Je porte les visages des enfants disparus dans mon cœur de prêtre

Témoignage de l’Abbé Benoît de Roeck, curé de Saint-Féliu-d’Avall, où a eu lieu l’accident de car jeudi soir.

En tant que curé de la paroisse, j’ai été très affecté dès que j’ai appris la nouvelle parce que je savais déjà que des enfants que je connais, que nous avons au catéchisme, comptaient parmi les victimes de ce tragique accident. Alors je me suis rendu sur place immédiatement pour aller auprès des familles, pour les soutenir, être au milieu d’elles et les accompagner en tant que pasteur.

Il s’agit aussi d’entendre la souffrance des proches et moins proches, car c’est tout un territoire qui est meurtri. L’émotion va au-delà de Saint-Féliu-d’Avall. Nous avons ouvert les églises pour permettre un accueil de la population et proposer un espace de recueillement et de prière à tous ceux qui en ressentent le besoin. C’est mon rôle d’être présent au côté de mes paroissiens dans des moments si difficiles. Je suis très aidé par notre évêque, très attentif, mes frères prêtres, les diacres, et les paroissiens qui se rendent disponibles. C’est la grande force de l’Église qui vient se mettre au service de celui qui souffre.

Lire la suite de l’interview dans Famille Chrétienne