Sainte Bakhita

« Bakhita a été arrachée aux siens, dans un village du Darfour (Soudan), à l’âge de 7 ans, vendue comme esclave à un riche chef arabe qui l’a donnée en joujou à ses enfants sadiques. Rachetée par un Turc, elle est battue tous les jours. Enfin, libérée à 14 ans par le consul italien à Khartoum, elle panse ses plaies chez les Filles de la Charité canossiennes, en ­Italie. Puis elle devient religieuse et s’occupe avec un dévouement sans commune mesure de milliers d’enfants orphelins recueillis dans l’institut des sœurs à Schio, en Italie ».

Entretien avec Véronique Olmi sur pelerin.com