« Rebelle en peau de lapin »

Bloc-note sur la « société des moqueurs » de Jean-Claude Guillebaud dans La Vie :

Dans une société totalitaire, certes, la dérision est une arme. Elle permet de miner l’esprit de sérieux et de résister aux catéchismes obligatoires. C’est une précieuse dissidence de la parole. L’ennui est que nos sociétés occidentales n’en sont plus là.

Dépourvues de normes partagées, sans prétention au sérieux et sans repères et éthiques, elles sonnent surtout le creux. Elles ne sont plus, elles-mêmes, que des dérisions au carré, pourrait-on dire. De sorte que le finaud branché qui pratique la dérision est dans la position d’un boxeur qui mouline dans le vide. Il est un rebelle en peau de lapin.

A lire !