Revue de presse : le pape, les évêques, et un autre pape….

Comme vous vous en doutez, la phrase du pape hier à l’audience générale, quand il a comparé l’avortement à l’aide apportée par un tueur à gage, a fait couler beaucoup d’encre. Dès hier, sa phrase a tournée en boucle sur les médias généralistes comme catholiques. Les uns s’interrogeant sur la santé mentale du pape (j’ai personnellement entendu ce genre de question de la part d’une journaliste d’une station d’information en continu hier vers 14h20). Après sa petite phrase sur l’homosexualité qu’il faudrait soigner par la psychiatrie il y a quelques semaines, le pape a été voué aux gémonies car il n’aurait rien compris, les autres, sur les réseaux sociaux, se félicitant pour leur part d’une analyse si juste.

Je ne vais pas entrer dans ce débat, mais simplement vous inviter à lire la catéchèse du pape en entier pour vous faire votre propre idée. En attendant que le Vatican fasse la traduction des propos du pape, La Croix donne de larges extraits de cette catéchèse. Sinon, vous pouvez la revoir sur KTO en replay pour voir que le pape n’a pas centré son discours sur ce point, mais l’a pris dans un  ensemble sur le commandement « tu ne tueras pas » !

Juste pour finir sur ce point, deux infos à noter : l’AFP présentait les moyens de réduire son empreinte carbone. Entre changer d’ampoule et un régime à base de plante ou abandonner la voiture à essence, on a eu droit à « avoir un enfant de moins » qui fait exploser l’empreinte carbone. J’oserai leur proposer d’ajouter à leur sondage : « arrêter de publier des conneries », je suis sûr qu’on y gagnerait aussi !

Le second point, plus grave, c’est cette demande de chercheurs australiens qui soutiennent que « l’avortement devrait être autorisé même après la naissance, “dans les cas où un bébé est né avec une déficience inconnue auparavant ou dans le cas où une mère refuse de s’occuper de lui” ». L’article qui nous présente cette position stupéfiante est à lire sur le site de Genethique. On y trouve encore cette phrase qui voudrait justifier cette pratique : « Les auteurs affirment de manière provocante qu’il n’y a pas de différence morale entre un fœtus et un nouveau-né. Leurs capacités sont similaires. Si l’avortement est autorisé, l’infanticide doit l’être », a expliqué le rédacteur en chef de la revue qui a publié cette tribune. Voilà, on commence à tirer sur un bout de la ficelle, et ensuite on en arrive à ces aberrations…

Et bien entendu on a fait appel aux affaires de pédophilie pour renvoyer le pape aux problèmes de l’Eglise… C’est le cas de nombreux commentateurs, ou de réactions sur les réseaux sociaux. Ce qui me permet de souligner deux faits importants : la réponse à Mgr Vigano, cet ancien nonce qui demandait au pape de démissionner. C’est le préfet de la congrégation pour les évêques, le cardinal  canadien Marc Ouellet, qui s’y est collé, en démontant dans une lettre ouverte brève et concise l’argumentation quelques peu erratique de Mgr Vigano. Le cardinal y reconnait des erreurs du Vatican, mais nie toute volonté du pape de cacher ou de soutenir des prélats pédophiles.

A écouter aussi, le cri de Mgr Anthony Fischer, archevêque de Sydney, qui a demandé pardon pour le scandale des abus sexuels au sein de l’Eglise. La croix revient aussi sur ce dossier en montrant combien il est présent, mais pas premier, au synode pour les jeunes.

Le synode des jeunes Stéphane, que s’y passe-t-il ? Tout continue tranquillement si j’ose dire. Avec une question posée hier par Mgr Kockerols, évêque auxiliaire de Bruxelles et représentant des évêques belges au synode, sur l’ordination d’hommes mariés. Car le synode sur les jeunes s’intéresse aussi aux vocations. D’où cette question posée en assemblée plénière sur la vocation baptismale et la vocation sacerdotale autour de l’appel à la sainteté, un thème cher au pape. Affaire à suivre.

Retrouvez toutes les infos sur le synode sur les pages internet de VaticanNews, de Rcf et de La Croix ! Et sur les réseaux sociaux avec l’interview du pape par Mgr Gobilliard (au smartphone en mode selfie svp), reprises sur le site synodejeunes.fr.

Et quelques brèves pour finir ?

Canonisation de Paul VI ce dimanche : Pour redécouvrir le pape qui a succédé à St Jean XXIII et a poursuivi le concile Vatican II, le pape des premiers voyages pontificaux hors d’Italie, plusieurs possibilités : suivre la messe de canonisation de Paul VI et de Mgr Romero ce dimanche à 10h, sur Kto ou grâce au player de VaticanNews. Je vous invite aussi à découvrir, pour l’aspect Vatican II, son empreinte dans les texte et débats, et je vous renvoie à un vieux blog, qui n’est plus mis à jour depuis plusieurs années, mais qui contient toujours de très bonnes données : www.vatican2-50ans.fr. La société Sage distribution vous propose aussi à l’achat le film de Fabrizio Costa sur le pape Paul VI (le film date d’avril dernier) : deux épisodes à regarder avec intérêt. A noter aussi le billet de Gérard Leclerc pour France Catholique sur le lien entre Paul VI et le concile Vatican II, mais aussi sur l’après-Vatican II.

On reparle d’Asia Bibi, cette icone pakistanaise de la liberté de culte, dont le soret aurait dû (ou a été, on ne sait trop) décidé lundi. La Vie nous présente son combat, et ce jeudi matin, sur une radio généraliste, Vincent Hervouet a repris ce combat dans une chronique. Extraits : « Asia Bibi attend depuis dix ans le couloir de la mort. Parler de couloir est abusif, c’est un cagibi sans fenêtres. Sans contact avec les autres détenus. En comparaison, les moines à la trappe vivent au Club Med. Deux papes se sont mobilisés, le parlement européen, la ville de Paris, le monde entier sauf les Femen ». Et pour finir ce dilemme : « Si Asia Bibi s’était convertie à l’Islam, elle aurait été aussitôt libérée. Si les juges libèrent la femme innocente, ils risquent leur peau ».

Je vous parlais la semaine passée du livre « l’amour vrai » de Martin Steffens, eh bien cette semaine dans Famille Chrétienne un entretien avec l’auteur sur la vision de l’amour et de la pornographie qui est au cœur de ce livre.