Vianney : une foi « intime »

Paris Notre-Dame, journal du diocèse de Paris, donne la parole au chanteur Vianney, à l’occasion du dixième anniversaire de l’opération Hiver Solidaire, à laquelle il participe déjà depuis cinq ans. Il évoque les rencontres que cette action lui a permis de faire, des réfugiés ou des personnes qui se trouvent à la rue pour un simple accident de parcours.

Depuis, je fais des missions d’Hiver solidaire tous les ans. Alors, quand on m’a invité aux dix ans de son lancement, je n’ai pas réfléchi longtemps. Cela m’a paru logique et naturel d’y répondre positivement. J’ai passé tellement de temps avec Hiver solidaire, j’ai tellement eu les mains dedans, la tête et le cœur aussi !

Et puis il évoque aussi sa foi, qu’il ne cache pas, mais qui reste intime. Est-ce sa foi qui le conduit à participer ?

Inconsciemment peut-être. Parce que consciemment, je ne fais pas cela par foi mais par humanisme. Certains considèrent qu’il faut évoquer sans cesse sa foi pour témoigner, convertir. Nous vivons une époque où chacun veut convaincre par ses idées. Je ne suis pas du tout dans cette démarche-là, qui peut parfois être vécue comme une agression. Ma foi a toujours été de l’ordre de l’intime. C’est comme une flamme que j’ai en moi.

Lire l’ensemble de l’entretien ici.