Immigration : une occasion privilégiée d’annoncer Jésus Christ !

Pour son premier voyage officiel en dehors de Rome, le pape François avait choisi de se rendre, le 8 juillet 2013, sur l’île de Lampedusa où il a rencontré des migrants. ©T.PUGLIA-GETTYIMAGES-AFP

Le pape François a reçu aujourd’hui les directeurs de la pastorale pour les migrants des différentes conférences épiscopales d’Europe, rapporte I-Media.

« Je ne vous cache pas ma préoccupation face aux signes d’intolérance, de discrimination et de xénophobie que l’on rencontre dans diverses régions d’Europe ». Celles-ci sont « souvent motivées par la méfiance et par la peur de l’autre, du différent, de l’étranger ». Le pontife a ensuite ajouté dresser la « triste constatation que nos communautés catholiques en Europe ne sont pas exemptes de ces réactions de rejet ». Le pape a regretté que de tels comportements soient « justifiés » par « un devoir moral imprécis » de conserver l’identité culturelle et religieuse « originelle ».

L’Eglise s’est diffusée sur tous les continents « grâce à la migration » des missionnaires. Ceux-ci étaient « convaincus » de l’universalité du message de salut de Jésus Christ destiné aux individus de « toutes cultures ». Les flux migratoires contemporains représentent pour le pape François une « nouvelle frontière missionnaire », une occasion privilégiée d’annoncer Jésus Christ et son Evangile « sans se déplacer de son propre environnement ». Ainsi chacun peut « témoigner concrètement » de la foi chrétienne dans « la charité et le profond respect pour les autres expressions religieuses ».

Pensée du jour

J’aime l’orthodoxie. Ce que j’aime en elle, c’est le sens profond et unifié qu’elle a de la Tradition. L’orthodoxie relie spontanément à leur centre tous les éléments de la Révélation.

Yves Congar

Combats de cyber-milices chez les cathos

Quand les cathos ne parviennent à faire se rencontrer vérité et charité…

« Trois conférences du père James Martin ont été annulées après des campagnes de protestation virulentes aux États-Unis.

Le président de la Catholic University of America, John Garvey, rappelle que des campagnes similaires ont déjà été menées par des groupes de pression de gauche contre des conférences jugées controversées. Charles C. Camosy, co-auteur d’un livre sur la polarisation des positions dans l’Église catholique aux États-Unis, dénonçait en juillet la haine manichéenne venant aussi bien de catholiques de gauche que de droite ».

Mahaut Hermann dans La Vie

Parole du jour

Car la racine de tous les maux,
c’est l’amour de l’argent.
Pour s’y être attachés, certains se sont égarés loin de la foi
et se sont infligé à eux-mêmes des tourments sans nombre.

1 Timothée 6

Congrès Mission : 29 septembre – 1er octobre

« L’intuition du Congrès Mission ? Il est urgent que les catholiques proposent la foi autour d’eux… et cela nécessite de se former.

Dans cette perspective, plusieurs mouvements et communautés (Anuncio, Alpha, Ain Karem et la Communauté de l’Emmanuel) se sont associés pour créer le Congrès Mission, lieu d’échange et de formation pour découvrir diverses manières de ‘proposer explicitement la foi’ dans toutes les réalités de la société française. En 2017, nous chercherons à nouveau à répondre à cette question dans différents contextes ».

C’est ICI

CETA et antibiotiques

« Les antibiotiques utilisés au Canada comme promoteurs de croissance sont incorporés dans l’alimentation de manière systématique. Ils permettent en particulier de raccourcir les délais d’engraissement des bovins. Ce mode d’utilisation accroît substantiellement le risque d’antibiorésistance qui constitue un enjeu majeur du XXIème siècle.

En médecine humaine, les problèmes d’antibiorésistance sont bien plus graves aux Etats-Unis et au Canada qu’en Europe. On se demande même si ces pays n’ont pas tout bonnement baissé les bras dans ce domaine, ayant laissé leurs hôpitaux être envahis progressivement par des germes hautement résistants ».

Guy Grandjean sur Chroniques de l’anthropocène

Ils sont devenus kintsugi…

« Il y a quelque temps, j’ai fait tomber, en la changeant de place dans mon bureau, une petite statuette ancienne en plâtre que m’avait offerte une amie, il y a bien longtemps à Toulouse. Il s’agissait d’une Vierge toute simple, debout, portant auréole et robe brune, et joignant ses mains pour prier. Le choc la décapita.
J’étais désolé, et pour la statue et pour le souvenir qu’elle représentait. Je la recollais tant bien que mal, et les premiers temps, voir sa cicatrice, le joint de colle et le plâtre écaillé, m’attristait un peu. Je dis bien un peu, car effectivement il y a dans nos vies des choses plus importantes qu’un petit objet brisé ; mais vous savez comme moi comment fonctionne notre esprit… »

Christophe André sur Psycho Actif