Il faut pouvoir encaisser les uppercuts

Chronique du Père Éric de Beukelaer :

Mon interlocuteur me fixe du regard et me lance avec un sérieux glaçant : « C’est pourquoi vous allez disparaître ». Instantanément, je saisis l’importance du moment… Ce libre-penseur vient de sortir de son rôle de mandataire public, pour me balancer le fond de sa pensée. Pour lui, il est évident que cette Église, à laquelle j’appartiens corps et âme et que lui a quittée il y a belle lurette, est un reliquat du passé, voué à la faillite. J’aurais pu lui causer du tort – politiquement parlant – en allant rapporter à d’autres ses propos. Mais non. Il faut pouvoir encaisser les uppercuts, quand les coups sont décochés avec sincérité…