Comprendre l’antisémitisme

A lire dans La Croix cette tribune du 25 avril dernier, du père Laurent Stalla-Bourdillon, directeur du Service pastoral d’études politiques, enseignant au Collège des Bernardins : Comprendre et vaincre l’antisémitisme demandera un profond renouveau spirituel. Extrait :

L’antisémitisme n’est pas uniquement le fait d’une théologie musulmane soumise à une lecture littérale et fixiste du Coran, mais, plus profondément, d’un déni d’une culture dans son ensemble de faire pleinement droit à la dimension transcendante de l’Humanité, dont le peuple juif est, en raison de son histoire, comme le symbole charnel et éthique. […]

Ainsi donc, les poussées d’antisémitisme religieux auxquels nous assistons manifestent, à nos yeux, un refus de la vérité et de la bonté transcendantes de Dieu et de son action dans l’histoire, mais aussi la volonté de se substituer à Dieu, en supplantant son peuple. Il y a une corrélation entre le rejet violent de la transcendance dans l’Homme et le rejet de ceux qui l’incarnent de manière si singulière. C’est pourquoi l’immanentisme athée, qui entend ignorer l’image et l’adoption divines en chacun et façonner une utopie de l’« Homme-Dieu » par l’effort d’une technologie prétendument sans limite, pourrait bien rejoindre les idéologies des fondamentalismes religieux contemporains dans le refus de l’altérité.