Une femme qui ne fut que « OUI » (Questions pour l’Evangile de la Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie)

En ce 8 décembre, fête de l‘Immaculée Conception de Marie, l’ange Gabriel vient annoncer une bonne nouvelle à Marie (Luc 1, 26-38). La prophétie d’Isaïe au roi Acaz, le signe, va s’accomplir : « la jeune femme est enceinte, elle enfantera un fils et on l’appellera Emmanuel. » (Is 7, 10-16) Ce qui n’était qu’une parole va devenir réel. La Parole de Dieu va devenir être humain en Marie. Dieu a envoyé son messager des grandes nouvelles pour le lui proposer. Et en toute liberté, elle a accepté pour notre plus grande joie.

Voici quelques questions pour l’Evangile de cette fête :
– Comment est-ce que je salue quelqu’un?
– Comment est-ce que j’entre dans le projet d’un autre? de Dieu?

Lire la suite

L’Annonciation (très largement) revisitée….

Certains connaissent peut-être le compte twitter « Web History Pics » revisitant de manière décapée les oeuvres d’art pour les incarner dans une modernité assez décalée.

C’est souvent déconn*** détonant, il faut bien l’avouer. Et, ce soir, ils se sont lancés dans un vaste « thread », c’est-à-dire un fil de discussion à dérouler sur twitter à partir d’images de l’Annonciation.

Lire la suite

Marie dit à l’ange : ‘Écoute, je ne sais pas, reviens demain’

« Hier, c’était à la fois la fête de l’annonciation et la journée de la procrastination.

J’ai trouvé la coïncidence amusante :

D’un côté, celle qui a dit oui tout de suite.

De l’autre, cette fâcheuse tendance à reporter à demain ou encore à plus tard sans fin.

Mon esprit facétieux s’est imaginé en une saynète ce qui se serait passé si Marie avait dit à l’ange : ‘écoute, je ne sais pas, reviens demain’. Dieu l’aurait-il aimé moins ?

Lire sur zabou-the-terrible.fr

Aujourd’hui, faisons un peu trêve aux sévères pensées du Carême…

« Aujourd’hui, faisons un peu trêve aux sévères pensées du Carême pour fêter l’Archange Gabriel; plus tard, Michel. Raphaël et l’immense armée de nos célestes Gardiens recevront nos hommages ; mais il était juste que Gabriel fût salué de nos acclamations en ce jour. Encore une semaine, et nous le verrons descendre sur la terre comme le céleste ambassadeur de la glorieuse Trinité près de la plus pure des vierges : c’est donc avec raison que les enfants de l’Eglise se recommandent à lui pour apprendre à célébrer dignement le mystère ineffable dont il fut ici-bas le messager ».

Dom Guéranger sur abbaye-saint-benoit.ch