J’ai fait la connaissance de Dieu en Afrique

Mgr Alain de Raemy a remis le 26 juin 2018, à Lausanne, le Prix Good News à Emmanuel Tagnard et Aline Bachofner de RTSreligion pour leur émission de télévision Faut pas Croire consacrée à Lotti Latrous :

Lotti Latrous, personnalité suisse de l’année 2004, a changé sa vie de femme privilégiée pour aider les plus pauvres. Épouse d’un directeur de Nestlé, elle a goûté quelques années la vie luxueuse des expatriés. Installée avec sa famille en Côte d’ivoire, elle a découvert la réalité des bidonvilles d’Abidjan. Plutôt que de rester passive, elle a fondé en 1999 son propre dispensaire pour venir en aide aux plus démunis.

L’ennemi du pê[é]cheur, c’est le désespoir

Petite vidéo d’un pêcheur sur lac suisse (cath.ch)…

« Pêcheur professionnel, Denis Junod navigue souvent en solitaire. Mais dans la nature, ce Neuchâtelois ne se sent jamais seul. Telle est la foi d’un “croyant à vagues”: tantôt bercé par le doute de saint Thomas, tantôt sûr que Dieu se trouve en tout et partout ».

4258 adultes baptisés dans la nuit de Pâques

« Plus de 50% des baptisés de cette année proviennent de familles chrétiennes. Ce chiffre est en légère diminution par rapport à l’année dernière (-3%). Les baptisés déclarant ne provenir d’aucune tradition religieuse est en forte hausse: + 13% par rapport à l’année dernière et + 35% sur dix ans ».

Sur cath.ch

Les Juifs et le Messie

« Aujourd’hui, le messie ne joue pratiquement aucun rôle dans la vie religieuse des juifs. Au sein de la communauté juive, il n’en est presque jamais question, à part dans quelques prières. C’est seulement si on nous interroge à ce sujet – comme vous le faites maintenant – qu’il nous vient à l’esprit. Un de mes amis, qui est rabbin à Londres, m’a dit un jour : ‘Si les chrétiens ne nous posaient pas sans cesse la question, nous aurions probablement oublié depuis longtemps le mot messie' ».

Et les chrétiens, en ce temps de préparation à Noël ?
Attendent-ils, eux aussi, le Messie, le Sauveur, ou bien… n’est-ce qu’une fête de plus ?

Sur cath.ch, entretien avec Annette Böckler

Christiane Rancé, Prix Humanisme chrétien 2017

« Le Prix Humanisme chrétien 2017 a été attribué à Christiane Rancé, journaliste, éditrice et écrivain, pour son ouvrage En pleine lumière – Carnets spirituels paru aux éditions Albin Michel. Il sera remis le 17 novembre prochain à Paris.

Ce que l’auteur dénomme Carnets spirituels est une longue et rafraîchissante méditation sur la beauté du monde,toujours offerte à nos regards, mais que nous ne savons plus voir dans un monde de plus en plus virtuel ».

Lire sur cath.ch

« Nouvelle étape » dans les relations entre Rome et Moscou

« La rencontre entre le cardinal Parolin et le patriarche Cyrille, au monastère Danilovski à Moscou, est “une rencontre œcuménique hautement symbolique qui témoigne du dégel dans les relations entre le Vatican et le patriarcat orthodoxe de Moscou”, souligne la radio du pape. Le patriarche Cyrille parle d’une nouvelle étape dans les relations entre Rome et Moscou.

Le pape François avait demandé à son secrétaire d’Etat, avant son départ, de saluer son “frère Cyrille, patriarche de Moscou et de toutes les Russies”. C’est ce qu’a fait le cardinal Parolin en arrivant à la résidence du patriarche dans la capitale russe. La réponse est arrivée avec le sourire, en italien grazie, merci, a dit le patriarche. Mais outre les politesses, la rencontre a été riche.

Lire sur cath.ch

Reste avec nous Seigneur, car il se fait tard

Capture« Henri Grouès est né à Lyon le 5 août 1912 dans une famille bourgeoise aisée et pieuse: Son père est directeur des Fonderies du Rhône. Il est le cinquième de huit enfants. En 1925, il entre chez les scouts, ce qui comptera beaucoup dans sa formation humaine. A 19 ans, il décide d’entrer chez les capucins. Devenu Frère Philippe, il passe sept ans dans un monastère cloîtré, avant d’en sortir pour des raisons de santé. Ordonné prêtre en 1938, il rejoint, en 1939, le diocèse de Grenoble. Pendant la guerre, il vit la mobilisation comme sous-officier dans l’armée française. Il entre dans la clandestinité, participe à la Résistance contre l’occupation nazie dès 1942, dans les maquis de la Chartreuse et du Vercors, C’est à ce moment qu’il prend le pseudonyme d’Abbé Pierre pour éviter de se faire repérer par la police de Vichy et la gestapo. En mai 1944, il franchit clandestinement les Pyrénées pour rejoindre le général de Gaulle en Algérie… »

Lire plus dans Cath.ch