Un nouvel âge pour notre Église ?

Gérard Leclerc garde le moral grâce au Parisien !

Ce que j’observe autour de moi plaide au contraire en faveur de l’espérance. C’est vrai que les ouvriers sont encore moins nombreux pour la moisson. Mais quand ils sont bien là sur le terrain, ils sont capables d’opérer des mobilisations qui remplissent nos églises. C’est ce que j’ai observé en tout cas à l’occasion de ces fêtes pascales, aussi bien pour la veillée de la Résurrection que pour les offices du jour. Et puis il apparaît aussi des forces nouvelles, inattendues, qui peuvent métamorphoser nos assemblées. C’est peut-être un nouvel âge pour notre Église, celui qu’annonçait Vatican II.