NKM et la cohérence…

QG de campagne à la primaire 2016 pour présidentielle 2017. Nathalie Kosciusko Morizet dite NKM ©E.SCHNEIDER-HANSLUCAS.COM POUR FC
Nathalie Kosciusko Morizet 
©E.SCHNEIDER-HANSLUCAS.COM POUR FC

Famille Chrétienne interview les candidats aux primaires de la droite. Cette semaine, c’est le tour de NKM.

Comment vous situez-vous par rapport à l’enseignement de l’Église ?

Cet enseignement est d’une remarquable cohérence. Comme beaucoup de catholiques Français, tout en admirant cette cohérence, je prends certaines libertés. C’est ma façon personnelle de vivre les choses, comme le font d’ailleurs certains prélats… Parce que l’Église de France a toujours eu une petite distance avec les directives papales sur certains sujets. C’est historique.

 

N’ayons pas peur de la sainteté !

Ils sont nombreux les Saints que nous fêtons en ce 1er novembre. Nous en connaissons quelques-uns par leur nom. Ils sont fêtés dans le calendrier liturgique. Dans cette « foule innombrable », beaucoup sont anonymes. On les croyait perdus, mais ils sont vivants, près de Dieu, participant à la plénitude de son amour. Ils ont cru et aimé au cœur de leur vie. C’est pourquoi ils sont proches de Dieu.

La sainteté c’est aussi notre vocation. Le Baptême que nous avons reçu a fait de nous des fils et des filles de Dieu. Ne pensons pas que la sainteté, ce n’est pas pour nous. Si nous pensons cela, c’est parce que nous nous faisons une fausse idée de la sainteté. Il ne s’agit pas de faire des choses extraordinaires, d’accomplir des prodiges. Il suffit d’aimer dans le concret de nos vies, quoiqu’il en coûte.

Louis et Zélie Martin qui ont été reconnus saint le dimanche 18 Octobre sont pour nous un exemple et un soutien. Leur vie fut simple, comme beaucoup de nos familles. Mais toute leur existence fut orientée vers le Royaume des Cieux. Leur seul désir fut « Dieu premier servi ». Ils ont connu des circonstances douloureuses, mais ils ont gardé le cap par une foi nourrie par les sacrements et la prière, le service des pauvres et un abandon à Dieu qui ne cesse de nous soutenir.

Baptisés, nous sommes fils et filles de Dieu. C’est en vivant cette filiation, jour après jour, que nous devenons saints. La sainteté, c’est un don de Dieu. C’est lui qui nous rend saints. N’ayons pas peur de la sainteté !

Bonne fête à chacun et à chacune.

Père Jacques

 

Père Jacques Hamal, Diocèse De Rouen
Père Jacques Hamel, Diocèse De Rouen

Méditation pour la fête de la Toussaint 2015 du P. Jacques Hamel.

© Lettre de la paroisse Saint-Etienne de Saint-Etienne-du-Rouvray (novembre 2015).

Lettre de François Fillon aux Evêques de France

François Fillon. / Fadel Senna/AFP
François Fillon. / Fadel Senna/AFP

Le candidat à la primaire de la droite et du centre répond dans La Croix au texte publié par les évêques en prévision des prochaines élections :

J’ai lu avec attention le texte que vous avez adressé aux habitants de notre pays : « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». En prenant la parole sur des questions essentielles qui traversent notre pays, l’Eglise de France est dans son rôle. La gravité de votre propos doit nous interpeller, votre espérance aussi.

Lire la suite

Le mariage, toujours plus rapide, toujours plus facile…

Il n’y a pas que le divorce qui est toujours plus rapide… il y a aussi le mariage ! C’est le principe de la nouvelle émission de M6, « Mariés au premier regard »

Grâce à une « méthode scientifique » (à base de reniflage de linge sale), on se charge de choisir un époux pour les célibataires qui participeront à l’émission. On marie donc de parfaits inconnus à la mairie, et après quelques semaines de vie commune, on leur demande s’ils veulent poursuivre leur cohabitation ou divorcer.

Une belle image de l’amour, du mariage et du respect des institutions (sic).

On vous rassure, cette émission est pleine de bonnes intentions : « Ce qu’on cherche c’est qu’ils soient vraiment heureux ». Et si ce n’est pas le cas, le divorce est payé par la production.

 

 

Rassemblements des Scouts d’Europe à la Toussaint

 

Comme chaque année, les Scouts d’Europe se retrouvent pendant les vacances de la Toussaint pour deux grands pèlerinages :

Et il n’est pas encore trop tard pour s’inscrire !

Démanteler ou construire

Mgr Jaeger ArrasL’évêque d’Arras, Mgr Jaeger, intervient au sujet du démantèlement de la « Jungle » de Calais, dans son diocèse :

Une vaste opération de déplacement des personnes concentrées dans la lande ou jungle de Calais est menée. Même si ce lieu a représenté une lueur d’espoir pour beaucoup d’entre elles, l’insalubrité des lieux et les conditions précaires de subsistance le condamnaient à disparaître. Sans oublier les moyens pris par les pouvoirs publics et l’énorme investissement des bénévoles et des associations, l’heure est venue de construire plus que de démanteler.

Il faut d’abord construire ou reconstruire les modalités du respect de la  dignité humaine d’hommes et de femmes blessés qui ont quitté leurs pays et leurs familles dans des circonstances souvent atroces et douloureuses. Ces mêmes personnes ont souvent été bafouées par les réseaux qui devaient les acheminer vers une hypothétique terre promise et les ont conduits à Calais dans les conditions que l’on sait. Leur départ de notre littoral peut et doit être vécu comme un surcroît de dignité et de respect, notamment à l’égard des mineurs, des femmes seules et des personnes en santé fragile.

Lire la suite

« Les hommes politiques doivent chercher quel est le projet de la société française. »

Mgr LebrunMgr Dominique Lebrun est interviewé dans Paris-Normandie

Fin juillet, après l’assassinat du père Hamel, vous déclariez « Je crois que nous sommes au bout du modèle de la laïcité qui était exaspéré ces dernières années ». Le conseil permanent de la Conférence des évêques de France dresse un constat tout aussi sévère dans le livre « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». Comment l’État doit-il reconsidérer le modèle de la laïcité ?

 

Mgr Dominique Lebrun. « Le modèle actuel, c’est gérer la pluralité, ce qui est bien. Il y a une pluralité de croyants et de non croyants dans notre société. Il faut leur permettre d’exister. Mais ce n’est plus suffisant. Dans une famille, les parents ne se contentent pas de gérer la pluralité de leurs enfants, ils se préoccupent de leur avenir. Les hommes et les femmes politiques doivent chercher quel est le projet de la société française.

Lire la suite

« J’étais un étranger et vous m’avez accueilli ».

mgr-batailleMgr Sylvain Bataille, évêque de St-Etienne, invite à la réflexion sur les migrants :

« J’étais un étranger et vous m’avez accueilli ».

Ces paroles du Christ résonnent tout particulièrement en nos cœurs alors que de nombreux migrants frappent à notre porte. L’actualité de ces derniers jours nous bouscule et nous interroge sur la manière dont nous réagissons face aux défis que cela représente. Les difficultés, les peurs et même les tensions peuvent être importantes mais il y a aussi tant de gestes d’accueil, tant de rencontres et de générosité ! Comment notre attitude peut-elle être toujours plus accordée à l’Evangile et à notre foi ? Permettez-moi de vous proposer quelques réflexions :

Lire la suite

Vous avez une âme d’acteur ?

Spectacle St Vincent

Alors participez au son et lumière Bernadette, comme costumier, décorateur ou figurant ! Ce spectacle sera joué à Nevers, en juillet 2017. Rendez-vous le 6 novembre pour les premières répétitions.

Nous avons besoin de vous : des hommes, des femmes et des enfants, pour faire revivre tous ceux qui ont côtoyé de près ou de loin Bernadette, à Nevers ou à Lourdes. Venez participer en famille à cette aventure merveilleuse !

 

Vous préférez saint Vincent de Paul ? Pas de problème ! On recherche 200 à 300 figurants pour un spectacle sur Monsieur Vincent, toujours en juillet 2017, à Châtillon-sur-Chalaronne. Casting les 22 et 23 octobre.

La flamme de la Charité allumée dans le cœur des Châtillonnais en 1617, par Vincent de Paul, alors curé de Châtillon n’a fait que grandir et se transmettre… Elle rayonne aujourd’hui encore … Le son et lumière exprimera, outre l’événement du 20 août 1617, comment aujourd’hui jusqu’au bout du monde, se poursuit l’action commencée en notre cité…

Bataille de Mossoul, un espoir pour les chrétiens

Oeuvre Orient MossoulCommuniqué de l’Œuvre d’Orient

Nous attendons de cette intervention une libération rapide et totale des villes chrétiennes de la plaine de Ninive, c’est-à-dire de la Rive gauche du Tigre. Cela redonnera aux chrétiens qui le souhaitent l’espoir de pouvoir rentrer chez eux. Cependant cela suppose d’assurer, sans délai, le déminage et le dépiégage de cette zone ainsi que le rétablissement des infrastructures de base.
L’Œuvre d’Orient sera aux côtés des chrétiens pour faciliter leur retour, notamment en soutenant la reconstruction ou la restauration des structures nécessaires pour la vie quotidienne (logements, écoles, dispensaires…).
L’Œuvre d’Orient demande que les autorités religieuses concernées soient consultées pour l’avenir de cette région et de la communauté chrétienne ainsi que des autres communautés.
De plus, l’Œuvre d‘Orient, désireuse depuis longtemps de la neutralisation de l’ « Etat islamique », considère que la reprise de la ville de Mossoul ne peut se faire sans actions pour la sauvegarde des populations civiles et les monuments historiques millénaires de ces villes

 

Scandale dans le monde judiciaire

Scandale dans le monde judiciaire. Dans un extrait d’une biographie du Christ, dont l’Eglise catholique s’est procuré les bonnes feuilles, Jésus affirme qu’il existe :

un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes.

Ce texte qui crée la polémique a été dévoilé ce matin, dans toutes les églises du monde. Dans ce même texte, celui qui prétend être le Messie affirme avoir été témoin du mépris de ce juge pour les citoyens. Ce magistrat dit en effet :

Je ne crains pas Dieu et ne respecte personne […] cette veuve commence à m’ennuyer.

Qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer

Jésus, aussi appelé « le Christ », n’hésite pas à attaquer durement ce juge, le traitant de

juge dépourvu de justice !

A peine révélées par les médias, ces formules ont provoqué un tollé dans les palais de justice. Les deux plus hauts magistrats du pays, le premier président de la Cour de cassation et le procureur général, ont obtenu d’être reçus par Dieu le Père dès dimanche soir. Les syndicats des magistrats ont fortement réagi en diffusant un communiqué dans lequel ils se disent consternés, et demandent que cessent ces attaques contre le monde judiciaire, quelques jours après les propos du président Hollande.

Pour lire les lectures de la messe du jour, c’est par ici !

Marion Maréchal Le Pen « sert » à faire basculer les catholiques.

Dans Le Parisien

Marion Maréchal-Le Pen défilera à nouveau demain aux côtés des anti-mariage gay à Paris. En quatre ans, la députée FN du Vaucluse de 27 ans est devenue la madone de la Manif pour tous. De quoi marquer sa différence avec sa tante, Marine Le Pen, ou encore Florian Philippot, le numéro deux du Front, qui, eux, bouderont l’événement.

Catholique pratiquante revendiquée — tendance traditionaliste —, Marion Maréchal-Le Pen est celle qui au sein du FN a su trouver les mots justes pour murmurer à l’oreille des cathos.

« Elle a libéré un certain nombre de personnes. Et c’est vrai que le vote FN a fortement progressé chez les catholiques pratiquants lors des dernières régionales », martèle un de ses proches. De quoi donner des idées à sa tante, pourtant peu passionnée par le sujet : « Marine Le Pen a pris conscience qu’il y avait un basculement des catholiques. Et c’est à ça que sert Marion », décrypte un soutien de la présidente du FN.

 

« Un président ne doit pas autant se confesser »

Claude Bartolone explique à La Provence

Un président doit entretenir le feu sacré de la République. Un président ne doit pas autant se confesser. Le devoir de silence fait partie de sa fonction. Il doit être à tout moment le garant de nos institutions.

Le Pape François n’est pas d’accord :

N’ayez pas peur de la confession ! Quand on fait la queue pour se confesser, on sent tout cela, et la honte aussi, mais après, quand la confession est terminée, on sort libre, grand, beau, pardonné, blanc, heureux. C’est cela qui est beau dans la confession ! Je voudrais vous demander – mais ne le dites pas à voix haute, que chacun réponde dans son cœur – quand est-ce que tu t’es confessé, quand est-ce que tu t’es confessée pour la dernière fois ? Que chacun réfléchisse… Il y a deux jours, deux semaines, deux ans, vingt ans, quarante ans ? Que chacun fasse le compte, mais que chacun se dise : quand est-ce que je me suis confessé pour la dernière fois ? Et s’il y a longtemps, ne perds pas une journée de plus, vas-y, et le prêtre sera bon. C’est Jésus qui est là, et Jésus est meilleur que les prêtres, Jésus te reçoit, te reçoit avec beaucoup d’amour. Sois courageux et va te confesser !

Moi, je vous dis : chaque fois que nous nous confessons, Dieu nous serre dans ses bras, Dieu fait la fête !

Le Pape François pour un cessez-le-feu immédiat en Syrie

Au terme de l’audience générale, le pape François a lancé un nouvel appel de paix pour la Syrie. Réaffirmant sa solidarité envers toutes les victimes, le pontife a exhorté les “responsables“ à trouver des accords pour “un cessez-le-feu immédiat“. Ce dernier permettrait “l’évacuation des civils, en particulier, des enfants, qui sont encore piégés sous les bombardements“, a insisté le pape.

Famille Chrétienne

 

Espérons que le Pape sera entendu…

Lire la suite

Rencontre entre le gouvernement et l’Eglise catholique

Compte-rendu de la 12e rencontre de l’instance de dialogue entre l’Église catholique et le Gouvernement, le 11 octobre.

Côté Eglise : le Nonce apostolique, le Cardinal VINGT-TROIS, Mgr PONTIER et la direction de la CEF.

Côté gouvernement : CAZENEUVE, VALLAUD-BELKACEM, KANNER, FEKL et ZELLER (Ambassadeur de France auprès du Saint-Siège).

 

Un échange a eu lieu sur les questions de société, notamment sur la sécurité et la protection des lieux de culte chrétiens. Les représentants de l’Eglise catholique ont salué l’effort consenti par l’Etat pour assurer la sécurisation de lieux catholiques spécifiques.

Un long échange a porté sur la place et le rôle des religions dans la société. Les représentants de l’Eglise catholique ont pu redire l’importance d’avoir une vision d’une société qui intègre les religions comme facteurs de paix sociale. Ils ont redit leur conviction qu’une société qui éliminerait les religions de la sphère publique se priverait d’indispensables régulateurs sociaux et sociétaux.

Concernant les migrants de Calais, les représentants de l’Eglise catholique se sont dits prêts à partager l’objectif humanitaire qui conduirait au démantèlement de la jungle. Ils ont réaffirmé la capacité et l’opérationnalité des paroisses de France pour s’associer avec les pouvoirs publics en vue de l’accueil de ces personnes.

La religion du maquillage

Pape François Ste Marthe

Dans un passage de l’Évangile, dit le Pape, «Jésus demande de prier sans se faire voir, sans être dans le paraître». Mais certains, assure le Saint-Père, «avaient le culot, n’avaient aucune honte de prier et de faire l’aumône pour se faire admirer. Alors que le Seigneur indique le chemin de l’humilité».

De façon ferme, François dénonce une «religion de maquillage» qui ne joue que sur les apparences. «Ce qui est important, comme le dit Jésus, explique le Pape, c’est la liberté que nous a donnée la rédemption, que nous a donnée l’amour du Père.»

Cette liberté, c’est celle «qui se fait dans l’ombre, sans tambour ni trompette» poursuit le pontife, parce que «le chemin de la vraie religion est celui de l’humilité et de l’abaissement, comme Jésus humilié sur la croix». Se faire tout petit c’est le seul moyen de «chasser l’égoïsme, la cupidité, l’arrogance, la vanité, la mondanité», assure le Saint-Père. Et pour tous ceux qui font semblant, Jésus utilise une image très forte, rappelle François, «vous êtes des tombes blanchies à la chaux, belles à l’extérieur, mais dedans, vous êtes remplies d’ossements de morts de pourritures». Le Pape exhorte les fidèles à repousser cette religion d’apparences, de faire le bien en silence, gratuitement «comme nous avons reçu gratuitement notre liberté intérieure».

Radio Vatican

Election du « Pape noir »

 

La 36è Congrégation générale des jésuites s’est ouverte le 2 octobre à Rome. Elle doit permettre l’élection d’un nouveau supérieur général, le 31e de l’Histoire de l’ordre, lequel succédera au père Adolfo Nicolas.

Ce lundi 10 octobre a débuté la période dite des «mormorationes», quatre jours de prière, de pénitence, et de discernement au cours desquels chaque jésuite électeur devra réfléchir à la personne la plus adaptée pour  remplir la charge de supérieur de la Compagnie.

Pendant ces jours très particuliers, chaque électeur pourra échanger et recueillir des informations, mais uniquement de personne à personne. Cette pratique propre à la compagnie de Jésus, permet ainsi d’éviter toute forme de «campagne» ou de «lobbying».  Elle fut introduite par Saint Ignace de Loyola, le fondateur de la Compagnie de Jésus.

Cette 36e Congrégation générale rassemble plus de 215 jésuites, dont 212 électeurs, venus de 66 pays.

Radio Vatican

« L’Eglise est en marche, et le monde attend son passage »

Mgr Macaire

 

Une lettre pastorale qui réveille des cathos un peu endormis, par Mgr David Macaire, évêque de Fort-de-France (mais si vous n’êtes pas en Martinique, vous avez le droit de la lire et de vous réveiller aussi)

La Martinique a peur, elle a besoin d’être délivrée de tout mal, elle attend que Dieu donne la Paix à notre temps, elle aspire à être libérée du péché et rassurée devant les épreuves qui l’accablent. Elle attend le bonheur et l’espérance, l’avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ : c’est urgent ! Cette certitude est plus que jamais inscrite en mon âme. Je le sais, je l’ai vu dans les cœurs, entendu sur les lèvres […] Oui, l’Eglise est en marche, et le monde attend son passage. Il y a en Martinique une grande attente vis-à-vis de l’Eglise Catholique.

Certes, le pape François a affirmé le mois dernier que nous étions entrés dans la troisième guerre mondiale et, en effet, nous sommes dans une lutte sans merci avec l’esprit du monde prêt à dévorer les fils et les filles de Dieu, les familles, les paroisses, les mouvements et les prêtres. Mais votre pasteur ne peut ignorer qu’il a vu un peuple debout, un peuple vaillant, capable non seulement de résister mais, plus encore, de remporter de grandes victoires sur le mystère d’iniquité qui croît mystérieusement en ce monde.

Notre communauté diocésaine a donc les moyens d’engager enfin ce « renouveau ecclésial qu’on ne peut différer », auquel le pape François nous invite :

Lire la suite

Le Pape François rencontre le CFCM

Une délégation du Conseil français du culte musulman (CFCM) va se rendre à Rome le 3 novembre prochain, à l’invitation du Vatican. Le président du CFCM Anouar Kbibech sera accompagné de ses vice-présidents Chems-Eddine Hafiz, Ahmet Ogras et Sebti Taoufik, ainsi que de son secrétaire général Abdellah Zekri. Ils bénéficieront d’une audience privée avec le pape François afin d’évoquer la question des relations entre les musulmans et les chrétiens.

Plusieurs cardinaux français ont intercédé auprès du Saint Siège pour que cette rencontre puisse se tenir. Cette rencontre a d’ailleurs été rendue possible grâce à « l’excellence des rapports du CFCM avec la Conférence des évêques de France » (CEF), présidée par Mgr Georges Ponthier, avec le concours de l’évêque d’Evry-Corbeille-Essonne Mgr Michel Dubost, président du Conseil pour les relations interreligieuses de la CEF, ainsi que « l’appréciation très positive par le pape François de l’action et des initiatives du CFCM pour le dialogue interreligieux », indique à Saphirnews Anouar Kbibech, qui avait rencontré le souverain pontife en septembre en marge de la rencontre interreligieuse d’Assise, en Italie.

Les multiples gestes d’amitié islamo-chrétienne qui ont suivi l’assassinat du père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray ont particulièrement appuyé la décision.

SaphirNews

Une proposition pour les catholiques séparés et divorcés

 

mgr-lebrun-1

 

Mgr Lebrun demande pardon aux catholiques divorcés, séparés ou remariés, et les invite à revenir vers l’Eglise. Il leur propose un temps de prière à la Toussaint à Rouen, et met à leur disposition 7 missionnaires de la Miséricorde pour les aider à avancer sur leur chemin.

 

Évêque du diocèse de Rouen, je m’adresse à vous, mariés devant Dieu dans le sacrement de mariage, aujourd’hui séparés, divorcés, peut-être remariés ou vivant une nouvelle union. Votre chemin n’est plus celui de la vie commune promise et espérée à votre mariage. Je sais que beaucoup ont l’impression d’être rejetés de la communauté, d’être condamnés.

Lire la suite

Un nouveau directeur pour le Sanctuaire de Lourdes

xvm6361a2e0-8e0a-11e6-90b6-d1ff278129b4

 

La fréquentation du Sanctuaire de Lourdes est en baisse, un nouveau directeur y a été nommé. Mais dans les autres sanctuaires européens, le nombre de pèlerins a augmenté ces dernières années.

L’évêque de Tarbes et de Lourdes, Monseigneur Brouwet, a nommé cet été Thierry Lucereau, fervent catholique mais surtout spécialiste du redressement d’entreprises, comme directeur des opérations du sanctuaire, rapporte l’AFP.

Le sanctuaire de Lourdes est en effet confronté à des difficultés financières croissantes. «La situation financière du sanctuaire s’est dégradée progressivement», déplore le nouveau directeur des opérations.

Lire la suite

Ps 17, 38-41

Je poursuis mes ennemis, je les rejoins, je ne reviens qu’après leur défaite ;
je les abats : ils ne pourront se relever ; ils tombent : les voilà sous mes pieds.
Pour le combat tu m’emplis de vaillance ; devant moi tu fais plier mes agresseurs.
Tu me livres des ennemis en déroute ; j’anéantis mes adversaires.

Le curé de la paroisse Sainte-Louise de Marillac a été réveillé ce vendredi matin par la visite d’un cambrioleur dans le presbytère. Loin de se démonter, le prêtre, qui a fait du judo dans sa jeunesse, a réussi à immobiliser le malfrat avant l’arrivée de la police.

Dialogue avec l’Islam : ni irénisme, ni violence

Mgr Pascal Roland, évêque de Belley-Ars , organise une série de conférences pour apprendre à connaître l’Islam :

 

Lorsque nous observons ce qui se passe actuellement dans le monde, il est manifeste que le grand défi, incontournable, qui s’offre à nous dans les années présentes est celui de la fraternité universelle. Tous les hommes de sagesse et de bonne volonté sont d’accord sur cette priorité. Le philosophe musulman Abdennour Bidar écrivait, dans son Plaidoyer pour la Fraternité, suite aux attentats de janvier 2015 à Paris, que ceux-ci nous rassemblaient de façon instinctive contre le fanatisme en nous faisant prendre conscience qu’il fallait maintenant changer d’ère : passer du « choc des civilisations » à la fraternité des cultures, du choc des indifférences à la fraternité des cœurs.

 

Les attentats meurtriers, qui font malheureusement le quotidien de beaucoup de pays, surviennent maintenant sur notre territoire.

 

Ceux qui mènent ces combats se réclament de l’Etat islamique. Ils font référence au Coran et à une tradition musulmane pour justifier leurs actions. Cela sème la confusion dans les esprits en même temps que la peur. De ce fait, les relations entre les musulmans et les non-musulmans, notamment les catholiques, sont de plus en plus tendues. La méfiance réciproque tend à paralyser les relations. Des clichés les plus divers circulent. Un certain nombre de courants politiques instrumentalisent la situation.

 

Dans ce contexte difficile, nous voyons des approches réductrices qui conduisent aux prises de position les plus diverses, y compris chez ceux qui se réclament de la foi chrétienne : depuis l’irénisme inconscient et le syncrétisme, jusqu’aux simplismes binaires et aux attitudes violentes.Lire la suite

Colombie : « Je continuerai à rechercher la paix »

Alors que les sondages donnaient le camp du « oui » en tête, ce sont leurs adversaires qui l’ont emporté dimanche 2 octobre, d’une courte tête. 50,22 % des Colombiens ont refusé l’accord conclu entre le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Faute de solution de rechange, le pays se trouve plongé dans l’incertitude la plus totale. […]

Pour rassurer l’opinion publique, Juan-Manuel Santos, le chef de l’État, est intervenu rapidement à la télévision colombienne dimanche soir. Prenant acte de sa défaite, il a toutefois annoncé que le cessez-le-feu resterait en vigueur. « Je ne me rendrai pas et continuerai à rechercher la paix », a-t-il déclaré dans une déclaration solennelle, annonçant un dialogue avec le camp du « non », emmené par l’ancien président Alvaro Uribe, son ancien mentor.

La Croix

Pour mesurer l’importance de cet accord de paix entre le gouvernement colombien et les Farc, on peut rappeler les propos du Pape François au président colombien Juan Manuel Santos Calderón, en 2015 :

« Vous êtes la personne pour laquelle j’ai le plus prié. »

Continuons nous aussi à prier !