 11 février 2018 de la congrégation du culte Divin et de la discipline des sacrements, rendu public aujourd’hui, le Pape François inscrit la mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Eglise au calendrier romain !

« Le Souverain Pontife François, considérant avec attention comment la promotion de cette dévotion peut favoriser, chez les Pasteurs, les religieux et les fidèles, la croissance du sens maternel de l’Eglise et de la vraie piété mariale, a décidé que la mémoire de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Eglise, soit inscrite dans le Calendrier Romain le lundi de la Pentecôte, et célébrée chaque année.

Cette célébration nous aidera à nous rappeler que la vie chrétienne, pour croître, doit être ancrée au mystère de la Croix, à l’oblation du Christ dans le banquet eucharistique et à la Vierge offrante, Mère du Rédempteur et de tous les rachetés.

Une telle mémoire devra donc apparaître dans tous les Calendriers et les Livres liturgiques pour la célébration de la Messe et de la Liturgie des Heures. »

Voir l’ensemble du décret en français par ici >>

L’euthanasie en voie de légalisation ?

capture

« Le 5 août 2016 en toute discrétion, ont été publiés  3 textes règlementaires en application de la loi Claeys-Leonetti. Ces textes précisent les conditions de ces  pseudo nouveaux droits adoptés le 2 février 2016. Orwell avait bien démontré comment inverser le sens des mots, rien de neuf.

Modification autoritaire et sans la profession, du code de déontologie médicale ! Une gravissime transformation régressive de la société passée inaperçue, et votée dans le silence loin des médecins eux-mêmes.
Le premier décret modifie le code de déontologie médicale pour encadrer le recours à la ‘sédation profonde et continue jusqu’au décès’. Le second décret concerne les directives anticipées, leurs conditions de rédaction et de conservation. Ces directives ‘s’imposeront, sauf exception, aux médecins’. Elles n’auront plus de limites dans le temps, alors qu’elles devaient jusqu’à présent être renouvelées tous les trois ans. Comment accepter cette loi, ce droit de tuer, qui devient en plus une injonction à tuer ( ‘s’imposeront aux médecins’ !) ?  Nous avons choisi médecine pour soigner, pas pour tuer sur ordre… Ça ne vous rappelle rien ? »

Tribune du Dr Nicole Délépine : voir plus…