Improbable, l’abbé !

Hommage – lui-même improbable – de Jean-Pierre Denis à « l’homme d’en face » :

Improbable, l’abbé ! Avec sa vieille soutane et sa grande carcasse, l’Abbé de Tanoüarn est un personnage. Une sorte d’anarcuré, taillé dans un drap noir récupéré on ne sait où. […]
Loin de se montrer rétrograde, nostalgique ou pessimiste, Tanoüarn écrit contre la résignation, cherchant la voie à travers une sorte de réalisme de l’espérance. Pour l’auteur, dont l’anticléricalisme rejoint à sa façon celui du pape François, « l’Église d’aujourd’hui s’embourbe dans la morale sexuelle. Elle a toutes les peines du monde à soutenir une politique du respect de la vie. Il reste une dimension fondamentalement chrétienne, qui demeure envers et contre tout, comme un signe dressé à la face des nations incrédules : le service ». Or, remarque-t-il, « qu’est-ce que servir, sinon mettre quelque chose au-dessus de soi » ?