Bienvenue en laïcité

« Signalons que l’échec en début de cursus universitaire se prépare, si l’on ose dire, longtemps à l’avance. L’orientation scolaire reste beaucoup trop embryonnaire pour que les choix des élèves de terminale puissent être suffisamment éclairés. Sur ce terrain mal préparé survient le choc de la première année, trop peu ­encadrée, trop déroutante. En se terminant par de massives demandes de changement de filière, elle contribue à engorger davantage la machine APB.

On pourrait, évidemment, regarder du côté des facultés catholiques… »

Coup de gueule de Jean-Pierre Denis