Sauver, corps et âme

Prêtre et pompier : Le Parisien dresse le portrait de l’abbé Matthieu Devred, qui s’applique maintenant à sauver autant les corps que les âmes. Il s’est ainsi engagé comme pompier volontaire, ce qui donne des anecdotes amusantes et des rencontres profondes.

« J’ai pu faire un accouchement, c’était sympa. Les collègues annoncent souvent aux victimes que je suis prêtre pour les détendre. D’autres fois, les victimes se demandent où ils m’ont vu », raconte-t-il avec pudeur. L’abbé a pu prier avec la famille d’une victime que ses collègues et lui n’avaient pas pu sauver. Puis il a célébré les obsèques du défunt. L’intellectuel, formé à la théologie et à l’art, garde néanmoins une distance vis-à-vis des personnes qu’il côtoie. Une pudeur liée à son devoir de réserve mais aussi à son caractère.