Paris fête sa sainte patronne

Geneviève soutenue par sa pieuse sollicitude veille sur la ville endormie, par Pierre Puvis de Chavannes, 1898, Panthéon (ex-église Ste-Geneviève)
Geneviève soutenue par sa pieuse sollicitude veille sur la ville endormie, par Pierre Puvis de Chavannes, 1898, Panthéon (ex-église Ste-Geneviève)

Les Parisiens fêtent aujourd’hui sainte Geneviève, patronne de la ville.

Du 3 au 11 janvier, à l’église St-Etienne-du-Mont où sont conservées les reliques de la sainte, une messe est célébrée chaque jour à 15h.

Geneviève est née vers 420, au village de Nanterre, de parents chrétiens, agriculteurs aisés. A 15 ans, elle obtint de l’évêque de Paris de se consacrer au Seigneur et reçut le voile des vierges. Elle avait une grande dévotion pour saint Denis et obtint la construction d’une basilique sur son tombeau. En 451, les armées d’Attila envahissent la France. Par sa prière, Geneviève persuade les Parisiens de ne pas fuir, car les Huns ne vont pas attaquer Paris. En effet, ils se dirigent vers Orléans et seront vaincus aux Champs Catalauniques. Geneviève est alors considérée comme la patronne et protectrice de Paris. Geneviève est souvent représentée en bergère, symboliquement elle guide son troupeau de Paris.

À partir de 481, Geneviève entretint de bonnes relations avec le roi Clovis et la reine Clotilde. Elle mourut vers 500. Clovis et Clotilde firent élever une église sur son tombeau, ce qui donna le nom à la colline “Mont sainte Geneviève”. Ses reliques étaient portées en procession lorsqu’un malheur menaçait Paris. Ses restes furent brûlés en place de Grève en 1793 par les révolutionnaires.

Et le 8 janvier, le diocèse de Nanterre organise un pèlerinage fluvial  la suite de Ste Geneviève.

Prêtres en burn-out

Depuis plusieurs jours, on voit passer l’information de la disparition d’un prêtre alsacien en Normandie

Le père Julien Berbett, 34 ans, s’est volatilisé. Sa carte bancaire n’est plus active depuis le 14 décembre, date à laquelle un dernier retrait a été effectué à Avranches (Manche). À la suite d’un burn-out (syndrome d’épuisement professionnel), ce prêtre alsacien avait quitté la paroisse de Bisel, cet été, pour prendre du recul en Normandie. Sa famille a lancé un avis de recherche.

Si vous avez une petite place dans vos prières pour ce prêtre, et pour ses confrères surchargés ou déséspérés…

39e Rencontre européenne de Taizé à Riga

Riga TaizéDu 28 décembre au 1er janvier, 15 000 jeunes sont attendus à Riga pour la 39e rencontre européenne organisée par la Communauté de Taizé. Le Pape François

 

Le Saint Père vous remercie d’avoir fait le choix de quitter vos divans pour vivre ce pèlerinage de confiance en réponse à l’appel de l’Esprit de Dieu.

Jeunes chrétiens orthodoxes, protestants et catholiques, avec ces journées vécues dans une réelle fraternité, vous manifestez votre désir d’être des protagonistes de l’histoire et de ne pas laisser les autres décider de votre avenir. Le Pape vous encourage à tenir ferme dans l’espérance en laissant le Seigneur habiter votre cœur et votre vie de chaque jour. Avec Jésus, cet ami fidèle qui ne déçoit jamais, vous pourrez parcourir le chemin de l’avenir dans la joie et déployer vos talents et vos capacités en vue du bien de tous.

De nos jours, beaucoup de personnes sont déconcertées, découragées par la violence, les injustices, la souffrance et les divisions. Elles ont l’impression que le mal est plus fort que tout. Aussi, le Pape François vous invite à manifester en paroles et en actes que le mal n’est pas le dernier mot de notre histoire. Car « voici venu le temps de la miséricorde pour tous et chacun, pour que personne ne puisse penser être étranger à la proximité de Dieu et à la puissance de sa tendresse » (Lettre apostolique, Misericordia et misera. n.21)

Le Pape souhaite que ces journées qui vous réunissent à Riga vous aident à ne pas avoir peur de vos limites mais à grandir dans la confiance en Jésus, Christ et Seigneur, qui croit et espère en vous. Que dans la simplicité dont Frère Roger a su témoigner, vous puissiez construire des ponts fraternels et rendre visible l’amour dont Dieu nous aime.

Saints innocents, priez pour nous !

Saints InnocentsEn ce jour, l’Eglise fête les saints innocents.

C’étaient de tout petits enfants, ils avaient à peine 2 ans pour les plus âgés : l’âge de la crèche, pas même de la maternelle. Pour leurs pères et leurs mères, ils étaient des merveilles, des enfançons qu’on élève encore contre sa joue et que l’on fait bénir par le premier prophète qui passe. Voulant atteindre le roi d’Israël, ce sont les petits qu’Hérode fait tuer, les premiers accueillis par le Dieu d’Amour qui vient sauver les hommes.

Extrait de l’homélie du Pape François à Noël :

Laissons-nous interpeller par l’Enfant dans la mangeoire, mais laissons-nous interpeller aussi par des enfants qui, aujourd’hui, ne sont pas couchés dans un berceau et caressés par la tendresse d’une mère et d’un père, mais qui gisent dans les sordides “mangeoires de la dignité” : dans le refuge souterrain pour échapper aux bombardements, sur les trottoirs d’une grande ville, au fond d’une embarcation surchargée de migrants. Laissons-nous interpeller par les enfants qu’on ne laisse pas naître, par ceux qui pleurent parce que personne ne rassasie leur faim, par ceux qui ne tiennent pas dans leurs mains des jouets, mais des armes.

La Reine d’Angleterre est-elle catholique ?

Comme chaque année, la Reine Elisabeth II adresse un message de Noël à ses sujets. Comme chaque année, elle ne se contente pas d’y faire un bilan des douze mois écoulés, mais elle y parle réellement de Noël et de la venue du Christ sur Terre.

A Noël, notre attention est attirée par la naissance d’un bébé, il y a 2000 ans. C’était le plus humble des commencements, et ses parents, Joseph et Marie, ne pensaient pas qu’ils étaient importants. Jésus Christ a vécu caché la plus grande partie de sa vie, il n’a jamais voyagé au loin. Il a été décrié, rejeté par beaucoup, pourtant il n’avait rien fait de mal. Et aujourd’hui, des milliards de personnes suivent ses enseignements et trouvent en lui la lumière qui guide leur vie. Je suis l’une de ces personnes, parce que l’exemple du Christ m’aide à voir la valeur des petites choses qui sont faites avec un grand amour, qui que soit celui qui les fait, quelles que soient ses croyances.

Le message de Noël nous rappelle que l’inspiration est un don, qui doit être donné mais aussi reçu, et que l’amour commence petit mais qu’il grandit toujours.

Je vous souhaite un très joyeux Noël.

Et dans ce message, la Reine cite « Sainte Thérèse de Calcutta », sainte catholique ! Un extrait repéré par Jean Mercier.

[Les héros du quotidien] sont une source d’inspiration pour ceux qui les connaissent, et leur vie incarnent souvent une vérité exprimée par Mère Teresa, depuis cette année sainte Thérèse de Calcutta. Elle a dit: « Tout le monde ne peut pas faire de grandes choses. Mais nous pouvons tous faire de petites choses avec beaucoup d’amour ».

 

 

Joyeux Hanoukka ! (mais, c’est quoi Hanoukka ?)

pikiwiki_israel_146_hanukka_%d7%97%d7%a0%d7%95%d7%9b%d7%94Au moment où nous entrions dans le temps de Noël, nos frères juifs commençaient les 8 jours de fête de Hanoukka. Si ces deux fêtes n’ont pas de lien direct, elles accordent toutes deux une grande place à la lumière : celle de la Menorah qui brillait dans le Temple, et celle du Christ qui illumine « ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort ».

Hanoukka célèbre la victoire des Maccabées (si vous ne connaissez pas cette histoire, lisez le premier Livre des Maccabées ou des Martyrs d’Israël) et la restauration du Temple en 165 avant Jésus-Christ. La Croix nous présente cette fête :

 

 

La fête de Hanoukka tombe le 25 du mois de Kislev qui, dans le calendrier juif, marque le solstice d’hiver, où les journées sont les plus courtes et les nuits les plus longues. Elle dure huit jours : le premier soir, après avoir récité une bénédiction pour remercier Dieu du miracle passé, le père de famille allume une première lumière sur le chandelier à neuf branches placé près d’une fenêtre, et continuera ainsi, à raison d’une lumière supplémentaire chaque soir, jusqu’au huitième jour. La neuvième branche du chandelier sert à positionner la bougie (appelée le chamash) qui permet d’allumer les huit autres.

Quel est le message religieux de cette fête ?

La fête de Hanoukka célèbre la victoire de la lumière sur les ténèbres. Elle représente aussi la victoire contre le paganisme et la défense de la liberté religieuse. « Dans ce combat cosmique où l’obscurité et les fils de l’ombre semblent l’emporter sur les” fils de la clarté”, les juifs allument chaque soir, pendant huit jours, une lumière supplémentaire pour annoncer la victoire de la lumière sur l’obscurité, comme celle des Maccabées sur les Séleucides qui voulaient la disparition de la culture juive, et comme cette fiole d’huile du Temple qui contenait plus d’énergie qu’on ne croyait », commente Armand Abécassis.

 

Un nouvel archevêque à Alger

A la veille de Noël, le Pape a nommé Mgr Paul Desfarges archevêque d’Alger. n-monseigneurpauldesfargesarcheveque-large570Né en 1944 à Saint-Étienne, ce jésuite présent en Algérie depuis 1976 était évêque de Constantine depuis 2008, et administrateur apostolique du diocèse d’Alger depuis 2015.
Chers frères et soeurs,

Le Saint-Père vient de me demander d’être votre Pasteur, à plein temps cette fois-ci. J’ai dit oui avec tremblement car je connais mon âge et vous aussi le connaissez.

Cependant, comme pour les appels précédents, j’ai dit oui avec confiance, en le glissant dans le oui de Marie, pour servir son Eglise qui est en Algérie et tout spécialement son Eglise dans le diocèse d’Alger. J’ai aussi dit oui avec confiance car j’ai confiance en chacune et chacun d’entre vous et c’est ensemble que nous continuerons d’être témoins de la Charité du Christ et serviteurs de l’espérance.

J’ai été informé de l’appel du Saint-Père ce mercredi 21 décembre à 14 heures. La crainte a cédé la place à la joie quand j’ai appris que la nouvelle nous serait donnée en cette veille de Noël au moment où nous allons accueillir ensemble l’Enfant de la Crèche. Cet enfant a été donné comme signe aux bergers pour reconnaître leur Sauveur. Je reçois l’annonce de la nouvelle en ce jour comme un signe, le signe que le Tout-petit de Bethléem m’est donné et nous est donné comme Lumière pour la route de notre Eglise.

Merci pour votre prière. Vous habitez la mienne.

+ Le Père Paul

« Noël est un message de paix et nous vivons la violence »

LP / Olivier Lejeune
LP / Olivier Lejeune

Extraits de l’intervew de Mgr Barbarin dans Le Parisien

Comment être heureux en ce jour de Noël alors que nous vivons tous avec l’angoisse de l’attentat ?

Mgr Barbarin. Noël est un message de paix et nous vivons la violence. Il y a plus de 2000 ans, une jeune femme s’avance vers Bethléem avec son bébé dans le ventre : elle a plus de 100 kilomètres à parcourir à dos d’âne, tout cela parce que l’occupant romain a décrété qu’il fallait faire un recensement de la population. Partir ainsi à l’autre bout du pays, c’était déjà aussi une situation de violence ! Marie va alors mettre au monde «le prince de la paix», comme l’appelle le prophète Isaïe, qui a donné le plus beau titre de Jésus. Cela tombe bien, la paix, c’est vraiment ça dont on a tous le plus besoin aujourd’hui.

Quel message adressez-vous aux fidèles mais aussi aux non-croyants ?

Même si vous ne croyez pas en Dieu, fortifiez votre espérance car elle risque encore d’être mise à mal. Quand une personne ne sait plus où elle va, elle erre comme une âme en peine. L’espérance chrétienne, c’est ce qui nous tient. Ce n’est pas l’idée selon laquelle ça ira mieux demain mais c’est la certitude que, quoi qu’il arrive, Dieu ne vous abandonnera pas, et que vous restez dans sa main. Je souhaite bien sûr la joie de Noël à toutes les familles, c’est une fête qui s’est étendue au-delà des chrétiens et j’en suis très heureux.

[…]

Une crèche de Noël a-t-elle sa place dans une mairie ?

Le conseil d’Etat s’est prononcé, il a répondu que oui si elle s’inscrit dans un environnement culturel et festif. Se bagarrer pour une crèche dans un lieu public est une petitesse française. Moi, mon problème est ailleurs : je préfèrerais qu’on s’insurge un peu plus pour toutes ces «crèches vivantes» d’aujourd’hui, que je vois dans mes paroisses de banlieue, à Bron ou à Villeurbanne, avec des gens qui dorment sous une bâche à côté de l’autoroute !

Les parlementaires ont adopté début décembre un texte visant à pénaliser les sites internet diffusant des informations «biaisées» sur l’avortement. Qu’en pensez-vous ?

C’est le début de la police de la pensée. On a quand même le droit de ne pas être d’accord. Il ne faut pas restreindre les libertés. S’il y a vraiment des erreurs et des mensonges véhiculés par ces sites, qu’on les montre ! Mais que ces plateformes disent : faites attention, car il y a souvent de graves conséquences psychologiques à un avortement, où est le problème ? Ces grandes souffrances, je les ai entendues cinquante fois ! On a le droit d’exprimer une vérité fréquemment constatée.

 

Le pouvoir de Dieu

Bénédiction Urbi et Orbi le 25 décembre 2016. - AP
Bénédiction Urbi et Orbi le 25 décembre 2016. – AP

« Un enfant nous est né,
un fils nous a été donné !
Sur son épaule est le signe du pouvoir ;
son nom est proclamé :
« Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort,
Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix » (Is 9, 5).

Le pouvoir de cet Enfant, Fils de Dieu et de Marie, n’est pas le pouvoir de ce monde, basé sur la force et sur la richesse ; c’est le pouvoir de l’amour. C’est le pouvoir qui a créé le ciel et la terre, qui donne vie à toute créature : aux minéraux, aux plantes, aux animaux ; c’est la force qui attire l’homme et la femme et fait d’eux une seule chair, une seule existence ; c’est le pouvoir qui régénère la vie, qui pardonne les fautes, réconcilie les ennemis, transforme le mal en bien. C’est le pouvoir de Dieu. Ce pouvoir de l’amour a porté Jésus Christ à se dépouiller de sa gloire et à se faire homme ; et il le conduira à donner sa vie sur la croix et à ressusciter des morts. C’est le pouvoir du service, qui instaure dans le monde le règne de Dieu, règne de justice et de paix.

 

Message de Noël du Pape François

Pas de candidature des Poissons Roses à la primaire de gauche

Poissons RosesDans La Croix :

Les Poissons roses ne porteront finalement pas de candidature à la primaire « citoyenne » organisée par le Parti socialiste. Leur candidat, Régis Passerieux, ancien cadre du PS et ancien maire d’Agde (Hérault), n’a pas réuni les parrainages nécessaires avant la date limite de dépôt des candidatures, jeudi 15 décembre.

Dans un communiqué diffusé jeudi, les Poissons roses assurent d’ailleurs que sa candidature « a reçu le plus souvent un accueil personnel favorable » lors des rencontres avec les parlementaires. « Retisser les liens partout, fonder une nouvelle économie du partage et de la connaissance, poser des limites à la démesure des désirs des consommateurs, notre message n’a pas laissé indifférent », assure le même texte.

« Nous n’avons plus de place au PS, il faut le dire. Notre vision spirituelle et personnaliste est rejetée par la direction du PS », déplore Philippe de Roux, le porte-parole du courant chrétien, soulignant que les Poissons roses n’ont même pas été reçus par le premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis.

Pour Philippe de Roux, « cette fermeture est suicidaire pour la gauche ». « Nous représentons beaucoup de monde, en particulier dans tous les réseaux de l’action sociale, prévient le porte-parole. Mais aussi un pont avec les musulmans qui ont déserté le PS, principalement en raison des options sociétales. »

« Une grande recomposition est inévitable à gauche », veut croire le porte-parole des Poissons roses après ce désaveu.

Une nouvelle crosse pour Mgr Barbarin

m-gr-barbarin-a-recu-sa-crosse-des-mains-de-son-confectionneur-marko-markic-photo-nicolas-forquet-1480029891
Mgr Barbarin et Marko Markic – photo Nicolas Forquet – Le Progrès

Le Progrès présente la nouvelle crosse de Mgr Barbarin

Elle s’était cassée en 2011. Le cardinal était alors en visite à la paroisse de Meyzieu, lorsque sa crosse en bois de palissandre, offerte lors d’un voyage à Madagascar, avait glissé malencontreusement sur le sol avant de se briser. Le père Don Édouard de Vregille, curé de la paroisse, avait alors pris l’engagement d’en offrir une nouvelle à Philippe Barbarin. Cinq ans plus tard, la promesse est tenue. La nouvelle crosse de l’archevêque de Lyon a été confectionnée par une entreprise de Meyzieu. Le prélat est venu récupérer le précieux objet, ce jeudi matin, avant de bénir les lieux et les salariés.

 

Il n’y a pas que le Beaujolais nouveau aujourd’hui…

rapport 2016 Secours Catholique… il y a aussi, comme chaque année, le rapport du Secours Catholique sur l’état de la pauvreté en France. Et c’est hélas beaucoup moins réjouissant…

Près de 9 millions de personnes, dont 3 millions d’enfants, vivent dans la pauvreté en France. Nous constatons une précarisation croissante des familles, des femmes et des enfants, ainsi que des personnes d’origine étrangère, avec davantage de personnes sans ressources, en logement très précaire. Contrairement à ce que l’on croit cette augmentation n’est pas due à l’accroissement du nombre de migrants présents sur le territoire mais au fait que la situation de cette catégorie d’individus est de plus en plus fragile.

Depuis dix ans, cette précarisation s’accroît et nous ne parvenons pas à faire reculer la pauvreté dans notre pays. Cela mine les fondements de notre société.  La lutte contre la pauvreté, et particulièrement contre le chômage de longue durée, devrait être portée au plus haut niveau dans la campagne électorale, ce qui n’est malheureusement pas le cas.

On ne peut plus se contenter en France de petites mesures qui ne font que stabiliser la pauvreté. Au Secours Catholique, nous pensons que la solution est de transformer la société pour la rendre plus humaine et que cela passe par la mobilisation des personnes en précarité. C’est en portant leur voix qu’on parviendra à réellement agir sur les causes de la pauvreté.

Une œuvre de miséricorde méconnue (mais pas inutile…)

Frères et sœurs, supporter patiemment les personnes importunes ! C’est une œuvre de miséricorde que nous ne mettons peut-être pas en pratique comme nous le devrions ! Nous pourrions faire notre examen de conscience pour savoir si nous aussi, parfois, nous ne sommes pas importuns pour autrui. Il est facile de montrer du doigt les défauts et les manques des autres. Mais nous devrions apprendre à nous mettre à leur place.

Regardons Jésus : quelle patience il a dû avoir au cours des trois années de sa vie publique !

Lire la suite

#Pauvrophobie

pauvrophobie

Dans sa quête inlassable pour  élever le niveau de la télévision française M6 diffuse aujourd’hui un nouvel épisode de Rue des Allocs.

Voici ce qu’en pense une association qui travaille avec les pauvres : ATD Quart-Monde

« Les pauvres sont des profiteurs », « ils ne vivent pas si mal avec le RSA », « s’ils voulaient travailler, ils trouveraient », etc. : ATD Quart Monde est très inquiet de ces discours grandissants renforcés par des émissions comme « Rue des allocs », que M6 s’apprête à reprogrammer le 17 novembre prochain.

 On le sait, ces préjugés tenaces mais erronés ont des effets pervers dévastateurs. Ils cassent les ressorts pour s’en sortir et portent gravement atteinte à la dignité de millions de personnes. Ils les dévalorisent à leurs propres yeux et aux yeux des autres, ils découragent un grand nombre d’entre elles de recourir au droit et encouragent les discriminations qui les empêchent d’accéder au logement, à l’emploi, aux soins, etc.

 C’est pourquoi ATD Quart Monde appelle tous celles et ceux qui veulent agir contre ces discours à soutenir la création d’une bande dessinée sur le thème « Stop aux préjugés sur les pauvres ».

Entre le 17 novembre et le 17 janvier 2017, les internautes pourront prendre leur part dans ce combat contre les préjugés en participant au financement de ce projet surwww.ulule.fr/bdideesfausses.

Mgr Mouché, archevêque de Mossoul, en visite en France.

Mgr Petros Mouché, archevêque syriaque catholique de Mossoul et Qaraqosh, est en visite en France pour témoigner de la vie, des souffrances et de l’espérance des chrétiens en Irak, avec Fraternité en Irak. Il était le week-end dernier à Annecy, pour un concert, une messe et une conférence devant un millier de personnes.

 

Il sera ce soir à Bellegarde-sur-Valserine (Ain), mardi à Bourg-en-Bresse et mercredi 16 novembre à Genève.

Prier pour l’Afrique

afriqueVous aimez l’Afrique, vous voulez prier pour elle, pour ses habitants et pour l’Eglise ?

Urbi & Orbi Africa lance, lundi 14 novembre, une communauté de prière destinée spécialement à ses lecteurs.

Cette initiative, lancée en partenariat avec le site Hozana, permet à ceux qui le souhaitent de prier pour les intentions du continent, à partir d’articles concernant la vie de l’Église en Afrique.

Deux fois par semaine, les « priants » reçoivent ainsi des intentions de prière en lien avec les grandes actualités religieuses du continent et de l’Église tout entière. Cette semaine, ils pourront par exemple prier pour les marins morts en mer à Lomé, au Togo.

Prier avec le futur bienheureux P. Marie-Eugène

marie-eugeneLe Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus sera béatifié à Avignon le samedi 19 novembre.

Né en 1894, ordonné prêtre en 1922, Carme, il est le fondateur de l’Institut site de Notre-Dame de Vie à Venasque.

Avant sa béatification, vous pouvez vous associer à cet événement avec une neuvaine du 10 au 18 novembre :

Nous avons besoin de notre Pentecôte et l’Église a besoin elle aussi d’une certaine Pentecôte pour tous les temps, à tous les tournants de son histoire .

Je vous invite à faire un acte de foi en l’Esprit Saint qui est dans nos âmes. L’Esprit Saint n’est pas une pensée, c’est quelqu’un qui est la vie de notre âme, le souffle vivant, l’hôte de notre âme qui agit sans cesse en nous. C’est une Personne, intelligente, aimante, qui habite en nous.

Demandons à l’Esprit Saint, sinon de nous révéler sa présence par une Pentecôte, par des manifestations extérieures, qu’au moins il nous révèle sa présence, qu’il nous donne la foi en lui. Car, comme le dit Notre-Seigneur, celui qui croit en lui, des fleuves de vie jaillissent de son sein, l’Esprit Saint se répand par cette âme. Des flots de vie et de lumière descendent par l’Esprit Saint, mais aussi par cette âme qui a ouvert ces écluses divines par sa foi.

Et si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire pour prendre part à cette béatification !

« Surtout pas UN profil de prêtre ! »

Mgr Bataille, évêque de St-Etienne, qui participe à sa première assemblée plénière Lourdes, présente sa vision du sacerdoce :

Comment voyez-vous le ministère des prêtres aujourd’hui et demain ?

Je ne crois pas qu’il y ait un modèle unique. Nous avons plutôt à accueillir la diversité que nous donne le Seigneur. Le danger de nos très grandes paroisses, avec notre difficulté à trouver un curé pour chacune, serait de réduire la mission du prêtre à un unique profil : celui qui est capable d’organiser et de gérer de très grands ensembles de chrétiens, compétent et formé pour ce type de responsabilité, un modèle « cadre supérieur ». On passerait alors à côté du Curé d’Ars et de beaucoup de saints qui ont fait la beauté et la richesse de l’histoire de l’Eglise ! Certains prêtres sont faits pour l’écoute, d’autres pour la prédication ou l’éducation des jeunes, d’autres ont une merveilleuse proximité auprès des plus fragiles. Alors surtout pas UN profil de prêtre ! Nous avons surtout besoin de prêtres disponibles à l’Esprit Saint. […]

C’est par la confiance et la communion que nous pourrons relever ensemble les défis qui se présentent à l’Eglise aujourd’hui.

« Il nous faut sortir du trop long silence coupable de l’Eglise et de la société »

Aujourd’hui, les évêques de France réunis à Lourdes ont vécu une journée de prière pour les victimes d’actes pédophiles dans l’Eglise. La messe a été célébrée pour ces victimes, et pour demander pardon pour les fautes commises par les membres de l’Eglise. Voici l’homélie de Mgr Crépy :

 

Les paroles du Christ nous touchent tout particulièrement ce matin par leur actualité et par leur vérité : « il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute mais malheureux celui par qui cela arrive ! » (Lc 17, 1) Oui, il nous faut oser regarder en face les scandales du péché qui atteignent l’Eglise toute entière. Oui, il nous faut sortir du trop long silence coupable de l’Eglise et de la société et entendre les souffrances des victimes : les actes pédophiles, ces crimes si graves, brisent l’innocence et l’intégrité d’enfants et de jeunes. Oui, il nous faut oser prendre tous les moyens pour que la Maison Eglise devienne un lieu sûr. Oui, il nous faut comme le demande le Pape François, « demander pardon pour les péchés commis par les autorités ecclésiastiques qui ont couvert les auteurs d’abus et ignoré la souffrance des victimes ».
Quand il s’agit des plus fragiles, des plus faibles, des « petits », Jésus parle haut et fort. Ainsi les enfants sont la figure même des vrais disciples : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. » (Mc 10,14) D’où, dans l’évangile que nous venons d’entendre, cette condamnation si claire et si vigoureuse de ceux qui scandalisent et méprisent les petits : « Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite dans la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà. » (Lc 17, 2). Il n’y pas d’excuses ou de demi-mesures pour les actes commis sur un seul de ces petits ! Il y a cette condamnation sans appel du Christ face au scandale vis-à-vis d’un seul de ces petits. L’Evangile ne transige pas avec ce qui porte atteinte et méprise la dignité de tout homme, et plus encore quand il s’agit des plus faibles.

 

Seigneur, fais de ton Église
un lieu de vérité et de liberté,
de justice et de paix,
pour que l´humanité tout entière
renaisse à l´espérance

« M6 convoque son synode sur la famille »

Dans La VieMarie-Lucile Kubacki reparle de la nouvelle émission de M6, « Mariés au premier regard »:

Face à l’explosion du nombre de divorces, à la difficulté de l’engagement et à la souffrance du célibat « non choisi », M6 convoque donc son synode sur la famille. Le constat est sans appel : le mariage de pur sentiment ne suffit pas, il faut aussi que la raison et la volonté s’en mêlent. Ce que François, dans Amoris Lætitia, exhortation écrite après le synode sur la famille de l’Église catholique, exprime de la manière suivante : « L’amour que nous nous promettons dépasse toute émotion, tout sentiment et tout état d’âme, bien qu’il puisse les inclure. C’est une affection plus profonde, avec la décision du cœur qui engage toute l’existence. » Mais le remède proposé par M6 est pire que le mal : c’est un hôpital de campagne où l’on joue au docteur au lieu d’opérer les patients.

 

Message du Pape François aux évêques de France

Evêques FranceLes évêques se réunissent du 4 au 9 novembre à Lourdes pour leur assemblée plénière. Le Pape François leur a adressé un message :

Dans un contexte encore marqué par les attentats qui ont meurtri votre pays et dans la perspective d’échéances électorales importantes, le Saint-Père vous encourage à aider les habitants de la France à affermir leur espérance et à contribuer à la recherche du Bien commun. Puissent aussi vos échanges sur les vocations sacerdotales manifester votre sollicitude pastorale envers les jeunes pour les aider à découvrir leur projet de vie et à le réaliser avec joie.

 

Au programme de cette session :

  • La vocation de prêtre diocésain (vendredi 4 et samedi 5 novembre)
  • la pastorale en monde ouvrier et populaire et en monde rural (samedi 5 novembre)
  • les implications pastorales de l’exhortation post-synodale Amoris laetitia (dimanche 6 novembre).
  • les abus sexuels dans l’église (lundi 7 novembre), avec une journée de pénitence et de prière pour les victimes à laquelle chacun peut s’associer : la messe sera dite « pour le pardon des péchés » commis par les membres de l’Église.
  • la situation politique et religieuse de notre pays (lundi 7 novembre)
  • le dialogue avec les musulmans (mardi 8 novembre)

 

 

NKM et la cohérence…

QG de campagne à la primaire 2016 pour présidentielle 2017. Nathalie Kosciusko Morizet dite NKM ©E.SCHNEIDER-HANSLUCAS.COM POUR FC
Nathalie Kosciusko Morizet 
©E.SCHNEIDER-HANSLUCAS.COM POUR FC

Famille Chrétienne interview les candidats aux primaires de la droite. Cette semaine, c’est le tour de NKM.

Comment vous situez-vous par rapport à l’enseignement de l’Église ?

Cet enseignement est d’une remarquable cohérence. Comme beaucoup de catholiques Français, tout en admirant cette cohérence, je prends certaines libertés. C’est ma façon personnelle de vivre les choses, comme le font d’ailleurs certains prélats… Parce que l’Église de France a toujours eu une petite distance avec les directives papales sur certains sujets. C’est historique.

 

N’ayons pas peur de la sainteté !

Ils sont nombreux les Saints que nous fêtons en ce 1er novembre. Nous en connaissons quelques-uns par leur nom. Ils sont fêtés dans le calendrier liturgique. Dans cette « foule innombrable », beaucoup sont anonymes. On les croyait perdus, mais ils sont vivants, près de Dieu, participant à la plénitude de son amour. Ils ont cru et aimé au cœur de leur vie. C’est pourquoi ils sont proches de Dieu.

La sainteté c’est aussi notre vocation. Le Baptême que nous avons reçu a fait de nous des fils et des filles de Dieu. Ne pensons pas que la sainteté, ce n’est pas pour nous. Si nous pensons cela, c’est parce que nous nous faisons une fausse idée de la sainteté. Il ne s’agit pas de faire des choses extraordinaires, d’accomplir des prodiges. Il suffit d’aimer dans le concret de nos vies, quoiqu’il en coûte.

Louis et Zélie Martin qui ont été reconnus saint le dimanche 18 Octobre sont pour nous un exemple et un soutien. Leur vie fut simple, comme beaucoup de nos familles. Mais toute leur existence fut orientée vers le Royaume des Cieux. Leur seul désir fut « Dieu premier servi ». Ils ont connu des circonstances douloureuses, mais ils ont gardé le cap par une foi nourrie par les sacrements et la prière, le service des pauvres et un abandon à Dieu qui ne cesse de nous soutenir.

Baptisés, nous sommes fils et filles de Dieu. C’est en vivant cette filiation, jour après jour, que nous devenons saints. La sainteté, c’est un don de Dieu. C’est lui qui nous rend saints. N’ayons pas peur de la sainteté !

Bonne fête à chacun et à chacune.

Père Jacques

 

Père Jacques Hamal, Diocèse De Rouen
Père Jacques Hamel, Diocèse De Rouen

Méditation pour la fête de la Toussaint 2015 du P. Jacques Hamel.

© Lettre de la paroisse Saint-Etienne de Saint-Etienne-du-Rouvray (novembre 2015).

Lettre de François Fillon aux Evêques de France

François Fillon. / Fadel Senna/AFP
François Fillon. / Fadel Senna/AFP

Le candidat à la primaire de la droite et du centre répond dans La Croix au texte publié par les évêques en prévision des prochaines élections :

J’ai lu avec attention le texte que vous avez adressé aux habitants de notre pays : « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». En prenant la parole sur des questions essentielles qui traversent notre pays, l’Eglise de France est dans son rôle. La gravité de votre propos doit nous interpeller, votre espérance aussi.

Lire la suite

Le mariage, toujours plus rapide, toujours plus facile…

Il n’y a pas que le divorce qui est toujours plus rapide… il y a aussi le mariage ! C’est le principe de la nouvelle émission de M6, « Mariés au premier regard »

Grâce à une « méthode scientifique » (à base de reniflage de linge sale), on se charge de choisir un époux pour les célibataires qui participeront à l’émission. On marie donc de parfaits inconnus à la mairie, et après quelques semaines de vie commune, on leur demande s’ils veulent poursuivre leur cohabitation ou divorcer.

Une belle image de l’amour, du mariage et du respect des institutions (sic).

On vous rassure, cette émission est pleine de bonnes intentions : « Ce qu’on cherche c’est qu’ils soient vraiment heureux ». Et si ce n’est pas le cas, le divorce est payé par la production.

 

 

Rassemblements des Scouts d’Europe à la Toussaint

 

Comme chaque année, les Scouts d’Europe se retrouvent pendant les vacances de la Toussaint pour deux grands pèlerinages :

Et il n’est pas encore trop tard pour s’inscrire !

Démanteler ou construire

Mgr Jaeger ArrasL’évêque d’Arras, Mgr Jaeger, intervient au sujet du démantèlement de la « Jungle » de Calais, dans son diocèse :

Une vaste opération de déplacement des personnes concentrées dans la lande ou jungle de Calais est menée. Même si ce lieu a représenté une lueur d’espoir pour beaucoup d’entre elles, l’insalubrité des lieux et les conditions précaires de subsistance le condamnaient à disparaître. Sans oublier les moyens pris par les pouvoirs publics et l’énorme investissement des bénévoles et des associations, l’heure est venue de construire plus que de démanteler.

Il faut d’abord construire ou reconstruire les modalités du respect de la  dignité humaine d’hommes et de femmes blessés qui ont quitté leurs pays et leurs familles dans des circonstances souvent atroces et douloureuses. Ces mêmes personnes ont souvent été bafouées par les réseaux qui devaient les acheminer vers une hypothétique terre promise et les ont conduits à Calais dans les conditions que l’on sait. Leur départ de notre littoral peut et doit être vécu comme un surcroît de dignité et de respect, notamment à l’égard des mineurs, des femmes seules et des personnes en santé fragile.

Lire la suite

« Les hommes politiques doivent chercher quel est le projet de la société française. »

Mgr LebrunMgr Dominique Lebrun est interviewé dans Paris-Normandie

Fin juillet, après l’assassinat du père Hamel, vous déclariez « Je crois que nous sommes au bout du modèle de la laïcité qui était exaspéré ces dernières années ». Le conseil permanent de la Conférence des évêques de France dresse un constat tout aussi sévère dans le livre « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». Comment l’État doit-il reconsidérer le modèle de la laïcité ?

 

Mgr Dominique Lebrun. « Le modèle actuel, c’est gérer la pluralité, ce qui est bien. Il y a une pluralité de croyants et de non croyants dans notre société. Il faut leur permettre d’exister. Mais ce n’est plus suffisant. Dans une famille, les parents ne se contentent pas de gérer la pluralité de leurs enfants, ils se préoccupent de leur avenir. Les hommes et les femmes politiques doivent chercher quel est le projet de la société française.

Lire la suite

« J’étais un étranger et vous m’avez accueilli ».

mgr-batailleMgr Sylvain Bataille, évêque de St-Etienne, invite à la réflexion sur les migrants :

« J’étais un étranger et vous m’avez accueilli ».

Ces paroles du Christ résonnent tout particulièrement en nos cœurs alors que de nombreux migrants frappent à notre porte. L’actualité de ces derniers jours nous bouscule et nous interroge sur la manière dont nous réagissons face aux défis que cela représente. Les difficultés, les peurs et même les tensions peuvent être importantes mais il y a aussi tant de gestes d’accueil, tant de rencontres et de générosité ! Comment notre attitude peut-elle être toujours plus accordée à l’Evangile et à notre foi ? Permettez-moi de vous proposer quelques réflexions :

Lire la suite

Vous avez une âme d’acteur ?

Spectacle St Vincent

Alors participez au son et lumière Bernadette, comme costumier, décorateur ou figurant ! Ce spectacle sera joué à Nevers, en juillet 2017. Rendez-vous le 6 novembre pour les premières répétitions.

Nous avons besoin de vous : des hommes, des femmes et des enfants, pour faire revivre tous ceux qui ont côtoyé de près ou de loin Bernadette, à Nevers ou à Lourdes. Venez participer en famille à cette aventure merveilleuse !

 

Vous préférez saint Vincent de Paul ? Pas de problème ! On recherche 200 à 300 figurants pour un spectacle sur Monsieur Vincent, toujours en juillet 2017, à Châtillon-sur-Chalaronne. Casting les 22 et 23 octobre.

La flamme de la Charité allumée dans le cœur des Châtillonnais en 1617, par Vincent de Paul, alors curé de Châtillon n’a fait que grandir et se transmettre… Elle rayonne aujourd’hui encore … Le son et lumière exprimera, outre l’événement du 20 août 1617, comment aujourd’hui jusqu’au bout du monde, se poursuit l’action commencée en notre cité…

Bataille de Mossoul, un espoir pour les chrétiens

Oeuvre Orient MossoulCommuniqué de l’Œuvre d’Orient

Nous attendons de cette intervention une libération rapide et totale des villes chrétiennes de la plaine de Ninive, c’est-à-dire de la Rive gauche du Tigre. Cela redonnera aux chrétiens qui le souhaitent l’espoir de pouvoir rentrer chez eux. Cependant cela suppose d’assurer, sans délai, le déminage et le dépiégage de cette zone ainsi que le rétablissement des infrastructures de base.
L’Œuvre d’Orient sera aux côtés des chrétiens pour faciliter leur retour, notamment en soutenant la reconstruction ou la restauration des structures nécessaires pour la vie quotidienne (logements, écoles, dispensaires…).
L’Œuvre d’Orient demande que les autorités religieuses concernées soient consultées pour l’avenir de cette région et de la communauté chrétienne ainsi que des autres communautés.
De plus, l’Œuvre d‘Orient, désireuse depuis longtemps de la neutralisation de l’ « Etat islamique », considère que la reprise de la ville de Mossoul ne peut se faire sans actions pour la sauvegarde des populations civiles et les monuments historiques millénaires de ces villes