Bénédictine gauchiste

Projet – Comment une religieuse contemplative a-t-elle été amenée à s’engager politiquement en prenant la tête d’un mouvement de protestation et de démocratie radicale ?

Teresa Forcades – J’ai lu les évangiles pour la première fois à 15 ans. Un jésuite m’a prêté mon premier livre de théologie : Jésus-Christ libérateur, de Leonardo Boff. Ma famille et mon entourage m’avaient peu parlé du christianisme. Il n’y avait pas d’antipathie chez eux, mais la conviction qu’il s’agissait d’une institution caduque et sans intérêt. Or je découvrais quelqu’un d’engagé, non seulement en théorie mais en pratique, par l’attention portée aux personnes pauvres, à celles qui souffrent le plus.