Le Nouveau Testament en syriaque

L’ouvrage est paru cette année : il s’agit des Actes du Colloque de la Société d’études syriaques (Paris) tenu le 18 novembre 2016…

 

Comme l’indique la présentation de l’éditeur, la tradition syriaque a transmis le Nouveau Testament sous des formes variées : qu’il s’agisse du Diatessaron de Tassien (IIème s.), de la forme syriaque sinaïtique, de la curetonienne ou encore, plus connue, de la Peshitta, l’ouvrage entend répondre aux questions de datation et de généalogie de ces versions, comme bien sûr de leurs rapports entre elles. Mais il s’intéresse aussi à une question centrale de la tradition syriaque, qu’est le canon : pourquoi, par exemple, les petites Épîtres catholiques et l’Apocalypse n’y sont pas unanimement reconnues comme faisant autorité ?

Après L’Ancien Testament en syriaque, publié en 2008, voici donc un nouvel ouvrage qui n’intéressera pas que les spécialistes de la critique textuelle, mais parlera aussi à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la transmission des textes bibliques, fondement de ce que l’on peut désigner sous le terme de « tradition ».