Correction filiale : où se trouve vraiment le non respect de la Tradition ?

Une interview claire et nette à lire dans Famille Chrétienne, du père Thomas Michelet op., professeur à l’Angelicum, l’Université Pontificale Saint-Thomas d’Aquin à Rome. Où il ressort que les auteurs de la récente « Correction filiale » adressée au Pape n’ont pas été… très inspirés : « On prête au pape des propos qu’il n’a pas tenu ; ou s’il l’avait fait, on n’en donne pas les sources, ce qui ne permet pas de les vérifier. On est très deçà du minimum requis pour un travail universitaire ou journalistique. Ce n’est pas sérieux. ».

Lire la suite

« Entre Jérusalem et Rome » : un nouveau document remis au Pape par une délégation rabbinique

Lu sur Radio Vatican : Le Pape François a reçu ce jeudi au Vatican une délégation de rabbins, membres de la conférence des rabbins d’Europe, du conseil rabbinique d’Amérique et du grand Rabbinat d’Israël. Ils sont venus à Rome pour une rencontre avec la commission du Saint-Siège pour les rapports religieux avec le judaïsme. A cette occasion, ils ont remis au Pape un nouveau document intitulé Entre Jérusalem et Rome, fruit de leur travail. […]

«C’est un texte qui rend un hommage particulier à la déclaration conciliaire Nostra Aetate, dont le quatrième chapitre constitue pour nous la grande charte du dialogue avec le monde juif », a expliqué François. La mise à jour progressive de Nostra Aetate a permis à nos rapports de devenir toujours plus amicaux et fraternels. […]

«  Votre document s’adresse aux catholiques en les considérant comme des partenaires, des alliés, des amis et des frères dans la recherche commune d’un monde meilleur qui puisse apprécier la paix, la justice sociale et la sécurité », a précisé François. Le Pape a particulièrement insisté sur un des points du texte, à savoir l’affirmation selon laquelle les religions doivent utiliser le comportement moral et l’éducation religieuse pour être capable d’influencer et d’inspirer, à l’opposé de la guerre, la coercition ou la pression sociale.

Lire l’article en entier…

L’évangile selon Charlie (sic)

L’édito du dernier numéro de Charlie Hebdo revient sur la récente une polémique sous-titrée « Islam, religion de paix.. éternelle ! ». Riss y proteste contre l’interdiction implicite faite désormais, sous forme d’injonction sociale, de ne surtout pas critiquer l’Islam, par peur d’être traité d’islamophobe, par peur des représailles, ou parfois juste simplement par peur de penser.

Lire la suite

Facebook attaque les auteurs de Fake News au porte-monnaie

Lu sur ZDNet.fr : Relais principal des fausses informations, Facebook tente de juguler le phénomène qui parasite notamment les élections dans plusieurs pays. Il y a quelques mois, le géant lançait son outil de fact-checking. Ce dernier s’articule autour de 4 axes : faciliter les signalements par les utilisateurs, travailler avec des organisations tierces compétentes dans la vérification des informations, indiquer au grand public les informations contestées, limiter les gains financiers pour les auteurs de fausses informations. Aujourd’hui, le roi des réseaux sociaux se penche sur ce dernier levier. Car propager de fausses informations n’est toutefois pas une fin en soi. L’activité se révèle en effet lucrative. Le réseau social promet d’attaquer les auteurs de ces intox au porte-monnaie en limitant leurs gains financiers. Lire la suite…

Voilà qui va dans le sens d’une communication constructive. Bonne nouvelle !

Un commentaire de l’évangile du jour

L’évangile d’aujourd’hui (Mt 23,27-32) nous donne à entendre la condamnation par Jésus des hypocrites qui ont au-dehors l’apparence de justes, mais sont à l’intérieur plein d’iniquité. Si plus tôt dans le même évangile nous entendons Jésus dire que l’on reconnait le faux prophète comme un arbre à ses fruits (Mt 7,15-16), encore faut-il ne pas se tromper sur les fruits en question. L’on peut réellement pratiquer la justice, de façon admirable, mais d’un coeur impur.

C’est ce qu’enseigne Basile le Grand dans son traité sur le baptême (vers 371-375 de notre ère) 1 :Lire la suite

Notes:

  1. Basile de Césarée, Sur le Baptême, SC 357, éd. Cerf, Paris, 1989, p. 181-182.

L’accueil des migrants, une affaire de Pape ?

Le message du pape François pour la journée mondiale du migrant et du réfugié 2018 publié le 15 août dernier a fait se déchaîner bien des passions sur la toile. A ceux qui y sont allés de leurs remarques désobligeantes, parfois très virulentes, le père Laurent Stalla-Bourdillon, directeur du Service Pastoral d’Etudes Politiques et aumônier des parlementaires, répond de façon magistrale dans un billet de blog sur La Vie. Extrait :Lire la suite

Independence Day, Trump et les médias

Parce qu’il est des façons bien plus dangereuses de stigmatiser les médias que de leur refuser une interview, Koz publie un nouveau billet sur les élucubrations populistes d’un Donald Trump, suscitant ni plus ni moins que des élans de violence physique à l’égard d’une classe journalistique qu’il exècre. Koz rappelle d’abord très justement, au sujet des journalistes que, « entre ceux qui, à Mossoul, viennent de perdre la vie pour nous informer, et ceux qui avilissent leur profession, il y a toute la cohorte de ceux qui veulent informer loyalement. »

Lire la suite

Pensée complexe et communication directe

Une partie de la presse n’a manifestement pas apprécié la justification de l’Elysée de rompre avec la traditionnelle interview du chef de l’état le 14 juillet : « la « pensée complexe » du président se prête mal au jeu des questions-réponses avec des journalistes » selon une source de l’entourage présidentiel dont le Monde s’est fait l’écho. De Thomas Vampouille pour Marianne à Daniel Schneidermann pour Libération, la pilule a du mal à passer. Dès lors, il n’en fallait pas plus pour moquer le verbe et la pensée complexe du président, et les commentaires de son discours devant les parlementaires à Versailles hier n’ont pas été en reste.

Lire la suite

Au souffle de « l’esprit Macron » ?

La Vie publiait le 22 juin un billet d’Anne Soupa : « Et si l’Eglise s’essayait à la méthode Macron ? ». « L’Église, par exemple, tirerait-elle profit de ces aspirations essentielles : refus des clivages partisans, mise à l’écart de structures obsolètes afin de libérer les potentialités empêchées, préjugé du bien plutôt que du mal, désir de dialogue et refus de la polémique et enfin assomption du principe de compétence ? Le tout avec « en même temps » audace et prudence. », questionne ainsi l’auteure.

Lire la suite

François Ruffin veut être un député payé au SMIC

A l’issue de son élection comme député de la 1ère circonscription de la Somme, le journaiste François Ruffin, rédacteur en chef de la revue Fakir, césarisé pour son documentaire Merci Patron !, a d’ores et déjà déclaré que, comme député, il serait payé au SMIC (1.480,27 euros brut) : pour cela, il reversera les quatre autres cinquième de son indemnité parlementaire « à des œuvres, vraisemblablement ».

Excommunication pour corruption et appartenance à la mafia

Le 15 juin dernier s’est tenu au Vatican le premier sommet international contre la corruption, organisé par le dicastère pour le service du développement humain intégral […] «Nous avons pensé cette rencontre pour faire front à un phénomène qui piétine la dignité humaine» a rappelé le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère pour le service du développement humain intégral. […]

Lire la suite

« Ni repli identitaire, ni effacement. Être chrétien aujourd’hui »

Comment les chrétiens peuvent-ils s’engager au nom de leur foi sans subir de récupérations idéologiques ? Les chrétiens ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde moderne qui depuis longtemps ne les attend plus ?

Les Bernardins ont organisé un « Mardi » à cette question, avec la Communauté chrétienne de l’Essec. La table-ronde réunissait Noëlle Benoist, présidente de ladite communauté, Philippe d’Iribarne (ethnologue, socilogue, directeur de recherce au CNRS et notamment auteur de Chrétiens et modernes, Gallimard, 2016), Thierry Bizot (Producteur de télévision, et auteur entre autres livres de Catholique anonyme, Points, 2009), ainsi que Erwan Le Morhedec (Avocat, blogueur et auteur notamment de Identitaire, le mauvais génie du christianisme, Editions du Cerf, 2017).

Le débat disponible en vidéo ci-dessus, sur le site du Collège des Bernardins,ainsi que sur le site de France Culture.

Le jeûne provoquerait la régénération des cellules souches…

… et aiderait à lutter contre le cancer.  C’est ce qui a été établi par des scientifiques, et ce n’est pas nouveau, puisque la publication de l’étude date de 2014. Mais il est bon de le rappeler, même si – chrétiens – nous sommes déjà loin du carême (dont la vocation première n’est de toute façon pas la thérapie physiologique du jeûneur). Les résultats de l’étude sont surprenants:

Lire la suite

Le message évangélique n’est pas « écrit » ni dicté par Dieu

Jean-Claude Guillebaud nous fait le plaisir de partager dans La Vie un fruit de ses échanges avec le théologien Maurice Bellet. Extrait :

Le message évangélique n’est pas « écrit » ni dicté par Dieu, mais annoncé par Jésus et transcrit tant bien que mal par les évangélistes. […]  Cela signifie qu’on ne peut pas se conformer de manière rigide au texte, ni lui obéir. Il s’agit de s’en inspirer, ce qui est bien plus riche, plus vivant. À la différence d’un texte, une parole n’est jamais séparée de la vie, « dans le mouvement infini de la parole et de l’écoute » (Maurice ­Bellet). Elle s’adresse à l’autre, suscite l’échange, la discussion, la relation. Gardons ici en tête le premier verset de l’Évangile de Jean : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. » Pour cette raison, l’Évangile n’est pas un livre qui aurait été interprété une fois pour toutes. Ce n’est pas un savoir intellectuel, ni une érudition intimidante. Il est vivant, comme toute expérience humaine. […]

A lire dans La Vie.

Présidentielle : les responsables d’Églises de Lyon s’engagent

C’est une déclaration œcuménique que cosigne Mgr Barbarin, cardinal archevêque de Lyon.

Extrait : « Cette situation d’une ampleur inédite n’est pas sans risque car nous ne pouvons pas considérer comme anodine la présence au second tour d’un parti qui, historiquement a toujours été porteur d’un discours nationaliste dangereux dont la mise en œuvre serait désastreuse. Nous croyons que l’Évangile que nous avons reçu et que nous essayons de vivre, nous engage sans cesse à être des « artisans de paix », des « affamés et assoiffés de justice ». C’est pourquoi aujourd’hui nous tenons à rappeler ensemble que nous sommes et nous serons toujours clairement engagés pour que reculent les discriminations, les inégalités, la violence, la xénophobie et toutes les paroles de haine qui fracturent notre société. »

Lire l’intégralité du communiqué…

Mgr Wintzer interrogé sur sa prise de position contre Le Pen

Comme nous l’avions déjà relayé, Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers, s’était exprimé dans le journal La Croix pour dire pourquoi il ne voterait pas Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Interrogé dans le quotidien local Centre Presse, il réaffirme sa position – voter E. Macron – et assume sa prise de parole dans le débat :

« Je le fais à titre personnel ; je n’engage pas le diocèse de Poitiers ni l’Eglise catholique. Le fait d’être évêque donne une capacité à s’exprimer et il faut pouvoir l’utiliser lorsqu’on estime que son pays et la société sont confrontés à des choix. Or, il y a un choix que j’estime néfaste qui est celui du Front national. […] D’abord, mon propos n’est pas un message adressé aux seuls catholiques. Je ne le fais pas dans une homélie ou dans les bulletins diocésains. J’ai préféré une réflexion de raison qui permet plus de liberté dans la discussion plutôt qu’un argument moral. Une fois qu’on dit c’est bien ou c’est mal, ça risque de fermer le débat. »

Lire l’interview en intégralité…

Pour Mgr Berthet, voter c’est espérer

Suivant la ligne de la CEF, Mgr Berthet, évêque de Saint-Dié (Vosges) et récemment nommé Président du Conseil pour l’Unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme ne donne pas de consigne de vote. Il publie néanmoins un court communiqué quelques jours avec le second tour de l’élection présidentielle.

Extrait : « Dans les tout prochains scrutins, le simple fait de voter sera d’abord un refus du désabusement et du désengagement citoyen, un acte de foi dans la vitalité possible de notre démocratie. Mais notre espérance ne s’arrête pas là ; il me semble qu’elle peut s’incarner dans une confiance réaliste et créative en l’avenir de notre société. […] Nous devons refuser résolument de fermer notre porte à ceux qui ne savent plus où vivre, tout en maintenant fermement les exigences d’une vraie intégration. »

Et il conclut : « En tant que chrétien, pasteur et citoyen, j’ose poser ces actes d’espérance, en souhaitant qu’ils inspirent l’expression de notre devoir civique.« 

Lire le communiqué en intégralité…

Appel de la revue ESPRIT en faveur d’Emmanuel Macron

La revue Esprit, fondée en 1932 par Emmanuel Mounier, publie un appel sans ambiguïté pour un vote au second tour en faveur d’Emmanuel Macron, dont voici la conclusion :

La position d’Esprit est donc claire : pour la sauvegarde des libertés fondamentales, il importe, ce dimanche 7 mai, d’apporter massivement nos voix à Emmanuel Macron, et de ménager la plus large défaite possible à la candidate Marine Le Pen. Nous vivons un moment ou plutôt une épreuve historique : se comporter en simples spectateurs, sans engagement, serait le pire des comportements.

A lire en intégralité ici.

Evangiles et Actes, guide de lecture

Il y a sans doute mille et une façons de les lire, mais la méthode proposée par le père Christophe Raimbault, vicaire général du diocèse de Tours, et maître de conférences à l’Institut Catholique de Paris, va sans doute plaire à tous les groupes de lecture biblique. Pour eux, il vient d’écrire : « Evangiles et Actes, guide de lecture ». Il répond à quelques questions à propos de son livre, sur le site du diocèse de Tours.

Le prêt-à-penser néolibéral

Dans son bloc-note sur La Vie, Jean-Claude Guillebaud nous présente brièvement un ouvrage qui vient de paraître aux éditions de l’Atelier : Reprendre le contrôle de la dette, par Lord Adair Turner.

Lord Adair Turner « fut longtemps le chef des « patrons » de Grande-Bretagne. L’équivalent outre-Manche de notre président du Medef, Pierre Gattaz. » Et c’est le jésuite Gaël Giraud, jésuite, économiste et docteur en mathématiques appliquées bien connu pour sa critique du modèle économique néolibéral, qui préface l’ouvrage ; un livre « explosif », selon Jean-Claude Guillebaud.Lire la suite

Le Christ, compagnon de galère

Au cours de la traditionnelle bénédiction Urbi et Orbi, le Pape François a particulièrement insisté sur le fait que la résurrection du Christ accomplit pleinement la libération de l’esclavage, dont la sortie des hébreux d’Egypte est le modèle. Revenant sur les différentes formes d’esclavage, du péché et de la mort, il a prié pour que le Christ ressuscité, le bon pasteur qui conduit ses brebis, à l’instar de Moïse au désert, soit un véritable compagnon pour tous ceux qui vivent de véritables tragédies humaines et sociales :Lire la suite

Le Sénevé, un centre pour personnes handicapées dans les ruines de Homs

A découvrir dans La Vie, ce reportage sur Le Sénevé, centre pour personnes handicapées de tous âges, qui a rouvert il y a deux ans dans le quartier chrétien de Homs en Syrie. Soutenu par l’OEuvre d’Orient, il est devenu le symbole d’une vie possible après la guerre.

« Ce n’est pas facile de vivre dans un quartier en ruine et encore presque vide, confie sœur Samia, mais nous avons voulu être un signe d’espérance pour les habitants. » Le centre, qui accueille de jeunes handicapés de toutes confessions, a effectivement de quoi redonner espoir tant il respire la bonté et la confiance.

Hiver rude, attentats, insécurité, pauvreté, le centre demeure envers et contre tout, comme une graine d’espérance et de vie : « Une quarantaine de personnes travaillent pour nous aujourd’hui. Ils dépendent de nous. Si nous partons, tous vont partir, s’exclame sœur Samia. Notre mission, aujourd’hui, c’est de faire continuer la vie ici. »

L’étude de la théologie, facteur de rapprochement oecuménique

Lu sur Radio Vatican : « Des cours de théologie catholique à la Faculté de théologie protestante de Genève : c’est l’initiative inédite qui a été lancée ce vendredi 3 mars 2017, proposée de concert par cette même Faculté et l’Eglise catholique romaine de Genève (ECR), rattachée au diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg. […] Cette initiative est une première à Genève, haut-lieu du calvinisme, et constitue, de l’avis de ses promoteurs, un pas œcuménique important. »

Ecouter l’entretien de Geoffroy de Clavière, responsable de la communication et du développement au sein de l’Eglise catholique de Genève, avec Radio Vatican :

Reportage sur le restaurant nantais « Le Reflet » au JT de TF1

Le Reflet. Nous avions déjà annoncé son ouverture fin 2016, ce restaurant extraordinaire emploie des personnes extraordinaires, toutes atteintes de trisomie 21. Alors on ne peut que se réjouir de la publicité faite à ce beau projet. Après un reportage sur France 2 fin décembre, c’était le JT de TF1 de dimanche soir qui y consacrait quelques belles images : « Et si finalement la plus grande différence était la bonne humeur et le tutoiement spontané ? »

 

Pape François : «C’est de la croix que germe l’espérance»

Lors de l’audience générale de ce mercredi, partant de la parabole évangélique du grain tombé en terre qui meurt pour germer et porter du fruit, le Pape François a médité sur le don d’amour que représente le passage par la croix d’où germe la véritable espérance. Ainsi « quiconque accepte de donner sa vie, est disponible et au service, vit à la manière de Dieu, est vainqueur, il se sauve et sauve  les autres, il devient graine d’espérance pour le monde. ». Ecouter le compte-rendu de Samuel Bleynie pour Radio Vatican :

La laverie du pape François

Depuis hier lundi 10 avril, la « Laverie du pape François » est entrée en fonction. Non, le pape n’a pas décidé de se lancer dans le business du pressing ou des laveries auto, quoique sa tenue soit à elle seule une magnifique publicité pour la lessive ! Alors de quoi s’agit-il ? « Il s’agit d’un service offert gratuitement aux personnes plus pauvres, en particulier à celles qui sont sans demeure fixe, qui pourront ainsi laver, sécher et repasser leurs vêtements et couvertures », indique un communiqué de l’Aumônerie apostolique traduit par l’agence Zenit.

Lire la suite

Des chrétiens syriens survivants de Daech témoignent

C’est un témoignage bouleversant que nous donne à lire Laurence Desjoyaux dans La Vie : « pendant plusieurs mois, voire plusieurs années pour certains, une poignée de chrétiens a vécu sous la coupe du groupe État islamique dans son bastion syrien de Raqqa. » A l’été 2014, Ruba, son époux Yousef et leurs enfants réussissent à fuir Raqqa, sous la domination des djihadistes depuis un an. Vanis y restera quant à lui jusqu’en 2016.

Ils ont détruit les croix de plusieurs églises et les ont remplacées par leur drapeau , se souvient Ruba. Ils ont brûlé des objets religieux et nous ont interdit d’y pratiquer notre foi. Nous devions prier uniquement dans nos maisons. Mais nous avons eu tellement peur que j’ai retiré tous les signes religieux visibles chez nous.

A partir de janvier 2014, les chrétiens de Raqqa doivent se soumettre aux règles de Daech : « On nous a demandé de nous convertir, de payer la djizia ou bien de partir. » Vanis, un chrétien arménien décidera de rester, jusqu’à être complètement ruiné. Il raconte :Lire la suite

Purification de la mémoire et action de l’Esprit Saint

Sur Radio Vatican : Le Pape François a reçu ce vendredi matin les participants à un colloque sur Martin Luther, organisé par le Comité pontifical des sciences historiques en cette année du cinquième centenaire de la Réforme luthérienne. Extrait de son discours :

Des approfondissements sérieux sur la figure de Luther, sur sa critique contre l’Église de son époque et la papauté, contribuent certainement à surmonter le climat de méfiance mutuelle et de rivalité qui depuis trop longtemps par le passé a caractérisé les relations entre catholiques et protestants.

Il est vrai qu’un tel colloque au Vatican étonne, comme l’a souligné le Pape François, en parlant plus spécifiquement dans son discours d’un « étonnement de la pensée ». L’étonnement de la pensée, le Pape François en bon théologien le sait bien, est un des signes de l’action de l’Esprit Saint « qui surmonte tous les obstacles et transforme les conflits en opportunités de croissance dans la communion », a-t-il précisé. Merci Seigneur !

François a estimé que le temps était venu d’une «purification de la mémoire» en rappelant qu’en tant que chrétiens, luthériens et catholiques sont «tous appelés à se libérer des préjugés contre la foi que d’autres professent avec un accent et un langage différents, à échanger mutuellement le pardon pour les péchés commis par nos pères, et à invoquer ensemble Dieu pour le don de la réconciliation et de l’unité».

La dissuasion nucléaire, c’est mal !

On le sait déjà, ça fait un peu redite, mais tout de même. Après tout, la pédagogie, c’est aussi la répétition : «La paix, dit le Pape François, ne peut être fondée sur la menace ». Dans un message adressé aux Nations Unies, le Pape François rappelle donc que la menace d’une destruction réciproque est contraire aux principes constituants des Nations Unies dont la mission primaire est la préservation de la paix. « Nous devons nous engager pour un monde sans armes nucléaires » assène-t-il dans un message aux Nations Unis, alors qu’une centaine de pays ont lancé lundi à l’ONU les discussions en vue d’un futur traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Sans surprise, le Saint Siège soutient donc, et avec ferveur, ce projet d’interdiction.

Radio Vatican précise néanmoins qu’au premier jour des négociations, on pouvait remarquer l’absence des principales puissances nucléaires, pas particulièrement favorables à la perspective d’un nouveau traité. Sans surprise, là aussi (sic). Mais – positivons – cela nous donne une excellente occasion d’invoquer dans la prière les anges gardiens des nations en question.

Ajoutons, à la suite du Pape François, une dernière évidence : le développement de l’armement nucléaire demande d’énormes investissements, alors que ces ressources pourraient largement être utilisées pour d’autres priorités plus significatives comme la promotion de la paix et le développement humain intégral.

Des responsables musulmans anglais à la rencontre du Pape

La rencontre, c’est le mot-clé, tant elle est constitutive du dialogue !

« Je pense que les personnes de foi ont beaucoup à offrir. Le dialogue entre personnes qui croient en Dieu crée un espace commun. Et c’est de ce point de vue un devoir pour les chefs religieux de se parler, de se rencontrer, d’explorer ensemble des solutions communes, d’affronter la question du credo religieux qui aboutit à l’extrémisme et à la violence. »

Ces propos, rapportés par l’agence Zenit, sont ceux du cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster, annonçant à la presse la visite privée de quatre responsables musulmans du Royaume-Uni au Pape François. Ce dernier les accueillera le 5 avril 2017, deux semaines après l’attentat de Westminster.

Et prévenant toute velléité de repli national, identitaire, précisément, le cardinal a bien souligné par ailleurs : « il est clair que ce qui s’est passé n’a rien à voir avec les frontières. Le terroriste était un homme né en Angleterre, qui avait grandi en Angleterre. Il a passé, il est vrai, une brève période en Arabie et il est devenu musulman. Mais il faut aussi dire que c’était un homme avec une longue histoire de violence. Il a été 5 ou 6 fois en prison, et ceux qui l’ont connu parlent d’un homme très en colère. Cet accident doit donc être regardé et interprété dans sa réalité ».