L’ombre d’un doute

Interrogations et certitude d’Antoine Pasquier à propos de Vincent Lambert :

Personne ne sait quelles seront les conclusions des trois médecins nommés par le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne pour examiner l’état clinique de Vincent Lambert . Le juge a en tout cas été saisi d’un doute au point de commander cette nouvelle expertise, après celle du Conseil d’État en 2014. Qui d’entre nous ne le serait pas devant une affaire aussi complexe, sur le plan tant médical qu’éthique ?

Un catholique peut-il diaboliser un projet, ou un candidat ?

« Diaboliser un programme ou un projet, oui totalement ! Et l’Église ne s’est jamais gênée de le faire face aux grandes idéologies. Un projet peut être idéologique et intrinsèquement pervers en s’appuyant sur une anthropologie – le pape Benoît XVI a souvent insisté dessus – sectaire ou sur une anthropologie fermée à la valeur transcendante de la personne humaine. Tout programme, si c’est vraiment un programme cohérent, repose sur une certaine conception de l’Homme et de la société, sinon c’est une succession de promesses pour récupérer un électorat.

En revanche, on ne peut jamais diaboliser une personne. Une personne peut changer, elle peut regretter son projet ou ne pas l’appliquer. Il ne faut pas diaboliser les personnes, en sachant qu’il y a chez les hommes politiques un sens du service et de l’abnégation ».

Mgr Ravel sur famillechretienne.fr