L’esclavage du coussin pire que celui des chaînes ?

Éditorial de l’archevêque de Martinique, L’avenir appartient aux fous :

La liste des refuges impurs est longue pour ceux qui cherchent à s’affaler quelque part et à trouver la sécurité à tout prix, sous une couette ou un coussin. An ba fey, si vous préférez ! Rappelons-nous, 170 ans après l’abolition, que l’esclavage du coussin est peut-être pire que celui des chaînes…