On a dit qu’il s’était sacrifié, c’est tout l’inverse

Entretien avec Sonia Mabrouk, à l’occasion de la sortie de son roman sur les enfants français du djihad, Dans son cœur sommeille la vengeance :

Pour Houellebecq, Michel Onfray, et d’autres, c’est la fin programmée de la civilisation judéo-chrétienne. Je pense que les valeurs de cette civilisation ne sont pas sa faiblesse, son talon d’Achille, mais sa force. Un exemple concret : Arnaud Beltrame. On a dit qu’il s’était sacrifié. C’est tout l’inverse. C’est une véritable mission, une mission de vie. Il a opposé au terrorisme un vrai projet, un projet de spiritualité. Le Général de Gaulle disait : « Quand nous mourons, nous allons vers la vie ». Je pense que c’est ce qu’a fait Arnaud Beltrame. Il a puisé dans ses valeurs chrétiennes.

Qu’est-ce que l’honneur ?

Belle réflexion de Philippe de Saint-Germain sur cette vertu. D’un autre temps ?

Qu’est-ce que l’honneur ? Une vertu qui paraît bien désuète aujourd’hui, ou décalée. Les scouts aussi ont le sens de l’honneur : ‘Je mets mon honneur à mériter confiance’. Mais qui d’autre ? Les politiques impliqués dans une affaire judiciaire se souviennent de leur honneur. S’agit-il donc seulement de réputation ? Ou d’une motion intérieure qui justifie ses choix et ses actions ? Mais dans ce cas, selon quel système de valeurs, quelle définition du bien et du mal ? L’honneur de l’un peut-il être contraire à l’honneur de l’autre ?

Oui, par sa mort il a vaincu le mal

La grandeur crée la grandeur ! Très beau billet de Koztoujours !

« Arnaud Beltrame a porté le plus beau visage de la France. Oui, par sa mort, il a vaincu le mal, comme l’a dit Jean-Luc Mélenchon, dans une formule que les chrétiens auront bien entendue. Non que ce mal, l’islamisme rampant qu’a visé le Président de la République, ne rôde plus. Il est là pour longtemps. Mais Arnaud Beltrame l’a recouvert du manteau du Bien, il lui a imposé le silence ».

J’ai écrit douze fois des éditoriaux pour Pâques. Ce treizième est différent.

Déchirant et espérant éditorial de Jean-Pierre Denis dans La Vie :

« Ce que je retiendrai, après avoir raccroché, ce sont moins les mots de Marielle Beltrame que ses longs silences, qui expriment l’indicible. J’ai écrit douze fois des éditoriaux pour Pâques. Ce treizième est différent. Je n’ai pas le sentiment de le rédiger, mais de l’accueillir, de le recueillir dans ces silences. Comme le geste de la femme versant le flacon d’albâtre sur la tête du Christ à la veille de la Passion exprime plus que tant de mots. ‘Un parfum très pur et de grande valeur’, note l’Évangile de Marc, entendu le dimanche des Rameaux, au lendemain de la mort du colonel ».

Un témoignage de vie et de foi

« C’est au hasard d’une rencontre lors d’une visite de notre abbaye, Monument Historique, que je fais connaissance avec le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame et Marielle, avec laquelle il vient de se marier civilement le 27 août 2016. Nous sympathisons très vite et ils m’ont demandé de les préparer au mariage religieux que je devais célébrer près de Vannes le 9 juin prochain. Nous avons donc passé de nombreuses heures à travailler les fondamentaux de la vie conjugale depuis près de 2 ans. Je venais de bénir leur maison le 16 décembre et nous finalisions leur dossier canonique de mariage. La très belle déclaration d’intention d’Arnaud m’est parvenue 4 jours avant sa mort héroïque.

Ce jeune couple venait régulièrement à l’abbaye participer aux messes, offices et aux enseignements, en particulier à un groupe de foyers, Notre-Dame de Cana. Ils faisaient partie de l’équipe de Narbonne. Ils sont venus encore dimanche dernier.
Intelligent, sportif, volubile et entraînant, Arnaud parlait volontiers de sa conversion. Né dans une famille peu pratiquante, il a vécu une authentique conversion vers 2008, à près de 33 ans. » … Continuez à lire le très témoignage du prêtre qui a accompagné Arnaud Beltrame dans ses derniers moments par ici. Il nous livre ansi un très beau témoignage de foi sur cet homme qui a offert le témoignage de sa vie.

Il n’y a pas de plus grand amour…