La pathologisation du corps féminin

« J’ai relu mon passé à la lumière de cette pathologisation de mon corps de femme : les premiers cours d’éducation sexuelle sur les moyens techniques de contraception, en 5e ; le vaccin contre le papillomavirus, à 12 ans, qui donne aux jeunes filles l’idée que les hommes peuvent leur transmettre un virus dangereux et que les médecins peuvent les aider. Et ça continue , à 16 ans, quand les mères emmènent leur fille chez le gynécologue… »

Marianne Durano dans Famille Chrétienne (p.20)