L’ancien gouverneur de Djkarta condamné à deux ans de prison pour blasphème


Basuki Tjahaja Purnama, ancien gouverneur de Djkarta (Indonésie), a été condamné à deux ans de prison pour blasphème à l’égard du Coran. Il avait estimé que l’interprétation par certains oulémas (théologiens musulmans) d’un verset du Coran, selon lequel un musulman ne doit élire qu’un dirigeant musulman, était erronée.

L’Œuvre d’Orient invite les organisations de défense des droits de l’Homme à agir contre cette atteinte à la liberté religieuse et à la liberté d’expression. L’Œuvre d’Orient appelle les musulmans de bonne volonté à réagir également contre cette image archaïque de l’Islam, dans la dynamique de ce que de nombreux savants musulmans du monde entier ont proposé ces dernières années, en particulier lors des Conférences internationales de Marrakech  et du Caire.

Beaucoup nous demandent si Dieu existe

Père Cédric Prakash, de Jesuit Refugee Service (JRS) :

« On ne sait jamais quoi dire à des gens dont la fille a été kidnappée, violée puis tuée par l’organisation État islamique. Les histoires des familles sont dévastatrices. Beaucoup nous demandent si Dieu existe, beaucoup se demandent pourquoi ça leur est arrivé. Souvent, quand les réfugiés retournent voir leurs maisons, ils découvrent que tout, absolument tout, a été emporté. Même les choses les plus insignifiantes ont été prises, que ce soit des vêtements, de petits objets ou des photos qui n’ont d’autre valeur que sentimentale. C’est assez traumatique, les gens ont l’impression que leur identité a été volée, ils sont brisés. La plupart du temps, je ne sais pas quoi leur dire parce que je n’ai pas enduré les mêmes douleurs. Tout ce que je peux faire, c’est les écouter, leur tenir la main, essayer de comprendre et les accompagner ».

Lire plus sur lorientlejour.com

Alep : les chrétiens commencent à revenir

« Après le responsable de la communauté catholique latine d’Alep la semaine dernière, c’est au tour du chef de la communauté apostolique arménienne de la ville de confirmer cette semaine l’amorce d’un retour des chrétiens à Alep. Au cours d’un point presse organisé à Paris par la Coordination des Chrétiens d’Orient en Danger (CHREDO), Monseigneur Chahane Sarkissian, évêque des Arméniens apostoliques d’Alep, a évoqué notamment le retour de chrétiens réfugiés dans des villes syriennes du bord de mer comme Lattaquié, ou au Liban. ‘Il ne s’agit pour l’instant pas de familles entières. Ceux qui viennent sont plutôt les hommes, qui font un état des lieux de la situation, afin de voir dans quelles conditions il est possible de revenir avec leur famille. Ils doivent de toute façon attendre la fin de l’année scolaire, leurs enfants étant scolarisés là où ils ont été accueillis' ».

Jean-Marie Dumont sur famillechretienne.fr

Alep – Un symbole de haine et de mort est devenu un signe d’amour

« Si le religieux n’éprouve aucune haine envers les responsables des bombardements et des tirs, il considère comme naturel de réagir avec colère après un attentat qui a tué et blessé. ‘C’est ma responsabilité de prêtre d’aider à dépasser ces réactions’, poursuit-il en racontant comment un obus tiré par des djihadistes sur la coupole de l’église le dimanche 25 octobre 2015, en ‘pleine messe’ et qui, ‘par miracle’ n’a pas fait de victimes, a été ensuite couvert de fleurs et déposé au pied de l’autel. ‘Ce symbole de haine et de mort est devenu un signe d’amour qui pardonne et qui donne la vie' ».

Lire plus sur la-croix.com

La visite du pape en Égypte

« La plus importante communauté chrétienne d’Égypte et du monde arabe reste fidèle à son propre pape copte orthodoxe, le pape d’Alexandrie et Patriarche du Siège de Saint-Marc, Tawadros II. Mais avec la dernière série d’attaques revendiquées par l’État islamique ayant ciblé des citoyens ou des églises coptes, faisant au moins 85 morts depuis décembre 2016, la venue du pape François est perçue comme un grand soutien politique du représentant de l’Église catholique à l’échelle mondiale ».

Aziz el Massassi sur lavie.fr

Le monastère Sainte-Catherine et Mahomet…

« Le site est un lieu de pèlerinage très important pour de nombreux chrétiens car il serait construit à l’endroit même où Moïse a vu le Buisson ardent, au pied du sommet où le prophète a ensuite reçu les tables de la loi. Bien qu’orthodoxe et situé en Égypte, le monastère n’est pas copte, mais est rattaché au Patriarcat autocéphale de Jérusalem.

Son isolement et la domination musulmane lui ont permis d’échapper à la fureur iconoclaste des empereurs byzantins des VIIIe et IXe siècles. Le monument peut se targuer d’avoir dans ses réserves des icônes byzantines très rares datant d’avant cette période. La qualité des mosaïques et peintures murales qui ornent le monastère lui a aussi permis d’être classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2002.

Lire la suite

Des poulets pour Qaraqosh (aussi)

Fidèle à son habitude de soutenir les initiatives locales, au lieu de les remplacer, Fraternité en Irak vous propose de soutenir des projets entrepreneuriaux concrets dans Qaraqosh libérée. Et quand on dit concret, il s’agit :

  • d’aider ces deux frères, Sedi et Salam, en photo à racheter des poussins et de l’équipement pour redémarrer leur élevage de poulets;
  • d’aider Zihad et Deaa à reprendre leur activité de menuiserie en PVC;
  • d’aider Rudi Salam pour sa menuiserie également

… ainsi qu’un boulanger, un coiffeur, un imprimeur. Qaraqosh a besoin d’aide pour retrouver son activité, proposer des emplois, se reconstruire, et Fraternité en Irak nous explique concrètement comment y contribuer.

Je ne sais plus sur quoi fonder mon espérance, sinon sur Dieu

« Désormais, 95% des chrétiens partiraient s’ils le pouvaient, pense le père Imad. “L’Église leur dit ‘restez !’, ils nous répondent ‘mais pourquoi ?’ et c’est vrai que nous sommes impuissants”. Plus que la pauvreté, c’est l’épuisement et le manque de perspective qui marque partout en Syrie. Du haut de sa cathédrale cernée par les ruines, l’évêque maronite, Mgr Tobji, pourtant le sourire éternellement accroché aux lèvres, avait fait part de ses états d’âme : “Je ne sais plus sur quoi fonder mon espérance, sinon sur Dieu. C’est lui, le Seigneur de l’histoire, qui peut changer les cœurs”. Dans un pays déchiré, les espoirs humains ont été engloutis dans la guerre ».

Alep, Homs, Maaloula, Vallée des chrétiens… par Laurence Desjoyaux

Chrétiens d’Orient : envisager un long combat sous l’angle spirituel

« Envisager alors ce long combat sous l’angle spirituel, comme un carême de 40 ans, à l’image des Hébreux errant dans le désert. Ou comme une montée vers Pâques, une Passion vécue dans la chair, et non en costumes d’époque. Les souffrances des chrétiens de Syrie font entendre pour de vrai le cri de Jésus à l’agonie : ‘Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?’ Mais par ce mot, le Christ élève avec lui, sur la croix, tous nos découragements. Le jour des Rameaux, alors que l’on apprenait les terribles massacres de Coptes, une brève vidéo diffusée sur les réseaux sociaux par l’association Fraternité en Irak montrait les chrétiens joyeux dans l’église incendiée de Qaraqosh, où leur présence se rétablit avec difficulté. Ceux qui n’ont plus rien souffrent avec le ­Messie et par lui espèrent. Ils méritent, littéralement, le nom de fidèles ».

Jean-Pierre Denis sur lavie.fr

Prier le chemin de Croix en union avec nos frères chrétiens d’Orient

Chemin de Croix de Syrie
écrit par le Père Nawras,
coordinateur de l’action des jésuites en Syrie.

« Avec ce chemin de croix nous marchons à notre tour derrière Jésus qui porte sa croix et nous prenons conscience du don qu’il fait de sa vie par amour pour nous, pour moi.

Cette marche du Vendredi Saint nous invite aussi à regarder ceux qui sont différents avec bienveillance et solidarité. À notre tour, parcourons ce chemin d’espérance avec notre communauté, en paroisse, en union avec nos frères d’Orient ».

 

Le martyre des chrétiens d’Orient : portraits et témoignages

« Familier du Moyen-Orient, le grand reporter Frédéric Pons a parcouru, tel un pèlerin en quête de vérité, cette vaste région en guerre pour décrire ‘le premier génocide du XXIe siècle’. Pour cela, il rappelle le dernier rapport d’Amnesty International qui cite avec précision les enlèvements, les cas de torture, les exécutions sommaires et les crimes de guerre imputables aux groupes armés islamistes. Et ceux accompagnés de ‘crimes contre l’humanité commis à grande échelle par les forces gouvernementales syriennes’. ‘La nouveauté, écrit-il, n’est pas dans cet acte d’accusation contre le régime syrien, maintes fois dressé depuis mars 2011, mais dans la mise en cause des groupes rebelles eux-mêmes. On les croyait modérés. On les découvre barbares’. Leur soutien ? ‘Gouvernements et associations islamistes basés au Qatar, en Arabie Saoudite, en Turquie, avec la bienveillance des Etats-Unis’.

Lire plus sur parismatch.com

Le Carême en Irak, avec Mgr Sako

En Irak, le conflit se poursuit entre les forces irakiennes, appuyées par la coalition internationale, et les jihadistes du groupe Etats islamique. A Mossoul, la bataille fait désormais rage dans la partie Ouest de la ville. Dans les zones libérées de la plaine de Ninive, les habitants reviennent très progressivement, à Qaraqosh en particulier, et dans leurs villages. Et parmi eux les chrétiens–chaldéens, syriaques catholiques et orthodoxes, membres des Eglises arméniennes. Des chrétiens d’Irak qui sont entrés eux aussi, depuis dimanche dernier, en Carême.

Interview de Mgr Sako pour évoquer le quotidien des chrétiens d’Irak :

Les coptes, cibles de Daech

© AFP PHOTO / STRINGER
© AFP PHOTO / STRINGER

Installées en cercle dans un jardin verdoyant, le vent du Nil caressant leurs visages, quatre femmes vêtues de noir jouissent de la douceur d’Ismaïlia, ville située sur les rives du canal de Suez, dans le nord-est de l’Égypte, ce dimanche 26 février. Comme plus d’une centaine d’autres familles menacées par l’État islamique, ces chrétiennes ont quitté précipitamment El-Arish, dans le Nord-Sinaï, près de la frontière avec Gaza. Depuis 2013, l’armée égyptienne tente péniblement d’anéantir les militants lourdement armés, à commencer par Province du Sinaï, un groupe qui a prêté allégeance à Daech en novembre 2014.

Les quatre femmes entourent Nabila Fawzy, le regard lourd sous son khôl, qui souligne ostensiblement ses paupières. Le double assassinat sauvage qui a emporté son mari et son fils, quelques jours plus tôt, a fait la une de la presse égyptienne, amorçant un débat public sur le sort des chrétiens du Nord-Sinaï, dont sept ont été exécutés au cours du mois dernier.

Lire la suite sur le site de La Vie

Le dîner annuel du CRIF dédié aux Chrétiens d’Orient

CRIFDans le Figaro :

Pour la 32e année consécutive, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) tient son dîner de charité mercredi soir à l’hôtel Pullman à Montparnasse, où sont attendus les principaux candidats à la présidentielle. Cette année le dîner du CRIF est dédié aux Chrétiens d’orient, «en témoignage de solidarité». C’est le premier dîner de Francis Kalifat en tant que président du Crif. Le président de la République François Hollande y sera présent. Selon nos informations , parmi les candidats à la présidentielle, sont attendus François Fillon et Benoît Hamon…

 

 

Désormais, c’est aux chrétiens de choisir librement ce qu’ils souhaitent faire.

Monseigneur Pascal Gollnisch
Monseigneur Pascal Gollnisch – Photo PND

Mgr Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient, est interviewé dans Paris Notre-Dame :

Vous revenez tout juste d’Irak, après avoir passé dix jours, fin janvier, dans la plaine de Ninive, au nord du pays. Pourquoi ce voyage ?

Voilà deux ans que les chrétiens ont été chassés de ces villages par les troupes de Daesh. Grâce à la coalition et à son appui aérien, et grâce aux troupes irakiennes et kurdes au sol, ces villages ont pu être progressivement repris depuis octobre. Mais ces zones restent des zones de guerre et sont sous contrôle militaire. […]

Beaucoup d’habitants sont revenus rapidement pour revoir leur maison. Or, devant l’ampleur des destructions, certains se posent la question : que faut-il faire ? Quitter l’Irak ? Reconstruire ? Il y a quelques années, c’étaient les anciens qui s’accrochaient à leur maison et à leur terre. Les jeunes, eux, voulaient partir. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Quand les anciens ont vu leur maison détruite, ils se sont dit : « Assez ! » Mais pour les jeunes, plus question de partir dans ces conditions. On sent donc une réelle hésitation au sein de la population. […]

Désormais, c’est aux chrétiens de choisir librement ce qu’ils souhaitent faire, et pour cela, il faut qu’ils aient tous les éléments pour décider. Mais qu’ils restent ou qu’ils partent, nous sommes à leurs côtés.

La Jordanie, un havre de paix pour les chrétiens

Capture« Les chrétiens revendiquent vivement leur appartenance arabe. Présents depuis des millénaires sur le sol jordanien, ils constituent le socle de la société au même titre que les musulmans, avec qui ils partagent une histoire, un combat commun pour la cause palestinienne, ainsi que la majorité des coutumes culturelles et sociales. Comme l’exprimait le roi Abdallah II, dans un discours au Parlement Européen en mars 2015, ‘les chrétiens arabes font partie intégrante du passé, du présent et du futur de notre région' ».

Lire plus sur Aleteia

Trump ne rend pas service aux Chrétiens d’Orient

Trump ne rend pas service aux chrétiens d'orientDans un article du 30 janvier sur Terrasanta.net : « Toute politique d’accueil qui discrimine les persécutés et les souffrants sur base religieuse finit par nuire aux chrétiens d’Orient ». Ces mots prononcés avec force sont ceux du Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël Ier Sako. Ils sont une réaction directe aux propos tenus par le président Trump lui même en plein affaire du #banmuslim, bannissement des musulmans en provenance de sept pays.

En effet, Donald Trump a clairement fait mention de ceux qu’il entendait bannir, quant aux chrétiens c’est dans une interview donnée au Christian Broadcasting Network le même jour que le nouveau locataire de la Maison blanche les nommait, expliquant qu’il allait « les aider » en leur donnant la priorité pour entrer sur le sol américain.

C’est « un piège pour les chrétiens du Proche-Orient » estime Mgr Sako. Un piège en tous les cas pour les Chrétiens d’Orient qui entendent, malgré les persécutions et les guerres, rester dans cette région où le christianisme est né. Cette politique poursuit Mgr Sako « fournit des arguments à toutes les propagandes et à tous les préjudices qui attaquent les communautés autochtones du Proche-Orient en tant que corps étrangers et groupes soutenus et défendus par les puissances occidentales. »Lire la suite

L’Œuvre d’Orient lance un pôle Jeunes

logoL’Œuvre d’Orient ouvre un pôle Jeunes, permettant à des jeunes de 20 à 30 ans de se mettre au service des Eglises d’Orient, pour une mission longue ou pour un séjour de sensibilisation, le tout dans le cadre d’une vraie démarche ecclésiale.

« Nous souhaitons envoyer des catholiques engagés, qui représenteront l’Œuvre d’Orient sur place : dans leur manière d’être et de faire, ils doivent être vraiment au service des Églises locales » a précisé l’Oeuvre à La Croix.

A titre d’exemple, rapporte La Croix,

En Irak, le besoin de psychologues spécialisés dans le traitement du stress post-traumatique se fait déjà sentir. Des volontaires pourraient également aider à la reconstruction de Qaraqosh en tenant une « banque d’outillage, sorte de Kiloutou local », ou en mettant en place du microcrédit. Dirigée depuis un an par Églantine Gabaix-Hialé dont le contrat prendra fin en mars, la radio chrétienne Salam, à Erbil, cherche aussi un volontaire arabophone pour prendre sa suite. En Ukraine, des centres accueillant des personnes handicapées ont également manifesté leur intérêt, ainsi que des écoles tenues par des sœurs en Égypte.

Toutes les précisions sur la page dédiée de L’Œuvre d’Orient : Jeune, je m’engage.

La condition des chrétiens dans le monde

capture« Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, un livre accusatoire de 800 pages écrit par plus de soixante-dix contributeurs français et étrangers, historiens, experts, journalistes, religieux, représentants d’ONG, est paru en France aux éditions XO le 23 octobre. Il est déjà en voie de traduction dans de nombreux pays et appelé à un grand retentissement. Ce document sans précédent, bourré de chiffres, de témoignages et d’analyses, est accablant.

Selon le recensement établi par ses auteurs, de 150 à 200 millions de chrétiens sont actuellement discriminés dans environ 140 pays et la religion chrétienne serait la plus persécutée au monde ».

Sous la direction de Timothy Radcliffe, Andrea Riccardi et Jean-Michel di Falco

Chrétiens d’Iran

capture‘La présence chrétienne dans ce pays d’Iran remonte au IIe siècle’, lorsque la population a été évangélisée par saint Thomas, explique l’archevêque Ramzi Garmou. Autrefois forte de dizaines de millions de membres, la communauté chrétienne est aujourd’hui minuscule. ‘La force de l’Église ne dépend pas du nombre de ses fidèles, mais de la foi qu’ils montrent dans leur vie quotidienne’, explique le religieux.

Lire plus dans L’Orient-Le Jour…

Quand Matignon fait de la DSE

bernard-cazeneuve-remis-cadeaux-enfants-chretiens-dorient-refugies-france-matignon-mercredi-22-decembre-2016_0_730_485 C’est un instant symbolique des plus intéressants. Mercredi 22 décembre, des chrétiens d’Orient réfugiés en France étaient invités à Matignon pour la soirée de Noël, accueillis par un discours de Bernard Cazeneuve. L’événement mérite d’être analysé pour ce qu’il dit du lien entre religion et politique, au-delà même du message exprimé sur la protection des chrétiens d’Orient et des minorités d’Irak.

Il établit d’abord un lien entre Noël et le message de l’Eglise sur l’accueil des réfugiés. Doit-on rappeler que Marie et Joseph eux-mêmes ont été réfugiés en Egypte et à la recherche d’un refuge le soir de Noël ? Noël n’est pas une simple fête culturelle, commerciale et familiale : le geste témoigne du fait qu’il y a quelque chose de plus profond à tirer de cet événement. Bernard Cazeneuve l’a déclaré à cette occasion : Noël

« est un moment spirituel, de recueillement, ce n’est pas uniquement les cadeaux, c’est une fête qui conduit à prier, quand on est croyant, une fête qui a un sens profond »

Le second message concerne la place de la religion dans notre société : l’affirmation que la République peut accueillir en son sein les religions sans vouloir les dissimuler dans un univers commun neutre voire hostile. Ce message a été parfaitement exprimé par le P. Sabri Anar, curé de la paroisse chaldéenne Saint-Thomas, à Sarcelles, qui conduisait le groupe à Matignon. Selon ses propos rapportés par la Croix, il voit dans la réception à Matignon un « encouragement » et un « symbole » :

« Il est important pour nous de pouvoir se retrouver au cœur de la République »

Le quinquennat qui s’achève aurait eu besoin de bien des gestes de cet ordre pour réconcilier certains chrétiens avec la République.

Source photo

Voyage à Erbil

capture

« Du 7 au 9 décembre, une délégation lyonnaise se rend à Erbil, au Kurdistan irakien, auprès des populations déplacées, dans le cadre du jumelage Lyon-Mossoul, pour inaugurer le centre médical Mère Enfant Pauline-Marie Jaricot.

Un temps de prière mariale sera organisé le 8 décembre, jour de l’Immaculée-Conception, dans le camp de réfugiés d’Ashti à Ainkawa qui accueille près de 5000 personnes de la plaine de Ninive, en écho aux fêtes lyonnaises à Notre-Dame de Fourvière ».

Voir plus…

Faisons briller l’espérance !

captureLettre de Mgr Gollnish, directeur de l’Œuvre d’Orient :

« La tâche est immense ! Des dizaines de milliers de familles sont en plein désarroi, nous avons besoin de votre soutien pour faire grandir notre action.

Alors qu’ils ont survécu aux balles, aux bombes, à l’errance… nous ne pouvons pas abandonner aujourd’hui les chrétiens d’Irak et de Syrie. Mobilisons-nous. Soyons plus que jamais à leurs côtés ».

Voir plus…