Le Carême, antithèse et antidote

« Est-il absurde de se priver pour Dieu ? Le culte de Soi est la vraie substitution religieuse qu’a opérée notre époque après celui de l’État et de l’Idée. Le Carême en est à la fois l’antithèse et l’antidote. Antithèse parce qu’il procède par un évidement de soi, antidote parce qu’il nous console de n’être que nous-même et nous fait désirer d’en franchir les limites. Comme antithèse, il est naturel qu’il ne soit pas à la mode, comme antidote, il est donc parfaitement adapté à notre temps ! »

Introduction de l’abbé Woimbée aux Conférences de Carême de Perpignan