Pour rebâtir et restaurer ce qui peut l’être

A minima la confiance et, si possible, les traces de notre culture. « Une mission exploratoire composée de membres de L’Œuvre d’Orient, d’historiens et d’experts de la Bibliothèque nationale de France s’est rendue en Irak, au Liban et en Syrie. L’occasion de dresser un bilan des premiers efforts entrepris pour préserver les richesses du patrimoine de ce «berceau de l’humanité». »

C’est ce que narre un article du Figaro : « Proche-Orient : après le chaos, rebâtir et restaurer » 

Le christianisme social est une question plus qu’une réponse !

 

_0_487_348Le week-end prochain se tient à Nogent-sur-Marne la nouvelle rencontre des Semaines Sociales de France (SSF). Cette année, une perspective toute particulière, « Chrétiens et engagés – Rencontres du christianisme social », et au cœur de celle-là une réflexion sur les prochaines années / décennies d’utilité sociale et pastorale des SSF et au-delà la question de l’engagement des chrétiens dans la société. Elena Lasida, une des actrices de la rénovation des SSF, partage quelques repères dans La Croix :

Le christianisme social peut être défini comme un processus toujours ouvert, comme un chemin toujours en train de se faire, en direction d’une « terre promise » dont on ne connaît ni la forme ni l’emplacement. […] Le chemin du christianisme social vient de très loin. Des hommes et des femmes, des groupes et des mouvements sont depuis longtemps dans ce chemin. Avec les balises données par la pensée sociale de l’Église, ils ont ouvert des chemins et des espaces qui ont permis, au cours de l’histoire, de mettre en cohérence l’être-au-monde et l’être-chrétien. Ces espaces ont répondu aux besoins d’une époque. Mais le monde est aujourd’hui en pleine mutation, et de nouveaux espaces sont à inventer pour vivre cette cohérence. C’est le moment d’entendre et de mettre en application l’invitation du Pape à « initier des processus plutôt que posséder des espaces ».

Un espace ouvert à la réflexion et à l’engagement de chacun … Le programme de cette belle rencontre à venir (dépêchez-vous, les places deviennent très chères !), c’est par ICI. A découvrir (vite !…) et partager largement (vite aussi!)

Quel christianisme social aujourd’hui ?

LogodesSemainessocialesdeFranceC’est le thème du dossier de septembre des Semaines Sociales de France :

Au mois de septembre,  nous mettons à l’honneur le christianisme social.
Vivant dans une époque de grandes transformations sociétales, il nous appartient aujourd’hui d’en redessiner les contours, les enjeux et la vision pour demain. Ce dossier sera régulièrement enrichi tout au long du mois.

L’occasion de (re)découvrir la Pensée sociale de l’Eglise, indispensable colonne vertébrale pour vivre en chrétien dans le monde d’aujourd’hui ! C’est à retrouver ICI.

Lire la suite

« Sister Aretha » : la foi et l’espérance [carte postale]

thumbnail_image1Tous les amateurs de Soul ont été accablés par la disparition d’Aretha Franklin. Mais ne considérer que l’artiste sans considérer la croyante est pour Bertrand Dicale dans le Huffington Post une erreur d’appréciation :

Elle est sister « selon l’esprit » et non « selon la chair » pour des millions d’Américains, c’est-à-dire sœur en foi, revenant encore et toujours à la même parole fondatrice. Il ne s’agit pas seulement de l’emprunt d’une technique vocale aux usages des églises protestantes, mais bien d’une affirmation haute et claire d’appartenance à ce peuple chrétien pour qui Dieu est une présence concrète et quotidienne dans l’existence, et non pas seulement l’ami des dimanches.

Lire la suite

Madeleine Delbrêl : l’assistante sociale mystique

madeleine-delbrel-site-0Ce dimanche, Le Jour du Seigneur rediffusait un documentaire sur Madeleine Delbrêl. Il rassemble les témoignages de ceux qui l’ont connue : chrétiens et communistes, illustrés de nombreux documents d’archives. On y voit comment elle décide de vivre de l’Evangile dans la cité « rouge », Ivry, aux trois cents usines en plein fief du Parti communiste. Elle est missionnaire là où le seul «credo» est celui du marxisme. Sans confondre l’émancipation du prolétariat avec l’idéal évangélique, Madeleine est de tous les combats, aux côtés des communistes, pour la justice et pour les pauvres.

“Seigneur, fais nous vivre notre vie, non comme un jeu d’échecs où tout est calculé, non comme un match où tout est difficile, non comme un théorème qui nous casse la tête, mais comme une fête sans fin où ta rencontre se renouvelle, comme un bal, comme une danse, entre les bras de ta grâce, dans la musique universelle de l’amour. Seigneur, viens nous inviter !”

C’est à retrouver ICI.

[Cluedo] Mais qui a restauré le calvaire de Pierrevillers ?

Le-mysterieux-bienfaiteur-du-calvaire-de-Pierrevillers_articleLe journal Pèlerin nous narre une histoire peu banale : le maire de Pierrevillers, en Moselle, a lancé un appel pour retrouver le bienfaiteur qui a entièrement restauré, en cachette, un calvaire du village !

« C’est un travail difficile qui demande du temps et de la technique, puisque la croix est sculptée sur chacune de ses faces », explique René Heiser. Élevée à plus de 2,50 mètres, sa hauteur complexifie la tâche. Le maire de la bourgade mosellane en est convaincu : le bienfaiteur connaissait les techniques de restauration d’une telle œuvre.

Si toi, lecteur du Samaritain, tu es responsable de cette opération « Under cover », manifestes-toi ; ils veulent juste te remercier !

L’article est à retrouver ICI.

C’est aussi la saint Dominique !

Alors, en ce 8 août, nous fêtons une belle fête à tous les fils et filles de saint Dominique. Pour cette occasion, les Dominicains de Bordeaux proposent une belle visite de leur église à 360° sur Facebook… Pas mal, non ? A donner envie de louer, de bénir et de prêcher !

Pour aller plus loin, un extrait des actes de sa canonisation : « En toute circonstance, par des paroles et sa conduite, (Dominique) se montrait un homme évangélique. Pendant la journée, avec ses frères ou ses compagnons, personne n’était plus simple et plus joyeux. Pendant la nuit, personne n’était plus adonné à toutes sortes de veilles et de prières. Il ne parlait guère qu’avec Dieu, dans l’oraison, ou de Dieu, et il exhortait ses frères à en faire autant. »

10 astuces pour visiter un sanctuaire

Tu es toujours un peu perdu en visitant une église ? Ça tombe bien, Bayard a pensé à toi avec ce tout nouveau 10 clés pour cheminer en ce lieu, petit guide permettant de distinguer l’essentiel et te permettant d’être mieux tourné vers l’Essentiel par des propositions de cheminement, toutes résolument incarnées. Alors, heureux ?

Lire l’article de Narthex à ce sujet !

Des vacances à la découverte du patrimoine religieux ? Possible même en restant à Paris !

En province, plusieurs diocèses ou des initiatives locales proposent des découvertes du patrimoine religieux local, en cherchant à le valoriser particulièrement. Mais point n’est besoin d’aller aussi loin si vous restez citadin ! Par exemple, le site sortiraparis.com propose une découverte de l’église Saint-Paul-saint-Louis sise dans le Marais. « Si cette église vous dit quelque chose, c’est certainement que vous avez lu Les Misérables de Victor Hugo, et que vous vous souvenez que c’est dans cette église que se marient Cosette et Marius. C’est d’ailleurs dans cette même église que se marie, en 1843, Leopoldine, la fille tristement célèbre de Victor Hugo. Pour l’occasion, Hugo offre deux bénitiers à l’église, qui s’y trouvent encore aujourd’hui. »

L’été, une invitation à ouvrir l’oeil pour redécouvrir ce qui se trouve autour de nous ? 🙂

L’Eglise pourrait être moderne ?!…

sans-titreOui, quand en particulier elle accueille un rassemblement de start-ups cathos et aussi quand c’est raconté par une « journaliste laïque » qui semble arriver là un peu par hasard :

Il est loin, l’imaginaire traditionnel austère et pieux, empli de silence et de pénitence. C’est au contraire l’image d’une Eglise dépoussiérée, ancrée dans son temps et bien dans ses baskets, qui se dégage à notre arrivée. Si les murs du collège des Bernardins rappellent une ambiance monacale, ils abritent ce jour-là un petit village de l’innovation où les acteurs de la Church Tech partagent un temps convivial de networking avant la conférence.

Certains auront reconnu l’image et tous les autres peuvent lire cet article utile et tonifiant ICI.

Des ordures faire naître de la culture

BELGAIMAGE-131590675-696x464La scène se déroule en Turquie, où des éboueurs ont récupéré pendant plusieurs mois les livres abandonnés pour ouvrir une bibliothèque. Complétée par les dons volontaires des habitants des quartiers avoisinants, elle a finalement ouvert au grand public avec l’aide des autorités locales. C’est écologique, certes, mais c’est aussi une belle histoire à découvrir ICI.

De l’Angel Band au couvent des dominicains !

 » J’ai grandi à Mossoul dans une famille chrétienne. En juillet 1979, j’ai 24 ans et suis ingénieur quand soudain la vocation religieuse me tombe dessus. »

… Et, depuis, devenu dominicain, c’est avec passion que le père Michaeel Najeeb veille à sauvegarder la culture orientale à Qaraqosh d’abord puis à Erbil désormais. Une belle histoire de vocation, c’est-à-dire une belle histoire d’amour à découvrir dans Paris Match !

Elle a vu la Vierge !

Et on va faire une comédie musicale sur sa vie ! Elle, c’est Bernadette Soubirous, bien sûr, et c’est le Parisien qui parle de ce spectacle :

 « On n’y avait jamais pensé jusqu’au jour où nous sommes allés à Lourdes, raconte Eléonore de Galard. C’était pendant l’écriture de Robin des Bois, en novembre 2011. Nous venions de sortir le disque Thérèse, qui s’était écoulé à 200 000 exemplaires, et nous avons eu nous aussi une apparition : Bernadette a une image bien plus forte que Thérèse et Lourdes est une ville incroyable. »

Lire la suite

Jacques Hamel, Thomas, Benoît, … : confiance et espérance !

Samuel-Lieven_0_729_486Le Journal La Croix nous en informe, le premier prix Jacques Hamel a été décerné à Samuel Lieven, journaliste en sa rédaction. Ce prix a été créé en 2017, après l’assassinat du père Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray pour «distinguer un travail journalistique, quel que soit le support (presse écrite, radio-télévision, multimédia), qui met en avant les initiatives de paix et les démarches de dialogue interreligieux». L’article primé porte sur Thomas et Benoît, deux frères élevés dans une famille catholique. L’un va penser devenir prêtre, l’autre se convertit à l’islam. C’est le récit d’une déchirure familiale mais aussi de retrouvailles, fortes d’un apprivoisement progressif, d’une acceptation et d’une compréhension qui vont prendre du temps.

Lire la suite

Prix de la BD chrétienne : un lauréat… et un coup de cœur !

Tous les ans, en janvier, a lieu le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. En même temps, un jury remet le prix de la bande dessinée chrétienne. Pour sa 32e édition, ce prix a été attribué à John Bost, un précurseur de Vincent Henry et Bruno Loth (Editions La Boîte à Bulles). Le prix sera remis le 25 janvier à l’église Saint-Martial d’Angoulême.

Pionnier de l’action sociale, John Bost créa au XIXe siècle l’un des premiers centres d’accueil des défavorisés de tous âges, qu’ils soient orphelins, simples d’esprits, épileptiques… Ces infortunés trouvèrent refuge aux asiles de La Force fondés près de Bergerac par ce pasteur d’origine suisse et ses paroissiens gascons.
Le portrait du protestant français le plus emblématique du XIXe siècle dont l’oeuvre contribua à changer le regard posé sur les personnes. Une biographie riche et captivante, retraçant aussi un milieu et une époque.

Plus inattendu peut-être, le Jury a aussi décerné une mention spéciale à Zep (le papa de Titeuf) pour Un Bruit étrange et beau.

Lire la suite

En 2018, je bosse ma foi !

738_000_sapa990202188600Allez, hop hop hop, se remettre au sport, manger mieux, être de meilleure humeur, … : de belles et bonnes résolutions pour cette nouvelle année ! Et si on travaillait aussi à notre foi ?

La Doctrine sociale de l’Eglise : on commence par son pan économique, avec cette émission de France Culture avec Jérôme Vignon, ancien Président des Semaines Sociales de France, et le jésuite Gaël Giraud sur « Et Dieu créa l’économie / La doctrine économique de l’Eglise catholique ».

C’est en podcast aussi, donc aucune excuse, dans les transports ça marche bien, et c’est à retrouver par LA.

Un peu de poésie pour alléger la galette …

2608181467Nous voilà heureux de cette fête de l’Epiphanie mais notre intestin de ne voit pas nécessairement en quoi la frangipane peut constituer une « manifestation de Dieu » … Le Diocèse d’Annecy heureusement nous propose un peu de légèreté, avec ce conte qui pose une question cruciale : que va faire le concierge du ciel après que l’étoile eut guidé les rois-mages …

C’est à retrouver par ICI.

« Une formidable mutation pour le christianisme »

sans-titreLe Monde des Livres du 22 décembre propose un dossier sur « Jésus donne de ses nouvelles ». En son sein, une très intéressante interview croisée de l’historienne Valentine Zuber et du théologien jésuite Christophe Theobald, à l’occasion de la parution de leurs livres respectifs. Quelques extraits marquants notamment du propos de Christoph Theobald :

[La méfiance des chrétiens au sujet des nouveaux droits touchant par exemple à l’éthique familiale ou au vivant] paraît aboutir de plus en plus, aujourd’hui, depuis la Manif pour tous, à une crispation …
C. T. J’ai l’impression que c’est lié à certains milieux. Mais cela ne couvre pas l’ensemble du catholicisme français, qui fait preuve d’une grande créativité. Il y a des gisements, des émergences, qui n’arrivent simplement pas à se relier entre eux. D’où le danger de tomber, d’une autre manière, dans le même travers que les premiers : l’esprit de citadelle assiégée. L’enjeu, par rapport à cela, c’est de définir ce qu’est la mission chrétienne. Le christianisme qui vit uniquement pour lui-même, qui n’est plus présent dans la société, n’est plus le christianisme. Le pape François parle de « disciples missionnaires ». Sur ce point, j’aimerais qu’il soit mieux écouté par les évêques français, qui ont tendance à centrer les questions éthiques sur ce qui concerne le début et la fin de la vie. C’est comme si tout le reste n’existait pas ! Il est naturel, dans les questions politiques, de laisser chacun se décider en conscience. Mais, jusque-là, on établissait au moins des limites. Aujourd’hui, tout semble devenir acceptable, y compris que des chrétiens votent Front national. L’épiscopat n’a pas fait de geste significatif pendant un an et demi de combat électoral, alors que tout le monde annonçait Marine Le Pen au second tour. […]

Lire la suite

Pour Noël, offrez-vous le Mont Saint-Michel !

plongez-dans-le-labyrinthe-du-mont-saint-michel_0En exclusivité pour Ouest-France, Arte nous fait découvrir « Le Labyrinthe de l’archange », un passionnant documentaire sur le Mont-Saint-Michel que la chaîne diffusera le 23 décembre. Il retrace l’histoire du monument en s’appuyant sur les récentes découvertes des nombreux chercheurs qu’il fascine.

L’originalité du « Labyrinthe de l’archange », film de Marc Jampolski co-écrit avec Marie Thiry, est qu’il s’aventure dans ses entrailles pour retracer son histoire. Une histoire d’hommes et de religion, racontée à travers des passages de dessins animés, dans une délicate veine de manga. L’histoire, aussi, d’un fascinant bricolage architectural. Il est à découvrir en avant-première sur Ouest-France.fr.

C’est très bien fait et c’est à retrouver ICI.

Le catholicisme, une contre-culture ?

2018-observ-modernC’est une des problématiques dont se saisit « l’Observatoire de la Modernité », programme de conférences de février à juin 2018, au sein du Collège des Bernardins à Paris, et c’est Louis Manaranche, ami du Samaritain et responsable de ce cycle, qui en parle (voir vidéo ci-dessous).

Ce cycle se propose d’explorer la place du catholicisme dans la société française contemporaine en tant que phénomène minoritaire. Sans perdre de vue l’évident ancrage de celui-ci dans notre aire culturelle, il interrogera, en croisant histoire contemporaine, sociologie, théologie et philosophie, la manière dont la recomposition du rôle des catholiques peut être décrite.

Toutes les informations à retrouver ICILire la suite

D’Ormesson et les religions : l’ouverture en héritage

imagesM406RRZ4Un grand homme nous quitte et nos réseaux sociaux cathos ne cessent de bruisser de son catholicisme. Homme spirituel, ouvert au catholicisme et à Dieu, Jean d’Ormesson n’en fut pas moins un homme ouvert aux autres religions aussi, comme le rappelle justement le site SaphirNews :

« J’appartiens à l’Eglise catholique, apostolique et romaine et j’espère mourir dans cette Église mais, vous savez, je suis ravagé par le doute », avait-il déclaré à France Info en janvier 2016. L’intellectuel, qui croyait en « un Dieu d’amour », ne cachait pas son admiration pour la civilisation musulmane. Dans un entretien au Monde des Religions en août 2016, il rappelle avoir écrit que l’islam est « une civilisation magnifique » est « une grande religion ».

Lire la suite

« Quand j’écoute Bach ou Mozart, Dieu existe, c’est clair ! »

sans-titreC’est ce que la star du chant lyrique Cecilia Bartoli confie au Monde dans une interview tout à fait intéressante :

Quand survient le moment de grâce, l’instant sacré, c’est prodigieux. Le temps est suspendu. Comme le souffle du public. On est tous transportés. Et c’est encore plus perceptible entre deux mouvements de musique, dans ce qu’on appelle la « pause musicale ». Public, chanteurs et musiciens sont à l’unisson. Oui, on est tous dans un état de grâce.

Et que permet-il ? Il permet de dire que Dieu existe.

Lire la suite

Des icônes peu médiatiques

Au Petit Palais se trouve, méconnue, la plus grande collection d’icônes en France ! Celle-ci vient d’être l’objet d’une sérieuse mise en valeur comme nous l’explique le journal La Croix : l’occasion d’aller y faire une petite visite ?

Ecriture inclusive : paresse et prétention ?

C’est en tous cas la conclusion de Laurent Stalla-Bourdillon, aumônier des parlementaires, dans les colonnes de La Vie.

L’irruption de l’écriture inclusive a mis l’Académie Française en émoi. L’occasion nous est offerte de réfléchir à nouveau à la signification de la langue, de la parole et de l’écriture. Savons-nous distinguer le rôle de chacune ? Réalisons-nous que la manière dont nous parlons et dont nous écrivons révèle bien des choses de notre vie intérieure ?

C’est intéressant et c’est à lire ICI.

Après Simone à Lyon, Dorothy à Paris !

Dorothy-Day-fondatrice-journal-The-Catholic-Worker_0_729_554Vous connaissez peut-être Le Simone, « café culturel au cœur de Lyon », inauguré par Les Altercathos (« Les alternatives catholiques » en texte plein), « association de laïcs lyonnais qui n’a pas une vocation cultuelle mais culturelle ». L’initiative vaut le détour, d’autant qu’une de nos fidèles amies du Samaritain en est de mémoire l’une des co-fondatrices et un pilier …

Mais voilà que Simone à Lyon semble envoyer sa cousine Dorothy à Paris ! Projet de « café-atelier catholique » à venir dans la capitale, Foucauld Giuliani, son coordinateur, explique dans les colonnes de La Croix l’attachement à Dorothy Day, journaliste et militante catholique, dont le procès en béatification a été ouvert en 2000, aussi bien que l’essence du projet :

L’idée, c’est de proposer un lieu qui prenne en compte toutes les dimensions de la personne humaine : la sociabilité, le travail, la vie politique et spirituelle.
Bien que créé par des chrétiens, ce lieu ne leur sera pas réservé. Nous sommes plutôt convaincus qu’assumer nos convictions sera la base d’un dialogue sincère avec les autres clients du café.

[…] Nous avons choisi Dorothy Day car cette Américaine catholique engagée incarne des choses essentielles : le souci du bien commun, la défense des plus faibles et la vie spirituelle.

Lire la suite

L’Europe : un enjeu pour les chrétiens

Logo-des-Semaines-sociales-de-FranceDepuis plus d’un siècle, les Semaines Sociales de France rassemblent plusieurs milliers de chrétiens autour d’un enjeu de société, à la lumière de la Pensée sociale de l’Eglise. Cette année, « Quelle Europe voulons-nous ? » est proposé au discernement des participants qui seront en novembre à Paris.

Le projet européen a réussi la prouesse de pacifier un continent qui n’avait jamais connu plus d’un demi siècle de paix. Aujourd’hui, en France et chez nos voisins, l’anathème et le slogan tiennent trop souvent lieu de débat. Le projet européen peine à rassembler : la montée du scepticisme et du rejet, nette en Grande-Bretagne, plus variable dans d’autres pays, ne permet plus d’entendre les raisons de l’adhésion.
Les Semaines Sociales de France se rappellent que le projet européen a été bâti grâce à des chrétiens engagés, qu’elles ont travaillé périodiquement le sujet, ce qui leur donne une légitimité pour établir un diagnostic et ouvrir le débat sur le projet européen. Elles s’appuient sur une année d’échanges organisés par les antennes régionales, les travaux et témoignages d’analystes et d’acteurs français et européens, celles des réseaux partenaires dont IXE (Initiatives de Chrétiens pour l’Europe). Après les élections en France, puis en Allemagne, le moment est propice pour intervenir dans un débat refondateur.

Lire la suite

Le Pape, les migrants : un message inédit

AFP2435621_LancioGrandeComment mieux accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés? C’est la question à laquelle répond le Pape François, dans un message publié ce lundi 21 aout, à l’occasion de la Journée mondiale du migrant et du réfugié, le 14 janvier prochain, comme le relate la presse vaticane.

Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer : quatre verbes «fondés sur les principes de la doctrine de l’Eglise», rappelle le Saint-Père, en soulignant sa «préoccupation spéciale concernant la triste situation de nombreux migrants et réfugiés» durant son pontificat.

Parmi d’autres trésors à découvrir, certaines de ses positions semblent assez inédites, notamment la suivante, relevée par de nombreux médias :

Le principe de la centralité de la personne humaine, fermement affirmé par mon bien-aimé prédécesseur Benoît XVI (Cf. Lettre encyclique Caritas in veritate, 47), nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale.

Les débats ne manqueront pas et ce texte, comme ses prédécesseurs, a le grand mérite de nous mettre en chemin et de débattre sur un sujet compliqué. Avant toute polémique inutile, il faut donc lire ce texte, en débattre avec d’autres et se faire sa propre opinion ; on le retrouve in extenso en cliquant ICI.

A quoi sert de regarder les étoiles ?

ob_41e2bb_eglise-bon-pasteur-ciel-etoiles-nz« Pourquoi se soucier des Lunes de Jupiter quand il y a des gens qui meurent de faim sur Terre ? » : c’est une des questions que pose le Frère jésuite, Guy Consolmagno, astronome à l’Observatoire du Vatican, dans une interview qu’il a donnée à Aleteia.

Le frère Consolmagno voit dans la taille vertigineuse de l’Univers, l’expression de l’immensité du pouvoir créateur de Dieu. Et malgré cette immensité, l’humanité, si petite est précieuse aux yeux de Dieu ! « C’est une vieille histoire, il suffit de relire le psaume 8« , dit-il en se référant aux versets : « Quand je considère tes merveilles, le travail de tes doigts, la lune et les étoiles, que tu as placées au firmament, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ? »

Alors si d’aventure on avait des doutes, on peut se ruer sur le site l’Association française d’astronomie pour profiter seul ou accompagné de la 27e Nuit des Etoiles ! En particulier, on peut cliquer ICI.

Bob Marley doit-il tout à une religieuse ?

imagesC’est ce que l’on pourrait penser à la lecture d’un article tout récent du Pélerin retraçant la vie de Soeur Ignatius, dévouée à la jeunesse déshéritée de Jamaïque et trouvant dans l’éducation musicale un moyen d’élévation et un terrain de liberté pour les jeunes dont elle avait la charge, avec des effets qu’elle n’avait pas imaginés à l’origine :

Quelques élèves formés par sœur Ignatius découvrent le nyahbinghi et décident de le rehausser par le savoir-faire musical qu’ils ont acquis à l’Alpha Boys’ School. Ce rapprochement de style accouche du ska : mesure saccadée, fusion entre le rythm and blues d’influence américaine et le nyahbinghi, il est considéré comme la première musique purement jamaïcaine. […] À la fin des années 1960, répondant au goût du public, le ska ralentit son rythme endiablé et devient le reggae, musique engagée portée principalement par des chanteurs rastas.

De la générosité au service de l’autre, au nom du Christ, qui a marqué l’histoire de la musique ! C’est à découvrir ICI.

« Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu pour avoir un curé noir ? »

12503354_xlNon, ce n’est pas le titre d’un film mais d’un documentaire diffusé tout récemment sur France 3 et aussi la citation d’une lettre de protestation adressée à l’Archevéché de Strasbourg après la nomination d’un prêtre togolais dans la campagne alsacienne … On peut craindre au début un traitement journalistique caricatural (les cathos, les Alsaciens, …) ou un hors-sujet (pourquoi les campagnes alsaciennes votent Front National ? …). Et pourtant, ce portrait croisé de deux cousins togolais, l’un prêtre, l’autre pasteur, nommés dans la ruralité alsacienne, nous disent beaucoup de leur engagement, de ce qu’accueillir l’étranger veut dire et ce que cela veut dire pour lui, et plus concrètement des efforts que nous faisons plus ou moins dans nos propres paroisses, que notre prêtre soit noir, nouveau ou non … Un beau travail de journalisme aussi, au passage, ouvert, à l’écoute et qui donne pour une fois un beau visage de nos églises !

A découvrir et partager … vite car le replay devrait être fermé dans cinq jours !

 

 

Kundera : un amour angoissé, têtu, nostalgique pour la France

« La culture ne peut pas diviser, au contraire : ce n’est qu’en elle que nous pourrons puiser des raisons d’aimer la France, sans  chauvinisme sectaire, mais pour partager largement son aventure singulière. Pourquoi sinon être français, et pourquoi le devenir, si la France n’existe pas ? Car la France est une culture. L’un des plus grands écrivains à l’avoir épousée, Milan Kundera, l’expliquait ainsi : ‘L’ambiance spirituelle de toute ma jeunesse tchèque fut marquée par une francophilie passionnée’. Et si cette passion résiste encore, dans le monde entier, même aux erreurs et aux fautes de notre pays dans l’histoire, c’est parce que ‘l’amour de la France ne résidait jamais dans une admiration des hommes d’État français, jamais dans une identification à la politique française ; il résidait exclusivement dans la passion pour la culture de la France : pour sa pensée, sa littérature et son art’. Kundera avertissait déjà : une mondialisation qui nie les cultures ne pourra qu’aboutir à l’effacement de la France, ‘et l’indifférence à la France deviendra francophobie’.

Toute culture est fragile, nous le savons, et celle que nous avons reçue l’est plus que jamais aujourd’hui – comme l’écrivait Kundera : ‘Une raison de plus d’aimer la France ; sans euphorie ; d’un amour angoissé, têtu, nostalgique' ».

François-Xavier Bellamy, sur fxbellamy.fr

Europe : joyeux anniversaire grand-mère

On se rappelle les mots du Pape François au Parlement Européen à Strasbourg, puis lors de la remise du Prix Charlemagne : l’Europe est une vieille grand-mère qui doit aujourd’hui retrouver une part de sa jeunesse.

L’anniversaire du Traité de Rome du 25 mars 1957 est l’occasion de se repencher sur les liens entre projet européen et christianisme, comme nous y invite une émission de France Inter à laquelle a participé Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef adjointe du quotidien La Croix. L’occasion aussi de relire sur le blog des Cahiers Libres une synthèse sur la pensée de Schuman : « l’Europe selon Robert Schuman ».

Surtout, il faut lire le discours du détenteur du Prix Charlemagne, le Pape François, prononcé lorsqu’il a reçu, ce vendredi 24 mars, des dirigeants européens inquiets de la montée des populismes pour leur donner une nouvelle leçon d’Europe. Lire la suite