Tu m’as voulu

… Cette volonté est l’assurance de cette vie qu’aucune restriction ne viendra éteindre. Jésus nous y ancre quand il dit que le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob n’est pas un Dieu de morts, mais de vivants. Dans son psaume de victoire, David le chantait déjà ; en français on a traduit :

Tu m’as sauvé parce que tu m’aimes.

Mais en latin, en grec et en hébreu, c’est tellement plus moderne :

Tu m’as sauvé, parce que tu m’as voulu.

Carême dans la ville